Chat du 27 mars 2018 avec Gérard Apfeldorfer

27/03/2018 (18:35) Fan171812 Bonjour. Moi mes EME apparaissent souvent quand je prepare a manger le soir. J ai assez faim et cela est insupportable. Je suis obligee de picorer et je n arrive pas a m arreter. Du coup, a table je mange peu et je regrette de ne pas partager un vrai repas ou je profite a 100% avec ma famille. Avez vous un tuyau pour patienter? Bonsoir fan. Il me semble que votre problème n'est pas de tenir le coup malgré votre faim jusqu'au moment du dîner, mais plutôt de faire en sorte que vous ne mourriez pas de faim en préparant votre dîner. Pourquoi laissez-vous votre faim monter à ces sommets? Ne serait-il pas mieux de manger dans l'après-midi, à un moment où la faim est encore petite, et où une petite quantité de nourriture bien sympathique, consommée dans le calme, vous permettrait d'arriver ensuite confortablement au dîner? Je vous conseille donc d'organiser un goûter. Il faut, pour cela, que vous soyez apte à détecter une petite faim dans l'après-midi. Il faut ensuite que, lors de ce goûter, vous mangiez un aliment que vous désirez, avec autant d'attention que possible, afin qu'il calme la faim, mais aussi vous réconforte. Il faut en outre que cet aliment ne déclenche pas de culpabilité. Et donc, il faut que vous ayez bien avancé dans le programme pour que tout ceci se déroule à merveille. Si vous êtes au début du programme, alors faites simplement votre possible, lors de ce goûter, pour vous rapprocher de cet esprit, autant que possible. Même si ce que vous faites n'est pas parfait, ce sera sans doute mieux qu'actuellement.
27/03/2018 (18:41) anne33 j'ai peur de ne pas y arriver...je mange trop , meme si je releve mes defis, je ne regarde plus la tele en mangeant , je remplis mon cahier decouverte et j essaie de sentir mon estomac et compter mes bouchees, mais je n'ose pas du tout me peser Anne, c'est la panique! Mais vous êtes au début dun programme, au début d'un chemin sinueux, en quelque sorte d'une quête, qui devrait être parsemée de péripéties. C'est vrai, vous n'allez pas y arriver... dès demain matin. Mais d'aventures en aventures, vous devriez peu à peu vous rapprocher de votre objectif. Il vous faut donc sortir de cette logique tout ou rien, j'y arrive / je n'y arrive pas, pour entrer dans cette logique d'un travail à effectuer, qui prend du temps, qui demande des efforts. Avez-vous appris à lire, à calculer ou à jouer d'un instrument de musique en une journée? A faire de la bicyclette, du ski, ou tout autre sport, en une journée? Mais non, on apprend peu à peu. Courage!
27/03/2018 (18:47) ghislaine Bonsoir! Quand je suis à la maison, je gère assez bien le programma line coaching mais j'ai un problème avec les sorties. Là, c'est comme un barrage qui cède et je mange, je mange.... Que puis-je faire? Merci. Bonsoir Ghislaine, Bravo pour vos progrès en ce qui concerne votre alimentation à la maison. Concernant les fois où vous ne mangez pas chez vous, il va vous falloir cerner ce qui vous fait manger davantage. Cela peut être tant de choses! J'énumère les premières idées qui me viennent à l'esprit, mais dans votre cas personnel, cela peut tout à fait ne pas être ça. - Par exemple, vous contrôlez ce que vous mangez chez vous en évitant plus ou moins les aliments tentateurs, ce qui n'est pas forcément possible à l'extérieur. Auquel cas, vous êtes en restriction cognitive, et celle-ci se manifeste par des compulsions lorsque vous êtes en présence de vos aliments tentateurs, à votre portée. - Ou bien, en parlant des sorties, vous faites référence à des dîners entre amis ou avec de la famille. Des facteurs émotionnels peuvent alors jouer. Certaines personnes supportent mal la proximité émotionnelle. Les personnes rencontrées engendrent en soi des émotions intenses, plaisantes ou déplaisantes, qui déclenchent des envies de manger émotionnelles. Ou bien... A vous de dire!
27/03/2018 (18:52) 13Sophie13 Bonsoir Docteur, J'en suis au 5ème jour de l'étape "J'analyse mes fins de journées" et c'est seulement aujourd'hui que je suis parvenue à faire 2 poses dans la journée, il a vraiment fallu que j'aille chercher très très loin en moi la capacité à apporter ce changement dans mes journées, je crois que c'est exactement la réponse à mes EME/EXCÈS du soir. Décider de passer à l'action, de faire ces poses me demandent un effort considérable. Je me sens mieux ce soir et je m'accroche à la fois à ce 1er pas. J'espère garder ce geste, qu'il devienne une habitude, un plaisir, j'ai l'impression que c'est LÀ que je dois agir. Je vois la fuite, la précipitation, un trop plein de pensées qui se percutent se volatiliser, je mesure la nécessité de ces poses... Sophie, toutes mes félicitations pour cette performance! Lorsqu'on a tendance à remplir, ses journées, son ventre, le pus souvent afin de faire taire des émotions et des pensées insupportables, introduire des pauses, des pauses durant lesquelles on instruisit du vide là où il n'y avait que du plein, ça, c'est très méritoire. Et comme vous l'avez remarqué, cela change bien des choses. Moins de tension, de précipitation, de lutte, et donc, mois d'envies de manger émotionnelles. Plus d'écoute, de soi, de ses pensées, de ses émotions, et ça se calme. Et aussi plus d'attention portée à ses sensations physiques, et donc ses sensations alimentaires, et on mange plus calmement, avec plus de plaisir, et moins. Comme vous l'avez remarqué, l'étape sur les fins de journées n'est pas dans le début du programme. C'est que pour parvenir à la réaliser, il faut déjà avoir bien avancé: sur ses sensations alimentaires, sur l'acceptation de ses émotions et de ses pensées, sur le fait d'accepter de prendre son temps. Encore bravo, Sophie.
27/03/2018 (18:30) G. Apfeldorfer Nous y voilà! Une foire aux questions plutôt qu'un tchat, en fait. Vous posez des questions, celles qui vous tracassent (et qui ont tout de même un rapport avec vos problèmes d'alimentation et de poids, hein) et je tente d'y répondre. Quand je ne sais pas, j'ai un gage.
27/03/2018 (18:56) Michèle Doit-on résister à une EME ? Excellente question. La réponse est: NON. Lorsque vous ressentez des émotions pénibles, accompagnées de pensées qui le sont tout autant, vous pouvez faire une séance de pleine conscience qui vous aidera à mieux vivre ce moment difficile, à explorer ce que vous ressentez et pensez, puis à laisser tout cela s'évaporer de façon naturelle. Mais lorsque ces émotions ont déjà déclenché une obsession alimentaire, que vous ne pensez plus qu'à manger des aliments réconfortants, alors la pleine conscience n'est pas la bonne solution. Elle ne serait qu'un moyen pour lutter contre votre envie de manger, et ne serait plus un moyen d'accepter et de vivre le moment présent. Lorsque l'envie de manger est là, le mieux est de manger. Manger un aliment très réconfortant, en le dégustant autant que possible, pour qu'il réconforte le plus possible. Le manger sans la moindre culpabilité, bien sûr. Puis lorsqu'on est réconforté, on attend que la faim revienne pour remanger. De la sorte, globalement, sur la semaine, on ne mange pas excessivement. Sur le site, nous appelons cela l'EME-zen.
27/03/2018 (19:06) Callina Bonsoir Docteur! Les médecins m'ont diagnostiqué une forte anémie, certainement dû à des saignements de mon oesophage. Malgré la douleur, je continue de consommer du coca. Comment puis-je arrêter ? J'ai l'impression d'être cocaholic! D'autre part, Les médecins m'ont diagnostiqué un trouble de la personnalité histrionique. Alors que normalement, je crois être dépendante, que penser? Ce trouble de la personnalité entraînerait des TCA. Bonsoir calllina, Le coca n'est pas ce qui cause vos saignements, mais cela peut augmenter la douleur. Cette douleur devrait normalement créer la motivation à arrêter de boire cette boisson. Mais quoi qu'il en soit, cela ne me paraît pas si important que ça. En ce qui concerne votre trouble de la personnalité, vous pouvez avoir des caractéristiques d'un trouble ainsi que d'un autre. Une personnalité particulière est un assemblage, qui emprunte à plusieurs "troubles".
27/03/2018 (19:02) 13Sophie13 C'est exactement un conseil pour moi aussi, tous vos mots bienveillants sont un baume au c?ur. Merci Sophie.
27/03/2018 (19:03) A039.benedictesan bonjour, lorsqu'on a 50 ans, et que les kilos en trop sont situés sur le ventre (grossesses ou j'ai pris 20 kg à chaque fois sans aucune regulation avant ou apres), pensez-vous que le respect des bonnes habitudes que vous enseignez peut améliorer la situation ? ou seulement empêcher qu'elle empire ? Bonsoir Bénédicte, Vous avez donc une obésité dite androïde, centrée sur le ventre. la plus mauvaise question santé. Si vous parvenez grâce au programme à manger sur un mode intuitif, en écoutant vos sensations alimentaires, et si vous êtes au-dessus de votre poids d'équilibre, le poids programmé dans votre cerveau, alors vous devriez perdre du poids, très probablement au niveau du ventre, et améliorer votre santé et votre espérance de vie. S'il s'avère que vous êtes déjà à votre poids d'équilibre (cela peut arriver, mais c'est rare, chez les personnes en étant d'obésité) alors suivre le programme permettra un apaisement dans vos conduites alimentaires, une fin d'une lutte permanente et usante, mais pas de perte de poids significative. Mais ce sera déjà ça. Ce que nous ne pouvons pas prédire, c'est si vous perdrez un peu, beaucoup ou pas du tout. Ce que nous constatons souvent, c'est qu'on perd en faisant Linecoaching, mais pas autant qu'on en rêvait!
27/03/2018 (19:11) zaza34 Bonsoir. Que pensez? vous du sucré au petit dejeuner. On dit souvent qu?il est le responsable des pics de glycémie et donc des coups de mous de fin de matinée. Faut il le supprimer de notre petit déjeuner ? Personnellement, je ne me vois pas renoncer au pain et à la confiture du matin. J'ai découvert la confiture de banane-maracuja. C'est super bon! Actuellement, il est de bon ton de diaboliser le sucre. Durant une trentaine d'années, on avait diabolisé le gras. Mais comme on a scientifiquement montré que les lipides étaient nécessaires pour une bonne santé, on s'en prend au sucre. Comme quoi, il faut à certains un diable à vilipender. Non, le problème n'est ni le sucre, ni le gras, mais le trop. Manger plus que son appétit fait grossir. Plus de n'importe quoi. Quant au sucre qui rendrait diabétique, c'est une ineptie, et la fausseté de cette assertion est bien documentée scientifiquement. En fait, ce qui favorise le diabète, c'est l'obésité, et non la consommation de sucre.
27/03/2018 (18:53) 13Sophie13 Bonsoir je dois partir. Merci. De rien, Sophie
27/03/2018 (19:14) JmjSjr Bonsoir, j ai encore plus d' envies de manger depuos que j ai arrêté de fumer... Est ce que cela pourrait diminier avec le temps ou est ce qu un profil d addict le reste à vie et que je vais devoir me rabattre sur autre chose à chaque fois ? Bon soir JmjSjr, Arrêter de fumer augmente l'appétit. La nicotine est un excellent coupe-faim, qui disparaît quand on ne fume plus. De plus la gestualité du tabac, qui agit comme un rituel calmant, est vite remplacée par la gestualité de l'acte alimentaire, autre rituel calmant. Je vous conseille de vous rabattre... sur la pratique de la pleine conscience, plutôt que de passer à un autre système d'évitement émotionnel, qu'on appelle une addiction comportementale.
27/03/2018 (19:21) Fanette Bonsoir, je suis sur LC depuis 7 mois et je trouve très difficile d'attendre d'avoir faim pour manger. Quand j'y parviens, la sensation me fait plaisir parce qu'elle est relativement nouvelle et rare. Cependant, j'ai toujours tendance à manger d'après l'horloge ou par anticipation, pour ne pas ressentir la faim, j'imagine. C'est assez nébuleux pour ce qui est des raisons. Comment mieux accepter l'attente? Bonsoir Fanette, Si vous mangez par peur de la faim, il est important pour vous de performer les exercices sur la faim, afin de vous habituer à cette sensation, qui n'est normalement pas si affreuse que ça. Au besoin, refaites à nouveau les exercices. Si vous avez l'habitude de manger à une certaine heure et qu'à cette heure là, vous avez pas encore faim, c'est que pour le moment, vos appétits prévisionnels sont déréglés. Les AP sont cette capacité que nous avons à manger à un repas les quantités nécessaires pour avoir faim à l'heure prévue de la prise alimentaire suivante. Eh oui, notre corps sait faire ça! Mais si vous avez perdu le contact avec vos sensations alimentaires, alors souvent ça ne marche plus. Pas d'inquiétude, ça va revenir tout seul. Avec l'écoute portée sur les sensations alimentaires. Quoi qu'il en soit, parfois on est obligé de manger alors que la faim n'est pas encore là, pour des raisons sociales surtout. Dans ces cas, je vous conseille de faire un repas a minima, petit, de telle sorte que la faim revienne un peu plus tard, et que là, vous puissiez manger en écoutant la faim puis le rassasiement.
27/03/2018 (19:27) ghislaine ghislaine.Merci, je ne crois pas que cela soit d'ordre émotionnel. En fait, j'adore manger et je suis fortement tentée à l'extérieur. Les buffets sont mortels! Je crois que j'ai du travail à faire sur ce plan-là! Donc, en conclusion votre problème est en rapport avec votre restriction cognitive. Il s'agit donc de dédiaboliser tous les aliments que vous aimez, et par exemple ceux présentés habituellement dans les buffets. Pour ce faire, il s'agira de remplacer un repas (le déjeuner, le plus souvent) par la consommation d'un aliment "tabou" (un sur lequel vous vous jetez lors des buffets) que vous consommerez jusqu'au rassasiement. Vous ferez cela 4 jours avec le même aliment puis vous passerez à un autre. Et ainsi de suite. Personnellement, je ne trouve pas que les buffets proposent des aliments si exceptionnels que ça. Les petits fours? Les toasts garnis? Les mini-sandwiches? Le saumon fumé? Les petits gâteaux comme çi et comme ça? Bon, c'est vrai, c'est tentant, surtout quand on pense ne pas y avoir droit, mais ce n'est pas si extraordinaire. Bon, enfin, c'est mon avis personnel. Nous proposons cet exercice de consommation d'un aliment tabou en remplacement d'un repas dans le programme. Mais peut-être n'en êtes-vous pas encore là.
27/03/2018 (19:11) Michèle Merci De rien.
27/03/2018 (19:22) Mariel67 Bonsoir, j'ai débuté le coaching il y a un peu moins d'un mois et j'ai pris 2 kg ce qui est beaucoup pour moi qui suis en principe bloquée au même poids depuis longtemps. Cela est peut-être normal mais c'est très déstabilisant alors que je tente de gérer la sensation de faim. J'ai l'impression de ne pas pouvoir me fier à mes sensations ce qui augmente mes EME.... Bonsoir Marie, Il peut arriver qu'en début de programme, les personnes relâchent leur contrôle alimentaire (puisque nous indiquons bien que c'est justement le contrôle qui aggrave les problèmes). Du coup, elles peuvent prendre un peu de poids. Mais le plus souvent, cela ne dure pas, et au fur et à mesure que se développe une nouvelle attitude face aux aliments, et aussi face à ses émotions, le poids amorce sa descente. Alors patience, Marie. Pas de découragement, vous allez dans la bonne direction!
27/03/2018 (19:14) zaza34 Merci. Je dois vous laisser. Bonne soirée Bonsoir zaza.
27/03/2018 (19:20) Callina Merci pour votre réponse Docteur! Mais votre réponse m'interpelle. Pourquoi ne pensez-vous pas que le coca soit dangereux? Enfin, moi c'est plutôt ma dépendance qui m'interpelle. Je me nourris si mal que j'en souffre dans mon quotidien: essoufflement, épuisement total etc. Que puis-je faire? J'ai perdu un an de ma vie à cause de ces symptômes... Qui sont dus à de mauvaises habitudes alimentaires. Le coca cola consiste en de l'eau sucrée (ou du glutamate), avec du gaz carbonique, des colorants, un peu de caféine, et un "ingrédient secret" type poudre de perlimpinpin. Si vous prenez du coca avec du saccharose, et beaucoup, et si vous vous nourrissez avec cela, alors effectivement, ce n'est pas une alimentation très équilibrée. Et cela peut expliquer votre carence en fer et en vitamines nécessaires. L'urgent en la circonstance est de traiter votre anémie afin que vous retrouviez des forces. Bon courage à vous.
27/03/2018 (19:28) Fanette Merci, besoin de temps alors. Bonsoir. Bonsoir Fanette et bonne continuation.
27/03/2018 (19:29) Oxymore Bonsoir docteur, j'essaie de pratiquer les eme-zen mais une partie de moi refuse de ralentir et de déguster, de ne pas accompli d'autre tâche en même temps. Auriez-vous une idée pour dépasser ce blocage ? Pas le temps de vous répondre. Pouvez-vous reposer votre question la prochaine fois?
27/03/2018 (19:29) G. Apfeldorfer Nous voilà arrivés à la fin de ce tchat. Merci pour vos questions. Et j'espère avoir répondu à vos attentes. A la revoyure!
X