Chat du 25 janvier avec JP Zermati

25/01/2012 (18:29) JPZ Bonjour tout le monde et bienvenue sur le chat de ce soir.
25/01/2012 (18:30) shangai-li bonjour Docteur, je voulais vous raconter ma dernière réussite parce que c'était impossible pour moi de faire une pause sans céder à l'EME, et je suis très heureuse de pouvoir dire que j'ai réussi hier à me concentrer sur ce que je ressentais. J'ai à cette occasion été très étonnée de constater que les sensations physiques provoquées par mes émotions étaient ridiculement infimes et parfaitement supportables! (j'ai supporté bien pire question douleur dans ma vie!) pourquoi ces sensations sont elles si difficiles à supporter pour nous qui les mangeons pour les étouffer? Une fois qu'on a compris comment nos EME fonctionnent, est ce qu'on finit par acquérir des réflexes ou bien est ce que ce sera toujours une lutte pour nous, et est ce qu'on devra toujours faire des pauses d'EME- zen? J'espère ne plus m'arrêter après cette révélation et continuer à trouver le courage de me confronter à mes EME, pour qu'elles disparaissent un jour. En tout cas, merci pour ce site, votre énorme disponibilité, vous nous apportez beaucoup, surtout quand on s'inquiète de ne pas réussir, vous savez trouver les mots qui nous réconfortent, nous encouragent, et nous assurent qu'on pourra y arriver alors qu'on doute, c'est très précieux. Bonjour shangai-li, C'est magnifique ! J'en suis vraiment très heureux pour vous. C'est une étape déterminante dans votre progression. Au bout du compte, les émotions c'est un peu comme dans les dessins animées. On a peur de leur ombre. Et quand on regarde ce qu'il y a derrière, on ne trouve souvent qu'une petite souris. Si on prend le temps d'observer ces fameux inconforts, souvent, on ne trouve qu'une boule dans la gorge ou un noeud à l'estomac. Tout cela, n'est pas bien agréable. Mais c'est SUPPORTABLE !!! Pour la suite, devrez-vous toujours prendre le temps d'observer vos émotions avant de réagir ? Oui. Parce que c'est tout simplement comme cela que nous fonctionnons le mieux. Ce n'est une corvée. Et on finit par le faire naturellement. Cet exercice ne change pas seulement votre façon de manger. Mais tout votre fonctionnement émotionnel. Vous êtes passée à l'étage au-dessus. Bravo.
25/01/2012 (18:32) francois bonjour monsieur zermati. Je suis ravie de votre programme, j'ai commencé le 25 décembre et aujourd'hui j ai perdu 3,5 kg en peu de temps et ça soulage de voir qu'on peut manger de tout. Bonjour François et bienvenue parmi nous ! Je suis heureux pour vous de ces premiers résultats. Effectivement, on peut maigrir en mangeant ce qu'on veut... mais en respectant ses sensations de faim et de rassasiement. Bon courage.
25/01/2012 (18:33) runningmum Bonjour, merci pour ce site. Dans l'un des dossiers, il est indiqué que le jogging à jeun peut-être néfaste... Cela veut-il dire qu'il faut manger avant, même sans faim? Je ne le fais pas actuellement car enceinte, mais en tant normale, c'est l'un de mes rituels "bonheur" favoris: boire un ou deux grands verres d'eau, siroter un petit café et sortir trottiner alors que la maison dort encore. Et les retrouver pour un petit déjeuner qui, alors, prend toute sa saveur... Est-ce vraiment mauvais? Bonjour runningmum, Pas d'inquiétude. J'ai longtemps suivi l'entrainement de marathoniens. J'ai appris qu'ils avaient des habitudes très différentes et qu'il n'était pas possible d'établir des règles valables pour tous. Les sportifs sont des personnes qui ont appris à se connaitre. Certains courent à jeun, d'autres se lèvent plus tôt pour prendre un petit-déjeuner et d'autres encore attrapent une petite tartine... Moi-même quand je cours, je ne prends qu'un petit jus d'orange. Il faut que chacun apprennent à se connaitre. La plus mauvaise situation est sans doute le gros repas avant l'effort. Félicitations pour l'heureux événement. A très bientôt.
25/01/2012 (18:36) mamzelzoï Bonjour, je fais des postures de yoga tous les matins, environ 10 minutes. Puis-je le mettre à profit pour faire de la RPC en même temps? Mon emploi du temps est déjà bien chargé comme tout le monde...Merci Bonjour mamzelzoÃ, C'est une excellente idée ! Je vous encourage à tirer profit de ces 10 minutes en travaillant votre pleine conscience aussi bien à partir des étirements que de la respiration. Vous pouvez pratiquer vos étirements en pleine conscience en portant une attention aux inconforts physiques qu'ils pourraient occasionner quand vous poussez un peu votre corps dans ses limites. Prenez le temps de les observer et d'y répondre posément. Si vous manquez de temps, l'idéal serait d'alterner la RPC et les étirements. Bon courage.
25/01/2012 (18:38) stephanie_elis Bonjour Docteur, et merci pour votre soutien. J'ai un problème qui ne semble pas fréquent ici : j'ai peur de me peser ! Après plusieurs régimes où la balance déterminait mon humeur du jour, et où elle descendait systématiquement, j'ai peur de me peser et de constater que la méthode LC ne marche pas (encore...) sur moi, ou pire, que j'ai grossi. Cette peur est-elle normale, saine, dois-je me forcer, ou me dire que je ne me pèserais pas avant d'avoir fait deux mois de LC ? Je ne sais pas si d'autres connaissent ça mais c'est très perturbant, j'ai peur de vraiment déprimer si le résultat ne me plait pas, et de me décourager. Merci de votre réponse. Bonjour Stéphanie, En fait, cette situation est beaucoup plus fréquente que vous ne le pensez. Plusieurs forums y sont consacrés. Vous pourrez constater que vous n'êtes pas seule à éprouver cette impression. La balance est un outil à double tranchant qui active le stresseur poids (peur de grossir ou de ne pas maigrir). Il s'agit de tout ce qu'on pense en bien ou en mal sur les gens minces ou gros. Ce stresseur à la fâcheuse habitude d'influencer fortement le moral et de déclencher des EME. Je vous suggère de ne pas abuser de la balance mais de ne pas vous en tenir non plus trop écartée (au moins une fois par mois) N'oubliez pas qu'un poids qui baisse durablement doit être la conséquence d'un comportement alimentaire qui s'est amélioré. Il est important de garder cet ordre à l'esprit. Le comportement change avant le poids. A très bientôt.
25/01/2012 (18:42) Lily Bonjour Dr. Très souvent, après une prise alimentaire (surtout sucrée), j'ai immédiatement envie d'en remanger (de reprendre une deuxième barre de chocolat par exemple). Je sais maintenant qu'il s'agit la plupart du temps d'une EME déclenchée à la fois par la culpabilité de manger un aiment longtemps interdit, mais aussi par la recherche d'un réconfort alimentaire excessif. Si j'attends plus de 20 mn avant de remanger, c'est gagné. Je me sens rassasiée, je n'ai plus faim. Mais c'est long, 20 mn... Je n'y arrive pas toujours... Comment faire ? Mieux déguster ? (je mange encore trop vite, j'en suis consciente...) Travailler encore sur la culpabilité ? Bonjour Lily, Bravo Lily ! Vous avez déjà beaucoup progressé. La solution à votre problème est dans l'EME-zen. Il y a tout dans cet exercice. A la fois le travail sur le réconfort, pour cela, il faut éliminer la restriction cognitive et la culpabilité alimentaire. Et le travail sur la tolérance émotionnelle. Mieux gérer ses émotions, apprendre à les supporter, réduire son impulsivité... Votre comportement alimentaire en sera profondément transformé. Les changements iront bien au-delà. Donc soit vous travaillez pour manger cette deuxième de façon réconfortante. Soit vous travaillez pour augmentez votre tolérance émotionnelle. Quoi que vous choisissiez, vous êtes gagnante. Vous êtes libre de votre choix et libre de choisir la durée de l'exercice. Bon travail.
25/01/2012 (18:45) shangai-li De nouveau bonsoir Docteur, j'ai encore une question concernant la gestion des EME: si on fait de la RPC et qu'on décide de ne pas céder à l'EME, d'attendre avec son inconfort ne risque t on pas de faire un genre de "restriction" comme quand on ne mange pas un truc tabou et qu'on se "retient"? en quoi ces 2 mécanismes sont ils différents? (je me doute que vous allez me dire de faire le test de rester avec mon inconfort émotionnel pour voir si ça engendre plus d'émotions qui pourraient me conduire à une nouvelle EME et à la compulsion, mais je vous pose quand même la question, parce que si j'ai bien compris le but n'est pas de ne plus avoir les émotions désagréables, mais de les supporter, mais c'est une chose de le lire ici, et une autre de le vivre! merci beaucoup pour tout Bonjour shangai-li, Vous avez parfaitement raison. La question démontre à quel point vous avez déjà compris le sens de ce travail. Aussi, il ne faut pas "décider de ne pas céder à son EME". Ce serait de la restriction et on risque de partir en compulsion. L'esprit de l'exercice est différent. On choisit soit de travailler sur le réconfort. C'est un travail ! On augmente ainsi sa capacité à se réconforter en mangeant. Ou on choisit de travailler sur sa tolérance émotionnelle pour la durée de son choix. On peut interrompre à tout instant le travail sur la tolérance émotionnelle et basculer sur le réconfort. Il faut pas prendre l'exercice comme une forme de résistance à ses EME. Mais comme un choix sur lequel on peut revenir à chaque instant. A bientôt.
25/01/2012 (18:48) lys Dr bonjour j ai pratique l'EME-zen vers 15h et mes fameux bonbons sont toujours a cote de moi cela me fait tout bizarre de les regarder ,c est une bien petite victoire mais elle est bien là et la sensation est très étrange il n y a pas que du plaisir a les regarder à cote de moi c est très confus et paradoxal comme sensation je devrais être fière ?Lys Bravo Lys ! Ce n'est pas une petite victoire, mais une grande. La victoire n'est évidemment pas d'avoir laissé quelques bonbons. Mais d'avoir commencer à utiliser outil qui va vous beaucoup vous aider. Je suis heureux pour vous de ce que vous ressentez. Surtout ne vous laissez pas démolir par les hauts et les bas. Bonne poursuite.
25/01/2012 (18:49) oreneta Je n'ai pas encore réussi à bien me mettre à la RPC, parce que j'ai du mal à trouver un moment à moi dans la journée. entre temps, il me semble avoir lu quelque part sur le site qu'on pouvait éventuellement remplacer les séances de RPC par de la marche méditative, une activité qui collerait beaucoup mieux avec mon style de vie. Pourriez-vous m'en dire un peu plus à ce sujet ? S'agit-il de faire exactement comme pour la RPC mais en marchant? Par ailleurs, une séance de 30 min de piscine, moment où je ne pense à rien d'autre qu'à mes mouvements dans l'eau et à ma respiration, pourrait-elle être considérée comme une variante de RPC ? Merci beaucoup pour vos réponses ! Bonjour oreneta, Dans un premier temps, marcher ou nager en pleine conscience serait un bon commencement pour vous. Il s'agit dans ce cas de marcher en mettant son attention sur ses pas, sur le mouvement de la marche. On peut d'ailleurs aussi poser son attention sur sa respiration. Et en même temps on ouvre son esprit à tous les événements mentaux qui le traversent. Il s'agit d'être en pleine conscience à ce que l'on fait, à ses sensations, ses pensées, ses émotions. Dans un second temps, il serait bon que vous tentiez de réfléchir à une organisation qui permette de libérer un peu de temps pour vous. Vous en aurez besoin pour travailler sur vos émotions et vos EME. Mais vous avez bien raison, l'essentiel est de commencer par un bout. A très bientôt.
25/01/2012 (18:53) Lily Encore une question, si c'est possible (je ne peux pas souvent participer aux chats, faute de temps, mais j'adore ces espaces de discussions qui ouvrent - je trouve - de vraies pistes de réflexion personnelle) Ma question porte sur l'outil intitulé "Mieux gérer vos envies de manger émotionnelles" qui correspond je crois à ce que vous appelez "l'EME-Zen" : est-ce aussi la même chose que "la pompe à chocolat" ? Et est-il nécessaire pour utiliser cet outil d'avoir son MP3 avec soi ? C'est un outil extraordinaire, mais dans le cadre familial, où il est parfois difficile de s'isoler le soir, comment faire abstraction des autres, de la télé, de la radio, de la musique pour se recentrer, et prendre les espaces de respiration nécessaires ? Enfin, y-a-t-il un moment où cette pratique devient un réflexe acquis ? Pour moi, c'est encore un effort, un travail sur moi que je ne parviens pas à faire tout le temps, pas chaque soir... Est-ce qu'un jour je peux espérer que cela devienne un réflexe naturel... et au bout de combien de temps ? Je n'avais pas encore lu cette deuxième question avant de répondre à la première. Alors, non. Il ne faut pas utiliser son baladeur pour l'EME-zen. Il faut l'avoir en tête et pouvoir l'utiliser à tout instant. Pour le moment, c'est un travail ! Bientôt ce sera un besoin. Vous ne supportez pas de manger sans réconfort et vous trouverez tout naturel de vous interroger sur ce qui se passe en vous. Parce que c'est tout simplement comme ça que nous fonctionnons le mieux. Tenez-moi au courant.
25/01/2012 (18:55) belette est ce qu'avoir envie d'un gâteau après un repas constitue t il une envie ou émotion négative ou encore une suite logique du déroulement du repas si j ai encore faim? Bonjour Belette, Un peu tout ça ! Certaines personnes ont régulièrement envie de finir leur repas par une note sucrée. Il leur suffit de le prévoir et de se garder une place pour leur dessert. Dans ce cas, le dessert fait partie du repas et sert tout autant à calmer la faim et satisfaire. Quand le dessert est systématiquement consommé sans faim, on peut penser qu'un problème existe. Ce problème peut aussi bien être lié à la restriction ou aux émotions. Ces émotions peuvent aussi bien être positives que négatives. Et il a aussi le contexte, avoir systématiquement ou occasionnellement (repas de fêtes, bon restaurant...) envie de manger un gâteau en fin de repas n' pas la même signification. C'est le travail sur les sensations et les émotions qui permet de savoir à quoi s'en tenir. A très bientôt.
25/01/2012 (19:00) Megane bonjour dr je suis ménopausée et en plus très stressée. Comment faire pour gérer tout ça ? en plus je suis très gourmande à 17 h20 j'ai mangé 1 paquet de biscuit. Bonsoir Mégane, La ménopause n'est pas un problème pour votre poids ou votre travail sur le comportement alimentaire. Mais sachez tout de même que la ménopause s'accompagne souvent d'une transformation morphologique avec un transfert des graisses du bas du corps sur la taille. Notre programme n'est pas principalement destiné à réduire le stress. Mais à faire en sorte que le stress ne vous fasse pas manger. Ce que vous décrivez est une EME sur laquelle nous allons vous faire travailler tout au long du programme afin que vous deveniez capable de gérer autrement vos émotions. Bon courage.
25/01/2012 (19:06) Neam Bonsoir Docteur. Je me suis inscrite en septembre après un long chemin jalonné de régimes, prises de poids et psychothérapies. Je suis vraiment ravie d'avoir découvert le site, La démarche est très intelligente, et j'y trouve beaucoup de soutien, de réconfort et des échanges enrichissants. La question qui me taraude en ce moment, c'est : la démarche LC est-elle indissociable d'une psychothérapie? Pour ma part, j'aurais tendance à dire que oui, dans beaucoup de cas. En effet, mon comportement alimentaire s'améliore, mais ce qui me pourrit la vie, ce sont toutes les pensées négatives qui m'envahissent au quotidien et pour lesquelles la RPC n'est pas suffisante. Malgré tous les progrès que j'ai faits, j'ai terriblement honte de mon surpoids et de mon apparence (je n'ai pas toujours été en surpoids), surtout par rapport aux gens qui m'ont connue "avant". Par exemple, j'ai revu ma mère il y a trois jours et dans la seconde qui a suivi, je me sentais décevante, moche, inintéressante. Même si la RPC permet, au mieux, de ne pas transformer ces sentiments négatifs en EME, ils sont toujours là. Alors, peut-on réguler son comportement alimentaire sans l'aide d'une psychothérapie quand les causes des EME sont si anciennes et si ancrées? Merci d'avance pour votre réponse et merci pour tout ce que vous faites pour nous avec le Dr Apfeldorfer. Neam Bonsoir neam, C'est une très bonne question. L'objectif de LC n'est pas de se substituer à une psychothérapie. Certaines personnes se trouvent confronter à des difficultés psychologiques qui nécessitent un soutien psychothérapique. Notre objectif est plus modeste, mais pourtant déjà ambitieux. Il consiste à faire en sorte que les émotions ne déclenchent plus d'envie de manger. En travaillant entre autre sur la tolérance émotionnelle. Ce qui change profondément le comportement alimentaire mais aussi tout un fonctionnement psychologique. Ça ne remplace pas une psychothérapie quand elle est nécessaire, mais c'est parfois suffisant et ça ne peut qu'améliorer les effets de la thérapie. Notre programme tente aussi d'apporter quelques clés aux effets du surpoids sur l'estime de soi. Je crois que nos forums peuvent sur ce sujet être aussi d'un grand soutien. A très bientôt.
25/01/2012 (19:11) lys oui les émotions vont et viennent et surtout elles ne sont pas moi , je tente de les regarder passer car mon problème et d être trop facilement détruite par mes émotions ,merci pour vos mots toujours réconfortants et qui m aident et m encouragent lys Merci Lys, on fait une bonne équipe. Plus vous accepterez vos émotions, moins vous lutterez contre elles, plus vous leur laisserez la possibilité de passer. Exactement comme une fatigue. Rien ne sert de lutter, on fait avec et on attend que ça passe. A bientôt.
25/01/2012 (19:13) Nanouche Autre problème: que faire lorsque les bouffées de chaleur de la ménopause (nocturnes particulièrement) fatiguent tellement qu'il faut que je mange pour tenir le coup pendant la journée? Merci de votre réponse Re-bonjour Nanouche, Les insomnies et la fatigue augmentent votre intolérance émotionnelle et votre impulsivité alimentaire. Vos envies de manger sont en réalité des EME. Malheureusement, on ne peut pas faire disparaitre la fatigue ou les émotions de sa vie. Durant le travail sur LC nous allons vous apprendre à mieux supporter vos émotions et à les décorréler des envies de manger. Je vous suggère de vous entrainer dès maintenant sur les exercices de PC. A très bientôt.
25/01/2012 (19:14) isabellej Bonjour Dr Zermati, et merci pour votre site qui m'apporte beaucoup. J'ai découvert la semaine dernière l'outil EME-Zen et je l'ai utilisé avec succès à chaque EME pendant les trois premiers jours. Cependant les trois jours suivants j'ai eu un gros retour de bâton, avec des EME très très fortes, j'ai été incapable de faire l'espace de respiration, et du coup des prises alimentaires démesurées, même par rapport aux compulsions dont j'avais l'habitude « avant ». J'ai l'impression d'avoir abordé l'outil comme un moyen de contrôle, et même si j'ai bien visualisé et verbalisé à chaque fois les émotions en cause et j'ai eu « l'impression » de les accepter, elles se sont tout de même plus ou moins accumulées pour arriver à une grosse détonation finale. Aurais-je intérêt à aller plus loin que simplement l'espace de respiration, qui m'enlève tout de suite les petites EME, mais avec lequel peut-être je n'ai pas suffisamment conscience de l'émotion, que je refoule peut-être à nouveau parce que j'en ai honte ? Ou alors est-ce simplement un reliquat d'un fonctionnement que je suis en train d'abandonner ? Bravo Isabelle, Il s'agit d'un outil très puissant mais il nécessite quelques ajustements. Il ne fonctionne pas en tout ou rien mais s'améliore avec le temps. Cet outil vous permet de choisir entre un travail sur le réconfort ou sur l'inconfort. Soit vous choisissez de travailler à augmenter la fonction réconfortante des aliments (bien choisir, déguster, manger sans culpabilité). Soit vous choisissez de travailler à augmenter votre tolérance émotionnelle. Dans tout les cas, il faut apprendre à observer l'émotion qui a déclenché cette EME et voir comment elle évolue. Elle doit s?apaiser durant le réconfort. Dans l'autre cas, elle peut évoluer de toutes les façons possibles et n'est plus obligatoirement corréler à une envie de manger. Il est important d'aller jusqu'au bout du processus. Encore bravo et persévérez dans votre effort. Tenez-moi au courant.
25/01/2012 (19:17) cesdu66 Bonjour dr Zermati je viens de terminer mon 2eme carnet alimentaire et le bilan montre que j'ai moins réussi à respecter ma sensation de faim et ma satiété , je dois avouer que depuis les années ou j'essaie j'ai l'impression que je n'y arriverai jamais !!!! Bonjour cesdu66, Pas de découragement ! Respecter ses sensations alimentaires, c'est plus facile à dire qu'à faire. Il y a de nombreux obstacles qu'il faut identifier et apprendre ensuite à surmonter. Nous vous aiderons à y parvenir. Tout notre programme est dédié à cet objectif ambitieux. Bon courage.
25/01/2012 (19:18) Nanouche Je suis inscrite depuis mercredi. J'ai l'impression de me lâcher plus parce que je me dis que j'ai empoigné le problème et que je veux prendre le temps de le régler petit à petit, En même temps, je culpabilise un peu Bonjour Nanouche, Je comprends bien votre enthousiasme. Et c'est un bon état d'esprit de vouloir prendre son temps pour régler le problème en profondeur. Mais attention tout de même. Après plusieurs années de restriction, se lâcher peut avoir des conséquences importantes sur le poids. Notre programme est conçu pour vous éviter les mauvaise surprise. Il est important que vous en suiviez les étapes pas à pas et que vous laissiez guider dans la réintroduction des aliments. Celle-ci doit accompagner le travail sur les sensations alimentaire pour que vous puissiez manger en toute sécurité. qui va piano va sano.
25/01/2012 (19:20) Bri Bonsoir, j'ai commencé le programme le 9/1. Je suis assez contente, je fais les exercices sans trop de difficulté. J'ai une question concernant la prise d'alcool. J'ai parfois difficile de ne pas boire d'apéro le soir. Je fais la respiration consciente mais mon besoin de boire un verre ou 2 refait surface. Que me conseillez-vous? Merci pour votre réponse et bonne soirée. Bonsoir Bri, Je pense que vous devez mettre vos envies de boire au même niveau que vos envies de manger émotionnelle. Vous avez des EME et des EBE ! Toutefois, l'alcool est un puissant désinhibiteur des sensations alimentaires. Si vous pouvez en réduire la consommation, je vous le conseille. Si la difficulté est trop forte, il ne serait pas inutile d'en parler à votre médecin qui pourra aussi vous conseiller sur ce point précis. Tenez-moi au courant.
25/01/2012 (19:23) lys Une question à propos de l'eme zen dans la vidéo l exercice dure dans les 8 minutes et dans la pompe à chocolat c est 3 ? en fait ce qui a de l'importance c est le fait de regarder ses pensées de balayer son corps assez vite et de décider de reporter le fait de manger ou de manger en se réconfortant c est bien cela ? Absolument, le temps le plus important est celui de l'observation de l'émotion. Il peut ne durer que quelques instants. A peine une minute parfois peut suffire quand on est déjà entraîné. PRÉCISION : On ne reporte pas le fait de manger. On prolonge l'observation de son émotion. Ou on choisit de travailler sur le réconfort. C'est au choix et le temps qu'on veut. Mais dans tous les cas, on choisit de faire une travail... sur l'inconfort ou le réconfort. Bonne pratique
25/01/2012 (19:24) lefevreaf Bonsoir, Je constate que je mange au travail par ennuis. Je vais bientôt changer de travail mais j'aimerai travailler ça. Comment puis-je m'y prendre? Merci Bonsoir lefevreaf, Après enquête auprès de nos utilisateurs, l'ennui est l'émotion qui fait le plus souvent manger. Ce n'est pourtant pas une émotions bien douloureuse ! Il n'est pas concevable de faire disparaitre l'ennui de la vie. Il faut donc travailler pour que l'ennui ne fasse pas manger. C'est ce à quoi nous nous emploierons au cours de votre programme. Je vous invite à mettre l'accent sur votre pratique régulière de la PC et en cas d'EME d'utiliser l'EME-zen. Tout un programme donc !
25/01/2012 (19:25) lys par rapport à ce que vous venez de dire à belette ,je fais beaucoup de repas au restaurant et j ai du mal à résister aux desserts surtout que les invites en consomment ,est ce qu'une fois que j aurai avancée dans mes sensations alimentaires est ce que j arriverai à ne pas prendre parfois de dessert je veux dire ce n est pas normal de toujours avoir envie d'un dessert quand je vais 5 fois par semaine au restaurant on dirait que plus j en mange plus j en ai besoin ? EST CE QUE CELA VA SE REGULER, Je crois que c'est encore un effet du contrôle ou des EME. Avec le travail, tout cela va se réguler. Si on aime vraiment les desserts, on peut aussi se garder une place pour le dessert. Bonne continuation !
25/01/2012 (19:37) JPZ Merci à tout le monde pour cette belle participation. A très bientôt sur les forums.
Haut de page 
X