Chat du 6 juin 2017 avec Gérard Apfeldorfer

06/06/2017 (18:36) minifouine Bonsoir Dr A, pfeldorfer. Deux questions qui se complètent : grâce à la pose d'un anneau gastrique, je suis passée de 126 kg à 100 kg. Aujourd'hui, alors que j'ai fait le yoyo depuis l'adolescence, mon psychiatre me dit que, compte tenu de la mémoire du cerveau, je ne peux guère espérer perdre plus de 5 kg, qu'en pensez-vous ? En fait, mon anneau semble avoir atteint les limites de ce qu'il peut m'apporter en temes de perte de poids, pourtant, avec un IMC de 35, je suis encore en obésité sévère, ce qui nécesstiterait que je perde encore pas mal de poids pour diminuer les commorbidités. Est-ce au le programme LC peut objectivement me permettre de perdre cette surcharge, disons de 25 kg, si on tient compte du fait que les EME avec compulsion et l'hyperpagie sont mes principales ennemies ? Bonsoir minifouine, Vous posez une question complexe, délicate et douloureuse. Tout d'abord, et sur ce point votre psychiatre a sans doute raison, on ne choisit pas son poids. Vous ne pouvez pas choisir votre poids, et les médecins, ou les épidémiologistes ne peuvent pas non plus le choisir pour vous. Effectivement, votre anneau gastrique a atteint les limites du poids qu'il pouvait vous permettre de perdre. Peut-être une opération de chirurgie bariatrique plus définitive (comme un by-pass) pourrait vous permettre de maigrir davantage. Mais ce n'est pas sûr. Le programme Linecoaching non plus ne peut pas vous permettre de perdre plus de poids, sauf si vos EME vous conduisent à des compulsions et des prises alimentaires sérieuses. Mais comme vous avez malgré vos EME perdu 25 kilos, si rien n'a changé depuis, j'en doute. Ce à quoi peut vous servir Linecoaching, c'est ne pas reprendre le poids perdu. Car la reprise pondérale est fréquente avec l'anneau, et même aussi avec le by-pass ou la sleeve-gastrectomie, les 2 opérations habituelles de chirurgie bariatrique. Donc, voilà mon conseil: - Si votre santé n'est pas en danger immédiat, vous devriez envisager de vivre du mieux que vous pouvez avec ce poids, stabilisé, durant au moins 1 an minimum. C'est certes un handicap, mais reprendre le poids perdu serait plus grave encore. Mieux vaut tenir que courir. Et vous devriez pouvoir aborder cela avec votre psychiatre. - Vous fixer comme objectif la stabilisation pondérale. Pour y parvenir, il vous faut faire 2 choses (avec l'aide du programme): 1) Sortir de la restriction cognitive et pouvoir manger ce dont vous avez envie, mais pas plus que ce que vous dit votre envie de manger. 2) Travailler sur vos EME, déclencheuses de compulsions, pour que celles-ci ne s'emballent pas et ne vous fassent pas regrossir. Plus tard, une fois que vous vous serez prouvée à vous-même (et à vos médecins) que vous pouviez stabiliser votre poids dans la durée, vous verrez si vous vous en tenez là ou bien si vous réenvisagez de perdre encore du poids.
06/06/2017 (18:46) reborn60 j'ai deja appliqué cette methode grace au livre de Mr Szermati et le votre et j'ai arretté car la plupart des aliments je les trouvais sans gout et plaisir et les "oscultant' à la loupe sauf les fruits et autre produit non transformés du coup je me suis lassée de manger toujours la meme chose. Que pouvez vous m'en dire la dessus ? Petite note: il est possible que le bug qui consiste à attribuer le même pseudo à différents internautes puisse persister (l(informaticien, n'est pas tout à fait sûr d'avoir tout corrigé). Alors, pour ce soir, mettez votre pseudo en début de question, à tout hasard. Bonsoir reborn, De quels aliments parlez-vous, que vous avez trouvé sans goût? Les pâtisseries, le chocolat, les friandises diverses, la charcuterie, les plats en sauce? Je pense que si vous les avez trouvé "sans goût", c'est que vous ne les avez pas dégusté vraiment. Et si vous ne les avez pas dégusté, c'est sans doute la culpabilité de les manger qui vous en a empêché. Vous ne vous êtes pas donné le droit de vous intéresser à leur vrai goût dans la bouche. Du coup, vous vous êtes rabattue sur les fruits et "aliments non transformés", qui sont diététiquement corrects. Et là, l'obstacle a été la monotonie. Le programme Linecoaching a été conçu pour vous permettre d'évacuer la culpabilité alimentaire. Vous allez découvrir la bonne façon de déguster, de manger en pleine conscience, centrée sur le moment présent, sur l'aventure qui se déroule dans votre bouche. Vous allez découvrir le vrai goût de la nourriture, quand elle n'est pas polluée par des croyances alimentaires parasites. Et la surprise du chef, c'est que lorsqu'on mange ainsi, on mange moins que lorsqu'on détourne son attention.
06/06/2017 (18:47) Seconde chance Bonjour M. Apfeldorfer j'aimerais avoir des précisions concernant la perte de poids que je pourrais attendre. Si jamais dans mon cas ma prise de poids c'est faite en hyperplasie adipocytaire est ce quand même possible qu'en respectant ma faim et ma satiété je perde du poids? Ou mon corps va m'envoyer le message que c'est mon set point? Merci d'avance Bonsoir Seconde chance, Oui, vous avez raison, il existe 2 façons pour l'organisme de stocker une arrivée d'énergie qui dépasse les besoins: soit les cellules graisseuses ou adipocytes se multiplient pour pouvoir stocker, et c'est ce qu'on appelle l'hyperplasie adipocytaire, ou bien les cellules graisseuses augmentent de volume pour stocker plus, et c'est ce qu'on appelle l'hypertrophie adipocytaire. On considère généralement que l'hypertrophie permet un déstockage des graisses et donc un retour au poids de départ, alors que l'hyperplasie est plus rebelle, et que donc, le poids d'équilibre s'est déplacé vers le haut. Pas de retour au poids de départ, même si on mange dorénavant ce que le corps demande et pas plus. Mais dans la pratique, pour la plupart des personnes, il y a une part d'hypertrophie, et une part d'hyperplasie. De plus, il est très difficile de savoir dans quelles proportions. Pour le savoir, il aurait fallu faire un prélèvement de graisse avant de grossir, puis un second après avoir grossi. Cela ne se fait que sur l'animal dans le cadre d'une recherche. Donc, en résumé, impossible de vous dire, dans votre cas, ce qui va se passer sur le plan du poids si vous normalisez votre comportement alimentaire et mangez selon vos sensations alimentaires. La seule solution: travailler à respecter ses sensations alimentaires et voir ce qui se passe!
06/06/2017 (18:48) Seconde chance Je précise que j'ai toujours été mince et suite à une prise de médicaments j'ai pris 25 kilos en 3 mois. Je pesais 54 kilos pour 1.68 mais mon poids régulier était 59. Maintenant je pèse 76,5 kilos et je le vis très mal j'y pense tout le temps Ah, ce que vous dites éclaire un peu les choses. Vous avez grossi en raison de médicaments. On peut penser qu'auparavant, vous aviez un comportement alimentaire satisfaisant, que vous devriez pouvoir réinstaller dès lors que votre traitement médicamenteux n'est plus nécessaire. Mais cela ne change malheureusement rien à ma réponse précédente.
06/06/2017 (18:32) steph2116 Comment se libérer d'un précédent régime. Quels conseils me donner pour arriver à s'en libérer et ne pas perdre le contrôle et manger de manière compulsive ? Bonsoir stéph, Je suppose que, vu la question que vous posez, vous êtes en début de parcours. Si je comprends bien, vous sortez d'un régime. Ou bien vous n'en êtes pas vraiment sortie. Si tel est le cas, voilà ce que je vous conseille: continuez à manger comme vous le faites (par exemple en suivant plus ou moins ce régime, adouci, quand même) afin de ne pas vous brusquer. Puis démarrez le programme et faites les exercices proposés. La succession de ces exercices va remodeler votre façon de vous comporter avec la nourriture, progressivement, étape après étape. Vos compulsions peuvent être dues à 2 sortes de choses: la restriction cognitive, c'est-à-dire le contrôle que vous vous imposez en vous interdisant certains aliments, en cherchant à contrôler horaires et quantités. Ou bien, vous êtes une mangeuse émotionnelle et les compulsions sont un moyen pour calmer les émotions (mais ça ne marche pas bien, hein). Ou encore, et c'est assez courant, vous avez les 2 problèmes. Le programme va vous aider à progresser sur tous les plans nécessaires.
06/06/2017 (18:30) G. Apfeldorfer Bienvenue aux tchateuses et tchateurs. J'attends vos questions de pied ferme.
06/06/2017 (18:53) Lyly Bonsoir. Je suis en panne depuis maintenant plusieurs jours voir semianes ??? J'en suis à l'étape dégustation en PC et je n'arrive pas à faire cette étape. Je ne reçois plus le mail d'"encouragement" le matin. Je n'ai pas repris le poids perdu. Je mange plus tranquillement avec moins de crainte de grossir. Mais j'aimerais continuer. J'ai du poids encore à perdre. Est ce courant cette pause ? Merci pour votre réponse. Bonsoir lyly, Qu'est-ce qui peut bien vous empêcher de manger en pleine conscience? Pourquoi bloquez-vous là dessus? Je n'en sais pas assez pour pouvoir vous donner des conseils pertinents. Peut-être devriez-vous prendre contact avec votre coach afin de voir en quoi consiste votre blocage. Quant à savoir si les pauses sont courantes, la réponse est oui. Ce sont parfois des événements de vie qui font que le programme passe au second plan. Ou bien c'est un coup de déprime, de découragement, de déception (ah, tiens, mon poids ne descend pas alors que j'ai déjà fait 2 exercices!) Mais ce qui compte, c'est: vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage, polissez-le sans cesse, et le repolissez, comme disait ce bon Boileau. On vous a appris ça à l'école, non? Alors, bravo pour cette reprise, qui nécessite du courage. Bonne route!
06/06/2017 (18:53) Lyly Bonjour Docteur, je suis de retour après une (trop) longue absence (sans m'être toutefois désabonnée) mais je crains de reprendre le programme là où je l'avais laissé. Mais le réinitialiser Voir réponse après
06/06/2017 (18:54) Lyly Je crois que ma question est partie sans que je l'aie terminée. Recommencer depuis le début me paraît un peu frustrant. La bonne nouvelle, c'est qu'il me sera plus facile d'utiliser la pleine conscience car j'ai été opérée (implant cochléaire !) et je peux dorénavant utiliser un lecteur MP3 avec mon audition retrouvée. Bon, lyly, c'est à vous de choisir, entre reprendre là où vous en étiez, ou bien reprendre au début. Personnellement, je vous conseillerais de reprendre là où vous en étiez, mais de refaire malgré tout certains exercices que vous avez déjà faits et dont vous n'êtes pas sûre d'avoir vraiment bien intégré la leçon.
06/06/2017 (19:05) chris212 Bonsoir Docteur, Actuellement, j'aborde la stabilisation et j'effectue certains défis que l'on m'a proposés. J'ai bien retrouvé mes sensations de faim. Mais ma difficulté reste le satiété. Autant je peux ressentir le rassasiement spécifique, autant je ne reconnais pas la satiété. Je ne la ressens pas. D'avance merci. Chris, tout d'abord bravo pour votre avancée dans le programme. Bravo aussi pour avoir retrouvé la faim et le rassasiement sensoriel spécifique, RSS, (ou rassasiement gustatif), qui consiste, je le rappelle, en une lassitude en bouche pour un aliment. On n'a plus envie de cet aliment qui n'apporte plus de plaisir, et donc, on s'arrête d'en manger. Bien évidemment, pour se rendre compte du RSS, il faut manger en dégustant, et pas avaler tout rond! Le rassasiement global (RG) est quant à lui la fin de l'envie de manger par faim (ça ne marche pas si l'envie de manger est due à des émotions). Ce RG signe l'entrée dans la satiété, qui est donc l'état de non faim. Mais percevoir l'absence de quelque chose (en l'occurence la faim) est difficile. De plus le RG est essentiellement de nature conditionnée, c'est-à-dire appris, et dépend des appétits prévisionnels, c'est-à-dire de vos horaires de repas, du nombre de prises alimentaires quotidiennes. Ainsi, le RG chez une personne qui mange 10 fois par jour (disons un habitant du sud-est asiatique) sera différent de celui d'un occidental mangeant 3 à 4 fois par jour. En conclusion, il est difficile, surtout si on n'a pas des habitudes alimentaires régulières, de se fier au RG. C'est pourquoi nous insistons sur le RSS, plus facile à percevoir, surtout avec des aliments riches. Si vous avez désormais des horaires alimentaires assez stables, vous devriez peu à peu faire l'apprentissage du RG, qui vous indiquera les quantités à consommer pour aller confortablement jusqu'au prochain repas (appétits prévisionnels).
06/06/2017 (19:09) steph2116 Merci pour votre éclairage, si j'ai bien compris, je peux avoir un melange des deux types hyperplasie et hypertrophie et dans ce cas je peux peut être perdre quelque kilos mais ne jamais revenir à mon poids d'origine. Est ce bien cela ? Oui steph, c'est ça. La plupart des personnes ayant pris trop de poids en sont là, d'ailleurs, et seuls quelques chanceux redescendent au poids de départ. C'est ce qui se passe avec les régimes: on regrossit après le régime, et le deuxième régime ne permet pas de revenir au poids d'avant le régime. C'est ce qu'on appelle le yoyo ascendant. C'est pourquoi il faut se faire humble vis-à-vis de son corps: c'est lui qui nous commande, ce n'est pas nous qui faisons ce que nous voulons avec lui.
06/06/2017 (19:06) G. Apfeldorfer Au secours! Je n'ai plus de questions! Que vais-je devenir?
06/06/2017 (19:13) chris212 Des horaires alimentaires assez stables, non... En fait j'essaie de manger lorsque je ressens la faim. Chris, c'est effectivement ce que nous recommandons au départ, dans le programme. Pour apprendre à tenir compte des sensations alimentaires. Mais cette façon de manger prive d'une alimentation conviviale. Car pour manger avec les autres, il faut se mettre d'accord sur un horaire. Aussi, dans un second temps, on finit par devenir capable de se débrouiller pour avoir faim à la bonne heure. Cela consiste au début à tricher un peu: par exemple, manger moins que sa faim à un moment donné parce qu'on sait qu'un peu plus tard, on va manger avec sa famille, ses collègues ou ses amis.
06/06/2017 (19:15) Lyly Je viens de lire attentivement (je crois) la réponse faite à Chris212. Elle n'est pas rassurante puisque c'est le RG qui détermine la fin du repas et non le RSS. Oui, le RSS nous conduit à manger différentes choses dans son repas, jusqu'à ce quo'n arrive au RG. Ce RG s'acquiert comme je l'ai dit, progressivement, par apprentissage, parce qu'on instaure des habitudes alimentaires régulières(voir réponse précédente). Mais en fait, ça se fait tout seul, sans qu'on s'en occupe.
06/06/2017 (19:22) steph2116 Déjà quelque kilos je serais satisfaite, ne plus me préoccuper de comment manger est ce bien est ce mal bal bla bal et peut être une activité physique pour harmoniser mon corps et me réconcilier avec car je dois l'admettre on est pas copains. Mais en même temps pour être honnête même quand j'étais mince j'avais du mal à l'accepter c'est triste quand j'y pense tout ce temps perdu. Jài l'impression d'avoir le corps maintenant que je m'étais toujours imaginé être quand j'étais mince Steph, prendre conscience qu'on n'est pas en mesure de contrôler son corps, qu'on peut seulement l'influencer par son mode de vie et d'alimentation, c'est comme le deuil de sa toute-puissance. Pour ma part (et là, on voit que je suis psychiatre) je dirais que c'est une étape pour devenir un peu plus adulte. Car en grandissant, nous avons dû renoncer à tant de fantasmes de toute-puissance! Ce que vous pouvez faire de mieux: soyez gentille avec votre corps. Ecoutez ses messages (la faim, le rassasiement, la soif, la fatigue...) et tenez en compte. Donnez aussi de l'exercice à votre corps. Un corps, c'est comme un chien, qui est malheureux si il doit rester enfermé. Et si vous êtes très gentille avec votre corps, aux petits soins pour lui, alors il y a de bonnes chances qu'il accepte de vous faire ce cadeau, quelques kilos en moins.
06/06/2017 (19:23) Lyly Je dois maintenant préparer le repas pour ma famille. Merci Dr et bonne soirée à tous. Bon appétit pour le dîner, lyly, et à bientôt.
06/06/2017 (19:27) chris212 Le RG est la fin de l'envie de manger par faim, hors compulsions = la satiété, qui est donc l'état de non faim. Ce qui est donc difficile c'est de percevoir que l'on a plus faim = absence de faim. Accepter qu'on a plus faim, qu'on ne manque de rien. Donc renoncer ? Oui, vous résumez très bien. Lorsqu'on constate qu'on n'a plus faim, que le corps ne réclame plus rien, que si on continuait à manger, ce serait du trop, sans plaisir gustatif, alors pourquoi continuer? Pourquoi vous est-il difficile de "renoncer" à manger dans de telles conditions? Surtout si vous savez que la faim reviendra, et avec elle, la possibilité de renouer avec le plaisir de manger. Eh oui, notre capacité à prendre du plaisir est limitée (pas seulement du point de vue alimentaire). C'est pourquoi il convient de manger attentivement, de déguster son plaisir de manger, si j'ose dire.
06/06/2017 (19:27) Lyly j'ai oublié d'écrire repas avec lardons et crème fraiche. Cela fait si longtemps.... Super!
06/06/2017 (19:29) chris212 Le RG s'acquiert et dépend des appétits prévisionnels. D'où nécessité de continuer à s'exercer à le trouver. C'est peut être aussi décider de s'arrêter même si je ne suis pas sûre de ne plus avoir faim. Pour voir si oui ou non la faim a disparu et pouvoir constater que je ne ressens pas le manque, le vide. Mieux vaut s'arrêter trop tôt que trop tard. Si on reste sur sa faim, elle passe, mais revient plus vite. On mangera donc avec plaisir un petit truc plus tard.
06/06/2017 (19:30) G. Apfeldorfer Et voilà, c'est fini, le tchat! C'est l'heure de passer à table. je ne sais pas, vous, mais moi, j'ai faim. 19h30, c'est l'heure où j'ai faim. C'est réglé comme du papier à musique. Pour vous, ça va venir, pas de souci. Bonne soirée et bon appétit.
Haut de page 
X