Chat du 16/04/2019 avec Gérard Apfeldorfer

16/04/2019 (17:58) G. Apfeldorfer Bonsoir à toutes et tous, Vous connaissez les règles du jeu: vous posez les questions sur tout ce qui vous embarrasse, et je tente d'y répondre. Je réponds dans l'ordre d'arrivée des questions. Merci de patienter si ma réponse n'arrive pas tout de suite. C'est parti!
16/04/2019 (18:05) G. Apfeldorfer En fait, actuellement, pas de question. A vos claviers!
16/04/2019 (18:12) A039.claudetteval Si je n'ai pas faim mais que mon corps réclame une petite touche de sucré au goûter (2 carrés de chocolat noir que je déguste avec delectation), est ce considéré comme du grignotage ou pas? Bonsoir claudetteval, Que d'états d'âmes pour quelques carrés de chocolat! Vous avez envie de le manger? Mangez-les. Si ce n'est pas par faim, c'est par besoin de réconfort. Peut-être sans que vous en soyez consciente. Cette prise de chocolat aura une action sur le moment et le niveau de faim que vous aurez un peu plus tard, et tout se rectifiera en conséquence. La régulation de nos apports en fonction des besoins est d'une grande souplesse. Ce n'est que si on déroge en permanence aux messages de son corps (faim, rassasiement, appétences) que ça se passe mal.
16/04/2019 (18:18) Wombat92 Bonsoir Docteur Comment reconnaitre la faim de l'envie de manger et la satiété ou envie que l'épreuve du repas se termine Wombat92, si je ne me trompe pas, vous débutez. Vous allez avoir des exercices qui vont vous permettre d'identifier précisément les sensations de faim. Lorsque vous aurez envie de manger et que ces sensations seront absentes, alors il s'agira d'émotions à calmer. Mais en fait, qu'importe si l'envie de manger est due à la faim ou une émotion, puisque la bonne réponse est la même: manger. Si c'était de la faim, c'est la sensation de rassasiement qui nous arrête. Si c'était de l'émotion, c'est le fait qu'on soit réconforté qui nous arrête. Vous parlez de "épreuve du repas". Cela montre à quel point vous êtes fâché avec vos aliments, et avec le fait de manger. Le programme devrait vous permettre de manger en vous laissant guider par le plaisir. Parce que c'est pour cela qu'on mange: pour le plaisir. Et c'est pour cela qu'on s'arrête: parce que le plaisir se termine (ou parce qu'on est suffisamment réconforté).
16/04/2019 (18:25) Del22 Bonjour, dès que je mange, je ne veux pas que ça s'arrête, je mange trop ou je remange l'heure d'après. Je n'aime pas la "fin" des choses, et encore moins du plaisir. Est ce que ce serait une addiction au plaisir ? Comment y remédier? Bonsoir Del22, Oui vous avez raison, peut-être développez-vous quelque chose comme une addiction. Cela peut être le cas si vous mangez pour calmer des émotions et si, à force, vous mangez face à des événements de plus en plus mineurs. Mais aussi, il est possible que vous ayez ce que j'appelle une fausse addiction, en l'occurence un état de restriction cognitive. A force de vous interdire ce dont vous avez envie, votre envie croît jusqu'à devenir irrésistible. Et quand on cède à cette envie, on ne peut plus s'arrêter, puisqu'on pense qu'ensuite la privation va recommencer. A l'inverse, si on sait qu'on pourra prendre du plaisir avec un aliment chaque fois que l'on voudra, alors pas besoin de se presser. On attend d'en avoir vraiment envie. La peur de la fin des choses: cela peut être la peur de manquer à nouveau. Mais cela peut aussi être ce qu'on appelle une angoisse de séparation. Quelques exercices sont prévus pour cela dans le programme. Mais si vous avez cette difficulté avec toutes les séparations (les gens qui partent, les objets que vous accumulez...) et si cela vous handicape, alors une psychothérapie est envisageable.
16/04/2019 (18:26) A039.claudetteval Je n'avais pas d'états d'âmes, c'était juste une question... Merci pour cette réponse claire et instructive De rien.
16/04/2019 (18:29) EST_elle Bonjour, il m'arrive souvent d'avoir des pensées d'anticipation sur mes futurs repas (par exemple je pense après le repas du midi à ce que je vais manger le soir et cela me trotte dans la tête tout l'après midi sur ce qui je mangerai le soir) sans que la faim soit forcément la et je me demande si cela est du contrôle ou pas, pourtant j'ai plus l'impression de me laisser guider par mes envies, mais parfois ce type de pensées peut etre très présent dans la tête. qu'en pensez vous ? j?espère avoir été claire... Bonsoir EST_elle, Peut-être toutes ces pensées autour de la nourriture sont-elles dues à cette peur de manquer des bonnes choses. Peut-être êtes-vous en restriction cognitive. Ce sont alors des pensées de désirs, et des pensées de culpabilité. Ou peut-être avez-vous peur d'avoir faim. Ou peut-être vous ennuyez-vous tellement que vous cherchez à penser à quelque chose d'agréable, comme le prochain repas.
16/04/2019 (18:36) Wombat92 En fait j'ai commence le programme il y a un mois si j'ai pris l'habitude de manger au calme et sans faire autre chose je n'arrive pas à ressentir les sensations et je reste sur le controle effectivement le moment du repas est penible seule ou avec les autres et j'ai tendance à avaler sans macher pour en finir au plus vite quand je prends un repas depuis un mois je mange beaucoup moins et ensuite j'ai juste l'impresson d'avoir fait mon devoir du programme Wombat92, je ne vois guère d'autre chose que la possibilité que vous ayez différentes pensées qui gâchent ce moment du repas. Il va falloir que vous vous mettiez à l'écoute des pensées et des émotions qui apparaissent avant, pendant et après la prise alimentaire. Cela peut être par exemple des pensées de culpabilité, des pensées d'obligation ("il faut absolument que", par exemple, je prenne du plaisir), ou toute autre pensée qui vient gâcher le plaisir. L'exercice de dégustation (dans le programme), qui est en fait un exercice de pleine conscience (manger en pleine conscience) devrait vous aider à y voir plus clair. Vous mangez en prêtant attention à vos sensations, mais aussi à vos pensées et à vos émotions. Vous vous posez la question: qu'est-ce que je suis en train de me dire, là, en mangeant? Faites-le, et on en reparlera.
16/04/2019 (18:40) Vinette Bonjour Docteur j'ai l'impression de manger quand j ai faim voir très faim et par plaisir mais je mange trop vite et il m est très difficile de manger lentement. De ce fait la satiété vient tardivement et je mange certainement trop. Avez vous des conseils? Merci Vinette, les exercices de dégustation sont faits pour vous. Il s'agit de manger ATTENTIVEMENT. On ne cherche pas à manger à une certaine vitesse, on cherche à repérer le maximum de sensations pendant qu'on mange, et on s'intéresse aussi à ses propres réactions (les commentaires intérieurs, les émotions). Cela conduit forcément à manger plus lentement, mais encore une fois, là n'est pas l'élément décisif. En mangeant attentivement, on a plus de plaisir avec moins de nourriture, on perçoit bien mieux le rassasiement et donc on mange moins.
16/04/2019 (18:46) Del22 Merci. J'ai déjà suivi en effet pendant de longues années une thérapie pour l'angoisse d'abandon et de séparation. Je ne m'interdit pas les aliments mais des que je les mange je culpabilise et je pense que je vais grossir. Ça m'empêche peut être d'apprécier entièrement la dégustation. Je commence le programme et j'espère changer vraiment mes mauvaises habitudes, je suis passée d'anorexique à hyperphagique et ce n'est pas facile de prendre conscience des mauvaises habitudes. Vous avez donc déjà fait beaucoup de chemin. C'est bien. Il semblerait que ce sur quoi vous butez actuellement soit plus de l'ordre de la restriction cognitive. Vous culpabilisez en mangeant les aliments désirés. Cette culpabilité et cette peur de grossir empêchent le plaisir et le réconfort. Les exercices du programme devraient vous permettre de laisser votre culpabilité au vestiaire, de vous rendre compte qu'il n'y a pas d'aliment à exclure, que lorsqu'on suit sa faim et ses sensations de rassasiement, non pas en permanence, mais dans l'ensemble, alors le poids s'installe au poids d'équilibre.
16/04/2019 (18:46) G. Apfeldorfer Encore une ou deux questions? Panne de questions.
16/04/2019 (18:53) Del22 Merci beaucoup. Oui j'ai peur de grossir même si je suis déjà en surpoids. Et au final je prends encore et encore du poids. J'avais peur de faire le programme pour rien vu que j'ai essayé plusieurs fois de perdre sans succès. J'espère que cela m'aidera. Je l'espère aussi. Mais cela marche mieux lorsque l'on ne s'obnubile pas sur le poids, lorsque on s'intéresse à son comportement alimentaire en priorité. Bon courage pour la suite.
16/04/2019 (18:56) G. Apfeldorfer Le tchat tire à sa fin. Bonne soirée et à bientôt.
X