Chat du 2 avril 2019 avec Gérard Apfeldorfer

02/04/2019 (18:01) Nanou1 Bonjour quand je me sens mal je mange du chocolat et même quand hé suis contente pouvez vous m explique cette envie de chocolat Bonsoir nano. Je vais vous confier un secret: moi aussi, j'ai envie de chocolat, pratiquement tous les jours. Mais la différence, c'est que moi, je n'en fais pas une maladie. Je déguste mon chocolat avec un grand plaisir, et en fait, je n'en mange pas tant que ça, non pas parce que je me prive, mais parce que je sais que tout à l'heure ou demain, j'en aurai encore, si je veux.Des fois, j'ai le cafard, et là aussi, je trouve qu'un peu de chocolat, ça fait du bien. C'est normal, ça, non? Donc, le chocolat fait partie de mon alimentation normale, voilà tout. Dans votre cas, le chocolat ne vient pas tellement de la recherche d'un plaisir gustatif, mais souvent du besoin de calmer une émotion. Il en faut alors sans doute plus. Lorsque vous mangez ce chocolat alors que vous êtes contente, c'est un peu différent. Il peut s'agir de l'envie d'augmenter le plaisir, par exemple. Ou bien de vous autoriser à une transgression pour fêter quelque chose. Quoi qu'il en soit, il vous faut travailler sur la dégustation de chocolat, sur la restriction cognitive (le remplacement de repas diététiques par la consommation de chocolat en repérant le rassasiement gustatif), la tolérance à vos émotions (avec la pleine conscience en particulier). Bonne route!
02/04/2019 (18:04) France Bonsoir cher Docteur, je vous retrouve à nouveau sur le programme pour une deuxième expérience ,plus longue cette fois.J?ai pris conscience que souvent je faisais de « l?anticipation anxieuse » inconsciente et cela m?a fait ralentir ma modalité dans beaucoup de secteurs...Or cette manière de faire à beaucoup influencé ma manière d?attendre(la faim,la gestion du stress...) en fait j?anticipe pour ne pas sentir!Alors,comment faire pour améliorer voire changer cette « modalité »?Je m?oblige à faire des pauses et ralentit le rythme de mes actions car à la fin de la journée je suis cuite!Que pourrais-je faire de plus ou cela est suffisant et je persévère?Merci j'anticipe pour ne pas sentir, dites-vous. Vous avez donc la réponse. Il vous faut vous entraîner à ressentir. Ressentir vos sensations internes (la faim, bien sûr, mais aussi la fatigue physique, les petites douleurs, le sommeil...), ressentir vos émotions, et écouter les pensées qui traversent votre esprit. La pratique de la pleine conscience devrait vous aider dans ce sens. Les exercices sur les pensées automatiques devraient aussi vous apporter beaucoup. Faire des pauses durant la journée, vous mettre alors à l'écoute de vous-même, ce serait vraiment bien que vous le fassiez! Halte à la frénésie qui sert à s'éviter soi-même. Et vous seriez très certainement bien moins fatiguée le soir.
02/04/2019 (18:10) ElsaGP Bonjour, tout d'abord, je n'ai pas de questions pour le moment. Disons que j'en profite pour m'avoir confirmer dans mon intuition : maigrir, ce n'est pas se faire du mal, et notamment se faire du mal cognitif. Avant de vous "trouver", j'ai essayé et défendu cette hypothèse ...et on m'a répondu par des yeux totalement ébahis - genre - "la pauvre ;)". Bref, depuis que je pratique le programme, j'ai perdu 10 kg au total. J'ai commencé via votre livre, puis je me suis inscrire sur le site plus tardivement. Je suis à 2 kg de mon poids de forme. C'est là où je dois lâcher prise le plus possible car c'est finalement là que je constate que les injonctions paradoxales sont les plus fortes. ;) mes questions viendront après ma fierté dans mon écoute (mais je peux être déjà fière) et mon poids de forme ;). Mais je suivrai le chat pour une fois ;). Bonne journée Bonsoir ElsaGP, et tout d'abord bravo. Bravo pour avoir compris qu'il s'agissait de faire la paix, pas la guerre. La paix avec soi-même, et avec ses aliments. Comme vous arrivez probablement à votre poids d'équilibre (qui n'est pas votre poids de forme, le poids de forme étant un poids souvent déterminé par rapport à des critères externes, le poids d'équilibre étant celui qu'on fait quand on mange en fonction de ses sensations alimentaires), il va vous falloir devenir tolérante aux variations de poids normales. Le poids d'équilibre, c'est quand le poids tourne autour d'une valeur. De temps en temps il fait un peu plus, et parfois il fait un peu moins. Quand il fait un peu plus, il faut juste surveiller ses sensations alimentaires un peu plus attentivement, surtout sans se mettre la pression. On a vite fait de retomber dans une optique de contrôle en se disant, oh, juste pour quelques jours, puis après, je reprends l'écoute de mes sensations alimentaires. Juste comme un alcoolique qui se dit qu'il va boire un verre et puis c'est tout. Merci pour votre témoignage super encourageant.
02/04/2019 (18:19) Gagoccito Bonsoir Gérard, Tout d?abord : un immense merci pour Linecoaching. Je peux enfin manger avec plaisir, sans restriction en faisant attention à ma faim ainsi qu?à mon rassasiement. Une grande victoire pour quelqu?un qui a toujours été dans le contrôle permanent. Je peux affirmer aujourd?hui que je suis heureuse de ne plus angoisser des dîners entre amis ou autres buffets à volonté. Toutefois, comme une pointe au c?ur lancinante, du haut de mes 28 ans, mon regard est bombardé par les standards de beauté propres à notre époque. Comment s?accepter ? Comment aimer l?image dans le miroir ? Comment s?assumer à la plage, la cellulite malvenue, le manque de fermeté, s?aimer et de fait : convaincre les autres de nous aimer en retour? Ces moments de vie sont pourtant éphémères, comment les vivre et dompter le regard des autres ? Grandes questions, je cherche des axes de réflexions pour atteindre une sorte de plénitude dans mon parcours :-) Merci pour tout, du fond du c?ur. Vous faites un métier extraordinaire ! Bonsoir Gagoccito, et vous aussi bravo pour votre parcours. Vous avez raison, nous vivons dans un monde impitoyable. Comment faire face? Tout d'abord, en faisant la différence entre s'accepter et s'aimer. Il n'est pas nécessaire de s'aimer. Et même, j'ai tendance à me méfier des gens qui s'aiment un peu trop. Par contre s'accepter, ça c'est nécessaire. La vérité est qu'on ne choisit pas ni son physique, ni son âge, ni la plupart de ses talents, et bien d'autres choses. Cela nous est donné. On peut toutefois travailler à être le meilleur soi-même possible, et c'est ce qu'on fait par exemple lorsque on se décide à manger sur le mode intuitif pour faire son poids d'équilibre. Mais on ne peut pas vraiment changer son âge, sa taille, des trucs comme la cellulite ou des cicatrices de vergetures. S'assumer: accepter que les autres nous regardent, et qu'ils en pensent ce qu'ils veulent. c'est ce que nous faisons nous-mêmes en les regardant. Sur la plage, par exemple, nous veillons à donner le spectacle d'une personne qui est heureuse d'être en vacances et qui s'amuse. Que faire pour séduire? Eh bien, ce n'est pas vraiment une affaire de physique, mais plutôt de comportement. Il s'agit de capter l'attention, de faire en sorte qu'elle se fixe sur soi, et de fasciner l'autre. Il s'agit d'un jeu, et les gens adorent qu'on cherche à les séduire. Ils aiment se laisser faire. Quant à l'amour, l'affection, c'est plutôt une affaire de compréhension mutuelle, d'empathie. Sur ces questions, j'ai écrit un livre: "les relations durables". Si vous voulez en savoir plus sur le sujet de la séduction et de l'amour...
02/04/2019 (18:25) Schantal Bonjour, je suis très heureuse de cette approche LineCoching, mais aussi un peu perdue, comment faire la différence entre "la satiété " et la "restriction" La satiété est l'état dans lequel on est lorsqu'on n'a pas faim, pas envie de manger. L'état normal entre les repas. La restriction, c'est quand on a envie de manger, soit par faim, soit pour calmer des émotions, et qu'on s'en empêche. La satiété est confortable, la restriction est un effort pénible.
02/04/2019 (18:26) julianne Bonjour, lors d'un repas plus convivial ou d'un repas de fête, comment gérer l'absorption d'un ou deux verres de vin? Sachant que cela fait partie des plaisirs de la table mais que cela rend la perception des sensations alimentaires plus compliquée ? Bonsoir julianne, Oui ce serait dommage que vous vous interdisiez le plaisir d'un ou deux verres de vin. Le vin à petite dose est un aliment qui apporte des calories au corps. Le vin à doses importantes (au-delà de 2 verres) est un toxique pour le foie et le système nerveux. Peut-être, durant ces bons moments, allez-vous manger plus que votre appétit. C'est ce que presque tout le monde fait, il me semble. Ce n'est en rien un souci. Par la suite, vous allez vous remettre à l'écoute de votre faim, et vous allez attendre qu'elle revienne pour manger à nouveau. Si vous avez beaucoup mangé, peut-être n'aurez-vous pas faim pour le petit-déjeuner et prendrez-vous un petit encas de jonction vers 11 heures pour aller confortablement jusqu'au déjeuner, par exemple. Ou peut-être préférerez-vous manger malgré tout au repas suivant, mais bien plus légèrement, vu que vous n'avez pas beaucoup d'appétit. Votre corps se régule à l'échelle de la semaine, pas du repas ou de la journée.
02/04/2019 (18:31) anasta Bonjour Docteur, je viens d'apprendre que je ne suis pas bipolaire (diagnostiquée en 2008) je suis autiste asperger. Je suis dévastée et je n'arrête plus de manger. Comment me sortir de cette impasse ? Merci Bonsoir anasta, Vous n'êtes pas bipolaire, ce qui est plutôt une bonne nouvelle. Vous seriez autiste avec un syndrome d'Asperger, et je vous conseille, de ce point de vue, de demander un second avis à une équipe de psychiatres différente de celle qui a posé ce diagnostic. Mieux vaut avoir différents avis. Et pourquoi tout cela vous fait-il manger et grossir?
02/04/2019 (17:59) G. Apfeldorfer Bonsoir tout le monde. Je suppose que vous connaissez les règles du jeu: vosu posez des questions, et je tente d'y répondre. J'y réponds dans leur ordre d'arrivée, aussi pas d'impatience. Allez hop, c'est parti!
02/04/2019 (18:33) Mazaille Bonjour. Je viens de m'inscrire à LineCoaching. Je connais un peu la méthode. J'ai déjà pratiqué au centre d'orthonutrition de ma ville. Echec. N'étais-je simplement pas prête ? Pourtant je suis convaincue que c'est la solution efficace et durable pour perdre du poids. Quels seraient vos conseils pour tenir bon cette fois-ci et m'appliquer ? A noter que je suis une personne à mobilité réduite, donc en permanence en fauteuil roulant, donc très peu de mouvement. Et j'ai aussi le syndrome des ovaires polykistiques. Ce qui ne facilite pas les choses. Des pistes englobant tous ces éléments à me donner pour, cette fois, y arriver ? Même si ça prend du temps. Prête à prendre le temps. Mais besoin de me sentir avancer, de voir que les progrès paient d'une manière ou d'une autre. Un grand merci. Bonsoir Mazaille, Vous voulez des conseils pour "tenir bon". Ah, tenir bon, ça sent le volontarisme, comme formulation. Alors, je vous propose: ne pas tenir bon, mais se prendre par la gentillesse, la douceur, l'écoute de soi. Ensuite, deuxième conseil: pas de zèle, comme le disait Talleyrand. Faites le programme doucement, gentiment, consciencieusement. Prenez le temps qu'il faut. Soyez patiente avec vous-même. En cas de dérapage d'une sorte ou d'une autre, voyez-le comme un problème qu'il s'agit de comprendre, pas comme une faute morale. Vous avez un syndrome des ovaires polykystiques et êtes en fauteuil roulant. De ce fait, votre poids d'équilibre devrait être un peu plus élevé que si ce n'était pas le cas. Il vous faudra l'accepter.
02/04/2019 (18:38) A036.annecam Bonsoir,depuis la maladie et le décès de mon mari je n'ai plus envie de faire de vrais repas. j'ai ll'impression de n'avoir jamais vraiment faim.j'ai grossi durant les 10 mois de sa maladie (il ne mangeait plus et moi je grignotais pendant ses temps de repos. le plaisir de manger est parti. je ne sais plus que faire. merci. Anka Oui, je comprends, ça a dû être très dur pour vous. De voir souffrir votre mari. Et vous avez mangé pour tenter de vous réconforter, pendant cette maladie. Et sans doute continuez-vous actuellement. Il semble que vous ayez perdu le plaisir de vivre. Le plaisir de manger, bien sûr, mais pas seulement. C'est souvent ce qui se passe lors d'un deuil. Un deuil, normalement, ça dure environ 1 an. Les médecins estiment que si ça dure plus longtemps, ce n'est pas normal. Si vous êtes dans ce cas, peut-être devriez-vous vous faire aider. A un moment ou un autre, il vous faudra vous occuper à nouveau de vous. Reprendre contact avec des amis, de la famille. Vous remettre à faire des activités que vous aimiez, avant de perdre votre mari. Et vous remettre à faire la cuisine, mettre une assiette, manger de bonnes choses. Ce sera sans doute plus facile si vous pouvez partager des repas avec des gens que vous aimez et qui vous aiment. Bon courage à vous. Vous allez remonter la pente, j'en suis sûr.
02/04/2019 (18:39) Wombat92 Bonsoir Docteur si j'attends d'avoir faim j'attends souvent longtemps et fini par faire un repas par jour le souci est que si je fais aussi attention à comment je mange et je jenne fais rien d'autre et essaie de macher j'arrete vite de manger car cela m'angoisse je n'ai toutefois pas faim plus tard car je reste ecoeurée Wombat92, je subodore que vous ne savez pas reconnaître vos sensations de faim lorsqu'elles sont à un niveau modéré (c'est le meilleur moment pour manger) et que vous attendez que votre faim devienne très forte pour manger. Les exercices sur la faim devraient vous aider à mieux identifier les faims modérées. Cela devrait vous conduire à manger plusieurs fois par jour et, comme les étapes suivantes sont l'identification du rassasiement, vous finirez par manger plus souvent et moins. Le programme comprend des exercices de dégustation, très importants. Il faut que vous appreniez à déguster. Actuellement, vous cherchez à contrôler votre comportement alimentaire sur un mode bien trop fatiguant, à coups de volonté. Donc, en conclusion, ne tentez pas de faire des prouesses. Mangez comme d'habitude, et faites les exercices demandés. La somme des exercices va remodeler votre comportement alimentaire.
02/04/2019 (18:40) A039.jean francoislec bonjour je demarre aujourd'hui....et connais bien certains de mes comportements nefaste comme manger trop rapidement. Je n'ai pas encore pu maitriser celà et pourtant j'apprécie la bonne cuisine... Bonsoir jean, Je vous déconseille d'essayer de "manger lentement". Moi, je trouve ça épouvantable, cette idée de manger avec un chronomètre! Non, en fait, il s'agit de manger attentivement. On prête attention à ses sensations en bouche en vue de maximiser son plaisir gustatif. Cela s'appelle déguster. c'est ça, la façon normale de manger. C'est comme ça qu'on fait quand c'est bon. Mais pourquoi faudrait-il, je vous le demande, manger des choses pas bonnes? Comme vous débutez, il vous faut patienter un peu jusqu'à l'étape de la dégustation. Ca va venir. Mais bon, déguster plus ce qu'on mange, on peut toujours le faire en amateur, n'est-ce pas?
02/04/2019 (18:41) Mazaille Merci pour votre réponse. Oui, du volontarisme il m'en a fallu pour avancer, donc c'est un peu ancré, peut-être même encré à ma peau. Disons que là j'en suis à une obésité morbide (terme glauque). Je dois donc perdre du poids pour retrouver la santé. Santé qui me mine la vie. Mais loin de moi l'idée d'avoir un poids de mannequin, juste réguler la santé, ne plus en souffrir. Merci merci beaucoup pour votre réponse. Et votre gentillesse. :) De rien. Bonne route à vous.
02/04/2019 (18:42) G. Apfeldorfer Plus de questions! Allez, du courage, posez-en encore une ou deux!
02/04/2019 (18:49) Wombat92 Effectivement je voudrais reussir du premier coup et j'ai du mal à relativiser je ne suis pas très patiente et voudrais des resultats dans les changements plus rapides Je vais vous faire une réponse de vieux sage sur la montagne: Qui veut aller vite va lentement. Qui va lentement va vite. Reconnaître ses sensations alimentaires demande qu'on porte son attention sur ce qui se passe dans son corps. ça marche mieux quand on est calme, et pas pressé. On attend de voir ce qu'on ressent, avec curiosité et bienveillance. En fait, c'est déjà un exercice de pleine conscience, de manger ainsi. Ah, la pratique de la pleine conscience, ça devrait vous être très utile, ça.
02/04/2019 (18:56) G. Apfeldorf Eh bien, nous arrivons à la fin de ce tchat. je vous remercie pour vos questions et vos interventions. A bientôt et bonne route à vous.
X