Chat du 22 décembre 2016 avec Gérard Apfeldorfer

22/12/2016 (18:09) minifouine Bonjour Dr Apfledorfer. Vous m'avez suivi à votre cabinet parisien entre 2008 et 2012, puis j'ai déménagé en province. Je porte un anneau gastrique depuis avril 2011 et avait perdu 48 kg en 3 ans, mais j'ai repris 25 kg entre 2014 et 2015 suite au déserrage-resserrage insuffisant dudit anneau. L'obésité morbide dont je souffrais et à présent sévère compte tenu de mon IMC à 35, est ancrée depuis l'âge de 12-14 ans, vraissemblablement due à un viol dans la petite enfance. A ce jour, j'ai déjà entrepris plusieurs longues thérapies dont celle avec vous, mais n'arrive plus à maigrir à cause de compulsions. Vu ce contexte, pensez-vous que votre programme soit suffisant pour moi ou bien me faut-il par ailleurs avoir des entretiens réguliers avec un thérapeute en TCC et si oui, auriez-vous un nom d'un médecin à me communiquer sur Lyon. Par ailleurs, que pensez vous de l'hypnothérapie pour traiter les TCA ? D'avance merci pour vos précieuses réponses. Bonsoir Minifouine, Votre question est à plusieurs étages.Tout d'abord, l'anneau gastrique: il est habituel que l'on reprenne une bonne partie du poids perdu avec cette technique chirurgicale, voire la totalité. C'est sans doute pour cela que cette méthode est de moins en moins pratiquée. Vous n'avez donc pas à vous culpabiliser et cet échec n'est pas le vôtre, mais celui de la méthode. Ensuite, pour les personnes qui ont vécu des viols, des attouchements, des situations incestueuses dans l'enfance, un suivi psychothérapeutique est le plus souvent nécessaire, soit en parallèle d'une approche directement centrée sur le comportement alimentaire, soit en préalable, selon les cas. Vous avez déjà suivi des thérapies, mais peut-être devriez-vous refaire le point avec un thérapeute, et voir si cela reste ou non de circonstance. Ceci dit, je suis désolé de ne pas avoir pu vous aider davantage lorsque vous êtes venue me consulter. Linecoaching est-il suffisant dans votre cas? Comment pourrais-je le savoir? Vous êtes restée anonyme... Pour le savoir, il n'y a que 2 méthodes: soit essayer et voir si vous pouvez avancer avec le programme, soit consulter un thérapeute et faire le point avec lui. Je vous donne une adresse sur Lyon, la meilleure: Mme Laurence Collet-Roth, psychologue, qui travaille avec des méthodes similaires aux miennes, et à celles de LC, et avec qui vous pourrez faire le point de vos différents problèmes. Enfin, l'hypnothérapie: c'est à la mode, mais je ne pense pas que ce soit une approche qui permette des résultats durables en ce qui concerne les problèmes pondéraux.
22/12/2016 (18:11) Independance day Bonsoir Docteur, j'ai tendance à confondre une personne perfectionniste et une personne exigeante; y-a t'il une différence ? Merci pour votre réponse et je vous souhaite de bonnes fetes, je serai absente à l'heure du chat. Bonsoir Independance day, Qu'est-ce qui sépare un défaut d'une qualité? C'est souvent non pas une affaire de nature, mais de quantité. Etre exigeant, aimer le travail bien fait, aller jusqu'au bout des choses, avoir de la suite dans les idées, sont des qualités. Mais avoir un niveau d'exigence tel qu'on estime que tout, absolument tout ce qu'on fait, doit l'être de façon parfaite, devient vite un handicap. Comme tout doit être parfait, on ne distingue plus ce qui est essentiel et ce qui est accessoire. Si bien qu'on perd beaucoup de temps sur des choses secondaires, ce qui conduit à devoir en négliger d'autres, en fait plus essentielles. On fonctionne alors vite en tout ou rien: certaines choses sont faites à fond, et d'autres sont totalement négligées, puisqu'on ne dispose pas du temps pour les faire. Le perfectionniste s'en rend bien compte, et cela le déprime, il perd son estime de soi, il se met à en vouloir aux autres qui sont négligeants et a donc des problèmes relationnels. Tal ben Shahar, un psychologue américano-israélien, préconise ce qu'il appelle l'optimalisme, qui consiste à faire aussi bien que possible en fonction des circonstances, du temps disponible, de ses capacités... Je vous recommande son livre: "L'apprentissage de l'imperfection".
22/12/2016 (18:13) Rym Bonjour, je sais que ce n ai pas " raisonnable " comme solution mais que pensez-vous de la liposuccion? On dit que la graisse disparaît definitivement sur les parties traitées? Comme vous dites, Rym, la liposuccion, la plupart du temps, ce n'est pas raisonnable. La liposuccion n'est en aucun cas une méthode amaigrissante. Il n'y a qu'en seule sorte de situation où la liposuccion se justifie: on a perdu du poids, on l'a stabilisé depuis au moins 1 an, mais il reste des "amas graisseux localisés" à certains endroits du corps, qui ne veulent pas disparaître. Dans ce cas, la liposuccion se justifie pour des motifs esthétiques.
22/12/2016 (18:17) Macorouge Bonjour Dr Apfeldorfer, depuis le début des vacances je me trouve confinée avec conjoint et enfants dans ma chambre de jeune fille au coeur de la maison familiale. J'apprécie d'etre en compagnie de mes proches et j'aime beaucoup la fête de Noël mais j'ai l'impression de manquer d'espace de pensée et d'espace tout court. J'ai le plus grand mal à pratiquer la RPC dans ce cadre et je recommence à manger par automatisme. Auriez-vous un conseil à me donner qui m'aide à sortir de ce paradoxe entre joie et sensation d'etouffement et me permette de savourer ces fêtes ? Merci par avance. Bonsoir macorouge, Vous faites l'expérience d'une situation assez courante lors des fêtes: tout d'abord, vous vous retrouvez chez vos parents en situation d'enfant, ce qui favorise la régression et la réapparition des problèmes vécus dans enfance et l'adolescence. Ensuite, vous vivez une situation de promiscuité, c'est-à-dire d'envahissement de votre espace vital. L'espace vital! En fait cette sensation que les autres pénètrent dans cette bulle imaginaire que l'on définit autour de soi et que l'on vit comme faisant partie de nous est quelque chose qui dépend de la culture, ainsi que de son histoire personnelle. Par exemple, cette bulle est bien plus grande pour un Nordique que pour un méditerranéen. Les gens du sud aiment à se rapprocher physiquement, alors que les gens du Nord le vivent mal. Que faire? Vous pouvez bien sûr prendre la fuite, aller prendre l'air toute seule, faire des promenades. Mais vous pouvez aussi vivre cette sensation particulière d'envahissement en pleine conscience. Je vous rappelle que la pleine conscience ne consiste pas à "se sentir bien". Elle consiste à accepter ce qui existe pour soi dans le moment présent. Et ce qui existe alors, c'est cette gêne que vous ressentez. Explorez-la lorsqu'elle se produit, ou bien explorez-la à froid, en fermant les yeux et en imaginant que vous vous trouvez dans la situation redoutée: avez-vous des sensations physiques particulières? Dans quelles parties du corps? Comment pouvez-vous les décrire? Quelles émotions viennent? Quelles pensées apparaissent? Observez attentivement, de moment en moment, votre sensation d'envahissement, sans jugement, sans attente. C'est ce que vous ressentez, voilà tout. La sensation d'envahissement peut aussi apparaître durant les repas, les réveillons, où on est plus émotionné, plus proches les uns des autres. Là encore, observez sans jugement. Vous n'avez pas d'obligation de vous sentir bien, ou heureuse, ou malheureuse. Vous n'avez aucune obligation concernant vos sentiments, que vous ne pouvez pas choisir, mais juste observer du mieux que vous pouvez. Bonnes fêtes à vous et bonne exploration de vos sensations d'envahissement!
22/12/2016 (18:18) Après avoir pris conscience de la rigidité et du c Résultat : re restriction autour du chocolat et re compulsions... Et rechute de moral... Bonsoir belle inconnue, Malheureusement votre message est incompréhensible. Que vous répondre?
22/12/2016 (18:18) chris212 Bonsoir Docteur, En cette période de fêtes, c'est vrai que la perspective du repas de Noël (et du Jour de l'an, à venir) est à la fois source de bonheur et source d'angoisse. Bonheur, de se retrouver en famille pour Noël autour de la table, symbôle de partage et de convivialité. L'invitation tant attendue et tant redoutée pour le repas du 25 décembre viens de tomber. Tant attendue car je ne souhaite rien plus que partager ce moment avec mon frère et ma soeur, tous mes neveux, Rien ne me rend plus triste que de ne pas être conviée... En même temps, Et en même temps? Suspense...
22/12/2016 (18:22) chris212 (suite, j'ai envoyé mon texte par inadvertance) ... En même temps, c'est angoissant car seront également présent plusieurs membres de la belle famille de mon frère. Et là, je me demande comment faire face. Je suis la seule en surpoids. Et je me rends dans une famille qui prône la maigreur... Je fais tâche. Ils sont presque tous plus maigres les uns que les autres. Et tous à regarder leurs formes et leurs non formes. D'habitude, la première parole que j'entends c'est "mais vous avez pris des kilos, mais il faut faire attention". Rarement l'inverse. Et de toute façon, ça me met toujours mal à l'aise. Je trouve que c'est très indélicat. J'estime que je ne suis pas qu'un chiffre sur une balance. En plus je ne peux pas répondre car je ne veux pas plomber l'ambiance. Et ce que je veux avant tout c'est partager avec ceux que j'aime... Mais comment faire pour ne pas trop souffrir en entendant ses "paroles de bienvenue" auxquelles j'ai invariablement droit ? Je ne veux pas culpabiliser à cause de mon surpoids, je veux pouvoir profiter du repas sans culpabilité. Je veux peut-être trop de choses... Merci de vos conseils. Chris, je comprends que vous soyez mal à l'aise, que vous vous sentiez honteuse, et sans doute aussi, et cela, je l'espère, terriblement en colère. Votre belle-famille vous maltraite. Elle semble considérer que l'on fait ce qu'on veut avec son poids et que, eux, minces, ont du mérite pour cela. Si je comprends bien, il s'agirait plutôt de génétique. Il semble s'agir, à ce que je comprends, d'une famille de maigres constitutionnels. Ils sont construits comme ça, et ils n'en ont aucun mérite. A moins qu'il ne s'agisse d'une famille où tous font des efforts de minceur, considérant que la minceur est en quelque sorte un acte de bravoure, un signe de noblesse. N'est-ce pas pire, en fait, que les maigres constitutionnels? Et votre mari, dans tout cela? Quelle est son attitude? Vous laisse-t-il être la proie des quolibets? Vous défend-il? En somme, de quel côté est-il? Il me semble que vous devriez, avant toute chose, en discuter avec lui, lui expliquer votre malaise, votre colère, le réveillon désastreux que vous êtes conduite à vivre du fait de l'attitude de sa famille envers vous. Si votre mari est de votre côté, ce que j'espère, peut-être est-ce à lui de préparer le terrain, de téléphoner préalablement à ses parents, ses tantes et cousins, afin que vous soyez accueillie de façon convenable. En fait, je vous trouve bien trop "gentille". En réalité pas gentille, mais passive. Vous étouffez votre honte et votre colère, qui doivent immanquablement se transformer en envies de manger émotionnelles, sans doute pas au Réveillon, car vous avez sûrement l'appétit coupé, mais par la suite, quand vous repensez à tout cela. Il n'y a nulle raison de baisser la tête quand on vous insulte. Je pense au contraire qu'il faut répondre aux insultes. Il y a, il me semble, 2 façons. La première, je dirais la plus classique, est de répondre aux insultes par des insultes. On vous critique sur votre poids? Eh bien, pourquoi ne pas faire des remarques du genre: "et vous-même, j'ai l'impression que vous avez pris un coup de vieux." Seconde façon, la façon "psy": lorsqu'on critique votre poids, vous pouvez dire que cette critique vous fait beaucoup de peine, qu'elle vous blesse, qu'elle vous donne envie de faire demi-tour, si on vous accueille ainsi, et que vous demandez des excuses. De telles paroles doivent être dites à haute voix, clairement énoncées, fièrement, car vous êtes une personne respectable (= que l'on doit respecter), pas une personne en faute. J'espère qu'après les fêtes, vous pourrez nous raconter comment les choses se sont passées.
22/12/2016 (18:24) chris212 Je poursuis l'étape sur la satisfaction alimentaire, avec «j''ajuste ma consommation journalière à mes besoins et à mon appétit prévisionnel». Lors du chat d'hier, j'ai compris que je peux faire des fêtes de fin d'année une étape de LC à part entière. Comme vous le dîtes l'essentiel est d'attendre le retour de la faim (et de la bonne faim) après le repas de Noël. Ainsi la régularisation pourra se faire. Mais comment concilier cette étape avec les écarts potentiels. Je ne maîtrise pas encore la satiété, je ne la respecte pas forcément. Je ne fractionne pas encore vraiment mes repas. Mais j'ai pourtant l'impression que c'est la période idéale pour que je respecte mes sensations de faim et que j'essaie de réellement fractionner mes repas. J'ai dû mal à imaginer que je puisse remplir le jour de Noël mes carnets. 5 unités alimentaires ne suffiront pas et ça risque de mettre la pression. En principe, le jour de Noël la table est abondante. Chacun amène un ou deux plats. Nous serons une bonne vingtaine. Mais les plats vont se succèder à la vitesse grand V. Et le plus souvent ne passeront qu'une fois. Donc ce qui m'inquiète c'est que d'une part je mange lentement, d'autre part j'aime déguster et prendre mon temps. La dégustation est l'une des techniques sur lesquelles vous insistez dans le programme... J'ai peur de ne pas pouvoir librement déguster ce que j'aime et que je ne mange pas tous les jours.... J'ai pris l'habitude lors de ce repas de me servir un peu de tout dès que j'ai le plat, quitte à laisser en partie ce que j'ai dans mon assiette. Car ils mangent tous très vite... Difficile à gérer. Comment concilier le programme et les repas de fêtes ? Comment le vivre sereinement ? Merci pour votre aide, votre présence . Chris, tout d'abord, comme je l'ai dit dans le chat d'hier, on peut manger de façon plus abondante que d'habitude lors des festivités. C'est normal, et tout le monde le fait, n'est-ce pas? Puis par la suite, comme on a mangé au delà de sa faim, en dépassant le rassasiement, on n'a plus guère faim, et donc, il n'est pas difficile (si les émotions nous laissent tranquilles) de manger peu ou pas du tout. Comment gérer le réveillon proprement dit? Je crois qu'il vous faut partir du principe que vous ne pourrez pas profiter de tout. Vous pourrez profiter de certaines choses, et pas des autres. Pourquoi? Pas parce que vous ne mangez pas assez vite (quand on mange vite, on ne profite pas de ce que l'on mange, on est juste dans la gloutonnerie, et cela semble d'ailleurs être la cas de votre belle-famille) mais parce que votre corps a une capacité limitée à avoir du plaisir gustatif. Au delà d'une certaine quantité, ce n'est plus vraiment bon. Le foie gras, par exemple, n'est bon que si on a assez faim, et seulement, en ce qui me concerne, pour environ 70-80 grammes. Après, c'est écoeurant. Et le dessert, lui, n'est à vrai dire jamais vraiment bon, car je n'ai plus faim à ce moment là. J'en mange quand même un bout, pour des raisons sociales, et pas vraiment pour le plaisir gustatif. Ce que vous n'aurez pas mangé lors du repas de Noël ou de Nouvel an, vous le mangerez une autre fois, à un autre repas. La saison des huitres n'est pas finie. Le chapon, on peut en acheter en janvier ou février et si on rate le chapon, on aura le gigot de Pâques. Rater un aliment n'est pas grave car on a de bonnes choses à manger aussi souvent qu'on veut. Donc, prenez le temps de la dégustation pour les choses qui vous semblent les meilleures, et laissez tomber le reste!
22/12/2016 (18:00) G. Apfeldorfer Bonsoir à toutes et tous. Bienvenue dans cette foire aux questions, la dernière pour moi pour l'année 2016. Alors si vous avez des questions qui ne peuvent pas attendre 2017 ou les années suivantes, c'est le moment de les poser!
22/12/2016 (18:25) minifouine Bonsoir G. Apfeldorfer. Je vous ai posé une question il y a plusieurs jours, l'avez-vous eue ? Je l'ai eue, j'ai répondu. Pas de souci. Tout vient à temps à qui sait attendre.
22/12/2016 (18:28) Wwoxbp1 Bonjour comment passer sereinement les fêtes? Rien que le fait de me dire qu elles approchent et que donc tout va etre foutu me déclenché des envies de manger compulsives Bonsoir wox, Je crois que j'ai déjà bien répondu à cette question dans les réponses déjà envoyées. Merci de poser une question plus précise, si ces réponses sont insuffisantes.
22/12/2016 (18:31) minifouine Merci pour ces précieuses réponses, notamment pour le nom de la psychologue que je connais de réputation seulement. Ceci dit, pour ce qui concerne les thérapie, j'ai été longuement horspitalisée en 2014 et 2015 pour le diagnostic et la stabilisation d'un trouble bipolaire et en ai profité pour faire en clinique puis à l'extérieur des TCC, mais aussi de l'EMDR, ce qui m'a beaucoup fait avancer. Ne soyez pas désolé, je n'était certainement pas prête à affronter les TCA autreement que pas a chirurgie et dans l'urgence compte tenu des commorbidités de l'obésité morbide justement. Vous m'avez aidée à prendre une décision et je vous en remercie car j'ai 25 kilos perdus acquis durablement je pense, mais encore 30 à perdre... merci mini fouine pour ce complément d'information. Vis-à-vis de Mme Collet-Roth, vous pouvez vous recommander de moi. Et merci de m'avoir donné votre nom, que je n'afficherai pas. Je me souviens très bien de vous, et je me rappelle votre courage.
22/12/2016 (18:31) Bonsoir à tous Bonsoir à tous Bonsoir à vous. Mais quelle est la question?
22/12/2016 (18:34) Mathilde54 Bonsoir Docteur, j'ai recommencé le programme il y a environ une semaine (j'avais commencé en 2015 durant 2 mois mais je ne me suis pas suffisamment acrochée). J'ai l'impression de ne pas être dans un comportement alimentaire naturel depuis que je tiens le carnet alimentaire découverte ; je n'ai pratiquement plus d'EME alors qu'habituellement, je peux en compter deux par jour ... Est-ce normal ? Merci pour vos conseils Bonsoir mathilde, C'est inquiétant, ça, que vous alliez trop bien. Mais pas de souci, les EME vont revenir. Pas la peine de les provoquer, ça va se faire tout seul. Vous avez raison, c'est sans doute parce que vous êtes davantage en contrôle, avec le carnet à remplir. Mais ce contrôle ne va pas durer et vous pourrez travailler sur vos EME.
22/12/2016 (18:33) Bonsoir à tous J'ai une question : Est ce que une hyper thyroïdie peut perturber le métabolisme et en conséquence prendre des kilos ? Oui, une hyperthyroïdie perturbe le métabolisme en l'accélérant. Si bien qu'on perd du poids, sans l'avoir voulu, ce qui, aux yeux des médecins, est inquiétant. Bien sûr, il y a d'autres symptômes.On se sent excité, nerveux, anxieux, agité, le coeur bat vite, tout s'accélère. C'est l'hypothyroïdie qui fait prendre du poids.On se sent alors mou, fatigué, et on mange plus.
22/12/2016 (18:39) Wwoxbp1 Oui effectivement c est la peur des repas de fete qui me fait manger au delà du plaisir et jusqu à l éc?urement des à prisent. Comme si quelqu un me poussait à manger, à me remplir pour ensuite me reprendre en mains C'est fou, hein? Mais maintenant que vous avez identifié ce processus, peut-être pouvez-vous faire en sorte que les choses se passent différemment. Ce qui pousse à manger sans pouvoir s'arrêter, c'este qu'on appelle la restriction cognitive, dans bien des cas: on a à disposition des tas de choses qu'on s'interdit habituellement, alors c'est maintenant ou jamais. On a peur de manquer par la suite, puisqu'on ne s'autorise pas ces aliments. Mais avec le programme, comme tout vous sera autorisé, qu'il n'y aura rien d'interdit, que vous aurez appris à manger en tenant compte de vos sensations alimentaires, alors, ce genre de réaction devra disparaître. Sans doute au prochain réveillon, celui de 2017?
22/12/2016 (18:34) Bonsoir à tous Je ne vois pas apparaître mes questions .... Vous ne seriez pas un peu trop pressée?
22/12/2016 (18:35) Bonsoir à tous Je crois que la connexion n'est pas au top .... Mais si, mais si...
22/12/2016 (18:41) minifouine Autre question : je me suis attelée à la rédaction de la lettre 1 à mes proches (réussite du programme à trois ans). Comment puis-je savoir toute seule si elle a éclairci mes motivations, puisque cette missive est fictive et ne donnera pas lieu à une discussion avec le destinataire par exemple ? En fait, cette lettre à ses proches est surtout une lettre à soi-même. Et donc, vous saurez si vos motivations se sont éclaircies, si vous savez mieux où vous comptez aller.
22/12/2016 (18:41) G. Apfeldorfer Encore une ou deux questions 2016? Je n'en ai plus dans ma besace.
22/12/2016 (18:42) Mathilde54 Merci docteur, mais vous savez, je n'ai pas hâte qu'elles reviennent haha ... J'espère vraiment aller bientôt mieux, merci pour votre soutien Bon réveillon, Mathilde.
22/12/2016 (18:45) Bonsoir à tous J'aimerais savoir si votre programme est possible avec une hypothyroïdie ? Oui, le programme est possible, surtout si votre médecin vous prescrit des hormones thyroïdiennes, ce qu'il a sûrement fait, et si vous vous faites suivre régulièrement pour rééquilibrer votre traitement.
22/12/2016 (18:45) minifouine C'est donc une lettre "thérapeutique', commr j'ai pour en faire à mon grand-père violeur, c'était même un procès, ou à lmes aIeules qui on manqué de tout pendant la guerre etc, et m'on vraisemblablement cette peur du manque de nourriture, d'argent et j'en passe ! Exactement, minifouine.
22/12/2016 (18:49) Bonsoir à tous Donc si je ne dépasse pas le seuil des donnés pour une hypothyroïdie je ne dois pas grossir ? Si votre traitement est équilibré, vous vous retrouvez dans la situation de tout un chacun, et il n'a que peu de kilos qui sont à mettre sur le compte de l'hypothyroïdie (quelques uns, tout de même, car les médecins, par prudence, donnent toujours un traitement minimum).
22/12/2016 (18:50) minifouine Bien, merci pour ce chat, passez de bonnes fêtes de fin d'année et à bientôt sur LC ! Et à vous aussi, bonnes fêtes, sans culpabilité, sans peur et sans reproche.
22/12/2016 (18:51) minifouine Ah, une petite dernière, connaissez-vous un psychiatre sur Lyon qui soit spécialisé en TCA, ou bien un spécialiste des maladies métaboliques ? Heu, là, tout de suite, je n'ai pas d'idée. Mais demandez donc à Mme Collet-Roth. Elle connaît tout le monde.
22/12/2016 (18:55) rosiale bonsoir docteur, inscrite sur LC en mars 2015, et j'ai complété le programme en juin 2016. Eh oui! j'ai pris mon temps! de 72kg5 j'étais descendue à 65kg5 ce qui me donnait entière satisfaction, ce poids me convenait. Malheureusement depuis juin, insidieusement le poids remonte, je suis maintenant à 69 et ai hélas l'impression d'être spectatrice de cette reprise de poids que je ne comprends pas. Je me demandais donc si le fait de manger et s'arrêter à satiété donc de manger moins que je ne le faisais auparavant a signalé à mon corps que peut-être, comme lors d'un régime, il devait se remettre à stocker les aliments et ralentir mon métabolisme. J'ai du mal à comprendre cette reprise de poids. Très rarement maintenant je mange au delà de ma faim, je n'ai plus d'aliments tabous ce qui est positif. Je précise que j'ai 68 ans et comme beaucoup le parcours habituel des régimes depuis l'adolescence.Désolée pour ce message un peu long mais j'aimerai comprendre ce qui m'arrive. Bonsoir rosiale, Si vous reprenez du poids, c'est que vous mangez un peu plus que ne vous l'indiquent vos sensations alimentaires. On peut très bien ne pas s'en rendre compte s'il s'agit de quelques bouchées par ci par là, mais de façon quotidienne. Je vous conseille donc eue refaire les exercices sur la faim et surtout ceux sur le rassasiement (je mange des aliments riches en dégustant). Ceci dit, à 68 ans, il me semble qu'il vaut mieux être indulgent avec soi-même. Pas trop quand même, mais un petit peu.
22/12/2016 (18:55) Bonsoir à tous Je vous remercie Docteur, Cela m'encourage à continuer car mon poids augmente et j'ai le doute de la réussite pour un équilibre Je vous souhaite une bonne soirée et un Joyeux Noël A l'année prochaine !!! Bonnes fêtes, "bonsoir à tous".
22/12/2016 (18:56) Bonsoir à tous Mes questions ne sont pas toutes passées Dommage A bientôt Ah bon? Fausse manoeuvre?
22/12/2016 (18:56) minifouine D'accord, ce doit être un personnage alors ! Je serais curieuse de la rencontrer... C'est un personnage.
22/12/2016 (19:02) chris212 En fait, le repas de Noël se fait dans la belle famille de mon frère. Et c'est vrai que sa belle-mère ne sera pas là, donc pas de réflexion de ce côté cette année. De toutes façons, elle n'est plus toute jeune, je ne peux donc pas répondre. Donc je me tais. Les réflexions ne pourront venir que de la s?ur aînée de la femme de mon frère. Il sont tous naturellement maigres : c'est génétique. Comme dit mon frère sa femme est une poubelle de table. En effet, elle peut manger tout et n'importe quoi sans conséquence sur son poids. C'est vrai que tout cela me met en colère... Mais c'est le prix à payer si je veux partager Noël avec ma famille et mes neveux. Mon mari, hélas ne peut rien dire. Je n'en ai pas... et mon compagnon est décédé voilà 3 ans. Je vais voir pour appliquer vos conseils quant à la façon de répondre sans créer de problème. Je vous souhaite un joyeux Noël. Chris, ce n'est pas bon pour votre santé de vous taire. Pas de mari? Ca explique bien des choses. Mais alors, il vous faut appliquer le plan B, que je vous ai détaillé. Si vous vous en sentez incapable, ce serait sans doute une bonne idée d'entreprendre une thérapie d'affirmation de soi.
22/12/2016 (19:02) rosiale Donc vous ne pensez pas que le métabolisme est affecté par le fait qu'en respectant mes sensations alimentaires je mange moins qu'auparavant? En respectant vos sensations alimentaires, vous mangez ce que votre corps vous demande.
22/12/2016 (19:02) G. Apfeldorfer Nous voilà au bout du bout. Au bout de ce chat. Au bout de l'année 2016. Je vous souhaite de bonnes fêtes, un bon appétit, de bonnes choses à manger et à boire, une bonne indigestion le lendemain. Les cathos, ils ont pensé à tout, n'est-ce pas? Après les fêtes de Noël et Nouvel an, il y a le carême. Malin, ça. A l'an prochain, donc, pour de nouvelles aventures!
Haut de page 
X