Chat du 8 juin 2011 avec Gérard Apfeldorfer

08/06/2011 (18:30) g apfeldorfer Bonjour, et bienvenue sur le chat!
08/06/2011 (18:31) G apfeldorfer Je vais déjà répondre à des questions déposées sur le site.
08/06/2011 (18:32) kawa Bonsoir, Lorsque j'ai faim, je ressens des sensations douloureuses au niveau de mon estomac et j'ai l'impression de faire de l'aérophagie car aprés quelques temps je me sens gonflée et j'ai des crampes d'estomac. Connaissez-vous ces symptômes? Puis-je y remédier? Merci de votre réponse.
08/06/2011 (18:32) g apfeldorfer Lorsqu'on a très faim, on peut effectivement ressentir des sensations à l'estomac comme des crampes, ainsi que d'autres sensations dans la gorge, dans la bouche, ou des sensations de faiblesse, de tête vide, de mal de tête. On peut aussi avoir des effets émotionnels (irritation, mauvaise humeur). Vos sensations ne sont donc pas classiques et je vous conseille en premier lieu d'en parler à votre médecin traitant.
08/06/2011 (18:33) yelen Bonjour, j'ai beaucoup de difficultés à repérer les sensations correspondant au rassasiement et à la satiété et à les différencier et tout d'abord les reconnaitre.
08/06/2011 (18:34) g apfeldorfer Vous avez raison, ce sont des sensations que l'on retrouve souvent lentement, peu à peu, quand on les a perdues. Le rassasiement nécessite certaines conditions pour être identifié : il faut manger attentivement en dégustant (c'est-à-dire en faisant attention au goût), être au calme émotionnel, et prendre plaisir à ce qu'on mange, sans trace de culpabilité alimentaire. La suite du programme LineCoaching va vous permettre de préciser vos sensations de rassasiement.
08/06/2011 (18:35) LANSIVAL Je commence à percevoir les moments où la faim se fait sentir mais la satiété me paraît plus complexe. Pourriez- vous m'aider à ce sujet. Merci. Françoise
08/06/2011 (18:35) g apfeldorfer Vous avez tout à fait raison. Beaucoup de personnes identifient la faim, en tout cas la grande faim, assez facilement, mais pas le rassasiement. Le rassasiement nécessite certaines conditions pour être identifié : il faut manger attentivement en dégustant (c'est-à-dire en faisant attention au goût), être au calme émotionnel, et prendre plaisir à ce qu'on mange, sans trace de culpabilité alimentaire. La suite du programme LineCoaching va vous permettre de découvrir le rassasiement.
08/06/2011 (18:36) Grazia bonjour. une question primordiale. est ce que vous allez consulter ma courbe de poids ainsi que toutes les indications que j'ai transmises ? comment savoir où se situe mon set point ? car mon souhait est e passer de 67 à 60 kg mais si par malheur mon set point est à 67 ? comment le savoir ?
08/06/2011 (18:38) g apfeldorfer Bonjour Grazia, voilà une question vraiment essentielle, qui va au coeur des choses! Le poids d?équilibre ou set-point est le poids que l'on fait quand on mange selon les besoins de son organisme, c'est-à-dire quand on respecte ses sensations de faim et de satiété. Mais beaucoup de personnes sont au-dessus de ce poids. elles peuvent donc espérer mincir et se stabiliser sans privation, en mangeant pour, en s'arrêtant lorsque le plaisir est obtenu. Comment savoir si on est au-dessus de son poids d?équilibre ? Il n'existe pas de moyen de mesurer ce poids d'équilibre, mais il existe certains indices : Vous mangez souvent sans avoir véritablement faim ; Vous vous interdisez de manger certains aliments, mais vous mangez impulsivement parfois ou souvent sans pouvoir vous en empêcher ; Vous mangez parfois ou souvent en raison de fatigue émotionnelle, de situations difficiles ou d'émotions douloureuses. Si vous êtes dans un de ces case de figure, vous avez sans doute la possibilité de maigrir. Cependant, contrairement aux méthodes de régimes qui vous promettent un poids choisi à l?avance, nous ne voulons pas vous faire de fausses promesses. On ne choisit pas son poids, c'est notre corps qui choisit pour nous. On maigrit, puis on voit à quel poids notre corps s?installe.

08/06/2011 (18:38) Dadoune Nous savons aujourd'ui que la qualité nutritionnelle de nos aliments s'est considérablement dégradée. Ne faut-il pas quand même en parrallèle de l'écoute de nos sensations alimentaires privilégier des aliments peu transformés pour accéder plus vite à notre poids d'équilibre?
08/06/2011 (18:39) g apfeldorfer La réponse est non : l'évolution du poids dépend des calories mangées et des calories dépensées. La nature des calories n'intervient pas. On peut maigrir en mangeant « malsain », de la « malbouffe » comme on dit, et on peut grossir en mangeant sain et des aliments de qualité. Ceci dit, il est fondamental de manger des aliments dont nous pensons du bien, que nous aimons, car les aliments nous nourrissent physiquement et mentalement. Il est donc important que vous choisissiez les aliments qui correspondent à votre philosophie. La qualité alimentaire joue un rôle en ce qui concerne la santé. Nos appétits spécifiques nous orientent vers les aliments qui contiennent les nutriments dont notre corps manque. Ce mécanisme est particulièrement sophistiqué, fait appel à la mémorisation inconsciente des flaveurs des aliments, et au repérage par le cerveau des effets post-ingestifs des aliments. Ce mécanisme n'est pas parfait. Par exemple, ces derniers temps, on a pu constater qu'un déséquilibre dans les acides gras consommés, avec un manque d'acides gras oméga 3 par apport aux oméga 6, était préjudiciable à la santé physique et mentale. On recommande donc désormais de consommer davantage d'acides gras oméga 3 et l'industrie agroalimentaire en tient compte de plus en plus souvent. Hormis ce point particulier, le seul conseil indiscutable question santé que l'on peut donner aujourd?hui, d'un point de vue diététique, est : mangez varié. Mais les Français le font déjà, qui mangent environ 30 aliments différents par semaine, quand les Américains en mangent environ 8. Quand on mange en écoutant ses appétits spécifiques, on mange en fait spontanément varié. En conclusion, notre corps nous adresse les bons messages. À nous de les suivre !
08/06/2011 (18:39) valou bonjour, et tout d'abord bravo pour votre site qui j'espère va enfin me faire sortir de l'enfer de l'hyperphagie ! alors ma 1ière question concerne les exercices de pleine conscience. pourquoi faut il etre assis pour les faire ? peut-on par exemple, faire une séance, le soir, allongée dans son lit ?
08/06/2011 (18:40) g apfeldorfer Merci pour vos compliments! L'enfer de l'hyperphagie, comme c'est bien dit. Lorsque manger devient un problème, une souffrance, comment aller bien ? Mais je vois que vous êtes vraiment décidée à progresser. Bravo ! La pleine conscience : c'est un exercice d'éveil. Voilà pourquoi il est recommandé de faire les exercices dans une position propice à l'éveil, et à un moment de la journée où on n'est pas trop fatigué. Si vous préférez faire les exercices allongé, faites-les à un moment où vous êtes bien réveillée, et en gardant les yeux ouverts, sans qu'il y ait de pénombre.
08/06/2011 (18:41) Dadoune Bonsoir, ne faut-il pas aussi privilégier les aliments les moins raffinés et industrialisés pour avoir le maximum de chances de retrouver son poids d'équilibre?
08/06/2011 (18:42) g apfeldorfer La réponse est non : l'évolution du poids dépend des calories mangées et des calories dépensées. La nature des calories n'intervient pas. On peut maigrir en mangeant « malsain », de la « malbouffe » comme on dit, et on peut grossir en mangeant sain et des aliments de qualité. Ceci dit, il est fondamental de manger des aliments dont nous pensons du bien, que nous aimons, car les aliments nous nourrissent physiquement et mentalement. Il est donc important que vous choisissiez les aliments qui correspondent à votre philosophie. La qualité alimentaire joue un rôle en ce qui concerne la santé. Nos appétits spécifiques nous orientent vers les aliments qui contiennent les nutriments dont notre corps manque. Ce mécanisme est particulièrement sophistiqué, fait appel à la mémorisation inconsciente des flaveurs des aliments, et au repérage par le cerveau des effets post-ingestifs des aliments. Ce mécanisme n'est pas parfait. Par exemple, ces derniers temps, on a pu constater qu?un déséquilibre dans les acides gras consommés, avec un manque d?acides gras oméga 3 par apport aux oméga 6, était préjudiciable à la santé physique et mentale. On recommande donc désormais de consommer davantage d'acides gras oméga 3 et l'industrie agroalimentaire en tient compte de plus en plus souvent. Hormis ce point particulier, le seul conseil indiscutable question santé que l'on peut donner aujourd'hui, d'un point de vue diététique, est : mangez varié. Mais les Français le font déjà, qui mangent environ 30 aliments différents par semaine, quand les Américains en mangent environ 8. Quand on mange en écoutant ses appétits spécifiques, on mange en fait spontanément varié. En conclusion, notre corps nous adresse les bons messages. À nous de les suivre !
08/06/2011 (18:43) LANSIVAL J'ai 25 kilos à perdre, combien de temps dois-je patienter pour retrouver mon poids de forme ? j'avoue que c'est la durée qui me fait peur, je vais devoir m'armer de patience. C'est mon premier jour de cette nouvelle méthode et j'en perçois déjà les bienfaits. Aujourd'hui j'ai mangé pour la première fois en paix. Merci
08/06/2011 (18:44) g apfeldorfer Bravo vous avez fait le premier pas, et vous avez déjà passé un cap important aujourd'hui en arrivant à manger sereinement pour la première fois. Vous verrez que les prochaines semaines du programme vont vous permettre de gagner encore en sérénité, qui est une condition pour asseoir une perte de poids durable. La rapidité de votre perte de poids dépend de multiples facteurs, dont votre génétique, aussi ne peut-on faire de pronostic précis en la matière, mais vous pouvez être assurée d'une décrue durable de votre poids si vous appliquez bien notre méthode.
08/06/2011 (18:46) Sandrine_Novembre Bonsoir Docteur, Déjà, merci pour le site de coaching qui ne cesse d'ouvrir de nouvelles portes sur ma curiosité. Je suis novice et au niveau du programme, j'en suis au deuxième jour de la rpc. J'ai bien assimilé (non sans joie) que je devais mettre de côté mes perpétuels régimes, mais, en attendant que démarre les conseils du parcours alimentaire, je suis un peu perdue face à la liberté de mon assiette. Que me conseillez-vous pour patienter jusqu'à la suite du programme sans tomber dans des excès alimentaires certainement dûs à l'impatience du débutant ? D'avance merci pour votre réponse.
08/06/2011 (18:48) g apfeldorfer Bienvenue sur LineCoaching ! Vous allez voir ce que vous allez voir ! Mais ne vous précipitez pas. Laisser tomber les régimes et les interdits ne signifie pas manger n'importe quoi n'importe comment. Mangez comme vous en avez l'habitude pour le moment. Il ne s'agit pas de passer de la restriction à l'anarchie, mais à l'écoute de son corps et de son mental. Ce sont les exercices que nous allons vous proposer qui vont transformer peu à peu votre comportement alimentaire.
08/06/2011 (18:50) Grazia j'ai fait un régime hyper protéiné très à la mode. j'ai très bien stabilisé pendant près de 1 an et demi et ensuite j'ai recommencé une ascencion de mon poids avec compulsions alimentaires. sur 11 kilos perdus, j'en ai repris la moitié et là j'ai décidé de vous suivre, connaissant déjà la m^éthode pouzr avoir lu les livres il y a quelques années. jespère que je ne vais pas reprendre la totalité avant de pouvoir les reperdre ! là je sui s stable depuis environ 2 mois. qu'en pensez vous ?
08/06/2011 (18:52) g apfeldorfer Grazia, c?est vraiment bien de votre part de changer maintenant de méthode. Avec nous, vous visez une réconciliation avec vos aliments, avec vous-même. La démarche est complètement différente ! Vous allez pouvoir reconstruire votre comportement alimentaire et arrêter la dérive des kilos.
08/06/2011 (18:58) yelen bonsoir, étant au régime depuis des années j'appréhende d'abandonner les produits allégés dont j'ai l'habitude. N'ayant plus mangé de produits standards, comment les réintroduire pour manger "normalement". Je crains de ne pas pouvoir reconnaitre la satiété que j'ai déjà du mal à reconnaitre ...
08/06/2011 (18:59) g apfeldorfer Un yaourt à 0% contient 2 fois moins de calories qu?un yaourt normal, mais est 4 fois moins bon ! Si bien qu'on a tendance à manger 4 yaourt à 0% là où on ne mangerait qu'un yaourt normal. En fait, on mange donc plus, en définitive, avec les allégés. Mais ceci dit, ne vous précipitez pas. vous allez peu à peu découvrir les vrais aliments et progressivement, ils viendront remplacer les ersatz.
08/06/2011 (19:02) eve bonsoir, reconnaitre la faim ne me pose pas de problème, je reconnais la sensation de faim ça peut m'arriver en fin de matinée ou en fin d'aprés_midi en revanche je cède toujours qd j'ai une envie de manger et aux " obligations" comme des rituels pdt la pause déjeuner ou à 20 h pour le dîner alors que je n'ai pas forcement faim mais ça semble normal de manger à ces moments çà me parait trés difficile de changer ça. la méthodepeut elle être tentée en respectant le traditionnel midi et soir
08/06/2011 (19:04) g apfeldorferBravo si vous reconnaissez votre faim ! Le fait de savoir identifier sa faim permet par déduction de reconnaître ses envies de manger émotionnelles ou EME. Il y a aussi les prises alimentaires machinales, ou encore dues à la convivialité. La méthode LineCoaching va vous permettre de manger attentivement en toutes circonstances et par exemple, de manger en « attention partagée », en mangeant convivialement, et aussi attentivement, en dégustant.
08/06/2011 (19:06) sandro13 Bonsoir Docteur et bravo pour votre courage. Affronter tous les confrères qui soutiennent des régimes, il faut le faire ! J'adhère complètement à votre méthode mais ai-je bien compris un point ? Si je me nourris exclusivement de "malbouffe" mais avec faim, je peux maigrir ?
08/06/2011 (19:07) g apfeldorfer Merci pour vos encouragements qui me réchauffent le coeur. C'est vrai que voilà 15 ans que nous disons que les régimes amaigrissants constituent un scandale sanitaire. Dorénavant, c'est d'ailleurs officiel: voir le rapport de l'ANSES de novembre 2010 (dont nous parlons sur le site). La malbouffe: eh oui, on peut malbouffer et être mince! Mais ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit: je prône la bonne-bouffe, celle qui a bon goût et qui nous contente. C'est tellement plus satisfaisant à tous points de vue!
08/06/2011 (19:10) csteph Bonsoir, J'ai vu un reportage il y a peu, qui disait que le cerveau ne comptabilisait pas les calories dites liquides. Mais est-ce que cela signifie que les boissons contenant des calories ne sont pas regulées, et que notre faim sera en quelque sorte trompée ?
08/06/2011 (19:12) g apfeldorfer Il y a eu en effet une étude démontrant que les "calories liquides" ne sont pas comptabilisées. Mais une autre étude est venu démentir cela un peu plus tard! La vérité est que lorsqu'on boit vite et sans déguster ce qu'on boit, il n'y a pas de rassasiement. On ne mange donc pas moins dans le repas. Ce qui n'est pas catastrophique car ces calories ingérées retentissent sur les repas suivants, où on mangera moins.
08/06/2011 (19:14) Anklem Bonsoir, j'ai une alimentation composée de beaucoup de boissons (lait, jus de fruits, sodas...mais pas d'alcool). Est-ce que cela peut avoir une mauvaise influence pour reconnaître mes sensations de satiété ?
08/06/2011 (19:16) g apfeldorfer même réponse: La vérité est que lorsqu'on boit vite et sans déguster ce qu'on boit, il n'y a pas de rassasiement. Le problème, c'est qu'avec les boissons, il est facile d'être goulu. On ne mange donc pas moins dans le repas. Ce qui n'est pas catastrophique car ces calories ingérées retentissent sur les repas suivants, où on mangera moins. Mon conseil: lorsque vous buvez, prenez votre temps et laissez votre boisson séjourner en bouche pour en profiter au maximum. De la sorte, vous percevrez le rassasiement.
08/06/2011 (19:20) valou bonsoir, ce sont justement les envies de manger emotionnelles qui sont difficiles à gérer je trouve. dés que je ne me sens pas bien, je me rabat sur la nourriture. comment arriver à se rabattre sur autre chose ? et sur quoi d'ailleurs ?
08/06/2011 (19:22) g apfeldorfer Ah, les EME! Bien évidemment, pour beaucoup de personnes, c'est LE problème. Vous aites appel à des compulsions alimentaires pour minorer des émotions et des pensées pénibles. L'apprentissage et la pratique des exercices de pleine conscience va vous permettre d'augmenter votre tolérance émotionnelle, et donc de ne pas répondre systématiquement à ces situations par des compulsions. Des exercices à base de peine conscience sont prévus ans le parcours dans ce but, après l'apprentissage de départ. Pour ceux qui n'aiment pas la pleine conscience, d'autres activités sont possibles, toujours avec la même idée: retrouver le calme et la sérénité.
08/06/2011 (19:25) Sandrine_Novembre "eh oui, on peut malbouffer et être mince!" C'est le genre de phrase qui fait tellement de bien à l'esprit qu'elle ne fait plus d'un hamburger un dieu nourrissant, mais un sandwich qui, si je suis honnête avec moi, me fera moins envie qu'un saumon à l'oseille. Est-ce que ça veut dire qu'on peut être attiré par une nourriture uniquement par esprit de contradiction ? Pourrait-il y avoir dans nos envies un côté rebellion ou est-ce uniquement la frustration physique qui nous pousse vers certains aliments ?
08/06/2011 (19:26) g apfeldorfer Je suis tout à fait d'accord avec vous. On peut aimer certains aliments juste parce que tout le monde vous dit qu'il ne faut pas les manger! Il peuyt y avoir un côté provoc dans certaines de nos préférences alimentaires. c'est tellement bon d'être une mauvais fille, un mauvais garçon. Cela montre d'ailleurs à quel point l'image que nous nous construisons de nos aliments influence le plaisir (ou le déplaisir) que nous avons à les manger.
08/06/2011 (19:28) G Apfeldorfer Bien, je crois avoir répondu à la majorité des questions. Merci pour votre enthousiasme et à bientôt.
X