Chat du 9 janvier 2013 avec Gérard Apfeldorfer

09/01/2013 (18:29) G.Apfeldorfer Bonsoir à toutes et tous! Je vous souhaite une année 2013 riche en expériences et riche de sens. Je vous souhaite aussi de devenir capable de supporter les mauvais moments, inévitables dans toute vie (surtout une vie riche) sans manger pour les éviter! Je vous souhaite une alimentation régulée, et un poids qui baisse jusqu'à votre poids d'équilibre!
09/01/2013 (18:31) Alia Bonjour, tout d'abord merci pour votre approche que je trouve vraiment géniale !! ma question concerne le petit déjeuner, au reveil je n'ai pas vraiment faim, mais j'ai de la place pour une petite quantité d'aliments, si je ne mange rien j 'ai un creu vers 10h alors que je suis au travail. Devrais je attendre ou continuer à manger peu au reveil? merci. Bonjour alia, et merci pour vos compliments. Notre approche consiste à vous conduire à devenir une mangeuse normale. Être normal, c'est à la mode, n'est-ce pas ? Normal, en l'occurrence, veut dire mangeuse régulée. Pour que notre poids soit régulé, nos apports alimentaires doivent être contrôlés par nos mécanismes intimes cérébraux, qui nous adressent des messages. La faim, la satiété, les appétences sont ces messages, dont nous devons tenir compte le plus souvent possible. Lorsque vous mangez sans faim, vous ne pouvez pas non plus repérer la satiété : vous y êtes déjà ! Il n'y a pas non plus de plaisir gustatif. Aussi nous demandons de ne manger que quand la faim est là. Si le matin, elle n'est pas là, si donc votre corps ne réclame rien, pourquoi manger ? Tout ce que vous mangez est alors en trop ! Si vous avez faim vers 10 heures, faites un encas à cette heure là, en emportant quelque chose de facile à manger sur votre lieu de travail. Ceci dit, après un certain temps, les horaires de prises alimentaires se recalent sur les horaires sociaux, grâce à ce qu'on appelle les appétits prévisionnels, un peu comme les nourrissons qui se « règlent ». Patience !
09/01/2013 (18:33) rabbit Bonjour Dr ! Une bonne année 2013 à vous. Je n'en suis qu'au début de la méthode mais je m'en inspire déjà depuis quelques temps. Cependant, je voudrais que mon entourage en bénéficie également. Cependant, les régimes sont tellement ancrés dans la mentalité des gens comme seule méthode de perdre du poids, que votre méthode est regardée un peu "de travers". Mon épouse ressent un mal-être à cause de son poids depuis sa deuxième grossesse. Je voudrais l'aider, non pas parce que son poids me dérange mais parce que je la sens beaucoup moins épanouie et que je sais que son poids la dérange profondément. J'imagine que la démarche doit venir d'elle mais j'aurais aimé pouvoir la mettre sur la voie afin qu'elle réalise que cette méthode pourrait beaucoup l'aider. Un grand merci pour votre travail. Bonsoir rabbit. La vertu de l'exemple, il n'y a que ça. Montrez à votre épouse que ce que vous faites fonctionne. Cela devrait lui donner le d"sir de faire de même.
09/01/2013 (18:34) liegama Merci pour tous ces souhaits, je vous souhaite à vous de continuer à nous soutenir grâce à ce superbe travail qu'est ce site Merci!
09/01/2013 (18:38) patrouchka bonjour M apfeldorfer,je me présente patrouchka ,j'ai commencé le programme hier,je dois avouer avec du septiscisme car j'ai arrêté de fumer en 1993,j'ai pris 22kgs en deux ans,(le temps qu'il m'a fallu pour arriver à arrêter)ensuite j'ai eu un problème de tyroide sur la lancée,là on me l'a enlevée,depuis je suis à vie sous lévotyrox,et mes kilos pris ne sont jamais partis,car il faut savoir qu'avant ça,je faisais 50kg avant d'arrêter de fumer,malgrés deux grossesses,et dans ma vie je n'avais jamais eu de problèmes de poids,donc j'attribue tout cela à l'arrêt du tabac et du coup à un changement de métabolisme de mon corps,ce qui est sur ,c'est que depuis j'ai tendance à grossir facilement;voila donc ce que je tenais à vous faire savoir,puisque dans le bilan que vous faites,vous ne demandez aucuns renseignements sur notre prise de poids,merci donc si j'ai une réponse personnelle de préférence cordialement bonsoir patrouchka, Vous avez donc grossi en raison d'une part de problèmes thyroïdiens, et aussi parce qu'auparavant, vous utilisiez le tabac comme coupe-faim et que vous avez cessé. Notre programme devrait vous permettre de revenir à vos sensations alimentaires, à les reconnaître et à les respecter. Vous allez travailler à lever tous les obstacles qui pourraient vous en empêcher : manger distraitement, ne pas se donner le temps, culpabiliser de manger certains aliments, manger sous l'effet de vos émotions. Cela devrait vous permettre de revenir à votre poids d'équilibre, qui sera certainement au-dessus du poids que vous faisiez auparavant, avant d'avoir tous ces problèmes. En effet, l'hypothyroïdie n'est que rarement totalement compensée par le traitement d'hormones thyroïdiennes prescrit. Et fumer conduit à avoir un poids situé en-dessous de son poids d'équilibre. Mais je n'en doute pas, votre poids d'équilibre est très certaiement bien en-dessous de votre poids actuel ! C'est le cas de la grande majorité des personnes en surpoids. Vous êtes très certainement une petite mangeuse, avec de petits besoins, et vous allez découvrir là vos besoins réels et manger en conséquence.
09/01/2013 (18:38) Sylvie75 Bonjour Docteur, après 3 mois de cette méthode, je parviens enfin à faire une séance de RPC à chaque EME (quasi chaque soir) et mon envie de manger devient alors très résistible. Bravo Sylvie, je suis très heureux de ce progrès!
09/01/2013 (18:42) liliprune Bonjour et bonne année à vous, j'aimerai avoir un éclairage (ou début d'éclairage) sur un point. En effet, le programme est très intéressant et je suis ravie de la façon dont il est conçu. Pour autant, j'ai peur d'une chose, c'est de ne pas être capable de rendre automatique, voire inconscient, toutes ces pratiques et donc, de vivre dans la peur de la rechute. sommes nous donc des mangeurs compulsifs abstinents? au même titre que d'autres addictions. Et donc devrons-nous toujours être plus attentifs que les autres aux signes? Si c'est le cas comment faire le deuil de mon idéal, c'est à dire, manger et vivre simplement sans me poser de question? Merci de votre réponse. liliprune Bonne question, liliprune ! Oui, conserver son attention sur vos sensations alimentaires, cela, vous devrez le faire toute votre vie. Mais c'est la façon normale de manger ! Ceci dit, la plupart des personnes le font sans effort, d'autant plus que ce sur quoi on porte son attention, c'est sur le plaisir à manger, et le moment où ce plaisir disparaît. la fin du plaisir, la fin de la faim, la fin du repas, donc. Il vous faudra aussi très certainement, et peut-être plus que quelqu'un d'autre, veiller à manger au calme, émotionnellement apaisée. Mais cela aussi est une conduite normale ! En somme, quand tout va de nouveau bien, on mange sans se poser de question, mais toujours avec attention. Manger est une chose sérieuse, à ne pas prendre par dessus la jambe ! Et dernier point: il n'y a pas d'addiction aux aliments. Par contre, il y a une addiction comportementale aux conduites d'évitement émotionnel et les boulimies et autres excès en font partie. On est donc addict en raison de son hypersensibilité émotionnelle, dans ce cas de figure.
09/01/2013 (18:45) frison Bonjour Docteur, bonne année à vous également ! J'ai démarré le programme fin novemebre c'est-à-dire il y a très peu de temps. Pour l'instant je n'arrive pas encore a stabilisé mon poids mais j'ai bon espoir. Par contre je désire avoir un second enfant et cela pourrait arriver rapidement, faut-il que je stoppe la méthode ou au contraire cela pourra-t-il m'aider à ne pas trop prendre de poids? En bref, est-ce compatible? Merci. Bonsoir frison. Pourquoi arrêter LC sous prétexte que vous seriez enceinte? Bien au contraire, c'est une période de la vie où il est d'autant plus important d'écouter ses besoins et d'y répondre dans la justesse. cela devrait vous aider à ne pas prendre plus de poids que la grossesse ne le veut.
09/01/2013 (18:45) lagermaine43 fêtes de fin d'année difficiles pour la balance !! mais j'ai toujours le même comportement ,impossible de réguler mes envies alimentaires alors que mon estomac crie STOP Bonsoir la germaine43, Vous êtes en début de programme. Accrochez-vous ! Travaillez à faire les exercices du mieux que vous pouvez. Vous avancerez pas à pas, vous progresserez. Chaque pas en avant est important. L'avancée est rarement en ligne droite. Mais n'est-ce pas ainsi pour toutes les choses importantes de la vie ?
09/01/2013 (18:46) Clara12 Pour le moment je n'apprécie plus trop les légumes et j'en mange beaucoup moins, est-ce que je peux vraiment m'en passer ou dois je tout de même continuer à en manger? Après une débauche de légumes ingurgités dans une optique amaigrissante, on en devient souvent dégoûté. Attendez que votre appétit de légumes se réveille (ce qui peut prendre du temps) et mangez les aliments dont vous avez envie. Il y a souvent une sorte de rattrapage où on mangera plus souvent des produits gras-sucrés, mais si on écoute ses sensations alimentaires, pas forcément beaucoup à chaque fois. Puis, on en revient à des goûts plus simples, des légumes, des fruits, que l'on mange alors, non pas par devoir, mais par choix. Les légumes, rappelons-le, sont surtout bons quand ils sont cuisinés, pas servis à l'eau ! En tout cas, c'est comme ça que je les trouve savoureux.
09/01/2013 (18:47) LEOLOU je suis un peu perdue car l'endocrino qui me suivait d'aprés vos méthodes à du partir en province, je comtpte sur votre aide pour poursuivre mes éfforts; LEOLOU Bonsoir leolou. Nous sommes là pour vous aider. Vous pouvez y compter !
09/01/2013 (18:49) cath40 Bonjour Docteur, hier soir j'ai regardé un reportage sur Coca cola où un médecin affirmait qu'il pouvait y avoir une addiction au sucre. Cela m'a frappée puisque vous dîtes le contraire. Il n'existe pas d'addiction au sucre, contrairement à ce que peuvent en dire certains. Il s'agit en fait d'une pseudo-addiction, due à la restriction cognitive, en somme au fait qu'on s'interdit ces aliments qui deviennent alors hautement désirables.
09/01/2013 (18:51) Sylvie75 Autre chose docteur, n'ayant moi-même plus de thyroide (suite à un cancer il y a 12 ans), je n'ai pas bien compris votre phrase sur le sujet. Qu'ai-je dit? "En effet, l?hypothyroïdie n?est que rarement totalement compensée par le traitement d?hormones thyroïdiennes prescrit. " Je veux dire que de peur d'un surdosage, les médecins sont obligés de donner le minimum d'hormones thyroïdiennes, ce qui conduit à une très légère hypothyroïdie résiduelle.
09/01/2013 (18:52) schubert bonjour, comment faire quand on déjeune ou dîne en famille, je n'ai pas faim alors que mon mari et mes filles crient famine ? dois je quand même partager le repas avec eux sans avoir faim ou doivent ils manger sans moi ?. bonsoir schubert. Merci pour votre question, qui pose ce problème : comment composer avec plusieurs besoins qui tirent à hue et à dia ? Le besoin de votre corps : il est nul au moment du repas et votre corps vous indique que manger n'est pas nécessaire. Le besoin social : vous désirez partager ce moment avec votre famille. Pour le moment, je vous propose de donner la priorité aux besoins de votre corps. Soit vous ne mangez pas en famille, en expliquant pourquoi, soit si vous vous en sentez capable, vous vous asseyez à table et prenez un repas symbolique, comme par exemple quelques feuilles de salade. D'ici quelques temps, lorsque vous aurez fait la paix avec vos aliments, lorsque vous ne culpabiliserez plus, lorsque vous aurez retrouvé vos sensations alimentaires, vouis recouvrerez aussi ce qu'on appelle les appétits prévisionnels, qui nous permettent de nous organiser alimentairement pour faire venir la faim au moment désiré. Tout se normalisera ! Mais dans cette période de transition et d'apprentissage, pensez d'abord à vous, à votre corps, aux messages qu'il vous adresse.
09/01/2013 (18:53) zazi95 bonjour je voulais savoir pourquoi quand je n écoute pas ma faim je peux manger autant que je veux je met longtemps avant d'avoir mal au ventre, mais depuis que je suis votre méthode et que j'attend d'avoir faim au bout de quelques cuillères j ai mal au ventre et je me sent ballonnéé merci Bonsoir zazi95. Grâce au programme, vous êtes désormais bien plus à l'écoute de vos sensations alimentaires et celles-ci sont bien plus nettes. Vous ressentez donc une gêne à trop manger, là où auparavant il n'y avait qu'indifférence.
09/01/2013 (18:59) Emman J'ajoute un nouveau remerciement pour votre patience véritablement infinie ! Pas de souci!
09/01/2013 (19:00) Fan74 Bonjour, je suis inscrite depuis le jour de Noël.. Après une compulsion alimentaire importante, j ai trouvé ce programme ou les échanges et les explications me parlent... Par contre je suis un peu perdue à ce stade, je remplie le carnet pour observer mon comportement alimentaire. Je m appelons que je n arrive pas a ressentir ni la faim, ni la satiété. Je participerai au tchat et vous remercie pour votre aide. Fanny Bonsoir fan74, il est bien normal que vous soyez perdue. Tout cela est nouveau, pour ne pas dire révolutionnaire, si on le compare aux approches restrictives. Come je le disais à une autre personne, la faim, la satiété, les appétences sont des messages adressés par nos centres nerveux chargés de la régulation du poids, dont nous devons tenir compte le plus souvent possible. Lorsqu'on pratique des méthodes restrictives, on est conduit à se détourner de ces messages. On cesse de les percevoir. Les compulsions nous donnent l'habitude de manger pour se remplir l'estomac, vite, sans prêter attention au goût des aliments. Nous sommes tellement pressés d'obtenir un soulagement de la faim ou un soulagement d'émotions pénibles ! Le programme LineCoaching va vous conduire, peu à peu, à redécouvrir ces messages, et à devenir capable de les respecter. Patience et accrochez-vous !
09/01/2013 (19:00) Lili10 Bonsoir docteur et bonne annee je suis un peu perdue car j ai arrete de me restreindre puisque manger si on a faim ne fait pas grossir j ai du mal a identifier ma fait et me sent incapable de reprendre mon regime Au secours !! J ai regrossi Manger quand on a faim ne fait pas grossir? Oui si on s'arrête lorsqu'on n'a plus faim! Ou si on attend que la faim revienne avant de remanger. Attention donc, à ne pas griller les étapes. Faites le programme consciencieusement, les exercices proposés, sans chercher à aller plus vite que la musique. Nous recommandons de ne pas chercher à bouleverser d'emblée son comportement alimentaire en début de programme car effectivement, il y a ce risque, de lâcher le contrôle sans encore avoir la possibilité de lui substituer une autre méthode de contrôle du comportement alimentaire par le biais des sensations. Don, en pratique, faites chaque exercice avec application, sans chercher à tricher! Votre comportement alimentaire de remodèlera peu à peu.
09/01/2013 (19:04) JoD7 En parcourant le forum, on rencontre des cas assez fréquents d'échecs, en tous cas au niveau de l'amincissement. Vous avez beaucoup critiqué, probablement à juste titre, la plupart des régimes tyranniques. Mais votre méthode ne peut pas être parfaite, car rien ne l'est et les témoignages d'échec en sont l'illustration. Quelle autocritique feriez-vous de votre méthode ? Oui, bien entendu, notre méthode est imparfaite. Mais existe-t-il dans ce monde quelque chose de parfait, je vous le demande ? Nous nous efforçons de faire de notre mieux pour aider le maximum de monde, mais nous n'y parvenons pas toujours. Une de nos difficultés: le démarrage du programme semble difficile à certains. Ca démarre un peu trop lentement, et certains du coup, cherchent à accélérer le mouvement par eux-mêmes, parfois en grillant les étapes. Nous travaillons à améliorer ce programme pour le rendre plus facile et plus motivant. Pourquoi certains ne perdent-ils pas de poids ? Il ne peut que certains ne puissent objectivement pas maigrir car ils sont déjà à leur poids d'équilibre, le poids pour lequel leur corps est réglé. Certains aussi ont des problèmes psychologiques importants, qui dépassent le cadre de notre programme et nécessitent une prise en charge directe, grâce à un thérapeute formé pour cela. Les coaches sont là pour aborder ce genre de difficulté, pour faire le point. Pourquoi certains sont-ils déçus ? Certains peuvent avoir des attentes irréalistes : maigrir magiquement, tout de suite, sans le moindre effort, sans effectuer sur eux-mêmes le travail nécessaire. On a tellement dit, ici et là, qu'il existait des méthodes le permettant! Une cause fréquente d'échec, me semble-t-il, est cette impatience, ce désir d'immédiateté. Pour mettre toutes les chances de son côté, le mieux est, me semble-t-il, de se dire qu'on part sur un long chemin, un voyage semé de péripéties auxquelles il faudra faire face les unes après les autres. On avancera alors pas à pas, en suivant les directives du programme, en faisant tout le programme du mieux qu'on peut, et pas plus que ce programme. J'espère avoir répondu à votre question.
09/01/2013 (19:07) gio2012-id6 Bonsoir j'adhère au programme depuis le 15 novembre je n'ai pas perdu de poids est ce normal Bonsoir gio au nom compliqué. Il se peut que ce soit normal, ou bien non. Tout dépend des difficultés rencontrées. Certains ont des problèmes simples, et en travaillant un peu dessus, ils perdent du poids assez vite. D'autres ont des problèmes nombreux et plus difficiles. C'est un peu pour eux comme s'ils devaient ouvrir une porte qui serait fermée par plusieurs serrures: il faut déverrouiller toutes les serrures pour que la porte s'ouvre.
09/01/2013 (19:13) Sylvie75 Là où je ne suis pas dans la ligne, c'est que je me pèse tous les jours. Mon objectif est de perdre 500g par semaine. Et cela me rassure de poser des jalons. En sachant que la balance ne me provoque pas d'eme, je peux continuer ainsi ? Si vous peser ne fait pas démarrer pour vous ce que nous appelons le "stresseur-poids" (j'angoisse et je culpabilise de mon poids et cela me fait manger) alors vous pouvez vous peser souvent. Mais est-ce bien vrai, que cela ne vous stresse pas, de vous exciter ainsi sur votre poids? Et se dire qu'on veut perdre tant par semaine, c'est un peu comme vouloir faire une moyenne en conduisant sur l'autoroute: c'est dangereux! Vous feriez bien mieux de vous intéresser à ce qui se passe dans votre bouche quand vous mangez, de vous intéresser à votre faim et votre satiété. De vous intéresser aux obstacles à une alimentation centrée sur l'écoute les problèmes d'organisation, les problèmes émotionnels). Ce serait plus constructif, il me semble.
09/01/2013 (19:17) gio2012-id6 Merci docteur ; il m'arrive encore c vrai de manger par obligations sociales par exemple le mercredi où je fais de nombreuses conduites de sports pour mes filles et coup ayant peu de temps et parfois peur d'attendre d'avoir faim; je mange pour être tranquille lliberéee pour entamer les conduites de l'après mid. J'ai expériménté la grande faim et me suis sentie un peu mal et du coup j'ai peur de trop attendre pour retrouver ces sensations de malaiser car il est parfois encore compliquée de distinguer la bonne faim mais j'essaie tant que possible de faire attention à tout cela. c vrai que j'ai eu une baisse de morale en voyant la balance stagner mais je me dis qu'il faut que j'aille jjusqu'au bout et suis actuellement dans la phase de dégustation. j'espère réussir!!! à perdre du poids durablement car j'ai une très mauvais image de moi Lorsqu'on sait qu'on ne pourra pas manger comme on l'entend lorsque la faim viendra, on peut faire un repas fonctionnel: on mangera alors n'importe quoi, mais cet encas doit être petit, plus petit qu'un repas normal, de telle sorte que la faim revienne assez vite et qu'on puisse alors manger dans de meilleures conditions, en écoutant sa faim et sa satiété. Bon courage, gio, et ne vous découragez pas! Et travaillez sur les aspects émotionnels avec les outils de pleine conscience.
09/01/2013 (19:17) YoyolaFourmie Bonjour, je travail avec des jeunes enfants handicapés mentaux et j'avoue avoir du mal à gerer le stress, l'énervement, .... Alors les repas pris au travail sont pris ds le bruit, en se levant souvent, en criant, en s'enervant. Je mange souvent trop. Avez-vous des astuces pour gerer ses moments très très compliqué pour moi. Merci beaucoup Yoyo Bonsoir YoyolaFourmie, Oui, il est très difficile de se mettre à l'écoute de ses sensations alimentaires dans une ambiance défavorable et pendant son temps de travail, avec des enfants turbulents et perturbés ! Plusieurs solutions : - ne pas manger avec les enfants et considérer que c'est votre temps de travail, pas votre temps d'alimentation. Vous mangerez avant ou après, un repas apporté par vous ; - manger une quantité standard, prédéterminée et plus petite qu'un repas normal, sans vous soucier de vos sensations alimentaires. Vous serez alors conduite à manger un encas sympathique dans l'après-midi, si possible durant une pause, que vous consommerez en y prêtant toute l'attention qu'il nécessite et en respectant vos sensations alimentaires. - Devenir une pro de la pleine conscience et devenir à même de tolérer bruits, cris, demandes des enfants, accueillir les émotions qui en résultent pour vous, sans que cela entame votre capacité à être à l'écoute de vos sensations alimentaires.
09/01/2013 (19:18) liegama Je n'arrête pas d'anticiper ma faim. Durant les exos sur l'attente de la bonne faim, j'ai à peu près réussi à attendre mais la majorité du temps je suis happée par la peur d'avoir faim qui me fait manger en ayant une trop petite faim. Comment faire pour avoir moins peur? La peur d'avoir faim: plusieurs exercices du programme sont là pour vous aider à dépasser cette peur. A commencer par l'exercice consistant à attendre (plus ou moins longtemps) d'avoir faim avant de manger. On constate que la faim est un état désagréable quand elle est intense) ou agréable (quand elle est moyenne et qu'on sait qu'on va manger sous peu). En rien redoutable. La peur est souvent qu'elle conduise à perdre son contrôle. mais dans l'exercice de la faim, comme on attend après avoir mangé que la faim revienne à nouveau, manger trop n'est plus un véritable problème. En somme, liegama, patience et faites les exercices avec application!
09/01/2013 (19:18) ibode Bonjour, étant au Québec ..... et tenant compte du décalage. je ne pourrai jamais intervenir sur le salon de discussion. Je pose donc ma question en avance : comment reconnaître un sentiment que l'on n'a jamais expérimenté, comment déterminer le seuil de satiété, comment l'évaluer, comment le définir avec des mots simples faisant appel à nos sens ??? Bonjour ibode et bienvenue dans le programme. Vous êtes débutante et il est bien normal que vous ne sachiez pas encore reconnaître vos sensations alimentaires, surtout si vous avez pratiqué longuement des privations qui vous en ont détourné. Le programme va vous proposer différents exercices, sur la faim, la satiété, le rassasiement, pour vous y rendre sensible. La satiété consiste en une disparition de la faim. C'est donc une absence de sensation. Le rassasiement gustatif consiste en une extinction du plaisir gustatif procuré par l'aliment. Il faut pour cela que l'aliment en question soit suffisamment nourrissant (cela fonctionne bien mieux avec le chocolat qu'avec les légumes à l'eau !), plaisant au goût, désiré, et qu'on mange attentivement. Vous allez apprendre tout cela. Cela se vit plus que cela ne s'explique !
09/01/2013 (19:19) jacotte Bonsoir , je suis le programe depuis 3 mois et ne constate aucun changement ,je vais arreter au terme de mon abonnement ,et consulter un medecin comme vous specialise dans les problemes d'obesite dans ma region ,vous est-il possible de me dire si il y en a sur chartres .je vous remerci et reviendrai sur les cite dans quelque temps s Certaines personnes ont besoin d'un contact direct pour avancer. Je vous propose de vous adresser à un thérapeute recommandé par le Groupe de Réflexion sur l'Obésité et le Surpoids (www.gros.org). ce sont des thérapeutes qui travaillent dans le même esprit que nous.
09/01/2013 (19:21) agape Bsr Mr Apfeldorfer, vous rendez-vous compte que c'est difficile d'être bienveillant envers soi même Oui, agape, c'est difficile. Et en même temps, ce n'est pas difficile. Je vous propose cet exercice: chaque matin, en sortant de chez vous, prenez le temps de vous faire un cadeau, observer le ciel une minute ou deux, sans rien faire d'autre que ce petit plaisir. Juste là, comme ça, pour vous et rien que pour vous, ce moment de vie.
09/01/2013 (19:24) gio2012-id6 merci docteur pour vos encouragements car c 'est important d'être encouragée car ce n'est pas toujours évident de se retrouver seule devant un écran . Dernière question est ce que l'age 45 ans peut etre un frein pour la perte de poids (hormonal vers la préménopause) merci encore pour vos réponses cdt L'âge venant, les besoins énergétiques diminuent dans des proportions parfois importantes. Il est alors d'autant plus important de respecter sa faim et sa satiété. Et dans ces conditions, il n'y a pas de raison que l(on prenne du poids ou qu'on ne perde pas le poids en trop. Concernant la ménopause, elle modifie la silhouette, mais il n'y pas de aison qu'elle modifie le poids de plus que quelques kilos.
09/01/2013 (19:25) Emman Bonsoir Dr, je ne serai pas disponible à 18h30. J'avais évoqué hier en groupe une question un peu hors sujet. Je reviens donc ici. Concernant la présentation par son réalisateur du documentaire de France 3 sur la chirurgie de l'obésité. Que je n'ai pas encore regardé d'ailleurs. Il évoquait la difficulté, et même l'impossibilité pour la plupart de s'en sortir autrement. Cela me fait réfléchir. J'avoue. Devant mes difficultés à m'écouter, durablement. Devant ce surpoids qui lui est durable. Qui n'a jamais été si important que depuis que j'ai arrêté les régimes. Ce que je comprends parce qu'au fond, je devais par une diète régulière faire baisser un peu la tension sur la balance. J'ai une vraie confiance en votre "méthode", et en même temps je ne peux pas nier les difficultés que je rencontre depuis tant d'années. Merci d'avance de votre réponse. Bonsoir emman, La chirurgie de l'obésité est très à la mode, ces temps-ci. Ce qui l'a tant mise à la mode, c'est l'échec manifeste des solutions de régime. Mais, bien sûr, telle n'est pas notre approche? La chirurgie s'adresse aux personnes ayant une obésité morbide et ayant essayé les méthodes disponibles sans succès. Si donc, vous avez une obésité massive, et si avec LineCoaching, pas plus qu'avec d'autres méthodes, vous ne parvenez pas à un poids permettant une régression des troubles de santé, la chirurgie peut s'envisager. Ceci dit, des troubles du comportement alimentaire, certains problèmes psychologiques peuvent aussi se révéler une contre-indication à la chirurgie bariatrique. C'est pourquoi on considère que cette chirurgie nécessite une préparation psychologique et du point de vue du comportement alimentaire. Elle nécessite aussi un suivi et LineCoaching peut faire à la fois partie de l'avant et de l'après chirurgie. En fait, cette chirurgie n'est en rien la panacée, ne résout pas tous les problèmes, et n'est pas sans risque et sans conséquences importantes. Donc mon conseil : utilisez les outils de LineCoaching avec assiduité, et dans tous les cas, vous ne perdrez pas votre temps. Si au bout du compte il s'avère que cela ne suffise pas, consultez un médecin, par exemple du Groupe de Réflexion sur l'Obésité et le Surpoids (gros.org), pour faire le point avec lui et envisager éventuellement la chirurgie, avec un travail psychologique et comportemental avant et après.
09/01/2013 (19:25) aceccar Bonjour, cela fait deux mois que je suis le programme, et je n'ai perdu que 1 petit kg. Je mange peu mais fréquemment (6 fois par jour), mais il apparaît qu'en renseignant les carnets je respecte bien la satiété. mon problème: le soir, je dîne à 18h30 (l'heure de ma "bonne faim"), et quand vient l'heure de me coucher, j'ai de nouveau une sensation qui, me semble-t-il est une sensation de faim. Je remange, parfois à satiété, parfois au-delà de ma faim, par EME. Si je saute cette collation, je me réveille en pleine nuit et je me précipite sur les aliments. Qu'en pensez-vous? Bonsoir aceccar, Vous avez perdu un peu de poids dans le début du programme et c'est très bien. C'est une bonne chose de maigrir en prenant son temps, en laissant les choses se faire d'elles-mêmes sans forcer, c'est-à-dire sans se priver, en respectant faim et satiété. Reste pour vous, semble-t-il, le problème des envies de manger émotionnelles, et je vous conseille de travailler là dessus avec les outils proposés, en particulier la pleine conscience. En ce qui concerne les envies de manger nocturnes, puisqu'il semble que ce ne soit pas de la faim, il s'agit peut-être d'un reste de restriction. La nuit, la volonté et le contrôle se relâchent, et on peut être conduit à manger, parfois sans conscience. Manger durant la journée sans culpabilité les aliments désirés, dans le respect des sensations alimentaires, est la solution qui permet de ne pas ressentir ce besoin de manger nocturne.
09/01/2013 (19:26) Teresa Bonsoir Docteur, une bonne année pour vous aussi. - Ma question : est-ce que poids d'équilibre peut aussi descendre ? Le poids d'équilibre peut se déplacer dans les deux sens, en fonction d'événements de vie. Mais il a plus tendance à monter qu'à descendre!
09/01/2013 (19:27) agape J'apprécie énormement votre méthode, c'est du vittoz C'est pas du vittoz, bien qu'il y ait des points communs. Merci de vos compliments!
09/01/2013 (19:29) G.Apfeldorfer J'ai répondu à presque toutes les questions. Mais pas toutes! Désolé pour celles et ceux pour qui ne n'y suis pas parvenu dans le temps imparti. A charge de revanche! Bonne soirée à toutes et tous et bon appétit!
X