Chat du 1 février 2012 avec Gérard Apfeldorfer

01/02/2012 (18:33) G.Apfeldorfer Bonsoir à toutes et à tous! Et bienvenue pour cette cession sur les multiples questions que vous vous posez, et que vous me posez.
01/02/2012 (18:34) Loz bonjour, j'ai commencé le programme mi janvier et suis très contente de mes progrès jusqu'ici. Par contre, je n'arrive pas à me passer de ma balance - ça fait 25 ans que je monte dessus tous les jours, voire plusieurs fois par jour. Comment se débarrasser de cette habitude? Merci Bonsoir Loz, Je ne vois qu'une solution pour vous débarrasser de votre balance : la poubelle ! Ou bien, si cela vous paraît trop dur (ça coûte cher, ces saletés !) la cave ou le grenier. On la ressort une fois par mois, c'est assez. Je vous rappelle que votre guide, qui vous permet de contrôler vos progrès, ce sont vos sensations alimentaires et le respect que vous leur témoignez. Pas le poids, qui suivra bien, au bout d'un moment.
01/02/2012 (18:34) isabellej Bonjour, depuis que j'ai de moins en moins recours à la nourriture pour calmer mes émotions, j'ai de plus en plus fréquemment des maux de tête, alors que je n'en avais auparavant que très rarement et je me demande à quoi ça pourrait correspondre, j'ai l'impression que c'est psychosomatique Bonsoir isabellej, Certes la grande faim peut donner parfois, pour certaines personnes, des maux de tête. Mais c'est tout. Je me dis que c'est peut-être votre façon de vivre vos émotions (dont vous ne vous protégez plus en mangeant) qui vous donne cette sensation. Je vous conseille la pratique de la pleine conscience. Et un tour chez votre médecin. A bientôt.
01/02/2012 (18:36) runningmum Bonsoir, je suis au début de mon cheminement ici (découverte de la RPC) et comme beaucoup je crois je n'ai aucun problème à attendre la faim, mais il m'est nettement plus difficile voire impossible de m'arrêter avant d'être arrivée au bout de la portion que je m'étais allouée - voire beaucoup plus s'agissant de certains aliments sucres/gras. L'un de mes problèmes à cet égard, consiste a la fin d'un repas familial à m'abstenir de dessert quand je n'ai plus faim. J'ai bien envisagé de me prévoir des repas constitués de ces aliments là quand je ne suis pas en famille mais cela crée un malaise en moi: j'ai l'impression de me retrouver à préparer ma "crise" compulsive-boulimique... Et, du coup, c'est un peu comme ça que ce type de repas se termine... Comment sortir de cette ornière?? Merci d'avance pour votre réponse! Bonsoir runningmum, En début de programme, c'est bien normal. Vous êtes privée de ces aliments interdits, et fonctionnez selon un système tout ou rien. Quand vous commencez, vous ne pouvez plus vous arrêter, car y en aura-t-il encore après ? Non, puisqu'ils sont interdits. Nous avons des exercices spécialement prévus pour sortir de ce cercle vicieux. Patience !
01/02/2012 (18:37) Louise Bonjour, je n'arrive pas à manger lentement, cela me pose beaucoup de problèmes, que faire ? Merci Bonsoir Louise, Il s'agit en fait de manger ATTENTIVEMENT. Bien sûr, on ne peut pas manger attentivement et vite. On porte son attention sur ses sensations alimentaires, ce qui se passe dans sa bouche, tout particulièrement. Les problèmes peuvent être de deux ordres : On est fâché avec ses aliments, et leur prêter attention induit de l'angoisse, de la culpabilité. On est fâché avec soi-même, et manger attentivement ouvre la porte à toutes sortes de pensées pénibles, sur le poids, sur la nourriture, sur toutes les choses pénibles de la vie. L'entraînement à la pleine conscience, et le fait de faire de l'acte de manger un acte de pleine conscience, voilà les outils pour travailler sur ces difficultés. Bonne continuation.
01/02/2012 (18:41) demetraa bonjour Mr Apfeldorfer, ma question est un peu théorique: les eme peuvent-elles être assimilées à des tocs? rencontre-t-on plus de sujets présentant des eme parmi les personnalités anxieuses? merci d'avance du temps que vous prendrez à me répondre et merci tout court pour vos éclairages (j'attends avec impatience de recevoir "maigrir c'est dans la tête". d'ailleurs, je me demandais si votre livre sur "les relations durables" avait quelque part un lien avec les troubles du comportement alimentaire... ça fait plus d'une question tout ça, hum hum^^). Non, demetraa, les EME n'ont pas grand chose à voir avec les TOC. Elles auraient plutôt à voir avec ce qu'on appelle les addictions comportementales. On classe dans cette catégorie des conduites comme : la boulimie, le travail compulsif, le jeu compulsif, le sport compulsif, la trichotillomanie, la kleptomanie. Dans tous ces cas, le moteur est le suivant : il s'agit d'éviter des émotions pénibles en se lançant dans une conduite prenante et génératrice d'émotions fortes. « Les relations durables » : ce livre porte sur les difficultés relationnelles, la séduction, l'empathie, l'amour. C'est bien, non ?
01/02/2012 (18:42) FloD75 Bonjour Dr, je viens de commencer l'étape « je découvre la faim ». Ce matin j'ai eu faim vers 7h30, je n'ai rien mangé et attendu, conformément au protocole, toutefois la faim ne s'est pas amplifiée, elle a disparu puis réapparu, mais il me semble au même degré. Vers 13h00 j'ai décidé de déjeuner alors que j'éprouvais une sensation de faim légère mais présente. Pour mener à bien l'expérience faut-il attendre plus longtemps que la faim change de degré ou bien puis-je manger même si la faim reste stable ? J'ai déjà éprouvé cette disparition de la faim mais ici cela m'étonne car ces derniers jours, et surtout le soir, lorsque j'ai faim les sensations sont beaucoup plus marquées, à la limite du supportable pour moi. Le fait de faire cette expérience peut-il avoir une incidence sur les sensations de faim ? Merci pour votre réponse, bien cordialement. Bravo FloD75, pour cette observation fine de vos sensations alimentaires ! La faim est une sensation qui, en effet, vient par vagues successives. Elle se manifeste et si on n'y répond pas, elle disparaît, pour revenir plus forte ½ heure ou 1 heure plus tard. Elle finit même par disparaître totalement après 3 ou 4 vagues, et là, on est alors entré dans un état de jeûne. Peu à peu, avec ces exercices sur la faim, vous allez affiner vos sensations, et savoir repérer les petites, moyennes et grandes faims. Faites des essais. Bonne continuation.
01/02/2012 (18:46) Fabou Bonjour DR, et d'abord mille mercis de m'avoir redonné les repères d'une alimentation normale! Voilà, je me pose une question: est-ce que l'appétit est d'autant plus petit qu'on est encore loin de sont set-point et est-ce que l'appétit (la faim) revient (=permet de manger davantage), une fois que le set-point est atteint? Simplement parce que je trouve que j'adore attaquer mon repas en ayant faim, mais elle semble se volatiliser presque aussitôt l'aliment posé sur ma langue!? Bref je suis un peu frustrée de fractionner sans cesse mes repas depuis des mois même si cela fonctionne efficacement, j'ai perdu beaucoup de poids! (et je vous en remercie car c'était avec le plaisir de manger que même!). Merci d'avance, Fabou Bonsoir Fabou, Lorsqu'on est bien au-dessus de son set-point (ou poids d'équilibre) l'organisme a besoin de peu et il est souvent difficile de percevoir la faim, qui peut être faible (mais perceptible). On ressent plus intensément les sensations de faim lorsque le poids est normalisé. Mais le rassasiement vient quant à lui aussi vite, et on ne mange pas davantage. Sans doute êtes-vous une petite mangeuse, qui devez donc valoriser chaque bouchée pour en retirer tout le plaisir possible. Bonne continuation!
01/02/2012 (18:48) Emman Bonjour dr, choses promises... Question que j'ai d'ailleurs déjà posée (donc non réglée) sur la difficulté d'engagement que j'ai dans la méthode, qu'il m'arrive de vivre comme un régime - oui oui en tout ou rien, puisque je ne me suis pas "écoutée", par exemple, je peux allègrement manger, je ferai attention demain... La méthode vécue comme un régime, je reconnais bien le hyatus, mais je le vis parfois comme cela. Bonjour Emman, Oui, on peut tout pervertir ! Y compris notre approche par les sensations alimentaires. Si on rigidifie ses conduites, si on considère qu'il convient de respecter À LA LETTRE ses sensations alimentaires, tout le temps, si on culpabilise quand on ne le fait pas, si on s'angoisse sur son poids, alors on est en plein dans le « régime LineCoaching » ! Comment faire pour que cela ne tourne pas au régime ? Eh bien, de la souplesse ! On peut parfaitement ne pas respecter ses alimentaires à certains moments, pour différentes raisons. Des raisons sociales, ou des raisons d'ordre émotionnel. Ou simplement juste comme ça, parce que ça se trouve. On mange par exemple trop, au delà de sa satiété. La belle affaire ! Du coup, la faim est aux abonnés absents (oui, je sais, c'est une expression totalement obsolète, il n'y a plus de service des abonnés absents ni de PTT) et les systèmes de régulation qui nous sont incorporés nous conduisent à ne pas manger, ou manger peu, ou manger légèrement, par la suite. Somme toute, pour constater la régulation, il convient de s'écarter de ses sensations, pour faire le constat que ces mécanismes nous y ramènent !
01/02/2012 (18:50) La Dnine Sommes nous obligé de faire tous les défis pour débloquer les autres ? Car certains ne me sont pas utiles, parce que le problème qu'il aide à combattre ne se pose pas pour moi par exemple. Bonsoir La Dnine, Vous n'êtes pas obligée de faire tous les défis. Choisissez uniquement ceux qui vous semblent pertinents pour vous. Ils se débloquent en fonction de votre avancée dans le programme et de nouveaux défis apparaitront bientôt dans votre carrousel. Bonne continuation.
01/02/2012 (18:52) zelda Bonjour, j'ai une question relative à la spiruline. J'en prends occasionnellement car j'ai eu de gros déficits en fer et mon généraliste m'a recommandé d'essayer la spiruline pour me passer des injections. Mon taux de fer est bien remonté mais je me demande si ce supplément alimentaire ne va pas fausser mes sensations car elle est sensée réduire la faim. A vrai dire, jusqu'à ce que je commence le programme, je ne m'étais jamais interrogée sur ma faim mais maintenant que je la prends au sérieux, je ne voudrais pas la travestir... Bonsoir Zelda, La spiruline est une algue qui apporte des protéines (50 à 70%), des acides gras essentiels, des vitamines et minéraux. Elle réduit la faim, tout comme les régimes hyperprotéinés réduisent la faim. Effectivement, cela a un côté artificiel. Tout comme les régimes hyperprotéinés, quand on commence, il ne faut plus s'arrêter !
01/02/2012 (18:53) zelda Encore une question de Zelda, mais pour une amie ! Avez-vous connaissance d'un programme similaire à Linecoaching en anglais ? Ma meilleure amie est anglaise et nous avons décidé de perdre du poids ensemble et de nous soutenir. Sauf qu'elle s'accroche à des régimes classiques ("retirez-donc cette corbeille de pain !") Elle pourrait suivre une bonne partie du programme en français mais pas utiliser les outils à écouter. Avez-vous un site à recommander ? Merci encore (de votre réponse mais surtout de vos recherches, qui sont des révolutions pour beaucoup d'entre nous) Le seul programme ressemblant (vaguement) au nôtre et en langue anglaise est : Shrink yourself (www.shrinkyourself.com/). Il prend en charge, avec une approche dérivée de la psychanalyse, les aspects émotionnels. Mais rien sur le comportement alimentaire. Quant à nous, notre approche est résolument centrée sur les thérapies cognitivo-comportementales et les thérapies émotionnelles. A bientôt !
01/02/2012 (18:54) calico Bonsoir, depuis que je pratique la RPC, c'est à dire deux semaines environ, j'observe des effets secondaires (mais en est-ce?)que je ne sais pas très bien comment interpréter. C'est encore arrivé cet après-midi, tout à coup je me tord la cheville (pas de caillou, de glace,rien) et je tombe, mais sans me faire mal. Je plie les genoux et j'atterris tout simplement. Ou alors, je lâche les objets. J'étais déjà maladroite, mais là c'est en nette augmentation.A ce rythme, je vais pouvoir refaire mon service à vaisselle (hihi). Ou encore je me cogne aux murs, aux gens. J'ai l'impression d'avoir régressé sur le plan de mon schéma corporel. Pourriez-vous me dire s'il existe des liens entre RPC et ces manifestations, et si oui lesquelles. Je suis curieuse de comprendre ce qui m'arrive. Merci Bonsoir calico. Ce que vous me dites m'étonne. Il n'y a aucune raison que la pleine conscience produise des troubles du schéma corporel. Ce devrait être le contraire. Ou bien, votre attention est trop sur vos sensations corporelles et plus sur les mouvements effectués. Mais ce n'est pas une bonne pratique de la PCS. Si cela se répète, je vous propose de consulter votre médecin.
01/02/2012 (18:56) Nanouche Bonjour Docteur, cela fait 15 jours que j'ai commencé le programme. Je gère mieux mes prises de nourriture et suis le programme. Je suis déçue parce que j'ai pris un peu de poids alors que je ne mange plus de façon compulsive et que je ne grignote presque plus. du coup je suis un peu découragée... D'autre part, je n'arrive pas encore à me détacher de ma balance. J'aurais besoin qu'elle me donne un petit signe d'encouragement! Merci. Nanouche Bravo nanouche pour vos progrès ! Bien entendu, Paris ne s'est pas fait en un jour, et il vous faudra encore du temps pour progresser en ce qui concerne vos sensations alimentaires et vos émotions. Peut-être un élément qui vous empêche de manger juste selon vos sensations alimentaires (et maigrir) est justement votre addiction à la balance. Vous obséder sur votre poids provoque de l'anxiété, cette anxiété entraîne des EME, qui font manger trop. La solution est dans le lâcher-prise du poids, et le recentrage sur le plaisir à manger. On mange pour le plaisir, on s'arrête lorsque le plaisir est terminé, et le poids suivra vous verrez.
01/02/2012 (18:58) Emman Mais par rapport à la faim, puisque ce sont des vagues, à partir de quelle vague est-il conseillé de s'écouter ? Les premières sensations, je me dis parfois que je peux attendre, puisque ça passe un peu, mais quand j'attends un peu trop, j'ai alors beaucoup de mal à être rassasiée. La première vague correspond grosso-modo à la faim modérée, la bonne faim. Pourquoi attendre, sauf si on ne peut pas faire autrement ? Fort heureusement, nous sommes construits pour être souples !
01/02/2012 (18:59) Fanny bonjour docteur..je m'intéresse à votre méthode depuis quelques mois et je suis persuadée de son intérêt , de sa justesse, mais parfois je décroche, plusieurs semaines durant. c'est dire que je me mets en apnée, j'occulte mes soucis de poids et de troubles du comportement alimentaire, pourtant bien réels, avant de m'y replonger, tout aussi soudainement. je ne me comprends pas ! il ne s'agit pas là d'une réelle question ,mais je me demande néanmoins si cela appelle un commentaire de votre part. Merci beaucoup. Fanny Bonsoir Fanny. Je ne comprends pas bien votre question. Qu'est-ce qui vous fait occulter et qu'occultez-vous ?
01/02/2012 (19:06) gara Bonjour, la peur de craquer et ne pas pouvoir suivre le programme est omniprésente. Je me rends compte que dès qu'il s'agit de prendre soin de moi ou de chercher à me faire du bien, je suis complètement paniquée et je me mets presque volontairement j'oserais même dire nécessairement en situation d'échec . La méthode de respiration et l'image refuse ne m'aident pas vraiment à aller mieux... Comment réagir devant tant d'auto-destruction ? Bonsoir gara, Ah, quelle pression vous vous mettez ! Et cette pression devient de l'angoisse de performance, qui conduit à des pensées de dévalorisation. Tout cela conduit bien sûr à des EME. En voilà un beau cercle vicieux ! Et si vous étiez douce, patiente et gentille avec vous-même ? Patiente, surtout. Attentive aux petits progrès, qui sont autant de cailloux à ramasser sur le chemin, le long chemin qui va vous promener ici et là, vous permettant de découvrir de nouveaux paysages, au fur et à mesure des exercices alimentaires, de la pratique de la pleine conscience. Bonne continuation.
01/02/2012 (19:07) Emman On en revient encore au "poids" de la culpabilité, merci docteur. Et Fabou, je me reconnais assez, dans les premières bouchées qui suffisent. Oui Emman. La culpabilité, quel fardeau !
01/02/2012 (19:10) Rose-PetitBeurre Bonsoir Docteur, j'ai beaucoup de mal à suivre le programme en ce moment. J'ai un emploi du temps chargé. Quand je suis au boulot, j'ai hâte de rentrer chez moi et quand je suis chez moi, je m'ennuie. Alors le moindre détail, le moindre rdv à prendre, le moindre papier à remplir devient une contrainte et une source de stress... Je sais, c'est bizarre. C'est comme si je reportais les choses pour avoir toujours un truc à faire, que je bloquais sur des étapes anodines pour ne pas "passer à la suite". J'ai fait pas mal de crises ces derniers temps. J'ai l'impression d'être énorme. J'ai surtout l'impression de ne pas avancer, de fuir que ce soit pour LC ou pour le reste. Et, quand c'est comme ça, la moindre contrariété devient un drame. J'ai parfois l'impression d'être jugée et "rejetée" par le monde et par la vie. Comme si j'étais destinée à être toujours frustrée, à ce qu'il ne m'arrive jamais rien de bien... Bref, je sais que là, je vous en dit et vous en demande beaucoup mais comment casser ce cercle et reprendre un peu espoir ? Bonsoir Rose-Petitbeurre, Ah, l'ennui ! Quand ne rien faire devient un désagrément (qui déclenche des EME). Mais où est le désagrément, si ce n'est dans les pensées qui nous visitent lorsqu'il n'y a rien à faire. Alors, on s'active sur ceci et cela. Si bien que, lorsque l'ennui vient, ou bien les contrariétés, voilà une splendide occasion de travailler sur vos pensées diverses et surtout vos pensées automatiques. Sans jugement de ces pensées, en observant l'inconfort qui en résulte. Je vous rappelle que les pensées automatiques sont des sentences intériorisées dans notre jeune âge, qui sont indépendantes de ce qui se passe dans le moment présent, mais qui sont réveillées par un état émotionnel particulier. Par exemple, quand je suis triste, j'aurai des pensées automatiques comme « je ne m'en sortirai jamais », « je suis nulle »? Ces pensées automatiques ne sont pas plus pertinentes vis-à-vis de la situation présente que votre horoscope ne l'est. Mais comme votre horoscope, elles sont suffisamment générales pour qu'on ait le sentiment qu'elles collent au présent. On ne peut pas, ou très difficilement, modifier ses pensées automatiques. Mais on peut s'en distancier, les reconnaître pour ce qu'elles sont, des auto-commentaires sans réelle pertinence, juste le signe d'une humeur triste (ou d'une autre humeur). Je vous encourage donc à lister vos prises alimentaires (il n'y en a pas tant que ça, en général), et les rattacher à une humeur particulière (anxiété, dépression, culpabilité). Lorsqu'elles surviennent par la suite, vous pouvez les considérer comme des visiteuses désagréables, mais pas dangereuses, car on sait à qui on a affaire !
01/02/2012 (19:15) Louise Mon mari reproche sans arrêt de ne pas maigrir cela me stresse, que puis je lui dire pour le convaincre que je ne me laisse pas aller mais qu'il me faut du temps ? Bonsoir Louise, Comment expliquer à votre mari que son comportement est contre-productif ? En vous stressant sur votre poids, il déclenche chez vous des EME qui vous empêchent de maigrir. Demandez-lui de la gentillesse, du soutien moral, de la compassion, de l'empathie, mais pas de contrôle et de récriminations !
01/02/2012 (19:16) Fanny Ce qui me fait occulter, c'est le quotidien sûrement ..je préfère lire le monde que le site de linecoaching, aller au cinéma plutôt que de faire mes exercices de RPC, regarder les infos tout en dînant. tout en sachant que cela ne me fait pas avancer. de la paresse peut-être. Bonsoir fanny, je note que l'énumération de vos objets d'attention est le monde extérieur. Et vous, vous n'êtes pas intéressante ? A mon avis, ce n'est pas de la paresse, mais de l'anxiété. L'anxiété d'aller y voir, dans son monde intérieur, ses pensées, ses émotions. Je vous assure, c'est passionnant, même si ça fait un peu peur.
01/02/2012 (19:17) zelda Merci de vos deux réponses (programme en anglais et spiruline). Je n'étais peut-être pas claire dans ma question sur la spiruline: je prends ce supplément "naturel" car j'ai un déficit en fer et cela me convient bien. Devrais-je y renoncer en raison des "effets secondaires" (coupe-faim) ? Je préfère privilégier une solution "naturelle" à des médicaments, qui n'étaient pas autant efficaces. Re-bonsoir Zelda, Le fer est d'autant mieux absorbé qu'il est lié à des protéines de la viande, de la spiruline. Simplement, n'abusez pas des bonnes choses ! A bientôt.
01/02/2012 (19:18) Megane je suis anti dépresseur (citalopram 1/2 comprimé et je suis ménopausée comment faire pour gérer mes émotions? Bonsoir Megane, Les antidépresseurs que vous prenez n'augmentent pas l'appétit (et même le diminuent un peu dans les premiers temps). Leur effet est d'amoindrir l'intensité émotionnelle. Ils devraient donc plutôt vous aider. On peut espérer que la pleine conscience vienne progressivement prendre leur relais, les rendant inutiles. Quant à la ménopause, la cessation des hormones féminines de traduit par une perte de certaines caractéristiques féminines : la taille est moins prise et s'épaissit, on perd son galbe, le corps évolue davantage sur le modèle des hommes. Cependant, cette modification de la silhouette ne devrait pas conduire à prendre plus que quelques kilos. Au fur et à mesure qu'on avance en âge, le respect, l'attention, la bienveillance que l'on se doit deviennent des éléments qui prennent de plus en plus d'importance. Être à son mieux les nécessite, alors que, dans sa jeunesse, on pouvait avoir le sentiment que cela nous était naturel. En résumé : la pleine conscience peut être votre salut !
01/02/2012 (19:20) la dnine Bonsoir, moi j'ai un peu de mal à comprendre à quoi sert les moments de respiration en pleine conscience ! ça me fait rêvasser, me détendre , et ce n'est pas désagréable, mais quel rapport avec la nourriture ? Très bonne question la dnine ! C'est vrai que nous ne sommes pas suffisamment clairs, peut-être. La pleine conscience est un outil pour : - Apprendre à manger en pleine conscience, c'est-à-dire attentivement, en faisant attention au goût, et au rassasiement. - Apprendre à augmenter sa tolérance émotionnelle face à des pensées douloureuses, pénibles, et ne pas manger en réponse. La consigne est d'ouvrir la porte à toutes les pensées, images mentales, à toutes les émotions et sensations physiques qui peuvent en découler, à examiner tout cela sans jugement, puis à revenir sur la respiration. Les séances peuvent, selon les pensées et émotions qui se présentent, se révéler agréables ou désagréables. Il s'agit de vivre le moment présent, tel qu'il est, sans chercher à éviter quoi que ce soit. Les pensées et émotions pénibles, lorsqu'elles sont acceptées, lorsqu'on ne lutte pas contre elles, s'évacuent habituellement d'elles-mêmes. La pleine conscience est tout particulièrement indiquée dans les états de stress et d'anxiété, pour apprendre à se distancier des pensées, images mentales, et émotions pénibles. Comme vous voyez, il ne s'agit nullement de relaxation, même si parfois cela relaxe.
01/02/2012 (19:21) chains Bonsoir Docteur, En ce qui me concerne, j'appréhende énormément de me peser. J'ai peur bien sûr de voir que mon poids n'a pas diminué mais surtout qu'il a augmenté et pas de peu. J'ai peur de ce que ce nombre aura comme conséquence sur mon moral et sur mon comportement alimentaire par la suite. Que faire pour dédramatiser le nombre que l'on voit sur la balance? Merci pour ce chat. Ah, les balances, comme ce serait bien de les balancer ! Ah, le fétichisme du poids, du chiffre ! Comme c'est bien de notre temps ! Pour mesurer vos progrès, je vous propose de changer de thermomètre : utilisez vos sensations alimentaires et le respect que vous leur témoignez. Utilisez votre capacité à tolérer vos émotions sans réponse alimentaire. Le poids suivra.
01/02/2012 (19:24) La Dnine Bonjour, j'aimerai savoir à partir de quand on commence à maigrir avec cette méthode. S'il faut être super patiente car on maigrit au bout d'un mois, ou bien je fais quelque chose de travers et je ne maigris pas pour l'instant: ça fait 15 jours environ que j'ai commencé et je suis tout à la lettre. Merci. Bonsoir La Dnine, Avec cette méthode, on commence à maigrir quand on parvient à écouter et respecter sa faim, écouter et respecter ses sensations de rassasiement, quand on mange attentivement, sans culpabilité, sans anxiété, quand on ne mange plus guère en fonction de ses motions. Autant dire qu'il est tout à fait normal que pour le moment, votre poids ne descende pas. C'est que notre idée, ce n'est pas que vous maigrissiez à toute vitesse, mai que vous fassiez des progrès durables.
01/02/2012 (19:29) Teresa Bonsoir docteur, pourquoi la cortisone est-elle contre-indiquée pour commencer ou faire un régime ? La cortisone a différents effets sur le poids: elle fait stocker de l'eau, elle dérègle les sensations alimentaires, augmente l'appétit, diminue la satiété. On grossit donc généralement. Fort heureusement, les chose rentrent dans l'ordre à l'arrêt du traitement. Et puis, quel régime? Pourquoi un régime? Pas de régime, teresa. Avec ou sans cortisone. M'enfin !
01/02/2012 (19:30) G. Apfeldorfer Ai-je bien répondu? Pas aussi bien que je l'aurais voulu, que vous l'auriez voulu. Et voilà le perfectionnisme qui se repointe, n'est-ce pas? Bah, allez, je vous dis au revoir, et à la prochaine fois!
X