Chat du 16 novembre avec Gérard Apfeldorfer


16/11/2011 (18:31) G. Apfeldorfer Surprise! Je ne suis pas JP Zermati. Mais alors qui est-il donc, celui-là? Gérard Apfeldorfer, pour vous servir. Mais rassurez-vous JP Zermati va bien et sera là la semaine prochaine.
16/11/2011 (18:33) jul Bonjour à tous ! Je suis nouvelle (6 jours seulement), donc je n'ai pas encore vraiment de question, mais déjà je suis enchantée, car ce que vous proposez sur LC n'est que du bon sens et ça fait du bien. Alors bien sûr, j'en parle autour de moi. Et, j'ai une amie qui est obèse, car régimes à répétition depuis sa plus tendre enfance... Elle envisage de s'inscrire également à LC, mais non pas pour maigrir, mais pour normaliser son comportement alimentaire. En effet, elle a perdu 20 kg l'année dernière au prix d'un ènieme régime ; elle est stable, mais est sujette à des compulsions alimentaires dès qu'elle est stressée (les fameuses EME, dont j'ai entendu parlé sur le forum...). Mais, elle a un problème supplémentaire : elle a un problème hormonal (hyperhirsutisme ??). Elle a donc un traitement et ce traitement lui donne toujours faim (son endocrino lui a confirmé que c'était sans doute son traitement qui faisait ça). Elle se demande donc si LC pourrait lui convenir sachant qu'elle ne pourra pas se reposer sur ses sensations alimentaires, étant donné qu'elle a toujours faim, même après un repas copieux ?? Qu'en pensez-vous? Merci pour elle. A bientôt... Merci jul, Ça fait du bien, ce que vous nous dites là ! En ce qui vous concerne, pas en ce qui concerne votre amie, pour laquelle je suis désolé. Il est exact que certains médicaments dérèglent les comportements alimentaires, en brouillant les sensations de satiété et de rassasiement. Pour certains médicaments et à doses importantes, les sensations de satiété disparaissent complètement, et il n'y a pas grand chose à faire. Dans d'autres cas, ces sensations sont juste amoindries, et on peut travailler à les retrouver. Si votre amie est contrainte de se restreindre en raison du traitement médicamenteux, elle peut tout de même bénéficier du travail sur les envies de manger émotionnelles (EME) puisque c'est son cas. Bonne continuation.
16/11/2011 (18:34) VinVin Bonjour Docteur et merci pour cet excellent site. Je suis dans le programme au niveau du "body scan". Travaillant à l'extérieur, je n'arrive pas à trouver un moment dans la journée pour pratiquer. J'ai essayé de me lever plus tôt ou de le faire le soir lorsque les enfants sont couchés mais, à chaque fois, je m'endors, même assise ! J'ai juste pu le faire "correctement" le week end et ce mercredi de congé. Je sens que ça me permet de renouer avec mon corps mais le manque de régularité me fait probablement perdre l'installation d'un "cercle vertueux" vis à vis de moi-même. Pensez-vous que cette difficulté à trouver un moment pour pratiquer tous les jours soit une sorte d'évitement? Dois-je me forcer et le faire même si je dois me battre contre le sommeil? Merci pour votre support. Drôlement fatiguée, hein ? Je sais que la vie n'est pas facile, quand on a des enfants, un mari à charge, sans compter le travail et tout le reste. Alors, de l'évitement, peut-être pas. Et se forcer, je ne pense pas que cela soit réalisable. Posons la question autrement : et si c'était une affaire de vie ou de mort ? Si on vous disait, faites ce programme et vous serez sauvée, ne le faites pas et vous serez perdue. Qu'êtes-vous prête à sacrifier, ou bien choisissez-vous de vous sacrifier ? Le nombre de minutes par jour est strictement défini. Pour avoir des minutes à soi, il n'y a pas d'autre moyen que de les voler à d'autres. Bon courage.
16/11/2011 (18:37) Paquito Bonsoir, je me demandais si notre corps subissait des variations saisonnières. Je m'explique : depuis quelques jours, j'ai plus faim qu'auparavant, et du coup je mange plus. J'associe cela à l'arrivée du froid. Peut-on penser que, comme le prétend la sagesse populaire, je "fais du gras" en prévision des rigueurs de l'hiver, comme tous les animaux prévoyants ? En conséquence, il serait normal de peser plus en hiver qu'en été. Qu'en pensez-vous ? Oui Paquito, en moyenne la population pèse quelques kilos de plus à la sortie de l'hiver. Les marmottes, c'est le contraire, elles sont plus lourdes à l'entrée de l'hiver, ce qui est plus intelligent, surtout si on hiberne. En fait, dans l'espèce humaine, cela semble plutôt dû à une plus grande sédentarité dans la mauvaise saison. Pas de quoi s'affoler, du moment que d'année en année, en dépit des variations saisonnières, on est à son poids d'équilibre. Bonne continuation.
16/11/2011 (18:39) martichou Bonjour Docteur, Je suis inscrite sur votre site depuis seulement 10 jours. Je n'ai pas vraiment de problèmes de poids. En effet, je me prive et contrôle mon poids et mon alimentation depuis l'adolescence et j'ai 54 ans. Je pense être une mangeuse compulsive. J'aimerai enfin guérir de ces obsessions qui me gâchent la vie. Pour l'instant tout se passe bien, je suis votre programme avec assiduité, je me prends toujours la tête avec la nourriture mais ce n'est pas pire qu'avant mon inscription. Depuis 10 jours je fais l'effort de manger en compagnie de mon mari, de rajouter des aliments plus gras ou plus sucrés, de respecter mes sensations. Pour combien de temps je ne sais pas car j'ai bien trop peur de grossir !!! Voilà ma question : Ce week end une amie m'a offert une magnifique boîte de chocolat (le cadeau empoisonné !). Depuis je ne pense plus qu'à me jeter sur ces malheureux chocolats. Je sais que si je craque je vais vider la boîte en une soirée et après me détester? Hier mon mari a ouvert cette fameuse boîte. Lui, il n'a mangé qu'un seul chocolat (moi, je ne pourrai jamais arriver à faire comme lui !). Je sais que je ne vais pas résister encore longtemps, que faire, comment me raisonner ? Ne me demandez pas de la jeter j'en suis incapable !!! Je vous remercie mille fois pour votre réponse et j'espère ne pas avoir craqué d'ici là. Bienvenue martichou dans le programme ! Je suis sûr que celui-ci va vous aider à faire la paix avec les chocolats. En ce qui me concerne, j'en mange tous les jours. Un jour sans chocolat, quelle horreur ! Grâce aux exercices sur les sensations alimentaires, la faim, la satiété, puis la consommation d'aliments très caloriques (qui ne se mangent pas comme les aliments à faible densité calorique), mais plus attentivement, en guettant le rassasiement) vous allez apprendre à manger le chocolat comme il mérite de l'être ! bonne continuation.
16/11/2011 (18:42) Grazia bonsoir dr Z. j'ai vu sur les blogs que toutes les personnes qui arrivent bientôt à l'échéance des 6 mois se posent la question de savoir si une continuation est proposée. la plupart, dont moi, espèrent bien que oui ! C'est G Apfeldorfer qui vous cause dans le poste, et pas JP Zermati. Mais c'est presque aussi bien, non? Toutes les personnes dont l'abonnement arrive bientôt à échéance sont bien entendu invitées à poursuivre leur programme, si elles ne sont pas arrivées au bout de leurs peines. Pour celles qui se rapprochent de la dernière étape, nous sommes justement en train de créer une nouvelle étape venant s'inclure à la fin de votre parcours alimentaire. Cette étape sera prochainement en ligne, d'ici quelques semaines. Cette étape vous permettra alors de faire le point sur votre nouvelle façon de manger et de consolider vos acquis. Dans cette étape vous remplirez un carnet repère ainsi qu'un questionnaire plus psychologique, qui vous donneront ensuite accès à un panel d'outils. Grâce à ces nouveaux outils, vous pourrez apprendre à mieux gérer vos émotions et à assouplir certains traits de personnalité qui peuvent être un frein à un comportement alimentaire régulé. Vous aurez alors l'occasion de travailler au niveau de l'estime de soi, de l'affirmation de soi, de l'image du corps, du perfectionnisme...
16/11/2011 (18:46) Babeth Bonjour Dr. Zermati, j'ai commencé il y a environ 3 semaines. Et j'ai pris 1 kilos !!! pas grand chose, mais pas très encourageant. Pourtant j'ai repris une activité sportive et je pense écouter de mieux en mieux mes sensations alimentaires. Que se passe t-il ? Bonjour Babeth, Ce kilo peut avoir toutes sortes d'origines : Vous avez repris le sport, ce qui conduit à de l'acide lactique dans les muscles et de l'eau qui est stockée. Ou même, vous avez pris un peu de muscle, ce qui pèse lourd sur la balance. Autre explication : vous vous êtes autorisée à manger sans interdits, mais comme vous n'avez pas encore suffisamment progressé dans l'écoute de vos sensations alimentaires, cela vous a fait manger globalement plus. Je vous conseille de ne pas modifier trop rapidement vos habitudes alimentaires. Vous allez apprendre progressivement à réintroduire des aliments riches. Pas de panique, suivez pas à pas le programme, vous allez perdre ce kilo que vous avez pris, les autres suivront ensuite. Bonne continuation.
16/11/2011 (18:50) Béatchou Bonjour Dct Zermati ! Convaincue depuis longtemps de la véracité de vos propos, c'est tout à fait ravie que j'ai découvert votre site et inscrite immédiatement ! Après avoir plutôt bien démarré le programme, ma difficulté actuelle réside dans le fait d'une très mauvaise santé (diagnostiquée « fibromyalgie probable » par mon médecin traitant) qui me perturbe beaucoup d'une part dans l'évaluation de mes sensations, d'autre part dans la poursuite de mon programme. Certaines sensations de malaise sont-elles dues à la faim ou non ? certaines situations d'inconfort sont-elles dues au « trop manger » ou non ? Sur Internet, beaucoup de sites préconisent un régime alimentaire particulier qui, semble-t-il, améliorerait les symptômes de bon nombre de fibromyalgiques. Il en est de même en ce qui concerne les candidoses généralisées (ce dont je suis davantage convaincue d'être victime) dont l'éradication ne pourrait passer sans un régime abominablement restrictif à mes yeux ! Autant, je me sentirais tout à fait capable d'un régime simple sans sucre (grâce aux lectures des livres du Dct Apfeldorfer et vous-même, j'ai réglé depuis longtemps mes boulimies liés aux produits sucrés) autant je n'ai aucune envie d'éliminer un nombre considérable d'aliments (produits laitiers, viandes, charcuteries, pain et dérivés, fruits? etc !!!!) et je crains immédiatement un retour à des comportements compulsifs, éliminés depuis des années ! Pourtant les témoignages abondent sur l?efficacité de ce type de régime sur le plan des troubles douloureux et de l'épuisement ! Et croyez-moi, j'aimerais vraiment être débarrassée des douleurs chroniques et surtout de la fatigue permanente associée à ces troubles ! Je me sens dans une impasse et la peur d'entretenir, par mon alimentation, la prolifération d'un candida dans mon organisme (un test d'allergie avait révélé une grande intolérance, il y a plusieurs années, et un traitement médicamenteux avait été prescrit, sans vérification par la suite) me décourage complètement. Merci de me dire ce que vous en pensez? Cordialement, Béatrice Bonjour Béatchou, Ce n'est pas Jean-Philippe Zermati qui est de l'autre côté de l'ordinateur, mais Gérard Apfeldorfer. La fibromyalgie est une maladie mystérieuse et bien invalidante. Il est important que vous parveniez à distinguer les sensations douloureuses de la maladie et les sensations de faim (ou de satiété exagérée), faute de quoi vous mangerez de façon inadéquate. Le body-scan est l'exercice de base à faire de ce cas. Le BS, et les autres exercices de PCS sont importants pour vous car ils peuvent aussi vous aider du côté de ces douleurs chroniques. La PCS a prouvé son efficacité dans ce type de douleurs. Il s'agit d'arrêter de lutter contre ses douleurs, de les refuser (ce qui les aggrave) pour les accepter, leur faire une place en nous, et augmenter sa tolérance à ces sensations, vivre avec en somme. A lire : Au coeur de la tourmente, la pleine conscience. Jon Kabat-Zinn, De Boeck, 2009 En ce qui concerne des régimes pour la fibromyalgie, il n'y a aucun argument scientifique allant dans ce sens. On suspecte quelque chose du côté du gluten, mais rien n'est vraiment sûr. Pour la candidose, c'est un peu la même chose : on dit des tas de trucs sur Internet. Bon courage.
16/11/2011 (18:56) tita Bonjour Dr Zermati, cela fait depuis 2004 que je connais votre méthode (Maigrir sans régime). J'ai même été suivie a l'époque par le Dr Santi qui partage votre cabinet. En 2005 je me suis expatriée et j'ai été obligée de faire toute seule (bien contente que ce site existe aujourd'hui , merci !). Le problème est que je me sens quand même au régime avec votre méthode. Je suis très frustrée de devoir manger moins de n'importe quoi (que ce soit du chocolat, du saucisson, de la ratatouille ou de la salade de fruit). Je vais arriver a respecter ma faim et satiété pendant quelques semaines, puis tout part en sucette, je ne respecte plus rien et c'est même pire. Comme après un régime. Et c'est ainsi depuis 2004, je fait du yoyo. Comment faire pour ne pas avoir l'impression d'être contrainte et frustrée de devoir moins manger , d'être au régime ? Merci d'avance, Tita. Heu bonjour, moi c'est Gérard Apfeldorfer. Je suis le remplaçant du Dr Zermati. Désolé. Si vous êtes frustrée de manger moins, cela montre que vous pouvez bénéficier du programme LineCoaching, qui devrait vous être d'une grande aide pour sortir de cette façon de manger-là. Lorsqu'on mange quand on a faim, avec attention, avec délectation, en pleine conscience, il n'y a aucune frustration à s'arrêter, puisqu'on s'arrête quand son plaisir est en fin de course. Cela s'appelle le rassasiement. Vous allez découvrir tout ça.
16/11/2011 (18:57) wooki Bonjour. J'ai l'impression que je suis souvent en hypoglycémie : jambes en coton, fringale, mal de tête, j'ai très chaud, je tremble. 9a arrive n'importe quand, lorsque je n'ai pas mangé depuis plusieurs heures, mais aussi juste après le repas. Médicalement, je n'ai rien, tout est normal (j'ai déjà eu des tests pour mesurer la glycémie). Pourriez-vous me donner des pistes quant aux raisons de ces "crises", est-ce que c'est bien de l'hypoglycémie, et que faut-il que je fasse dans ces moments, manger ne me paraît pas un bonne solution. Merci à vous. Wooki Bonjour Wooki, La fringale hypoglycémique est une sensation de faim impérieuse, accompagnée de sensations désagréables, de fatigue, de difficultés à se concentrer, puis de pâleur, de sueurs, de tremblements, d'anxiété. Les jambes sont flageolantes et le malaise va parfois jusqu'à l'évanouissement. Toutes les fringales ne sont pas liées à une hypoglycémie et certaines sont plutôt dues à l'hyperréactivité au stress et aux émotions, chez certaines personnes nerveuses. La cause est alors une libération excessive d'adrénaline, hormone du stress, qui déclenche des sueurs, des palpitations ou des tremblements peu différentiables de la véritable hypoglycémie. Une simple mesure de la glycémie ne suffit pas à faire le diagnostic. Voyez avec votre médecin et envisagez des examens plus approfondis si ces malaises sont vraiment gênants. Quoi qu'il en soit, lorsque vous ressentez ces manifestations, prenez un produit sucré en petite quantité (boisson sucrée, une sucrerie?) Si votre malaise passe en quelques minutes, c'est sans doute une véritable hypoglycémie. Sinon, votre anxiété est sans doute la cause, et il vaut mieux faire alors une séance de PCS. A bientôt.
16/11/2011 (18:59) althea Bonsoir, je suis le programme depuis un mois environ et je suis soulagée de ne pas avoir à faire un énième régime. Mais.... cette semaine, je dois tester ma faim : petite, moyenne, grande. Or, je suis complètement paniquée à l'idée de sauter deux repas. Déjà sauter le petit déjeuner me stresse, alors le déjeuner en plus, impossible ! D'autant que mon mari me demande si je ne suis pas rentrée dans une secte !...................... Pourriez vous m'aider à ce niveau ? Merci Bonsoir althea, Savoir identifier ses sensations alimentaires est un élément essentiel pour pouvoir manger sur un mode intuitif, et non plus sur le mode du contrôle. L'exercice est aussi prévu pour celles et ceux qui ont peur d'avoir faim, qui ont le sentiment qu'ils ne pourront pas supporter cette sensation. Cette peur d'avoir faim est un élément qui conduit à manger préventivement et trop, et empêche de manger au moment de la faim. Et si on mange sans faim, il n'y a plus de rassasiement, donc plus de point d'arrêt. On mange sans faim et sans fin. Commencez par la petite faim. Elle n'est pas bien terrible. Puis le jour suivant, voyez si vous pouvez attendre un moment avant de manger, puis peut-être encore un moment. Quand cela ne vous paraît plus possible, alors mangez. Cette façon progressive devrait vous permettre d'apprivoiser votre faim. Bonne pratique.
16/11/2011 (19:06) JOEL j'ai bien assimilé la dégustation notamment des premières bouchées à chaque repas qui me permet de mieux me connecter à mes sensations alimentaires et bien évidemment de manger moins selon mes besoins. je trouve que cette méthode est vraiment tres utile et efficace. J'ai appris qu'il semblerait que cette dégustation mettent en oeuvre des mécanismes cérébraux agissant comme un signal pour préparer le corps à la satiété . Est ce vrai ? est ce que cela déclenche vraiment une sorte de réaction chimique a niveau du cerveau ? u Bonsoir joel. Toute notre approche est fondée sur ce que nous savons sur les processus de régulation de la prise alimentaire. Normalement, nos conduites alimentaires sont contrôlées par 2 mécanismes, le mécanisme de faim satiété (en gros, dans l'hypothalamus) et les différents mécanismes du système hédonique, qui sont complexes. Les systèmes hédonistes nous font désirer un aliment donné (et pas un autre) puis lorsque nous le mangeons, nous ressentons un plaisir, qui va en diminuant, jusqu'au rassasiement, sa terminaison. On s'arrête alors de manger ce qu'on mange, et si on a encore faim, on passe à un autre l'aliment. Le point important: si on mange sans plaisir, il n'y a plus de rassasiement gustatif, et on mange alors sans fin. le plaisir est une nécessité physiologique, est un élément de régulation fondamental de la prise alimentaire, et sûrement pas la cerise sur le gâteau, comme on le présente habituellement. Qu'est-ce que nous sommes bien faits!
16/11/2011 (19:07) chamalo bonjour, je suis votre programme depuis 2 mois et en suis à la phase dégustation. Et à travers vos exercices je m'aperçois que j'ai une langue en carton-pâte, enfin ,c'est la sensation que j'en ai! Est-ce que c'est une erreur à la conception auquel cas je remercie mes parents ou est-ce un manque d'éducation de mes perceptions que je zappe depuis mon premier petit pot? Merci en tous les cas pour vos réponses et le travail que vous effectuez.
16/11/2011 (19:09) cesdu66 souvent stressée, je fais de la spasmophilie et cela me déséquilibre au niveau alimentaire.y a t'il des solutions pour mieux gérer ces angoisses? Bonjour Cesdu66, La spasmophilie est comprise aujourd'hui comme essentiellement un trouble anxieux. Les exercices de PCS vont vous aider à progresser de ce côté-là. Faites-les avec attention, consciencieusement, régulièrement. Bon courage.
16/11/2011 (19:13) tita Re-bonjour (je pose mes questions a l'avance, désolée si elles se suivent). Mon autre problème vient de mon père. Je crois que pour lui, les gens qui mangent peu sont des mauviettes. Même mon mari se sent obligé de manger au-delà de sa satiété quand on est invité chez mes parents. Je viens de me rendre compte que je suis comme mon père, et je me sens diminuée et nulle si je mange peu. D'où peut-être cette frustration quand je mange moins si je respecte ma satiété. Que dois-je faire pour vaincre ce sentiment de diminution ? merci encore, Tita. Bonjour Tita, Aujourd'hui, l'important n'est pas la quantité, mais la qualité, le plaisir gustatif. Je vous encourage à choisir des aliments qui vous plaisent et à les déguster.
16/11/2011 (19:14) jul Re-bonjour ! Je suis en léger surpoids et ça ne m inquiète guère, car j'aime les femmes avec des rondeurs... Ce qui m'inquiète, c'est mon comportement alimentaire qui se dérègle depuis 6 mois, avec par conséquent 6 kg en plus (mais encore une fois, ce n'est pas le plus important). En effet, depuis 6 mois, j'ai changé de contraception et j'ai une nouvelle pilule qui fait que j'ai mes règles 3 semaines sur 4. Ça me fatigue, me rend irritable. Quand ça ne durait qu'une semaine, ça allait, car j'étais bien régulée, mais actuellement, je sens bien que l'alimentation fait office de "doudou" et je mange plus que ma faim, surtout le soir, où la fatigue s'accumule. Comme ça dure depuis 6 mois, je ne sais plus si j'ai faim ou non, D'où mon inscription sur LC, car avec les bouquins, c'est pas toujours facile.Donc, ma question est : est-ce que je change de contraception (ce qui revient à un évitement du problème) ou j'attends patiemment les exercices de pleine conscience. Est-ce que ces exercices pourront vraiment m'aider à ne plus me réfugier dans l'alimentation pendant ces 3 semaines par mois ? Merci d'avance et merci pour votre humour ! Re-bonsoir jul. Certaines pilules font prendre du poids en augmentant l'appétit, et en augmentant le stockage d'eau. Bien sûr qu'il faut revoir ça avec votre médecin traitant, ou votre gynécologue, si votre traitement contraceptif n'est pas adapté. Surtout si vos avez des saignements presque tout le mois! A bientôt.
16/11/2011 (19:15) Laurette2 Bonjour Dr Apfeldorfer ! J'aime beaucoup votre fantaisie ! Je suis intriguée car on ne parle jamais de gourmandise dans ce programme ! Moi, je mange souvent par gourmandise... pas plus tard que tout à l'heure : de la salade pour la fraîcheur, du Roquefort pour le fort, un yaourt pour le moelleux, des biscuits au chocolat pour le craquant et pour le chocolat... C'est vraiment l'envie de tous ces goûts et de toutes ces textures qui (parfois) me fait manger ! La gourmandise est une excellente chose et c'est une grande qualité. Elle consiste à se débrouiller pour avoir le maximum de plaisir avec ce que l'on mange, en tenant compte du fait que le plaisir diminue au fur et à mesure qu'on se nourrit, pour finir par s'annuler (sensation de rassasiement). Pour que la gourmandise fonctionne à plein, il convient d'avoir suffisamment faim au moment où on mange, il convient de déguster (bien sûr!) et il convient de repérer le moment du rassasiement, c'est-à-dire la fin du plaisir. Manger au-delà, c'est empiéter sur un plaisir futur. Epicure, j'en suis sûr, n'avait pas de problème avec son poids! Bravo pour votre gourmandise!
16/11/2011 (19:17) apaname Bonjour Dr Apfeldorfer. Je suis inscrite depuis mi aout mais il se trouve que j'ai tout laissé tomber pendant 2 mois et maintenant la motivation est revenue, donc je m'y suis remise sérieusement. Donc ma question est : puis sans problème reprendre après cette pause ? en continuant là ou j'en étais précédemment. Je veux dire par là "est ce que le programme se met en pause et donc est ce que les exercices suivent mon rythme ?". Est ce que j'aurai donc 2 mois de retard au bout des 6 mois ? (oh là là, j'espère que ma question qui est simple en fait ne vous paraitra pas compliquée à comprendre, j'ai l'impression de ne pas être très claire) Bravo apaname d'être revenue à vous! Reprenez les choses là où vous en étiez, comme si de rien n'était. Pas de souci, la vie est devant vous.
16/11/2011 (19:19) lolottelarigolote est-il encore possible de mincir après 25 régimes , des dizaines de kilos perdus et repris et une santé qui se dégrade après une forte progression du poids ? Bonsoir lolotte. Chaque cas est particulier. Compte tenu de ce que vous décrivez, un diagnostic plus approfondi de votre histoire pondérale serait nécessaire. La seule façon de le savoir est de suivre pas à pas la méthode et de s'appuyer sur les résultats que vous observez. Lorsqu'on grossit, qu'on stocke des lipides, on peut soit remplir ces petits sacs cellulaires qu'on appelle des adipocytes (hypertrophie), ou bien les multiplier (hyperplasie adipocytaire). Dans le premier cas, ce qui a été rempli peut être vidé. Dans le second cas, l'hyperplasie, c'est plus difficile et le poids d'équilibre s'installe à un poids supérieur. En fait, dans la majorité des cas, on a sans doute un panachage entre hypertrophie et hyperplasie. Ces phénomènes ne sont pas nécessairement irréversibles. Ce n'est qu'un fois que vous aurez un comportement alimentaire régulé que l'on pourra conclure, ce qui ne semble pas encore être votre cas. Après tous ces régimes, peut-être votre poids d'équilibre s'est-il déplacé vers le haut et vous ne pourrez pas perdre tout le poids acquis. À quel poids pourrez-vous descendre ? Vous le saurez quand vous mangerez en fonction de vos sensations alimentaires, ni plus ni moins. Votre poids descendra jusqu'à votre PE et s'y stabilisera. Si vous avez des problèmes de santé liés ou non à votre surpoids, n'hésitez pas à vous adresser à votre médecin traitant afin qu'il soigne votre diabète, vous hypertension ou autre, quel que soit votre poids. Bonne continuation.
16/11/2011 (19:23) lenou bonsoir, j'ai déjà suivi votre méthode il y a quelques années et je n'ai plus d'aliments tabous je crois. Je suis par contre toujours angoissée par mon poids et je rêve de me réveiller avec 30 kgs de moins j'ai fait une dépression sévère il y a une dizaine d'années et j'ai perdu 30 kgs en 6 mois. Je suis toujours suivi par un psychiatre mais je ne maigris toujours pas. Pourtant je résiste pour ne pas m'affamer mais j'ai le moral dans les talons Bonsoir lenou, Vous avez réussi à vous réconcilier avec vos aliments tabous, c'est déjà un grand pas ! C'est bien que vous ayez commencé notre programme. Il va vous aider à apaiser votre rapport à l'alimentation. Laissez vous guider pas à pas dans le programme, vous allez progresser. Je vous encourage à poursuivre votre suivi avec le psychiatre. Notre programme ne peut qu'être un complément. Bon courage, nous sommes là.
16/11/2011 (19:24) lizzz Bonjour Docteur Zermati, Je me sens mal en ce moment, car depuis l'expérimentation de la faim, j'ai découvert que celle ci, n'était pas toujours la bonne. Parfois mes EME me font des "farces" et je confonds parfois faim et EME...... la faim, m'angoisse tellement qu'elle me fait me ressentir les symptômes de la faim, bref, c'est compliqué ! Du coup j'ai le sentiment que je n'arriverai jamais à avancer, car je ne sais plus rien de moi. Je ne sais plus ce que je ressens. Tout se mélange. Comment faire pour manger quand on a faim, alors que parfois ce n'est pas de la faim, je suis dans le faux, je continue de grossir. Mon dernier régime date de juin 2010, et depuis j'en suis à + 20 kg. J'ai le sentiment qu'ils (les régimes) m'ont trop détraqué et que pour moi, ce sera impossible d'avoir des résultats en mangeant à ma faim puisque toutes mes sensations sont fausses. Je ne sais plus sur quoi me baser pour réussir à me retrouver et enfin mincir. J'avance dans le programme, sans avoir le sentiment d'avoir acquis définitivement des choses, je découvre des choses sur moi, certes, mais je ne change pas mes comportements pour autant. Je continue d'avoir des EME, chaque jour. Je continue de grossir, moins vite, mais tout de même. Avez-vous des patientes qui ont continués à grossir et pour qui les régimes ont été trop « destructeurs » pour réussir à aller mieux ? Comment fait-on lorsque c?est « trop tard » ? Alors, moi c'est pas JP Zermati, c?est Gérard Apfeldorfer. Il est pas là, le docteur Zermati, et c'est moi qui fait le boulot. Je comprends que vous soyez un peu déçue, mais je vais tenter de vous répondre malgré tout. Tout d'abord, je vous rassure : il arrive que des personnes continuent à grossir sur leur lancée, même après avoir démarré le programme. Surtout si elles sortent d'un régime. Vous confondez faim et EME, dites-vous. Voilà qui est diablement intéressant : vous avez désormais que ce n'est pas la même chose, que dans un cas, la réponse adéquate consiste à manger, et dans l'autre, la réponse adéquate consiste à apprendre à mieux tolérer ses émotions, par exemple grâce à la PCS. Mais c'est vrai, vous avez raison, on avance dans le programme en faisant des progrès, mais ceux-ci restent souvent fragiles, et il faut du temps pour que tout cela se solidifie. Mon conseil : Refaites les exercices de la faim. Vous avez toujours peur d'avoir faim, et c'est cela qui vous freine dans vos progrès. Ne mangez que lorsque vous avez faim. Si vous ne savez pas si c'est de la faim, si vous avez un doute, alors ce n'est pas de la faim. Attendez pour manger, et pour attendre, faites un exercice de PCS. Cet exercice vous permettra au passage de préciser vos sensations et mieux reconnaître la faim. En cas d'EME, vous pouvez utiliser la stratégie suivante : Dès que vous détectez une EME, prenez le temps de faire quelques minutes de RPC, observez les sensations d'inconfort qui sont présentes en vous, respirez avec elles. Puis après avoir fait cet exercice, choisissez entre deux solutions : vous décidez de vous réconforter en mangeant un aliment, et vous le dégustez avec attention, ou bien vous choisissez de continuer à observer l'évolution de votre inconfort émotionnel encore un petit moment. Dans les deux cas, patientez une quinzaine de minutes puis répétez l'opération. Vous pouvez à chaque instant choisir entre le réconfort d'un aliment que vous dégustez ou la curiosité d'observer la façon dont évoluent vos sensations d'inconfort émotionnel. Dès que vous le pouvez, remettez-vous à l'écoute de votre faim. En fonction de votre faim, n'hésitez pas à réduire, retarder ou supprimer les repas qui suivent vos prises alimentaires émotionnelles. Bonne continuation.
16/11/2011 (19:26) raloba Je viens de commencer le programme. J'avais "lâcher" les régimes depuis un moment (pas assez de temps et pas envie).J'ai l'impression que je recommence à surveiller mes aliments depuis que je tiens ce journal. Pour l'instant je ne vois pas la différence avec le côté contraignant des régimes à part peut-être que je ne maigris pas à vue d'?il. Est-ce normal? Bonsoir raloba, Alors comme ça, vous ne voyez pas de différence entre notre programme et un vulgaire régime ? Contrairement aux régimes, nous vous demandons d'observer comment « ça » mange, pour vous. Observer n'est pas contrôler. Puis, peu à peu, pas à pas, vous allez introduire des modifications dans vos comportements alimentaires, qui vont dessiner de nouvelles conduites, bien différentes des anciennes. Vous allez aussi travailler sur vos envies de manger émotionnelles (EME) afin de ne pas répondre à toute difficulté émotionnelle, ou de la vie courante par une prise alimentaire. Oui, je sais c'est dur et c'est long. Bonne route, raloba, on vous soutient.
16/11/2011 (19:27) Emman Bonsoir docteur, question sans doute un peu complexe, comment travailler ses résistances au changement ? Je suis toujours en plein dedans, me réveillant chaque matin en me disant, ça y est, c'est le bon jour, et évoluant au cours de la journée assez incapable de me maîtriser. Il me semble Emman, qu'un de vos problèmes est cette façon de fonctionner en tout ou rien. Oui, je sais, le chemin est long et difficile. Mais vous pouvez le faire! Il vous faut pour cela accepter qu'il s'agit d'un long voyage, qui se fait un pas après l'autre. C'est ainsi que Maurice Herzog est parvenu au sommet de l'Anapurna en 1950: un pas après l'autre! A chaque pas, on pense à parvenir à faire le pas suivant, sans s'occuper de savoir si le sommet est loin ou non. On y arrivera, ou bien non, mais pour le moment, on fait ce pas là. Vos problèmes sont en grande partie émotionnels: il vous faut travailler sur la pleine conscience. Lorsque vous faites vos séances, et lorsque vous viennent des pensées du style "Je n'y arriverai pas", accueillez ces visiteuses, donnez-leur éventuellement un petit nom sympathique (tiens, voilà ma pensée "Jiarrivepas") et revenez sur le sujet de l'exercice, par exemple la respiration. Encore et encore. Bon courage, et tenez bon, Emman!
16/11/2011 (19:27) Emman Et j'avais évoqué la semaine dernière la demande de mon psy, m'invitant à compter mes calories, je l'ai fait sur quelques jours, je suis bien au-dessus de la "moyenne", ce qui n'est pas une surprise, mais cela est aussi dû à des EME importantes, ce qui n'a rien à voir avec une norme diététique. Je ne sais pas si je suis claire. Je n'arrive pas à diminuer ces apports sur le mode de la "raison". Ce qui est somme toute très décourageant, je me sens encore plus en manque de volonté. Oui, Emman, vous ne parvenez pas à "vous contrôler". N'essayez pas. Travaillez à vous écouter. Le programme est fait pour cela.
16/11/2011 (19:28) G. Apfeldorfer Ah, c'est toujours avec autant de plaisir que je chatte avec vous. Mais c'est l'heure de passer à table, hein! A bientôt, tous, et bon appétit!
X