Chat du 19/03/19 avec Gérard Apfeldorfer

19/03/2019 (18:01) Robi Comment gérer l?ennui suite à la diminution des compulsions ? Bonsoir robi, Je trouve votre question vraiment très intéressante. Ce que vous dites, en fait, c'est que vos compulsions étaient un moyen d'occuper le temps, de remplir votre vie. Depuis que vous n'en avez plus, ou en tout cas moins qu'avant, votre temps est redevenu libre, disponible. Et ce temps libre, c'est vrai, si on n'en fait rien, laisse la place à l'ennui. Il s'agirait donc de remplir votre temps avec autre chose que des compulsions alimentaires, quelque chose de mieux. Mais c'est là que cela devient vraiment intéressant, je trouve: s'agit-il de remplir son temps avec n'importe quoi, juste histoire de meubler? Regarder des séries à la télé? Faire des mots croisés? En fait, je ne crois pas qu'alors cela pourrait vraiment marcher. Au bout du compte, ce serait toujours de l'ennui. L'ennui, il me semble que c'est ce que l'on ressent lorsque ce qu'on fait n'a pas de sens, pas de valeur. Ce qu'il vous faut, c'est trouver des actions à faire qui vous permettraient de vivre une vie riche pleine de sens, qui en vaille la peine. Et sans doute aussi de devenir capable de supporter les désagréments que toute vie pleinement active amène inévitablement.
19/03/2019 (18:06) BELFANM Bonjour, Je suis en fin de programme, très satisfaite, mais depuis quelques jours, je suis prise de boulimie. Je n'arrive pas à en sortir. J'ai l'impression d'être revenue au point de départ. Que me conseillez vous ? Bonsoir belfanm, Bravo pour votre parcours! Et là, en fin de parcours, ça déraille? Que se passe-t-il? Ca a l'air très mystérieux. Il vous faudrait repérer ce qui est à l'origine de ces boulimies. Cela peut être de nombreuses choses: peur de la suite, par exemple. Si vous avez perdu du poids, que faire de cette minceur? Vous crée-t-elle de nouvelles obligations? Vous êtes-vous fixé des objectifs qui vous font peur? Le fait d'être plus mince change aussi les relations qu'on a avec les autres. Et on peut ne pas savoir comment se comporter. Si par exemple on a des problèmes pondéraux depuis l'enfance, on peut ne pas avoir appris, durant l'adolescence, comment se débrouiller dans des relations sentimentales. Ou bien, dans un autre ordre d'idées et sur un plan plus terre à terre, lorsqu'on a atteint plus ou moins son poids d'équilibre, on peut paniquer lorsqu'on constate que son poids remonte légèrement (ce qui est normal, parce qu'au poids d'équilibre, le poids tourne autour d'une certaine valeur, et donc n'en finit pas de fluctuer) et être tenté de revenir à un contrôle alimentaire. Et ce contrôle déclenche, tôt ou tard, des pertes de contrôle. Bon, ce ne sont là que quelques idées, quelques pistes. Cela peut être tout à fait autre chose. Réfléchissez à ce qui vous met dans l'inconfort, qui vous fait paniquer.
19/03/2019 (18:09) anasta Bonjour Docteur, Je n'aime plus les légumes et les yaourts.alors qu'auparavant j'en mangeait beacoup, Comment expliquer ce changement ? Merci Bonsoir canasta, Vous en mangiez beaucoup? Et pourquoi? Parce que vous adoriez leur goût, que vous aviez plaisir à en manger? Ou parce que vous obéissiez à des critères diététiques? Peut-être avez-vous fini par vous apercevoir que vous n'aimiez pas tant que ça ces aliments, en fait. On se lasse de tout, à force de trop en manger. Mais sans doute, si vous cessiez d'en consommer, ce qui serait une bonne chose puisqu'ils ne vous apportent pas de plaisir, au bout de quelques temps, votre appétit pour ces aliments pourrait bien renaître. Allez savoir. Nos appétences sont cycliques. Ce qui nous va, en fait, c'est la variété alimentaire.
19/03/2019 (18:12) Schantal Bonjour, vaut-il mieux commencer son repas par la salade ou au contraire le terminer par la salade ? En fait, pour la digestion qu'est-ce qui est le mieux ? Merci pour votre réponse. Bonsoir Schantal, Au Moyen-âge, on avait là dessus des idées très arrêtées: la salade, et d'une façon générale, les fruits et les légumes étaient considérés comme des aliments "froids", et l'estomac était considéré comme une sorte de chaudière qui "cuisait" les aliments. Il fallait donc manger ces aliments en premier car ils mettaient du temps à "cuire", c'est-à-dire à être digérés. On mangeait donc d'abord les fruits, les légumes, la salade, puis seulement ensuite les aliments "chauds" comme les viandes, les ?ufs, les fromages. Aujourd'hui, on ne voit plus les choses comme ça. L'estomac malaxe les aliments et effectue une première étape de digestion. Que vous lmangiez tel ou tel aliment en début de repas ou à la fin, qu'importe.
19/03/2019 (17:59) G. Apfeldorfer Bonsoir à toutes et tous! Une heure, vous avez une heure pour poser vos questions. Et j'ai une heure pour vous répondre. C'est démarré!
19/03/2019 (18:21) A039.brigitteroc Je ressens vraiment la même chose et c'est vrai que remplir le vide par n'importe quoi n'apporte rien de plus. Je comprends très bien cette situation, l'ayant moi même expérimentée. Oui brigitte. Nous avons tous besoin de faire quelque chose de notre vie.
19/03/2019 (18:21) BELFANM Merci pour votre réponse. J'ai paniqué et je vous ai envoyé ce message avant l'ouverture du forum. Aujourd'hui je crois que tout est rentré dans l'ordre. C'était lié à des soucis que j'ai repéré et que j'ai réglé. Difficile d'admettre qu'on déprime et de mettre les mots sur les maux. Je l'ai fait et tout rentre dans l'ordre ce matin. Merci encore Super! Je suis content pour vous.
19/03/2019 (18:20) Linquest J?ai un désordre alimentaire, je suis en primenopaise mais je suis aussi depuis 6 ans avec un homme marié. Depuis que je suis avec lui j?ai pris 10 à 15 kg en 18 mois et je n?arrive plus à retrouver mon poids. Je perds parfois 1 kg. Est ce que c?est un poids émotionnel Qui pourrait représenter un poids dont je devrais me défaire pour perdre mes kilos ? Si je comprends bien ce que vous dites, sortir avec un homme marié vous crée divers émotions pénibles et vous tentez de vous réconforter en mangeant, je suppose, des aliments riches en calories (gras et sucrés). Vous êtes donc une mangeuse émotionnelle. Je crois comprendre que vous faites aussi des efforts pour contrôler votre poids. Mais vous ne dites pas de quel type. Une forme de régime, la mise à l'écart de certains aliments, justement ceux qui sont réconfortants? En faisant cela, si c'est le cas, vous surajoutez à votre problème émotionnel un problème de restriction cognitive. Vos efforts de contrôle aboutissent alors à des pertes de contrôle. Au bout du compte, vous mangez encore plus. Que faut-il faire? Eh bien, le programme Linecoaching, me semble-t-il, qui aborde à la fois l'alimentation émotionnelle, et les problématiques de contrôle. Il s'agit de parvenir: 1) à vivre ses émotions, sans qu'il soit besoin de recourir en permanence à une nourriture consolatrice; 2) De manger sur un mode intuitif, en écoutant ses sensations alimentaires, et en mangeant tout ce qu'on aime manger.
19/03/2019 (18:22) G. Apfeldorfer Panne de questions. A votre bon coeur, m'sieurs dames.
19/03/2019 (18:25) FRAMBOISE je tente mais je ne parviens pas à venir sur le site correctement Vous y êtes.
19/03/2019 (18:30) chupilie Bonsoir Docteur, Chupilie de nouveau. Vous parliez hier du retour sur soi comme une hygiène mentale. J'ignore à quel rythme c'est nécessaire de faire ce retour sur soi. Quotidiennement ? De mon point de vue, ce retour sur soi, c'est comme un dialogue qu'on a avec soi-même. On prend sa température. On prend un moment pour évoquer ce qu'on vient de vivre, ce qu'on a ressenti, ce qu'on a pensé. Quand je parle de ce qu'on vient de vivre, cela peut être une action, un échange avec le monde extérieur, mais cela peut aussi être un événement interne, un souvenir, une remémoration, un conflit irrésolu, un choix qu'on a de la peine à faire. Alors, tous les combien? Au moins une fois par jour. Mais à d'autres moments, plus souvent. Et cela peut consister en quelques minutes, ou plus longtemps si le besoin s'en fait sentir.
19/03/2019 (18:36) Vous avez tout compris docteur. J?ai commencé le p Faire des exercices me donne envie de manger ou bien augmente ma faim. Donc je mange plus et je ne maigris pas. De quels exercices parlez-vous? De l'exercice physique? Normalement, l'exercice physique intensif coupe l'appétit dans un premier temps (le sang quitte le tube digestif pour s'en aller irriguer les muscles). Puis souvent après quelques heures, l'appétit se manifeste, ce qui est naturel, puisqu'on a dépensé des calories. Si l'exercice physique vous donne envie de manger immédiatement, je me dis que peut-être cet exercice physique est pour vous un grand désagrément, et manger est alors une façon de vous réconforter. En somme, il s'agit d'une envie de manger émotionnelle. Dans ce cas, si ce que je vous dis vous semble correspondre à ce que vous vivez, c'est de cette façon qu'il vous faut envisager le problème, en travaillant sur le côté émotionnel, en l'occurence en apprenant à vivre ce moment d'inconfort. La pratique de la pleine conscience est là pour vous aider dans ce sens.
19/03/2019 (18:44) Vous avez tout compris docteur. J?ai commencé le p J?ai essayé de déguster un carré de chocolat en pleine conscience en dessert du déjeuner. Ça a très bien fonctionné mais j?ai fini la tablette 1h après le dîner. Très bien! C'est un très bon début, que cette dégustation. Comment avez-vous trouvé ce chocolat? Comme d'habitude, comme lorsque vous le boulottez? Moins bon, meilleur? Et ensuite, lorsque vous avez compulsé sur le reste de la tablette, comment était ce chocolat? Ne vous inquiétez pas d'avoir compulsé, ce sont des choses qui vous sont arrivées dans le passé, qui se reproduiront aussi dans l'avenir. La suite des exercices va transformer tout ça. Au bout du compte, après les exercices à venir, vous devriez pouvoir consommer votre chocolat sur un mode de dégustation, sans compulser, parce que vous saurez que vous pourrez y revenir, à ce chocolat, dès qu'il vous fera à nouveau envie. Et votre question sera alors: en veux-je tout de suite, ou pas vraiment maintenant? En attendant d'en être là, je vous conseille de vous débarrasser de la tablette si votre exercice consiste à n'en manger qu'un carreau. Jetez la dans une poubelle, ne soyez pas vous-même la poubelle.
19/03/2019 (18:55) A039.brigitteroc Est-ce qu'à un moment donné en suivant les conseils de ne manger que lorsque l'on ressent sa faim, on retrouve un rytmne normal, c'est à dire petit déjeuner, déjeuner et diner. C'est compliqué pour moi. En ne tenant compte que de la faim pour déterminer le moment de manger, on n'a pas de rythmicité particulière. Il faut aussi tenir compte du rassasiement. En fait, il existe 2 rassasiements: le rassasiement gustatif, sur lequel nous insistons. On arrête de manger un aliment donné lorsque le plaisir à manger s'estompe. Bien sûr, pour que ce rassasiement existe, il faut prendre plaisir à manger et y être attentif. Il faut manger en dégustant ce dont on a envie. Lorsqu'on mange seulement l'aliment qui nous fait envie (donc un seul aliment ou plat), cette façon de faire nous conduit à manger peu à chaque fois, et souvent. On mange ainsi par exemple en Asie du sud-est. Si on fait des repas avec plusieurs plats, alors on mange plus à chaque fois et donc moins souvent, par exemple comme chez nous 3 ou 4 fois par jour. Mais là, si on s'arrête de manger chaque plat en fonction du rassasiement gustatif, on arrête son repas en fonction du rassasiement global. ce rassasiement global est une sensation non localisée, globale, qui nous donne le sentiment qu'on a suffisamment mangé pour aller jusqu'au repas suivant. Cette sensation est construite par notre rythme alimentaire. Elle est l'objet d'un conditionnement, d'un apprentissage. Si on mange à heure fixe, un nombre défini de fois par jour, alors on sait identifier ce rassasiement global peu à peu. Lorsqu'on mange, pour le ressentir, il convient là encore de manger attentivement, en observant ce qu'on ressent dans son corps. Lorsqu'on a perdu le rassasiement global, n'ayez crainte, il se reconstruit peu à peu.
19/03/2019 (18:55) Vous avez tout compris docteur. J?ai commencé le p Exercices physiques Donc, ma réponse devrait être pertinente.
19/03/2019 (18:57) Vous avez tout compris docteur. J?ai commencé le p Je mange dans un 2e temps bien après l?exercice physique ou j?en apres un exercice de plaine conscience comme si mon corps se vengeait . Que faire Le corps ne se venge pas. Vous avez faim. Mais peut-être ne savez-vous pas bien identifier le rassasiement. Il faudrait tout d'abord que vous acceptiez cette faim, et qu'ensuite vous mangiez attentivement, pour repérer le moment du rassasiement.
19/03/2019 (18:59) A039.brigitteroc J'ai du mal à reconnaitre la sensation de faim, d'envie, de compulsion. J'ai l'impression que c'est tout à la fois. Mais je sais aussi que lorsque je suis occupée et bien, je ne pense pas autant manger. Je comprends maintenant que ce n'est pas simple mais le programme dans prendre conscience. J'avoue que je n'imaginais pas que c'est un travail sur soi régulier. Je ne pense pas que l'on puisse changer rapidement. Brigitte, vous avez tout à fait raison. C'est un vrai travail sur soi-même, qui prend du temps. le programme comporte des étapes avec chacune, divers exercices. On avance pas à pas.
19/03/2019 (19:00) G. Apfeldorfer Eh bien, nous voilà rendus! Bonne soirée à tout le monde et à la prochaine. Bon courage dans la poursuite du programme.
X