Chat du 29 juin 2011 avec Gérard Apfeldorfer

29/06/2011 (18:33) renaudg Je suis commercial et donc souvent au resto et rarement seul.. le soir petite famille avec enfants qui bougent...C'est difficile de ressentir ses sensations alimentaires. Comment concilier votre methode et vie trepidantes ? je suis à mon dernier jour de rpc et j'ai fait mon premier repas au resto aujouord'hui dans le calme et l'assiette est repartie a moitié pleine.J'ai espoir et crois beaucoup en votre methode. Merci. Ah, ce que vous me dites me fait énormément plaisir ! C'est donc possible de manger dans le calme, et quand on mange dans le calme, attentivement, avec plaisir, on mange de bien moindres quantités. Bravo ! Pour ce qui est des dîners en famille, vous allez devoir apprendre à votre famille comment les aliments se mangent. Il convient de les respecter, de se respecter. Donc de manger en y mettant les formes. En quelque sortes, il faut faire en sortes de retrouver des temps de calme malgré la tendance trépidante de la vie actuelle. Si vos enfants sont trop petits pour pouvoir faire un repas au calme en leur compagnie, mieux vaut qu'ils mangent avant les adultes. On leur explique alors qu'ils sont trop petits, que lorsqu'ils seront plus grands, alors ils pourront manger avec les grands. Aidez-les à avoir envie de grandir !
29/06/2011 (18:35) zou29 rebonjour, en relisant mon carnet alimentaire, je m'aperçois que je n'arrive pas à faire que ma dernière prise alimentaire soit le diner, il y a tjours une prise après . mais après tout est ce grave ? je réagis en restreinte cognitive Si la faim réapparaît après votre dîner, pourquoi ne pas manger un petit bout de quelque chose (léger, afin de ne pas gêner son sommeil) ? Mais peut-être cette dernière prise alimentaire est-elle plutôt émotionnelle ? Peut-être êtes-vous perturbée par des pensées et des émotions qui font surface à cette heure de la journée ? Tout ce à quoi on a évité de penser jusque là ? Si c'est le cas, la PCS est l'outil qui devrait peu à peu vous permettre de mieux tolérer ces pensées et émotions sans faire appel à la nourriture pour les éviter. Ou, comme vous le dites, tout simplement, vous êtes encore beaucoup en restriction, et vous vous offrez un dernier dépassement de ligne blanche. Lorsque vous aurez intégré que tout ce qu'on aime est mangeable, mais que c'est bien meilleur si on a de l'appétit, alors peut-être n'aurez-vous plus besoin de cela.
29/06/2011 (18:36) chantal si je n'ai pas vraiment faim, puis-je remplacer mon repas par une glace? Alors là, je ne vous comprends pas ! Il faut avoir FAIM pour pouvoir déguster une délicieuses crème glacée, riche en sucres et en graisses, si délicieusement parfumée. Et alors, votre crème glacée est un vrai repas, nourrissant, qui vous comble. Une crème glacée ne se mange pas à la va-vite, mais se déguste lentement. Le problème, c'est que comme dirait Monsieur de la Palisse, les crèmes glacées sont glacées. Ce froid gêne la perception des sucres et des graisses en bouche ce qui peut conduire à manger trop. Aussi faut-il manger les crêmes glacées à toutes petites bouchées, et les laisser fondre en bouche, afin d'en percevoir toutes les composantes. De cette façon, on mange jusqu'au bout du plaisir, qui vient assez vite, et on s'arrête, idéalement en laissant la partie en trop. Régalez-vous, et consacrez à votre crème glacée toute l'attention qu'elle mérite. Elle le mérite !
29/06/2011 (18:38) Chantalou62 Bonsoir Docteur et bravo et merci pour avoir initié cette communauté Linecoaching! Ma question est la suivante: comment avoir la certitude que, quand on a faim et envie de manger un aliment en particulier, cette envie coïncide forcément avec un besoin nutritionnel que notre corps nous demande de combler? Bonne question! En fait, notre cerveau ne sait pas faire la différence entre une appétence déclenchée par un besoin en un nutriment (ce qui nous oriente vers les aliments de notre répertoire alimentaire qui contiennent ce nutriment) et un désir de nourriture en vue d'un réconfort. Cela nous évoque le même désir alimentaire. Mais fort heureusement, nous n'avons pas besoin de savoir pourquoi nous avons envie d'un aliment. Nous avons juste besoin de savoir que nous en avons le désir, et nous en mangeons jusqu'à obtenir la satisfaction, le contentement. Et là, nous nous arrêtons. Enfin, ça, c'est quand nous sommes bien réglés. Lorsque nous ne trouvons plus la satisfaction dans nos aliments, alors nous mangeons sans fin. Souvent, nos compulsions surviennent parce que nous n'arrivons plus à nous réconforter avec la nourriture, ce qui nous conduit à manger sans faim, sans fin!
29/06/2011 (18:40) solti Il y a quelques années, lors d'un régime, j'ai bien maigri et j'ai vu sur ma balance s'afficher un poids que je n'avait pas atteint depuis longtemps. Au lieu de m'en réjouir et de continuer ce régime, j'ai eu peur et j'ai repris 1 kilo dans la semaine qui a suivi. Je n'ai plus jamais revu ce chiffre ! Est-ce une réaction fréquente ? Qu'en pensez-vous ? Cela peut-il nuire à ma réussite dans ce programme ? Bonjour solti, Il n'est pas rare que l'on panique quand on commence à maigrir et qu'on arrive en-deçà d'un certain poids. Les motifs peuvent être nombreux et sont en relation avec une motivation ambivalente. Bien sûr on veut maigrir, mais aussi on ne veut pas : Perdre du poids peut être parfois vu comme une façon de rentrer dans le rang, d'obéir aux injonctions de proches qui insistent pour que vous perdiez du poids. On peut avoir le sentiment qu'on perd son autonomie, qu'on abdique face à eux. Regrossir devient alors un moyen de prouver son autonomie. Certaines personnes se sentent alors au pied du mur. Depuis longtemps, elles pensaient que maigrir était un préalable à la mise en pratique de leurs projets sentimentaux, professionnels ou autres, et là, elles se retrouvent au pied du mur. Seront-elles capables ? Panique. Dans d'autres cas, ce qui pose problème, c'est le fait qu'on croit qu'en deçà d'un certain poids, on devient séduisant(e). Saura-t-on gérer cette situation ? Si dans l'enfance, on a subi des attouchements ou pire encore, devenir séduisant, est vécu comme se mettre en danger. Ce sont les premières idées qui me viennent à l'esprit. Alors bien sûr, ces problèmes peuvent vous empêcher de réussir votre amaigrissement. Notre programme comporte certaines réponses pour faire face à ces problématiques : affirmation de soi, par exemple. Mais si votre blocage est trop important, ou si vous ne savez pas ce qui vous bloque, peut-être devriez-vous, parallèlement au programme LineCoaching, consulter un psychothérapeute.
29/06/2011 (18:41) sevjo62 je voulais savoir comment faire pour que la nourriture ne devienne pas toujours aussi présente dans ma vie de tous les jours J'aime bien votre question. Parce que, vraiment, c'est là un des bénéfices les plus rapides qu'apporte la méthode LineCoaching. Lorsqu'on cherche à contrôler son poids et son alimentation, cela finit par devenir obsédant et on y pense toute la journée. A partir du moment où vous redeviendrez capable de manger tout ce que vous aimez, sans crainte, parce que vous serez aussi capable de vous arrêter lorsque vous aurez pris votre plaisir et serez arrivé au rassasiement, alors manger redeviendra un plaisir et ne sera plus un souci. Poursuivez vos efforts et dites-vous que la liberté alimentaire, c'est pour bientôt !
29/06/2011 (18:43) mereleub je n'arrive pas à manger en pleine conscience: trop de culpabilité/avez-vous des conseils? Trop de culpabilité de manger des aliments dits « interdits » ? Si c'est de cela qu'il s'agit, alors vous devez mettre le paquet sur les exercices alimentaires de dégustation, sur ceux où on cherche à repérer le rassasiement. Lorsque vous aurez pris conscience, par ces exercices, que l'on peut manger TOUS les aliments qu'on aime et sans grossir, en perdant du poids, dès lors qu'on s'arrête lors qu'on ressent le rassasiement, peut-être vous sentirez-vous moins coupable. Nous allons vous y aider tout au long du programme
29/06/2011 (18:44) zou29 bonjour Gérard, nouvelle sur le site,je suis très confiante en la méthode que je connaissais., ayant lu tous vos livres, depuis que j'ai commencé à écouter ma faim, j'ai l'impression de "mal" manger, cad que je ne suis plus attirée par les "bons" aliments genre légumes etc...mangeant bio depuis 30 ans et je sais intellectuellement ce dont le corps a besoin, mais là je suis un peu perdue, quand je m'écoute je mange soit du chocolat soit du fromage !!!cela est il passager ? qu'en pensez vous ? Bonjour Il est tout à fait normal que votre « libération » des carcans diététiques se traduise par une forme de rattrapage sur les aliments dont vous avez été si longtemps privée. Mais ne vous inquiétez pas, cela n'a qu'un temps et lorsque vous aurez mangé votre content de fromage et de chocolat, vous vous apercevrez qu'un fruit frais, qu'une salade, d'un banal yaourt blanc au lait entier, miam miam !
29/06/2011 (18:46) Alpha Bonjour docteur, je suis depuis cinq ans convertie à la "rééducation alimentaire" méthode GROS mais je suis hélas handicapée par une hyperphagie galopante que je ne réussis pas à enrayer toute seule (contractée suite à plusieurs diètes hyperprotéinées de marque Insudiet qui avaient été couronnées de succès - s'il est interdit de citer cette entreprise, n'hésitez pas à la supprimer du texte). Je me suis donc abonnée à votre Line Coaching et suis ravie de cette aubaine car il n'y a aucun thérapeute prônant votre méthode dans ma région. Je ressens déjà les bienfaits de la méthode mais j'ai quelque doute quant à l'efficacité du coaching en ligne "jusqu'au bout" (en même temps je ne demande qu'à y croire ;-), J'aimerais savoir : avez-vous vraiment testé cette méthode en ligne "jusqu'au bout" (c'est à dire jusqu'à ce que les problèmes de comportement alimentaire de plusieurs sujets ont été réglés) ? Quid de l'empathie et de l'importance de la relation thérapeute-patient (ne s'agirait-il donc que d'un mythe ?)  Merci par avance pour votre réponse. Ce qu'est LineCoaching : un programme en ligne, conçu à partir de nos expériences de thérapeutes, à Jean-Philippe Zermati et moi, et mis en musique avec une équipe de spécialistes de la conception d'applications en ligne. Les programmes d'aide en ligne ne sont pas une totale nouveauté, et la France a simplement pris un peu de retard là-dessus. Une abondante littérature scientifique existe déjà dans les pays anglo-saxons, qui montre que ces programmes d'aide en ligne font jeu égal, voire mieux, que des thérapeutes en direct, pour un certain nombre de problèmes. Comment est-ce possible ? Vous vous connectez et vous avancez jour après jour, vous recevez un feed-back régulier de coaches, des concepteurs, comme en ce moment-même. Vous recevez des courriels de rappel. Un thérapeute en direct est souvent moins disponible. Si nous sommes en retard en France en ce qui concerne la mise en ligne, je peux vous assurer que nous ne le sommes pas en ce qui concerne la teneur et la sophistication de LineCoaching. Le programme que vous êtes en train de suivre est très moderne de ce point de vue et plus avancé que les versions comparables anglo-saxonnes. Ceci dit, un programme n'est pas un thérapeute. Le programme peut envisager bien des cas de figures, mais pas tous. Et puis, comme vous le dites, les aspects relationnels sont fondamentalement différents. En clair, il ne s'agit pas là d'une psychothérapie. Cependant, en ce qui concerne l'empathie, je puis vous assurer qu'elle est bel et bien présente. Bon courage pour la suite.
29/06/2011 (18:46) Chantalou62 J'ai une deuxième question "pratico-pratique": lors de ma première connexion à mon espace personnel, vous proposiez de télécharger une séance de pleine conscience d'une durée de 20 minutes. J'ai omis de la téléchargée et depuis, je n'ai pas retrouvé le moyen d'y accéder pour réparer cet oubli. Que puis-je faire? merci! C'est très simple: vous pouvez revenir sur votre parcours en cliquant sur votre espace personne sur le lien "voir tout mon parcours" puis sur l'activité "j'apprends la respiration en pleine conscience" puis allez sur la page "protocole". Vous retrouverez aussi tous ces audios dans "Mes outils" rubrique pleine conscience. Bonne pratique!
29/06/2011 (18:49) Teresa Bonjour Docteur Apfeldorfer, je viens de commencer le programme et je suis optimiste. Votre article MINCIR APRÈS LA MÉNOPAUSE du 12 mai a tout particulièrement attiré mon attention. En effet, entre septembre et janvier, j'ai pris neuf kilos et mon IMC se situe maintenant à 28 et tout cela en grande partie sur la taille et autour. Les causes possibles ? Arrêt d'un médicament hormonal fin juillet 2010, plus de gym sauf 30min de marche/jour depuis cette période en raison d'un nerf bloqué, envie d'une pâtisserie ou de chocolat dans laprès-midi, « pour prendre des forces ». En tout cas, pendant plusieurs mois j'ai clairement mangé plus que de faim. Pour la gym, je n'ai pas encore le feu vert. Toutefois, depuis Février/Mars environ, je perds deux à trois kilos en peu de temps (sans « faire attention ») pour les reprendre dans les deux semaines qui suivent. Je ne voudrais pas rester comme ça et vous remercie d'avance de votre aide.Teresa Bonjour Teresa, Vous identifiez bien les causes de votre prise de poids, semble-t-il. La prise de poids de la ménopause n'a rien d'inéluctable. Et vous avez une idée des remèdes à y apporter : - Retrouver vos sensations alimentaires grâce à nos exercices, et être à l'écoute de vos besoins corporels ; - Dédiaboliser tous les aliments et les consommer en fonction de son appétit, mais pas plus que son appétit ; - Être à l'écoute de ses émotions, de ses pensées pénibles, de ses soucis, et grâce aux exercices de PCS, mieux les accepter et les tolérer. La ménopause est un moment où bien des femmes sont confrontées à des problématiques douloureuses conduisant à baisses de moral. - Mettre son corps en mouvement autant que possible. Bon courage !
29/06/2011 (18:52) annep Bonjour Monsieur Apfeldorfer, je fais partie de ces personnes que les émotions font manger. Que faire au moment où ces brutales envies de manger sans faim se présentent? Merci pour votre réponse et pour ce site très bien conçu. Bonjour, je suis ravie que ce site vous plaise, merci! Ce que vous dites révêle que vous êtes une mangeuse émotionnelle et avez des EME (envies de manger émotionnelles). Notre programme comporte des exercices spécifiques qui vous seront proposés en fonction de votre situation, dont une bonne part est à base de pleine conscience. L'objectif de ces exercices est de vous rendre plus tolérante à vos émotions, à vos pensées douloureuses, à votre inconfort psychologique, de telle sorte que vous n'utilisiez plus la nourriture comme mécanisme de défense anti-émotionnel. Les exercices d'espace de respiration et les exercices dits « EME » sont faits pour vous. Compte-tenu de votre profil, ils vous seront proposés à différents moments de votre parcours. Bonne pratique!
29/06/2011 (18:54) sevjo62 bonjour j ai encore une autre question voila je dois perdre au moins 15 kilos pour septembre en vue de faire une fécondation in vitro. s est ma gynécologue qui ma imposé de perdre du poids sinon on le fais pas s est ses mots mais au lieu de me motivé sa me stress car je me dis que je n y arrivera pas comment faire pour avoir moins la pression et perdre se poids merci pour votre réponse C'est affreux, la situation dans laquelle on vous met. Une obligation de résultat, avec plein de menaces à la clé. Et quelle obligation ! Perdre autant de poids en si peu de temps ne peut se faire qu'avec un régime très dur, et ne peut que conduire qu'à la reprise par la suite. Nous nous refusons à pousser les gens dans cette voie sans issue. Je vous conseille de renégocier cette perte de poids avec le médecin qui vous prend en charge pour votre FIV. Vous pouvez faire valoir que vous avez entrepris un travail concernant votre comportement alimentaire et votre poids. Vous pouvez lui rappeler que vous êtes fortement motivée pour cette FIV, et que s'il est vrai que les statistiques de réussite sont meilleures pour les personnes minces que pour les personnes obèses, vous n'êtes pas une statistique mais une personne humaine. Bon courage, et accrochez-vous!
29/06/2011 (18:58) Yume Bonjour, avez-vous lu "le rapport Campbell : La plus vaste étude internationale à ce jour sur la nutrition" et si oui, qu'en pensez-vous ? Désolé, mais je n'ai pas lu ce rapport dans le détail. Pour ce que j'en sais, il s'agit d'une étude menée en Chine et aux USA. Elle concerne pour lessentiel la santé et préconise un certain type d'alimentation en vue d'avoir la meilleure santé possible. Les conseils : peu de protéines animales (viandes, laitages), manger des glucides complexes (riz, pain, pâtes), légumes et fruits, vitamines et minéraux. Bon, mais ce genre d'étude oublie complètement le plaisir et la gastronomie. Il part du principe que les aliments sont une forme de carburant et que manger, c'est faire le plein à la pompe. Ce n'est pas vrai. Manger est un acte culturel et social. Manger est un plaisir de la vie. Ça me rappelle une histoire : celle du patient qui consulte son médecin pour savoir comment vivre le plus vieux possible. Le médecin : 5 fruits et légumes, pas de sel, pas de sucre, pas de graisses, mangez ce que vous n?aimez pas, ne mangez pas ce que vous aimez. Le patient : et alors je vivrais plus vieux ? Le médecin : pas sûr, mais la vie vous paraîtra plus longue ! Mais trêve de plaisanterie : concernant le poids, seul un nutriment semble avoir une action repérable: les acides gras oméga 3 dont la carence dans l'alimentation moderne joue peut-être un rôle dans le développement de l'obésité. Mangez des poissons des mers froides, et de l'huile de colza si vous voulez jouer la carte diététique. Je rappelle aussi que le plaisir de manger n'est pas un petit plus mais une pièce essentielle de la régulation du poids : il nous permet de manger selon nos besoins, dès lors qu'on est à l'écoute de ses sensations alimentaires.
29/06/2011 (19:02) Anick Bonjour! Dans le dernier chat, on a parlé de la différence entre satiété et rassasiement. J'arrive parfois à noter que je suis arrivée à satiété mais il y a des jours ou le rassasiement, ce sentiment de satisfaction, n'arrive jamais. Que faire? Devrais je me forcer à m'arrêter à satiété ou continuer à chercher la satisfaction, quitte à prendre des repas qui me coupent la faim pour la journée? I can't get no satisfaction, chantaient les Rolling Stones ! Pour s'arrêter de manger, il faut normalement ressentir le rassasiement, et obtenir le contentement. On est alors à satiété et on se désintéresse de la nourriture jusqu'à ce que la faim revienne. Pour obtenir cette satisfaction, il faut un certain nombre de conditions : * Manger au calme, en prenant son temps, dans de bonnes conditions matérielles. Souvent, ces conditions sont à créer, si on veut pouvoir progresser. * Aimer ce qu'on mange, sans éprouver de culpabilité vis-à-vis de cet aliment. Nos exercices vont vous y conduire. * Ne pas manger sous l'effet de ses émotions. Là encore, le programme doit vous apprendre à devenir plus tolérant à vos émotions et moins ressentir le besoin de manger pour y faire face. Si ces conditions ne sont pas réunies, et cela arrive forcément dans différentes circonstances, la satisfaction n'est pas au rendez-vous. Cela arrive aussi quand on court après la satisfaction, comme diraient les Rolling Stones. On ne peut tout de même pas se forcer à être satisfait ! Ne vous mettez pas martel en tête pour cela. Et surtout, ne vous forcez à rien, surtout pas à ressentir la satisfaction quand elle ne vient pas ! Vous identifierez malgré cela le moment où ce que vous avez mangé suffit. Bonne continuation.
29/06/2011 (19:05) Chantalou62 Quelle tactique vaut-il mieux privilégier pour ne manger que ce dont on a besoin quand on a faim: manger un seul aliment jusqu'à satiété ou un peu de plusieurs aliments Jusqu'au rassasiement de chacun et à satiété globale? C'est une bonne question, qui m'est souvent posée. Lorsqu'on mange un seul aliment et qu'on s'arrête lorsqu'on arrive au rassasiement (= je n'ai plus envie de cet aliment-là) on mange peu et souvent. C'est ainsi que les gens mangent par exemple en Thaïlande ou au Vietnam. Ils ne sont pas gros, ces gens-là! Mais ce n'est pas notre façon de manger, à nous autres occidentaux: lorsque nous arrivons au rassasiement gustatif et que nous sommes allés au bout du plaisir qu'un aliment déterminé pouvait nous apporter, nous changeons d'aliment. Nous ne voulons plus de steak-frites, mais nous sommes d'accord pour le dessert. Manger ainsi nous conduit à manger des repas plus gros et moins fréquents. Il n'y a pas une méthode meilleure qu'une autre, tout dépend des habitudes sociales. Tout ce qu'on peut dire, c'est que manger peu et souvent permet de réguler plus aisément que manger plus et moins souvent. Mais comme nous sommes Français, et que la tradition est de faire 3 à 5 prises alimentaires par jour, alors restons Français!
29/06/2011 (19:06) Lily Depuis le début de ce programme, je consacre beaucoup d'énergie à réfléchir sur ma façon de me nourrir, sur ma faim ou pas, mes émotions... et ça trouble régulièrement ma concentration au travail : j'ai beaucoup de mal à ne pas y penser, et à me concentrer durablement sur mes dossiers. Que me conseillez-vous ? Cela va-t-il s'estomper, et comment faire pour mieux segmenter dans la tête les sujets personnels et les temps de travail ? Ah, ça ne va pas, ça. LineCoaching est fait pour que la nourriture vous prenne moins la tête ! Il faut laisser du temps au temps. ne cherchez pas à trop réfléchir la démarche, remplissez votre carnet sur Internet, de faites les exercices, sans vous casser la tête. Quand vous mangez excessivement, c'est-à-dire plus que votre appétit, alors là seulement, prenez un petit moment pour repérer ce qui vous a empêché d'être à l'écoute de vos sensations alimentaires. Puis attendez le retour de la faim, ne vous inquiétez pas, elle se manifestera à vous! Bonne continuation!
29/06/2011 (19:07) zou29 merci pour votre réponse, mais que sont les exercices de PCS ? PCS = pleine conscience. Vous trouverez différents exercices de pleine conscience dans vos outils et dans les étapes du programme, par exemple la dégustation en pleine conscience. Bonne pratique!
29/06/2011 (19:10) helene Bonsoir,j'ai essayé la respiration en pleine conscience mais le problème c'est que quelque soit le moment où je le fais, je m'endors...du coup, je ne suis pas sûre que ce soit très efficace. Comment y remédier? Si vous vous endormez, cela prouve que vous devez être tendue ou fatiguée et que ce moment vous permet de vous détendre. C'est déjà une bonne chose. Une fois plus détendue, vous devriez mieux y arriver. Mais bien sûr, la respiration en pleine conscience est un exercice de concentration. Veillez à votre position: assise, droite, si la position allongée vous conduit trop facilement à vous endormir. Ou si vous avez du mal à tenir la position assise et que vous vous allongez, pliez les genoux, faites en sortes de ne pas être dans une lumière trop tamisée. Et choisissez un moment de la journée où vous n'êtes pas fatiguée. Moi, c'est le matin, le soir je ne vaux rien.
29/06/2011 (19:13) eileen Bonsoir Docteur Apfeldorfer, que pensez-vous des termes " calories vides " et "calories pleines " ? Nous devons cette expression à Stella et Joël de Rosnay, ceux qui inventèrent le terme de malbouffe, en 1981. Pour eux, la standardisation des aliments conduit à une consommation insuffisante en vitamines et en minéraux, et un trop grand apport énergétique. Les aliments les plus critiqués de ce point de vue sont les repas de restauration rapide, et les produits dits de « snacking », c'est-à-dire qu'on grignote, comme les confiseries et les viennoiseries, les biscuits sucrés ou salés, les barres chocolatées, ainsi que les sodas et autres boissons sucrées. Mais de telles appellations péjoratives donnent à penser que l'énergie qu'apporte un aliment n'a pas une valeur positive, que seul l'apport en vitamines et en minéraux est important. Or à certains moments, la première des motivations est un besoin énergétique. Manger un truc plein de calories, ça fait du bien quand on a très faim ! C'est aussi oublier, que lorsqu'on écoute attentivement ses sensations alimentaires (et qu'on n'est pas sous l'empire de ses émotions quand on mange), une fois qu'on a mangé des aliments de cette catégorie, nos appétits nous orientent vers d'autres types d?aliments, et nous avons envie de fraîcheur. Si on ne fait que manger de la malbouffe, alors cherchons quel est le problème : - Restriction et culpabilité ? - Émotions compensées par des excès alimentaires riches ? LineCoaching vous propose des réponses. Je rappelle aussi que ce n'est pas la malbouffe qui fait grossir (mais le fait de manger au-delà de ses besoins) qu'on peut être mince et malbouffer, et gros et manger de la bonne nourriture diététique... Il faut donc éviter les assimilations trop rapides entre la nature des calories ingérées et leur impact sur le poids.
29/06/2011 (19:17) solti J'ai vraiment du mal avec les séances de Pleine Conscience : je n'arrive pas à me concentrer, je n'y trouve aucun plaisir ni aide alors que d'autres personnes ont comme une "révélation". Je suis au début du programme mais j'ai l'impression que votre méthode se sert beaucoup de la PC. Ca me fait un peu peur pour la suite. Peut-on y arriver malgré ce "handicap" ou faut-il que je me force à m'entraîner (avec peut-être un déclic un jour) ? La pleine conscience est un outil pour : - Apprendre à manger en pleine conscience, c'est-à-dire attentivement, en faisant attention au goût, et au rassasiement. - Apprendre à augmenter sa tolérance émotionnelle face à des pensées douloureuses, pénibles, et ne pas manger en réponse. Les exercices ne sont pas forcément plaisants, celà dépend des moments : il s'agit d'accepter ce qui se présente, même si cela n'est pas agréable. Le fait d'accepter permet de ne plus être en lutte et les problèmes peuvent alors s'évacuer spontanément, sans recourir à la nourriture pour "calmer" ses émotions . Ceci dit, certaines personnes sont allergiques à ce genre d'exercice. Nous proposons pour elles une autre technique, celle de l'image-refuge, que vous trouverez dans la rubrique "Mes outils- Emotionnel" Ou encore, dans le module « fin de journée », lorsque vous y arriverez, nous vous proposerons des activités de détente et de recentrage sur soi, qui sont des alternatives à la PCS. Comme vous voyez, il existe plusieurs solutions alternatives. Ne désespérez pas et choisissez ce qui vous convient le mieux.
29/06/2011 (19:19) Lily Au bout de combien de temps après le début de la rééducation alimentaire vos patients commencent-ils à perdre du poids durablement ? Bonne question ! Eh bien, cela dépend des personnes en cause. Certains perdent du poids dès le départ, d'autres sont très longs à commencer à en perdre. Disons que dans l'ensemble, ceux qui mangent sous l'effet des émotions, ceux qui redoutent les changements, qui redoutent parfois inconsciemment la perte de poids sont donc plus sur la défensive et ont besoin de plus de temps. Ceci dit, rappelez-vous : dans « Le lièvre et la tortue », de Jean de la Fontaine, c'est la tortue qui gagne.
29/06/2011 (19:21) sevjo62 bonjour quand j ai vraiment faim j ai du mal a me retenir quelle astuce je pourrai faire merci Faut-il se retenir? Pourquoi ne pas manger quand on a faim? Lorsque vous vous interdisez de manger quand vous avez faim, vous exacerbez cette faim, ainsi que votre désir d'aliment, et quand vous mangez, c'est souvent sur un mode compulsif et incontrôlé. Quand vous mangez alors que vous avez une faim honorable et pas exagérée (la "bonne faim") alors vous profitez calmement de vos aliments sans manger en excès. Il est surtout important de bien distinguer votre faim d'envies de manger émotionnel, mais c'est justement ce que notre programme va vous apprendre. Mangez quand vous avez faim, même si ce n'est "pas l'heure", et ne mangez pas quand vous n'avez pas faim (même si "c'est l'heure"). Bon courage
29/06/2011 (19:23) Chantalou62 Comment pratiquer la pleine conscience pour gérer une EME quand on n'a oublié son lectuer audio avec les exercices enregistrés? J'espère bien qu'après un certain nombre de séances d'entraînement (une dizaine, habituellement) vous devenez capable de faire des séances sans enregistrement. C'est sans doute un peu plus dur, mais vous devriez pouvoir y arriver! Pensez à pratiquer dans un premier temps dans de bonnes conditions, au calme, avec l'audio,même sans la circonstance d'uneEME, et celà vous reviendra ensuite à la demande aussi facilement que de remonter sur un vélo, même si vous avez oublié votre audio. Bonne pratique!
29/06/2011 (19:24) Chantalou62 Comme j'ai encore des problèmes de sommeil, je consacre un peu de temps avant le coucher pour la pleine conscience. Quel conseil me donneriez-vous pour orienter plus cette séance vers une préparation à une nuit de sommeil paisible et réparateur? La pleine conscience est un exercice de concentration. Aussi je vous conseille de faire votre séance assise, ailleurs que dans votre chambre à coucher. Prenez votre temps, tout le temps nécessaire, n'hésitez pas à prolonger la séance. Cette séance devrait vous permettre de laisser les pensées pénibles aller et venir en vous, avant de vous quitter. A ce moment-là vous pourrez retourner dans votre chambre à coucher. Bonne pratique!
29/06/2011 (19:25) Valy Bonsoir Docteur. Est-il vraiment possible de devenir un mangeur régulé quand on ne l'a jamais été (même enfant) ? Après ma naissance, ma mère n'a pas pu me nourrir convenablement car la montée de lait ne s'est pas faite et le personnel médical a mis une semaine avant de s'en rendre compte. Par la suite, j'ai été largement sur-nourrie au biberon. Plus grande, j'ai gardé cette habitude de trop mangé. J'ai peur de ne pas y arrivé. Les mécanismes de régulation de la prise alimentaire sont inscrits dans votre système nerveux. Ils sont là, croyez-moi. Seules quelques personnes ayant des anomalies graves en sont privées. Vous pouvez donc retrouver vos sensations alimentaires, ou plutôt les découvrir. C'est un monde nouveau qui va s'ouvrir à vous. Une forme d'aventure. C'est passionnant, je crois, de partir ainsi à la découverte de soi-même!
29/06/2011 (19:30) mereleub comment savoir si l'on n'a plus envie d'un aliment ou si l'on en est rassasié? Le rassasiement correspond à la fin du plaisir gustatif que cet aliment nous procure en bouche. Si on persiste et qu'on continue à manger en se concentrant toujours sur le goût, on se dégoûte. Bien sûr si on mange distraitement, ou pour se remplir, ou pour des raison émotionnelles, on peut manquer ce moment du rassasiement et continuer à manger sans fin. Ce rassasiement marche très bien pour les aliments nourrissants, pas pour les légumes à l'eau, que l'on mange au volume. Bon apprentissage!
29/06/2011 (19:34) G. Apfeldorfer Eh bien voilà, It's all, folks! A bientôt sur linecoaching.
29/06/2011 (19:37) G. Apfeldorfer Cette fois-ci, c'est bel et bien terminé pour aujourd'hui. Avec tous mes encouragements à tout le monde. Vous êtes épatants!
29/06/2011 (19:38) Chantalou62 Si je vous dis que, finalement, le facteur clé de réussite essentiel de la méthode c'est de se réconcilier avec soi-même pour pouvoir se réconciler avec la nourriture et obtenir d'autres bénéfices collatéraux, est-ce correct? C'est bien, ce que vous dites là. Du coup, je vais vous laisser le mot de la fin. Avec tous mes encouragements.
X