Chat du 25 avril 2012 avec Gérard Apfeldorfer

25/04/2012 (18:32) G. Apfeldorfer Bonsoir à toutes et tous, et bienvenue dans ce tchat d'une heure, réservé aux questions stupides ainsi qu'aux questions malignes, en passant par les questions brillantes.
25/04/2012 (18:33) minimania Bonjour et merci pour ce programme fort instructif et très différent des régimes contraignants que l'on s'impose. J'expérimente actuellement la partie découverte de la sensation de faim or je fume ce qui fait que lorsque j'ai une envie de manger, j'ai tendance à prendre une cigarette. on le sait la cigarette coupe l'envie de manger. Souvent, lorsque j'ai très faim, je fume juste avant de déjeuner ou de diner. donc il m'arrive au cours de cette étape de ne pas vraiment reconnaitre mon envie de manger ou celle de fumer. mon réflexe va plutôt vers la cigarette je dois l'avouer. Il me faudrait peut être 2 carnets pour noter mes envies disctinctes? merci. Minimania Bonjour Minimania, Vous fumez pour ne pas manger. Et ça marche, dans une certaine mesure. Le problème est surtout que fumer est des plus mauvais pour la santé. Je ne vous conseille pas de chercher à vous sevrer du tabac en même temps que de progresser coté nourriture. Mieux vaut faire les choses séparément, pas la peine de charger la barque. Quand vous ne savez pas si vous avez envie de fumer ou de manger, ne faites ni l'un ni l'autre, et attendez que votre envie principale se précise. Bon courage.
25/04/2012 (18:34) tamar Bonsoir Docteur. Je me trompe très souvent dans la détection de la satiété, et dans les deux sens. Parfois je mange trop sans m'en rendre compte, mais peut-être plus souvent encore, j'ai l'impression d'avoir trop mangé alors que deux heures plus tard j'ai déjà bien bien faim. Je suis en phase de "dégustation", et la sensation de ventre plein intervient bien avant que l'aliment commence à perdre son goût. Qu'est-ce qui ne va pas ? Bonsoir Tamar, Vous en êtes à la phase de dégustation des aliments riches. Ces aliments nourrissent avec peu de bouchées. Avec donc un petit volume, on est suffisamment nourri. C'est pour cela que chaque bouchée compte et doit être dégustée. Mais le rassasiement gustatif n'est pas la satiété : on peut ne plus vouloir d'un aliment déterminé, et avoir encore faim. Si on s'arrête néanmoins, comme on vous le demande dans l'exercice, on reste donc sur sa faim, et cette faim se représente plus tôt que d'habitude. Avoir faim après 2 après l'exercice est donc normal. Vous pouvez alors manger, toujours sur un moded e dégustation. Si vous avez la sensation que votre ventre est déjà « plein » alors que vous n'êtes pas rassasiée, cela peut venir de deux choses : vous avez mangé trop vite, ou bien vous êtes tendue, contractée, anxieuse. Bonne continuation.
25/04/2012 (18:35) eileen Bonsoir cher Docteur. Je vais de mieux en mieux depuis quelques temps(après 10 mois sur LC, je crois donc que la patience est importante). Cependant, je'ai un petit souci. J'ai du mal à manger de la viande, ce n'est pas le goût au contraire mais bien la culpabilité. Je trouve qu'on nous culpabilise à manger de la viande, et à nous "accuser'" d'impact important sur l'écosystème et les ressources mondiales. Je tiens à préciser que je ne suis pas "une dévoreuse" de viande bien au contraire mais un petit plat en comportant (genre blanquette, bourguignon et ce genre de recettes tous les deux jours, -les gentils plats de ma grand-mère adorée :)-).Résultat, le "contentement" ne peut pas être entier car je me sens "jugée". Qu'en pensez-vous ? (j'espère avoir été assez clair). Merci encore ! Bonsoir eileen, Je suis content que vous ayez progressé ! Bien des personnes éprouvent aujourd'hui de la culpabilité à manger certains aliments, par exemple de la viande, car pour cela, on tue des animaux, parfois dans des conditions déplorables. Mais cela est un choix de vie, un choix philosophiques, et n'est pas en rapport avec la problématique pondérale. Cette culpabilité n'a rien à voir avec la restriction cognitive. Elle ne fait pas manger plus. C'est donc un choix personnel que vous avez à faire, indépendant de vos problèmes pondéraux. Vous pouvez choisir d'assumer votre appétence pour les viandes, ou bien non. Bonne continuation.
25/04/2012 (18:38) titou63 Celà fait 10 ans que j'applique vos méthodes (depuis l'émission E=M6 avec M. Zermati). Mon poids s'est relativement stabilisé, mais je reste en IMC élevée (104 kg pour 1.68 m). Je mange plus que beaucoup de mince, mais pourtant pas tant que ça. J'ai bien l'impression que mon poids de stabilisation soit 104-105 kg . Est-ce possible ? Beaucoup d'autres personnes sont-elles dans mon cas ? Oui, il est tout à fait possible que votre poids d'équilibre soit élevé. Cela peut venir de votre génétique, de votre histoire pondérale (beaucoup de régimes à répétition). Il se peut aussi que vous ne soyez en réalité pas à votre PE. L'exercice consistant à diminuer vos portions d'un tiers, et de manger ensuite en fonction de votre faim, permet souvent de voir si on mange trop par habitude. Si on diminue ses portions d'un tiers et qu'on s'aperçoit que cela se révèle suffisant, ou bien si on ne compense que partiellement, alors c'est qu'on n'est pas à son PE. Si on constate qu'on est à son PE et que celui-ci est plus élevé qu'on ne le voudrait, malheureusement, le mieux à faire est de l'accepter, et de vivre sa vie du mieux qu'on peut, tel que l'on est. Comme peuvent le faire, par exemple, les personnes qui présentent un handicap physique et qui font contre mauvaise fortune bon coeur. Cela n'empêchera pas de mener une vie aussi saine que possible, en faisant de l'exercice afin d'améliorer sa santé.
25/04/2012 (18:39) Tag Bonjour Docteur, Je sens bien que la clé de mes problèmes de poids (et le reste) est dans la RPC mais je n'arrive pas à m'y mettre réellement. J'oublie d'en faire voire j'y pense mais je préfère ne pas en faire, je m'endors ou je pars très loin dans mes pensées et je me réveille "en sursaut" quand j'entends votre voix, j'ai du mal à m'y habituer physiquement (les premières séances de RPC j'avais l'impression de tourner sur moi-même, lors des premiers étirements en pleine conscience j'ai eu des nausées). Bref, j'ai comme l'impression de faire de la résistance à la RPC et je ne sais pas ce que je dois faire : renoncer ou persévérer mais alors comment ? En m'astreignant à pratiquer tous les jours ? Quels exercices sont à privilégier ? Et pourquoi c'est si dur ? Merci à vous pour ce programme qui me permet d'avancer mais soulève aussi beaucoup de questions. Claire. Bonsoir Clair, Vous avez des résistances ? Fort bien : c'est le signe que la pleine conscience devrait être enrichissante dans votre cas ! Donc, persévérez, bien sûr. D'où viennent les réticences ? Souvent du fait que nous craignons les pensées qui peuvent venir nous visiter, apparaître dans notre champ mental. Des pensées désagréables comme des soucis, ou culpabilisantes, comme des choses que l'on a faites et dont on n?est pas particulièrement satisfait. Ces pensées allument des émotions pénibles. Ce sont ces pensées et ces émotions qu'il convient d'accueillir, au même titre que les pensées plus banales. Sans jugement, sans les suivre, en se rappelant : « je ne suis pas mes pensées ». Conjugué avec les verbe être ou le verbe suivre. En sa rappelant aussi que quoi qu'il se présente dans notre espace mental, nous pouvons le supporter, le vivre. Les pensées ne sont que des pensées, et les émotions ne sont qu'un ensemble de sensations physiques. Ce ne sont pas des faits concrets. Très souvent, on a aussi des auto-commentaires négatifs, comme « je perds mon temps », ou « je m'ennuie ». Repérez-les et accueillez ces pensées automatiques elles aussi de la même façon. Il s'en passe des choses, dans notre espace mental ! Bonne continuation.
25/04/2012 (18:40) brigitte24 je craque toujours a 17 heure et je mange tout ce qui me passe sous la main que faire ? bonsoir Brigitte, le problème des fins de journée est très courant et nous avons prévu une étape rien que pour cela. Mais vous n'en êtes pas là? plusieurs problèmes peuvent faire manger beaucoup en fin de journée : la faim, parce qu'on s'est trop contrôlé dans la journée, mais surtout le trop plein d'émotions, qu'on a étouffé durant la journée, parce qu'il faut se contrôler, et qui réapparaissent en soirée. La faim : vous allez, avec les exercices alimentaires, apprendre à mieux gérer vos prises alimentaires de la journée. Les EME : je vous conseille, si vous êtes dans ce cas, de pratiquer assidûment tous les exercices de pleine conscience que nous vous proposons. Peu à peu, les choses vont changer, et vous allez augmenter votre tolérance émotionnelle, diminuer votre impulsivité. A bientôt.
25/04/2012 (18:44) nadikaan Bonsoir, je suis quelqu'un de plutot mince mais j'ai des hanches larges, ce qui fait que ma silhouette est disproportionnée. D'après votre méthode, si on attend son poids d'équilibre, pensez vous que je vais perdre de mes hanches ? Grossir du haut ? Ou rien de tout cela car il y a d'autres facteurs qui font que je suis ainsi ? Bonsoir nadikaan, Votre silhouette est disproportionnée par rapport à quoi ? Par rapport aux canons de la beauté grecque ? Par rapport à ceux de la mode actuelle (dans laquelle on doit ne pas avoir de hanches du tout ?) Si votre physique est, par exemple, celui d'une femme méditerranéenne, le fait de maigrir ne va pas changer fondamentalement le rapport entre les différentes parties de votre corps. Et si vous acceptiez et assumiez votre héritage ?
25/04/2012 (18:47) Jane_66 Bonsoir, je suis le programme depuis plusieurs semaines maintenant et je suis très satisfaite du soutien qu'il m'apporte. pourtant, j'ai des périodes de décrochage (qui correspondent souvent à des périodes de vacances ...) où j'oublie toutes mes bonnes habitudes. j'ai beaucoup de mal ensuite à revenir au programme même si la coupure n'a été que de 4-5 jours et je m'en veux. je culpabilise, m'en voulant de baisser aussi facilement les bras alors que ce souci de comportement alimentaire/prise de poids me pèse depuis si longtemps. comment accepter ces coupures ? comment les éviter ? sont-elles préjudiciables à la bonne suite du programme ? j'ai tendance à me décourager et à baisser les bras.quelle que soit votre réponse, d'avance merci et merci aussi infiniment pour votre bienveillance et le regard différent que vous nous amenez à porter sur nous-même. Jane, vous progressez par petits bonds. Il n'y a pas de problème à ça. Il est bien rare en fait qu'on progresse en ligne droite. Posez-vous ces questions : en vacances, que se passe-t-il, qui me détourne de mes sensations alimentaires ? Le reste du temps, suis-je trop scolaire ? Suis-je assez autonome ?
25/04/2012 (18:48) titou63 Dans la rue, je me suis fait abordée par des jeunes qui m'ont crié d'un bus : 'Et madame, tu as oublié de faire un régime!' Ceci devant l'école de mes enfants. Lors d'une compétition de natation, un gamin de 10 ans a dit à ses copains en parmlant de moi, 'Eh, tu as vu la baleine...!' Auriez-vous des suggestions de réponses à ces remarques désobligeantes ? Merci. Toujours la discrimination et la stigmatisation ! Seriez-vous noire ou maghrébine, oserait-on vous traiter ainsi sans que cela suscite un mouvement de révolte? La stigmatisation est devenue si générale dans notre société. Seule une action à un niveau social pourrait modifier cet état de choses. Comme lorsqu'il s'agit de racisme, ou d'avanies qu'on peut faire subir aux handicapés, aux personnes différentes. Donc, pourquoi ne pas entreprendre une action organisée à ce sujet, ou écrire à nos élus ? À un niveau individuel, le mieux est, à mon avis, d'accepter ces quolibets, en vous rappelant que vous êtes victime d'une situation sociale globale, qui n'a pas trait à votre personne. Autant ne pas s'épuiser à se battre contrez les moulins à vent! Tant de choses déplaisantes peuvent survenir dans nos existences, et celle-ci en fait partie. Bon courage.
25/04/2012 (18:51) Marie-Paule Bonjour et merci pour votre attention bienveillante ! Depuis que j'ai commencé le programme la semaine passée, on dirait que tout est déréglé, et que mes "bonnes habitudes" alimentaires n'y résistent pas. Est-ce une réaction courante ? J'ai peur de trop me freiner et je ne sais plus ce qui est bien. En fait, je suis un peu déboussolée... et j'ai peur de grossir ! Un petit conseil "de bon sens" pour passer le cap serait le bienvenu... Merci Bonsoir Marie-Paule, Peut-être ce que vous appelez de bonnes habitudes est-il surtout une forme de restriction. Comme vous êtes débutante, je vous déconseille de laisser tomber carrément vos « bones habitudes ». ce sont les différents exercices alimentaires qui remodèleront peu à peu vos comportements alimentaires et vous permettront une transition sans risque.
25/04/2012 (18:52) izabelle Bonjour Docteur, merci tout d'abord pur vos messages pour le forum qui sont toujours un rayon de soleil. J'ai une question pour une jeune fille de mes connaissances. A quel âge environ une jeune fille atteint son poids d'adulte ? parce que cette jeune fille se pèse chaque semaine et tire des conclusions négatives lorsque son poids augmente, or il me semble qu'elle n'a pas fini sa croissance (elle vient d'être réglée) et que cette pesée n'a donc pas vraiment de sens. Bonsoir Izabelle, La jeune fille en question est donc une ado? Je suis d'accord avec vous, elle n'a pas fini sa croissance et de plus l'adolescence est une période de turbulences hormonales qui occasionnent des modifications de poids capricieuses. Il convient donc d'être tolérant face à ce poids variable, et bien entendu, les ados, angoissés comme ils le sont, pressés, ne sont guère tolérants. la taille d'adulte est atteinte le plus souvent aux alentours de 18 ans. le poids a tendance à diminuer entre 20 et 25 ans. Le visage se creuse un peu. Ado, on est un peu plus ronde, et ça, nos ados le supportent mal!
25/04/2012 (18:54) titou63 Dans l'exercice de la faim, il est impossible de noter les raisons qui nous ont poussé à manger. Exemple : vue d'un reste de poule en chocolat... Oui, l'exercice de la faim n'est pas fait pour cela. Il est destiné à vous rendre réceptive à la faim, savoir la reconnaître et ne plus en avoir peur. Manger parce qu'on voit du chocolat est un effet de la restriction cognitive. Ce mode de fonctionnement va disparaître peu à peu.
25/04/2012 (18:56) Orphee94 Bonsoir, quel est l'importance du sport dans le programme? faut il commencer des le debut? Bonsoir Orphée, Mettre son corps en mouvement est une façon de se le réapproprier. De l'habiter. Mettre son corps en mouvement est une gentillesse à l'égard de son corps. Mieux vaut commencer le plus tôt possible. Si on s'en sent incapable, il convient alors d'examiner les réticences, les fâcheries que l'on a avec son corps.
25/04/2012 (18:59) cath2310 j'ai une question peut etre bete mais si j'ecoute ma faim ensuite mes envies...ok je vais attendre d'avoir faim et quand cela arrive je ne mange que ce que j'ai envie jusqu'a satieté. Mais alors si je ne mange que vienoiserie, feculents dans mon repas et ensuite dans l'autre creme, pain fromage...par exemple ...il va me manquer des aliments importants pour mon equilibre non? Bonsoir Cath2310, Je vous propose de suivre vos envies et rien qu'elles. Nous verrons alors durant combien de temps vous mangerez seulement ce genre d'aliment. Rappelez-vous que vous pouvez vous permettre d'avoir une alimentation déséquilibrée durant une longue période de temps avant que ne se manifestent des carences. Et rappelez-vous que point n'est besoin de faire des « repas équilibrés ». C'est l'alimentation globale, environs à l'échelle de la dizaine de jours, qui doit être équilibrée sur le long terme. Bonne continuation.
25/04/2012 (19:00) brigitte24 quand je fais attention a ce que je mange je n arrive pas a maigrir que faire merci Ah, Brigitte, c'est intéressant, ce que vous dites-là ! Cela montre à quel point vous êtes dans le contrôle. Ce contrôle alimentaire nécessite que vous mangiez sans prêter attention à ce que vous mangez, que vous mangiez mécaniquement. Parce qu'il faut obéir aux règles : point de gras ni de sucré ne mangeras, trois repas par jour tu feras, 5 fruits et légumes tu consommeras, et ainsi de suite. Vous allez sous peu apprendre à déguster, à repérer le rassasiement et le respecter, être heureuse de ce que vous mangez, être satisfaite de vous arrêter. Bonne continuation.
25/04/2012 (19:02) mibou je suis déstabilisée par ce nouveau rapport à la nourriture: il était caractérisé par des aliments autorisés et d'autres proscrits .... c'était simple! mais là découvrir sa façon de se comporter avec la nourriture me paralyse et j'ai du mal à démarrer le programme: comment me rassurer? Bonsoir Mibou, Ah, comme c'était bien qu'on vous dise ce qu'il faut manger ! Vous allez apprendre à écouter vos besoins, qui se présentent à vous sous la forme de sensations alimentaires. La faim, la satiété, le rassasiement, les appétences. Vous allez apprendre peu à peu à décoder ces différents messages de votre corps, et retrouver le plaisir de manger, et de vous arrêter une fois ce plaisir obtenu. Au départ du programme, nous vous demandons d'être prudent. Ne laissez pas tomber brutalement vos habitudes antérieures. Pratiquez les exercices demandés, et peu à peu un nouveau type de relation à la nourriture va se mettre en place. Faites vous confiance !
25/04/2012 (19:04) titou63 J'ai lu beaucoup de vos ouvrages, il manque un livre adressé aux enfants ou bien aux adolescents concernant le savoir manger dans le sens comportemental du terme. J'ai écrit des conseils aux parents ayant un enfant ou un adolescent avec des problèmes pondéraux dans « Mangez en paix », Editions Odile Jacob. Mais vous avez raison, ce serait bien d'écrire une livre directement adressé aux enfants et ados.
25/04/2012 (19:05) Rose-PetitBeurre Bonsoir Docteur et merci de votre présence si régulière sur le site ! voilà 10 jours que j'ai terminé un cdd et que je suis sans emploi. J'ai le désir d'évoluer et de me stabiliser professionnellement, j'ai beaucoup de défis à relever question affirmation de soi dans ce domaine. Ca me stresse un peu évidemment. Mais ce qui m'inquiète aussi ces derniers jours, c'est l'ennui, ne pas avoir de journée remplie. L'avantage, c'est que je peux aller plus régulièrement sur LC (et j'ai décidé d'aller à la piscine plusieurs fois par semaine, j'ai acheté mon maillot aujourd'hui, youpi!). Mais j'ai peur des emes liées à l'ennui et au stress de ne pas trouver de boulot rapidement. L'ennui est pourtant une chose passionnante, que je vous engage à explorer dans le détail. Comme vous le découvrirez alors, vous constaterez que le vide n'est pas vide, que l'ennui est plein de pensées. De pensées et d'émotions, qui se présentent lorsqu'on les laisse faire. Examinez toutes ces pensées avec curiosité et bienveillance. Lorsqu'il n'y a pas de pensée, examinez ce rien, et constatez vos auto-commentaires à ce sujet, qui sont des pensées. Ne pas trouver de boulot rapidement: sûrement qu'une telle pensée va se présenter dans votre ennui! Acceptez la pensée, l'inquiétude qui va avec, puis revenez dans le moment présent. Avancez de moment en moment. Ce qui ne vous empêche pas d'aller à la piscine ou sur linecoaching, évidemment. Quelle chance d'avoir du vide dans ses journées!
25/04/2012 (19:07) cath2310 Bonjour,j'ai un petit souci on vient de me detecter deux maladies dont une soignable par des antibiotiques et une non soignable mais calmante avec des medicaments a corticoïde.Mon souci est pour la prise de ces médicaments.Je dois en prendre notamment le matin 6 medciments au total dont 3 30 minutes avant le repas et 3 pendant le repas. Ceux pendant le repas ne me posent pas de problemes car je les prendrais quand j'aurais faim mais comment prendre ceux 30 minutes avant le repas je ne peux programmer ma faim 30 minutes avant. et je reperoduire ce schema pour le soir. merci de vos conseils. On conseille de prendre certains médicaments en même temps que l'on mange, par exemple, lorsque ces médicaments ont un mauvais goût, où bien provoquent des brûlures digestives. Fixer le moment de prise de médicaments 30 mn avant de manger est un moyen de rendre la prise de ces médicaments régulière. On peut aussi déterminer une heure précise. Expliquez à votre médecin qu'actuellement vous ne pouvez pas prévoir précisément l'heure de vos repas et demandez-lui la conduite à tenir.
25/04/2012 (19:09) Marie-G. Bonjour ! Je suis votre programme depuis 2 semaines et suis ravie. Je reconnais plus souvent mes fringales comme des EME, par contre ! ... quelquefois je deviens totalement aveugle et amnésique et... je mange... Avez-vou un conseil pour ancrer consciemment un autre réflexe ou dois-je seulement être patiente ? MErci Maire-G., bravo pour vos progrès! Vous avez parfois des compulsions où vous perdez toute lucidité. Cela est loin d'être rare. Soyez patiente, et pratiquez avec constance, assiduité, en patience, sans rien en attendre dans le moment, les séances de pleine conscience. Puis, quand vous en serez là, entraînez-vous à l'EME-zen, que vous trouverez sans doute bien difficile au départ, mais qui, peu à peu, devrait vous permettre d'échapper à ce mécanisme impulsif.
25/04/2012 (19:11) titou63 Que répondre à ses enfants qui, dès la maternelle, me demandent : 'Dis maman, pourquoi tu es grosse ?' Je suis grosse parce que telle est ma nature, au jour d'aujourd'hui. Certains sont petits et d'autres sont grands. Certains sont gros et d'autres sont maigres.
25/04/2012 (19:13) mimiplume Bonsoir et tout d'abord merci pour ce programme qui, je crois, va changer pour de bon mon rapport à la nourriture, et peut être même à moi-même ! Auriez-vous des pistes pour m'aider à comprendre pourquoi, dès que je me retrouve seule, mon réflexe est de me tourner vers la cuisine ? Avec les exercices de pleine conscience ce réflexe s'amenuise, mais j'ai le sentiment que tant que je n'aurai pas mis le doigt sur le mécanisme qui me pousse à faire ça, ce réflexe risque de revenir à tout moment. Merci beaucoup. voici les différentes raisons qui peuvent nous faire manger: La faim Les émotions diverses et les EME Les privations à répétition des régimes et du contrôle, les interdits, la culpabilité qui en ressort. Les habitudes, parfois. Faites votre choix! Bonne continuation Mimiplume.
25/04/2012 (19:14) Todgi Bonsoir Docteur, Je suis dans la phase "j'apprends à gérer mes EME", je sais qu'il me faut une certaine discipline pour pratiquer l'espace respiration lorsque l'EME se présente mais cette discipline est très difficile. Comme j'ai beaucoup de mal avec mon corps actuellement (je suis en pleine prise de poids, +10kg en 3 ans), j'ai énormément de mal à me respecter et à m'aimer et du coup, je mange comme pour me punir de ma prise de poids, pour me punir de ne pas y arriver... Avez-vous un conseil? Merci pour tout! Comme vous êtes dure avec vous-même! Punitive, demandeuse, réprobatrice, exigeante! Et si vous vous preniez par la douceur, la gentillesse, la patience? Il n'est pas question de "s'aimer". On s'aime ou bien non, et cela dépend des moments, des périodes. Non, il est question de s'accepter, telle que l'on est, aujourd'hui, avec ce corps-là, parce que c'est une chance d'en avoir un, de corps, vu que c'est lui qui fait de nous des êtres vivants. Nous sommes ce corps. De ce point de vue, je vous recommande les exercices de body-scan. Peu à peu, votre corps va s'améliorer, si vous êtes patiente et attentionnée à son égard. Si au contraire vous le punissez, il vous punira aussi.
25/04/2012 (19:18) Emman Bonsoir à tous. Me revoici sur deux sujets, l'un évoqué hier soir dans le chat du groupe. J'ai beaucoup réfléchi à une des réponses me concernant : Emman, si vous ne parvenez pas à mettre en pratique ce qui vous est dit, c 'est donc que pour le moment, ce n'est pas possible pour vous. Ces conseils ne sont donc pas adéquats. Alors contre qui se mettre en colère?" Que dois-je donc faire ? Renoncer pour le moment à un travail parce que je ne suis pas prête ? Autre question, au regard de mes difficultés au changement, je m'interroge sur la pertinence me concernant d'une chirurgie de l'estomac. A priori archi contre, je me dis et pourquoi pas puisque vraiment je ne sors pas de mon problème de moi-même. Je l'ai évoqué dans un précédent chat, mais j'aurais aimé votre avis sur le sujet. Merci d'avance ! Bonsoir Emman, Voilà des questions bien difficiles! En ce qui concerne la remarque d'hier, je ne me souviens plus exactement du contexte. Mais je ne vous engage pas à renoncer à un travail, mais plutôt de vous y préparer au mieux. Au mieux, ne signifie pas "parfaitement". Quant à la chirurgie de l'estomac, elle peut s'envisager si vous êtes effectivement dans les indications. Cela nécessite une préparation et un suivi. Je vous conseille de l'envisager, par exemple, avec un praticien du GROS.
25/04/2012 (19:19) Alexandra Bonsoir, je vous laisse un message maintenant, car je suis invitée à dîner chez mon père (quel plaisir d'y aller sans angoisser du repas qu'il va me préparer). Je travaille actuellement l'EME-zen et c'est une catastrophe. Les crises d'EME ont doublé, les quantités que je mange aussi. J'ai beaucoup de mal à penser à faire une séance d'EME-Zen, voir même ne pas en avoir l'envie. J'ai l'impression (je sais que ce n'est pas le cas, mais je n'arrive pas à penser autrement) d'être à nouveau au régime, de devoir me privé vu que je ne peux pas manger quand ce veux ce que je veux. Je perçois cela comme de la privation, comme une contrainte. Ma question est peut-être "bête" mais en quoi LC est différent d'un régime, vu que si j'écoute ma faim je ne peux manger autant que je le voudrais ? Merci d'avance pour votre aide, qui est toujours si précieuse. Alexandra Bonsoir Alexandra, On peut pratiquer la méthode LineCoaching « comme un régime » si on conçoit l'obéissance aux sensations alimentaires comme quelque chose de totalement rigide. En fait, il n'en est rien. On peut très bien manger quand on n'a pas faim, ou bien manger plus que sa faim. Par la suite, si on a mangé plus que sa faim, on aura encore moins faim, et ce pendant un laps de temps plus grand. Ce qui nous conduira spontanément, si on écoute son appétit, c'est-à-dire son plaisir, à réguler. Vous pouvez donc manger autant que vous voudrez. Mais lorsque vous mangez trop, le plaisir gustatif n'est plus là. Vous empiétez sur le plaisir que vous auriez pu avoir par la suite, et qui aurait été de meilleure qualité. Il me semble que, vu comme ça, la méthode LineCoaching consiste à rechercher le maximum de plaisir avec les aliments qu'il est possible d'obtenir. La réalité, c'est que c'est notre capacité à prendre du plaisir qui est limitée. En ce qui concerne l'EME-zen, là on n'est pas dans le plaisir gustatif. On utilise l'action calmante des aliments, sur le plan émotionnel. C'est très différent. J'espère vous avoir suffisamment éclairé.
25/04/2012 (19:21) Orphee94 Dans votre livre "Je mange donc je suis", vous parler du fetichisme que les obeses portent à leur regime. N'en sera t il pas de meme avec ce programme? Tout est fétichisable, bien sûr. Mais j'espère que les participants au programme ne le fétichiseront pas, sauront rester souples, adaptatifs. Qu'ils sauront désobéir par exemple à leurs sensations alimentaires à l'occasion, manger sans faim dans certaines circonstances, ne pas manger alors même qu'ils ont faim, dans d'autres circonstances. Qu'ils n'auront pas peur de faire de telles choses, et qu'ils laieront les choses rentrer dans l'ordre d'elles-mêmes ensuite, en quelques jours.
25/04/2012 (19:24) izabelle merci de votre réponse, oui elle est ado, elle a 12 ans mais on a l'impression qu'elle a 16 ans tant elle est mature, de plus dans sa famille les problématiques de poids sont très douloureuses. Je lui transmettrai votre réponse, merci Très bien! a bientôt izabelle et bonne continuation.
25/04/2012 (19:25) Neam Bonjour Dr Apfeldorfer. Tout d'abord, je vous remercie encore, vous et le Dr Zermati, pour ce site qui me marque un vrai tournant dans ma vie. Je suis inscrite depuis 8 mois et depuis 2 mois, j'ai l'impression de prendre beaucoup de distance avec le programme. Je n'ai toujours pas fini l'étape qui suit le fractionnement et je n'avance pas vraiment. Mais dans ma tête, il semble que quelque chose ait bougé puisque je n'ai plus envie de maigrir. En fait, je m'en fiche, alors que c'était si important il y a 2 mois. J'ai vécu une expérience que je redoutais et avec succès (confrontation à l'image corporelle et d'autres peurs) et je rencontre des soucis personnels qui relèguent la nourriture au second plan. En fait, je ne sais pas si je dois m'en réjouir, si c'est un bon signe, ou si ça va passer. Est-ce une phase normale (par ailleurs, j'ai perdu très peu de poids)? Dans l'ensemble, je trouve que je mange nettement mieux, mais j'ai peur que ça s'arrête. Merci de votre réponse. Bonsoir Neam, Maigrir nest plus d'actualité pour vous. Je trouve ça très bien, que vous puissiez vous consacrer à d'autres problèmes, que vous puissiez ne pas y attacher plus d'importance que ça, que vous puissiez admettre qu'il y des choses plus importantes. Peut-être, plus tard, lorsque les circonstances auront changé, aurez-vous à nouveau le désir de trouver votre équilibre pondéral. Mais je suis sûr que ce sera alors dans un esprit différent. Bonne continuation, neam.
25/04/2012 (19:27) caricarole Bonsoir Doc, j´ai besoin d´un conseil ou plutôt de votre point de vue!! Je suis inscrite depuis 8 mois , les 4 premiers mois ont été une vrai révelation pour moi, jamais je n´ai été aussi sereine avec la nourriture que pdt cette période ( d´ailleurs pas qu´avec la nourriture! !) C´était comme si j´avais mis le pilote automatique, je me faisais confiance à moi, mon corps , mes envies. Je n´ai pas eu de compulsion pdt au moins 2 mois à suivre ( une vraie délivrance pour une ancienne boulimique vomisseuse) D´ailleurs j´ai perdu 11 kilos. Et puis doucement j´ai perdu un peu pied, moins de facilité, moins de motivation je ne sais pas, mais depuis 4 mois je suis de nouveau à la dérive. Je me goinfre, me remplis de nouveau, je n´arrive plus à me servir de mes acquis, je n´arrive plus á m´écouter, Alors je me demande, je reconnais ce schéma à l´époque ou je faisais des régimes, mais cela voudrait-il dire que, ces 4 mois du début n´étaient en fait qu´un xième régime que je m´appliquais de faire? Je n´avais pas le sentiment d´être en restriction, j´ai adoré ces premiers mois,ils étaient d´une légèreté , Maintenant les combats intérieurs ont repris et le chocolat gagne presque à chaque fois!!! Ou est la bouée de sauvetage?? Bonsoir caricarole, Je ne sais pas ce qui vous a fait perdre pied, après cette période où vous vous êtes prouvée à vous-même qu'il est possible de manger de façon satisfaisante sans faire de compulsions, et de perdre du poids. Tant de choses sont possibles. Je vous énumère ce qui me passe par la tête : Des problèmes intercurrents : des émotions que se réveillent et nous déstabilisent. Un regain de contrôle : on a mangé selon son appétit, et à un moment donné, on se dit qu'on peut peut-être contrôler un peu pour améliorer son score. Mais du coup, on bascule vite dans la restriction. La peur d'aller « trop bien ». Et si je n'avais plus de problème ? Le vide ! La peur d'être au pied du mur : je vois le boute du tunnel. Et après ? Il va falloir réaliser mes rêves, réussir ma vie sentimentale, professionnelle. Plus d'excuse. Ou encore d'autres choses ? Quoi qu'il en soit, reprenez les choses à la base. Refaites les exercices du départ. Pas de panique !
25/04/2012 (19:29) G. Apfeldorfer Et voilà, nous arrivons au bout de cette heure débordante de questions, et aussi de réponses. Des réponses peut-être satisfaisantes ou peut-être pas. Il faut bien l'accepter et vivre avec des réponses imparfaites. Bonne soirée à toutes et tous !
Haut de page 
X