Chat du 14 septembre 2011 avec Jean-Philippe Zermati

14/09/2011 (18:34) JPZ Bonjour tout le monde, Bienvenu sur le chat de cette semaine.
14/09/2011 (18:37) capuccino Bonsoir Docteur Zermati, Avant toute chose, je voudrais adresser tous mes remerciements à l'ensemble de l'équipe qui nous soutient dans nos efforts quotidiens pour aboutir dans cette extraordinaire aventure et qui sans cesse subissent nos questions, nos doutes, notre mauvaise humeur mais qui y répondent toujours de manière très professionnelle. Après 2 mois d'abonnement et de pratique de la méthode LC, il est temps pour moi de faire un premier bilan. Il est plutôt positif puisque j'ai abandonné toute pratique d'un régime quelconque et que les crises d'hyperphagie qui m'assaillaient quotidiennement ou presque, ont disparu. Les 2 seules crises dont je me souvienne ont d'ailleurs été compensées par une faim qui ne s'était manifestée que très tardivement après et que j'avais respectée grace à la RPC. Je ne passe plus des heures à faire mes courses et j'arrive à me raisonner pour ne plus acheter au-delà des besoins alimentaires du foyer, la peur du manque commence elle aussi à reculer...Que de progrès malgré mes doutes et mes angoisses. Malgré tout, le désir de perdre du poids de façon visible est toujours là. Je sais que j'en perds un peu, grammes par grammes mais pour que ce processus perdure, il ne faut pas dépasser la limite du rassasiement. Or cette limite entre assez et un peu trop est très faible. Comment être sûre que la perte acquise n'est pas un hasard et que le processus continuera encore ? Merci de votre réponse. Bonjour Capuccino, Celà me fait plaisir d'apprendre que vous progressez et que votre santé s'améliore. Vous êtes sur le bon chemin. Mais il faut résister à la tentation de prendre des raccourcis. Vos troubles ont sensiblement régressé. Mais, au bout de 2 mois, ils n'ont sans doute pas encore totalement disparu. Ils pourraient ponctuellement réapparaitre et il ne faudra surtout pas les dramatiser. Cette évolution est normale. Elle met à l'épreuve la solidité de vos progrès. Vous avez très bien réagi. Pour ce qui est du poids, 2 mois, ce n'est rien. Vous allez progressivement atterrir à votre poids d'équilibre... Pour peu que vous laissiez votre poids évoluer tranquillement et que vous ne vous stressiez pas quand vous mangez. Les exercices sur les SA et la PC vont vous aider à détecter votre rassasiement. Plus vous focalisez sur le rassasiement plus il est difficile à détecter ou à respecter. Paradoxalement, la meilleure manière de le détecter est d'adopter à son égard une certaine décontraction, une vigilance insouciante. Il n'est pas utile de le respecter scrupuleusement et à 100 %. Tout ne se joue pas à la bouchée près. En cas d'erreur, il faut simplement laisser la régulation reprendre son travail. C'est ainsi que tout se mettra en place. Et pour longtemps ! Bonne route.
14/09/2011 (18:37) Véro Bojour : je suis en phase "observation du comportement alimentaire" ; or influencée par mon inscription sur le site j'ai déjà commencé à modifier certaines choses (comme mettre du sucre dans mon café le matin, au lieu de sucrettes...) Est-ce que cela va fausser l'observation. Et enfin doit-on vraiment compter comme aliment qu'on n'aime pas des produits allégés qu'on apprécie, sous prétexte qu'ils sont allégés ? Merci Bonjour Véro, Mieux vaut, en phase d'observation, modifier le moins possible vos habitudes dans un sens qui pourrait vous faire prendre du poids. Le problème n'est pas tant de fausser le bilan que le risque de grossir et de se décourager. Les modifications doivent être progressive et guidées par le programme pour réduire au maximum le risque de prise de poids. Quant aux aliments allegès intégrés à votre alimentation quotidienne, il ne faut effectivement pas les considérer comme des aliments qui ne satisfont pas. Personnellement, je consomme depuis l'enfance du lait demi-écrémé. C'est une affaire de goût et non de poids.
14/09/2011 (18:37) pnina Bonsoir, je pars en vacances pendant 10 jours et je ne suis pas certaine que j'aurai une connection internet. Comment faire? Un grand merci pour la méthode! C'est ce que je cherchais depuis longtemps :-) Bonjour Pnina, Durant ces 10 jours vous pouvez emporter des devoir de vacances. Vous pouvez imprimer des comptes rendus papier et vous entrainer sur vos exercices de pleine conscience et de sensations alimentaires. Sans oublier de vous détendre ! Bonnes vacances !
14/09/2011 (18:40) bordelaise La ménopause améne-t-elle automatiquement une prise de poids? Bonjour Bordelaise, Loin de là. La ménopause s'accompagne essentiellement d'une migration des graisses corporelles. Sous l'effet du changement de statut hormonal, les graisses du bas du corps migrent sur l'abdomen. Au moment de la ménopause, le statut hormonal de la femme se rapproche de celui de l'homme et elle adopte une répartition androïde de ses graisses corporelles. Cette modification s'effectue généralement à poids constant. Pour autant, la période de la cinquantaine n'est pas de tout repos, la ménopause est aussi un événement psychologique compliqué dans la vie d'une femme dont le changement de formes corporelles n'est que l'un des aspects. Bonne journée.
14/09/2011 (18:43) emmaz Bonjour Docteur Zermati je voulais d'abord vous remercier pour cette méthode qui me semble très enrichissante, je vais d'ailleurs bientôt lire un de vos livres. En ce moment j'en suis aux première séances de RPC, je ne parviens pas à les faire tous les jours, pas plus que les exercices sportifs... Et hier soir, j'ai pu "observer" une splendide EME que j'ai "choisi" de concrétiser, tout en prenant (enfin) conscience que j'avais recours à la nourriture comme "calmant", cela faisait un certain temps que cela n'était pas arrivé. J'ai réussi je pense à réguler en ne mangeant pas sans faim aujourd'hui. J'espère parvenir à suivre l'ensemble du programme au quotidien (carnets, 2 séances de RPC, exercices sportifs), mais si je n'y arrive pas, que conceillez-vous? Faire les séances de RPC un jour sur deux, et alterner avec des exercices? Ou la RPC tous les jours, et les exercices de temps en temps? Je crois que je vais être obligée de trouver mon propre rythme pour ne pas me décourager, mais faire l'ensemble de ce qui est proposé tous les jours c'est compliqué pour moi. Un grand merci. Bonjour Emmaz, Merci pour vos encouragements. Le programme est effectivement très riche. Chacun doit le suivre à son rythme et l'adapter à ses contraintes et son emploi du temps. Les exercices de PC au quotidien sont sans doute les plus intéressants pour travailler sur les sensations alimentaires et ensuite les émotions. Les exercices physiques sont très intéressants pour se réconcilier avec son corps. Ce sont aussi de bons régulateurs émotionnels. Dans votre cas, je vous suggère de mettre l'accent sur la RPC et de faire les exercices physiques en fonction de votre emploi du temps. Trouvez votre rythme. Finalement ce programme est un peu comme un ouvrage en plusieurs tome. On n'est pas obligé de tout lire d'une traite. Parfois on lit un peu, beaucoup, pas du tout. Et parfois on le met de côté pour un peu digérer. Bonne lecture.
14/09/2011 (18:45) Swami Bonjour, Je constate mais ne juge pas. La sagesse populaire parle d'appétit et d'appétit sexuel. Avez vous connaissance ou observé des liens entre l'appétit et la sexualité ? Les prélats de Rome ainsi que les moines sont représentés pléthoriques, comme les eunuques, (les boeufs et les chaperons). La chasteté amène t'elle à la pléthore (ou la pédophilie) ??? et beaucoup de relations sexuelles se font après le restaurant comme au temps de Rome et des Rois après les orgies. Avez vous aussi remarqué des correspondances comportementales sur l'appétit les jours de Nouvelle lune et de Pleine Lune dans les carnets alimentaires de vos patients ?? En astrologie la lune est en relation avec l'estomac, la nourriture, le sein et est exaltée en Taureau. D'ailleurs la vache possède quatre estomacs et quatre tétines. Avez vous aussi remarqué un lien entre la pléthore et certains signes du zodiaque chez vos patients ? Merci et sincères salutations Bonjour Swami, A là, c'est une colle. Il n'y a pas d'études sur ce sujet. On peut néanmoins imaginer que certaines personnes privées des plaisirs sexuels pourront compenser par d'autres plaisirs de la chair. Quant aux signes du zodiaque, j'avoue ne pas en tenir compte. Bonne continuation ! Enfin si vous avez des pistes...
14/09/2011 (18:46) sushimiam Bonjour docteur. Ma question concerne mon impossibilité à m'arrêter de manger même si je sens que je suis rassasiée. Je sens que mon corps me dit d'arrêter mais mon esprit me demande encore de la nourriture. Je ne sais pas si c'est par peur de ne pas être suffisamment nourri ou parce que la sensation de pleine-itude est une sensation qui me rassure. Comment une fois que j'arrive à ressentir la satiété et la faim, comment mettre mon esprit au diapason? Merci Bonjour Sushimiama, Ce comportement est habituel en début de parcours. Cette absence de rassasiement se résorbe pas par un effort de volonté mais par un travail spécifique sur la restriction et les émotions. Le programme va vous aider à en déterminer les causes et vous proposer des outils pour y remédier. Sachez surtout que cette difficulté est normale et que votre programme en tiendra compte. Bon courage.
14/09/2011 (18:49) eileen Bonjour, je me rends compte que j'ai peur de sortir de mes "sentiers battus" , c'est à dire que je me rends compte que je mange toujous la même chose (entrée-plat-fromage-dessert) avec les mêmes portions (sans doute celles que je m'autorise inconsciemment). Du coup, lorsque je mange différemment, par exemple salade et dessert, je me sens perdu, je mange plus et je fini très souvent au delà de la satiété et parfois en compulsion. Comment faire pour arriver à manger "normalement" en toutes circonstances si je peux dire. J'espère que ma question est assez claire. merci Bonjour Eileen, Il est difficile de ne plus manger avec sa tête. On mange ce qu'on pense devoir manger sans être véritablement connecté à ses besoins. En fait, on mange des étiquettes. Ce phénomène est bien connu des ?nologues. on fait déguster un vin moyen avec l'étiquette d'un grand cru et on obtient une note élevée. C'est un peu ce qu'on fait quand on est en restriction cognitive. On mange selon des pensées. Dans votre cas, il semble que vous ayez peur de quitter ces "sentiers battus", faussement rassurant,par crainte de trop manger et probablement de ne pas maigrir. Mais cela vous éloigne de vos besoins. Il va bien falloir vous faire confiance et laisser vos sensations prendre le contrôle et faire votre travail. Pour le moment, vous travailler à leur place et vous ne leur donner pas leur chance. Je ne sais pas où vous en êtes de vos expériences alimentaires, mais elles devraient vous aider à mieux accepter vos sensations. Bon courage.
14/09/2011 (18:51) Sandrinedf Bonjour, je viens d'avoir un déclic : je souffre de TCA depuis mon enfance : hyperphagie pour calmer mes angoisses suivies de régimes à répétition depuis toujours. En commençant votre méthode, je trouve enfin ce que j'attendais : me poser les bonnes questions et non plus passer ma vie entre restriction et culpabilité. Je viens de me rendre compte que le décès brutal de mon papa quand j'avais 6 ans (accident de voiture) qui a crée un grand vide dans ma vie, sans suivi psychologique particulier pourrait être la cause du début de ce "désordre". Si oui, comment prendre cela en charge plus de 30 ans après ? Est-ce que ce choc ne m'a pas ébranlée de façon irrémédiable, quelque que soit les prises de conscience et le suivi des étapes conseillées ici ? Bonjour Sandrinef, Bravo pour cette prise de conscience. Les facteurs déclenchants et les facteurs d'entretien nécessitent peut-être des approches différentes. Le décès de votre papa est peut-être encore un traumatisme qui pourrait bénéficier d'un traitement EMDR. Il s'agit d'une thérapie émotionnelle basée sur la remémoration de souvenirs traumatiques et accompagnés d'un travail sur les mouvements des yeux. A l'origine, ce traitement a été utilisé avec succès dans le syndrome post-traumatique des vétérans du viet-nam. Les conduites hyperphagiques sont à considérer comme des évitements émotionnels et pourront largement bénéficier du programme LC. On est pris en tenaille entre la besoin de se calmer et la peur de grossir ou de ne pas maigrir. Bienvenue parmi nous.
14/09/2011 (19:00) eleo j'essaie d'observer ma faim j'y arrive mais par contre étant gourmande je suis capable de manger sans avoir faim exemple cet après midi figues (sur l'arbre) et sorbet de fruit de la passion! Bonjour eleo, Respecter sa faim et ses sensations alimentaires est le point d'arrivée du programme, pas le point de départ. Il est donc normal que vous éprouviez cette difficulté. Suivez le parcours pas à pas pour en venir à bout. Et pour ce qui est de la gourmandise, vous verrez qu'aussi que soit un aliment, il ne procure jamais autant de plaisir qu'en ayant faim. A bientôt.
14/09/2011 (19:06) mereleub bonsoir Il est toujours difficile pour moi de resister aux EME et le retour à la maison le soir est carrement catastrophique..les exercices de pleine consciences ne me viennent pas spontanement, est-ce juste une question d'entrainement? Bonsoir merleub, les exercices de pleine conscience sont à utiliser dans un premier temps dans des périodes de calme afin de pouvoir ensuite être utilisés dans les situations de crises. Mais sous une forme différentes. Un peu comme dans les arts martiaux. On s'entraine longuement à froid pour tout utiliser en quelques secondes le jour du combat. Entrainez-vous à pratiquer vos exercices en travaillant les situations d'inconfort physiques. C'est le point important pour augmenter leur efficacité. A bientôt.
14/09/2011 (19:07) zou29 bonjour JP Zermati, j'en suis à presque 3 mois de méthode, et me sens quelque peu démotivée...passage obligé ? lassitude ? (aucune perte de poids à ce jour) mais ce n'est pas l'essentiel. aujourd'hui j'ai une impression de vide, je viens de réaliser grâce à un post sur le forum, qu'il fallait faire le deuil du vouloir maigrir ! et je trouve çà très pertinent ! çà me parle, sauf que tout d'un coup, çà ressemble à une perte ! 40 ans à vouloir maigrir, alors qu'en fait il vaut mieux oublier !!! je veux y arriver à l'oublier, mais en même temps j'ai l'impression de basculer et de ne même plus savoir à quoi me retenir. comme si j'avais touché du doigt quelque chose d'essentiel... je croyais que "vouloir maigrir" était mon amie de tous les jours alors que c'était une ennemie ? peut être est ce que c'est ce à quoi vous voulez qu'on arrive, mais je ne l'avais encore jamais perçu comme çà...qu'en penses vous ? Bonjour Zou29, Vous abordez la question très délicate de l'acceptation. La plupart des personnes la voit comme une résignation. Ce qui est en réalité le contraire de ce que veut exprimer ce concept. L'acceptation est surtout un moyen puissant d'obtenir un changement quand on est bloqué par ses émotions. Notre programme est destinée à aider chaque personne à rejoindre son poids d'équilibre. Sachant que la plupart des personnes en surpoids se trouvent au-dessus. Mais, comme vous le constatez dans les forums, il arrive que la peur de grossir, de ne pas maigrir ou de regrossir devienne un facteur de blocage. Cette situation est la conséquence de l'impulsivité alimentaire : les émotions entrainent une envie de manger. Or chez nos abonnés le poids est le stress principal. C'est lui qui génère émotions et pensées pénibles. Il se retrouvent donc dans un cercle vicieux. La peur les fait manger et les fait grossir. C'est donc la faculté d'être en mesure d'accepter ces pensées et émotions pénibles sans chercher à les atténuer par de la nourriture qui leur permet de sortir du cercle vicieux. Accepter est vécu comme un libération qui permet de se dégager des facteurs de blocage et de faire avancer ses actions dans le sens de la perte de poids si le corps se trouve au-dessus de son poids d'équilibre. Je sais que ce n'est pas si simple. Mais vous semblez être en chemin. Ce n'est donc pas le poids qu'il faut accepter. Pour le moment vous ne savez d'ailleurs pas si vous êtes à votre set-point. Ce sont les pensées et les émotions désagréables qui en découlent. Bon courage. Nous en reparlerons sur le forum.
14/09/2011 (19:09) Chantalou62 Bonsoir Docteur, je me joins à toutes celles et tous qui vous remercient vous et vos équipes pour votre approche tellement bienveillante et constructive de nos difficultés avec nos émotions et leur retntissement sur nos comportements alimentaires. Mon intervention vise simplement à témoigner du fait que, après une période d'intensse efforts cérébraux pour observer, comprendre, disséquer, analyser, interpréter, etc. mes comportements alimentaires, je rentre maintenant dans une phase ou je réapprends simplement à me sentir vivre et à y prendre du plaisir. Aprrès des mois de rapports passionnés et donc compliqués avec mes émotions et mes comportements, je redécouvre le plsisir de vivre tout simplement. Je ne sais pas si c'est le bon chemin mais en tous cas, je trouve ça délicieux. Et puis, la pratique régulière de la RPS me permet de gérer de mieux en mieux mes crises de panique nocturnes au point de retrouver le sommeil en lieu et place d'insomnies de longue durée. Ce sont de premiers résultats que je trouve gratifiants et qui encourage ma patience en attendant une réelle perte de poids.Pour l'instant, mon poids est stable et c'est aussi un résultat intéressant. Merci à vous et courage à tous! Merci Chantalou pour ce témoignage qui réconforte et fera chaud au coeur de tous nos membres. Je vous félicite de ne pas avoir été tenté de mettre la charrue avant les boeufs. Vous pourrez bien mieux travailler sur vos sensations alimentaires et votre poids en ayant apaisé vos émotions. Bonne continuation. A très bientôt.
14/09/2011 (19:15) Tourmaline Bonsoir, comment faire quand, ayant commencé à manger tranquillement, je vis un dérapage vers une compulsion. Une EME en dehors des repas, je trouve maintenant cela plus simple à gérer et il y en a beaucoup moins (surtout depuis que j'ai accepté de m'octroyer consciemment du réconfort quand j'en ressens le besoin), mais en cours de repas, je sens parfois que cela vire vers le grand n'importe quoi et je ne sais pas quoi faire. Je n'arrive pas non plus à mettre le doigt sur le déclenchement. comment avancer ? Bonjour Tourmaline, Il n'est pas toujours facile de trouver la cause d'une émotion. Mais ce n'est pas non plus absolument indispensable. Les EME qui surviennent au cours du repas sont souvent déclenchées par le repas lui-même. C'est le repas ou quelque chose au cours du repas qui est le stresseur. Il arrive souvent que la pression que l'on se met à respecter la satiété en soi la cause. Dans tous les cas, essayez d'observer et de vous décrire la sensation d'inconfort que vous ressentez. Ne dramatisez pas et acceptez ce qui est en train de vous arriver. De toutes façons, c'est déjà là. Ensuite, quand vous aurez laissé passer vos émotions revenez à l'écoute de vos sensations et laissez-vous guider. Bon courage.
14/09/2011 (19:19) christ045 Bonjour, je suis au tout debut du programme au moment de decaler le petit dej . Je viens de m'apercevoir que quand je uis fatiguée je mange n'importe quoi§ Je sais pas comment eviter ce phenomene vu le nombre d'heure de boulot Bonjour Christ, Le programme vous guidera pour surmonter cette difficulté. Le but du programme n'est pas de faire disparaitre les fatigues ou les contrariétés de la vies. Mais de faire en sorte qu'elles ne vous fassent plus manger. Ce que nous traitons ce sont les envies de manger provoquées par la fatigue ou les émotions. Vous en êtes au début du programme, ces difficultés sont normales. Bon courage.
14/09/2011 (19:24) Sciuc Bonjour Docteur, Merci pour votre approche innovante qui m'a changé la vie... Imaginer qu'il faut manger quand on a faim! Bref, mon problème est que je n'ai jamais faim. Je viens de commencer l'apprentissage de la faim, j'ai vaguement goûté à 16h30 parce que j'étais en compagnie, mais toujours rien... Et ça dure depuis toujours, notamment les deux mois et demi que je viens de passer "avec vous". Très efficace, j'ai perdu une dizaine de kilo, mais bon, quand aurai-je faim? Bonjour Sciuc, Il est possible que vos sensations de faim tardent à revenir si vous êtes très au-dessus de votre set-point et que vos besoins énergétiques soient peu élevés. Vos sensations apparaitront sans doute au fil de la perte de poids. Entrainez-vous à les détecter en pratiquant régulièrement le body-scan. Bravo !
14/09/2011 (19:25) Chantalou62 Comme Tourmaline, il m'arrive d'avoir des EME en cours de repas. J'ai testé le fait de faire précéder le repas dune séance courte de pleine conscience et ça m'a aidée à créer peu à peu les conditions d'un repas plus serein. Idée de la boîte à idées à utiliser sans modération et qui, sans être une panacée, peut aider à gérer un moment délicat. Merci chantalou, cette suggestion pourra aider beaucoup d'autres personnes. A bientôt.
14/09/2011 (19:32) zou29 concernant ma motivation, j'ai constaté que nous sommes plusieurs sur le site à avoir cette même lassitude. j'en suis à gérer les fins de journées avec pause, mes fins de journées sont mon gros problème et je n'arrive pas du tout à faire cet exercice. je voudrais redemarrer cet exercice à zéro afin de le comprendre, au risque de me démotiver encore plus ou bien je continue et y verrai plus clair au protocole suivant ? merci de m'aider à continuer Rebonjour Zou29, les variations de la motivation sont normales dans tout projet ambitieux. Il est normal de passer par des phases de découragement et des phases d'excitation. Voyez comme chacun passe par des hauts et des bas. Et comme il est réconfortant de trouver du réconfort et du soutien auprès des autres. Le problème des fien de journée est le plus fréquent. C'est là que se cumule fatigue, stress et faim. Tout y est pour déclencher une EME. Je vous suggère de vous entrainer à vos exercices de PC "à froid" avant de tenter de les utiliser en situation de crises. Si vous subissez une EME, n'hésitez pas derrière à sauter votre repas si la faim n'est pas encore là. Il est inutile de s?infliger une double peine. A très bientôt.
14/09/2011 (19:32) JPZ Merci à tout le monde pour votre participation. Rendez-vous sur les forums.
X