Chat du mercredi 8 août avec JP Zermati

08/08/2012 (18:32) JPZ Bonjour à tous ce chat estival...
08/08/2012 (18:33) Sitâ Bonsoir Dr Zermati. Plus j'avance dans le programme, plus j'ai l'impression que mon cas est un peu "particulier". En effet, je n'ai pas un historique de régimes à répétition. Cela signifie donc que je n'ai pas d'aliment "tabou", aucune difficulté à consommer des aliments caloriques, peu ou pas de sensation de culpabilité quand je le fais (un peu quand c'est du grignotage). Je n'ai pas l'impression de souffrir de restriction cognitive, mon problème se situerait plutôt à l?autre bout du spectre : aimer manger, attribuer à la nourriture un pouvoir de récompense/réconfort/occupation en cas d?ennui? Bref, les EME. Auriez-vous des conseils à me donner sur la meilleure façon d?aborder le programme ? Sur les choses sur lesquelles je devrais me concentrer, celles que je pourrais peut-être laisser de côté ou accélérer ? Merci d?avance pour votre réponse, et bon chat à tous ! Bonjour Sitâ, Nous avons conçu notre programme autour de deux axes, la restriction et les EME. Certaines personnes peuvent être beaucoup dans le restriction ou pas du tout. De même pour les EME. Vous trouverez donc dans le programme de quoi vous aider à progresser. Certains expériences sur les sensations alimentaires vous seront très utiles, notamment celles sur la dégustation et le rassasiement gustatif. Il n'y a pas de réconfort alimentaire sans dégustation. Et le réconfort alimentaire provient généralement des aliments riches qui sont les seuls à déclencher un rassasiement gustatif. Pour travailler spécifiquement les EME, je vous suggère de concentrer vos efforts sur tous les exercices de PC en portant une attention particulière sur les sensations d'inconfort physique. Je vous conseille particulièrement de travailler l'outil EME-zen qui est conçu pour traiter l'impulsivité alimentaire qui est le n?ud des EME. Tenez-moi au courant. A très bientôt. JP
08/08/2012 (18:37) Marie-G. Rebonjour... je reviens car j'ai encore une question. Vous me mettiez à l'instant en garde vis-à-vis de hauts et bas. Alors justement, jusqu'à présent j'avançais un pas en avant puis un en arrière. Je résistais à une EME superficielle. Mais quelque chose en moi me disait que je ne décidais de rien. Et effectivement, je craquais dès que l'EME était une peu plus sérieuse. Et je redoutais l'instant où il faudrait faire face. J'étais vaincue d'avance. Aujourd'hui, j'ai affronté une tempête alimentaire en moi. C'est la première fois de ma vie ! Et depuis que je vous en parle je n'ai qu'une envie : manger pour fêter ça ! Pourquoi la joie me donne-t-elle envie de manger ? C'est aussi dangereux que les autres émotions pour moi, je trouve ça curieux. Rebonjour Marie-G, Vous savez, on boit et on mange pour fêter les événements importants et célébrer notre joie. Il n'y a pas de mal à ça. Rien ne vous empêche d'attendre d'avoir faim pour fêter ça. Je serai même très heureux si vous buviez à ma santé !
08/08/2012 (18:40) xanaka Bonsoir, je suis toute nouvelle et novice. Ce qui m'effraie un peu c'est de devoir gérer mon repas du midi avec un créneau horaire bien défini. Comment concilier créneau horaire et repas ? Merci pour votre réponse et bon chat. Bonjour xanaka, Faire venir sa faim à une heure précise n'est pas évident quand les sensations alimentaires ont été déréglées par tous les régimes. Mais pas d'inquiétude, ça va venir. En attendant vous n'avez que deux solutions : soit vous organisez la possibilité de faire une collation dans l'après-midi, soit vous vous arrangez pour avoir faim à l'heure du déjeuner en jouant sur votre petit déjeuner. Dans tous les cas, vous pouvez aussi moduler les quantités au cours du déjeuner. Bon courage. JP
08/08/2012 (18:41) lula00 Bonjour, je viens de commencer LC suite à ma décision d'arrêter weight watchers que j'ai suivi pendant 3 ans, qui a bien marché la première année car j'ai perdu 20 kilos sur les 27 kilos que j'avais pris pendant ma grossesse. Et puis pendan t deux suite à un arrêt de tabac, peut-être aussi parce que j'en pouvais plus de compter mes points, de faire des efforts, de me penser comme une malade tous les jours, je n'ai plus maigri pendant deux ans. Je me suis inscrite sur LC en me disant que j'en avais assez de me contraindre, qu'il fallait que je me respecte. Si je maigrissais et bien tant mieux, sinon, il faudra faire avec. Là, depuis le début du programme, je sens que je suis tiraillée enntre manger ce que j'ai envie, ce qu'il faut du point de vue normatif nutritionnel, ce qui me conduit à faire de nombreux repas dans la journée.Je n'ai pas idée si cela est trop ou pas, je pense que je mange plus avec ma tête que mon corps. Pensez-vous que cela va se réguler rapidement, sachant que je mange peu par compulsion et si c'est le cas, c'est en petits quantités? Bonjour lula, Bienvenu parmi nous. Vous en êtes au tout début du programme. Et après plusieurs années de contrôle et de comptage, vous pouvez être tentée de vouloir aller trop vite vers une plus grande liberté. Mais attention, pour ne pas reprendre de poids et peut-être même continuer à en perdre, il ne faut pas brûler les étapes. Pour le moment, l'important est de savoir reconnaitre votre faim et d'apprendre à la respecter, sans tenir compte des horaires de repas. Ce n'est qu'à cette condition que vous pouvez manger sans danger les aliments qui vous font envie. Je comprends bien votre tiraillement entre les sensations du corps et les injonctions de de la tête. Il faut un peu de temps pour se reconnecter à son corps et "se couper la tête". Mais une fois que vous aurez retrouvé votre faim, les autres sensations se mettront en place et manger deviendra bien plus facile et bien plus reposant. Dans un premier temps, votre faim peut vous conduire à beaucoup fractionner votre alimentation. C'est sans incidence sur votre poids. Progressivement, le nombre de prises alimentaires va se réduire. Laissez vos sensations prendre le contrôle et faire le travail à votre place. Bon courage. JP
08/08/2012 (18:42) lagermaine43 si je n'ai pas faim le soir puis-je sauter ce repas sachant que la faim vient parfois beaucoup plus tard vers 10 h . Bonjour lagermaine43, Dans un premier temps, il est important que vous respectiez votre faim, quitte à devoir décaler la prise de vos repas. Cela vous évitera les risques de prise de poids en début de programme et vous permettra de progresser beaucoup plus vite. Les choses rentreront ensuite dans l'ordre avec le retour de l?appétit prévisionnel qui vous permettra de faire venir la faim quand bon semble. Bon courage. JP
08/08/2012 (18:42) xanaka Merci beaucoup. Bonne soirée,
08/08/2012 (18:44) Marie-G. Je n'y manquerai pas ! Mais je parle d'une EME qui naît au coeur de la joie ? Pourquoi ? Parce qu'il y a sûrement un peu de mauvaise conscience dans ce moment de festivité. Vous mangez pour fêter un événement positif mais vous éprouvez tout de même une émotion négative (culpabilité, anxiété...) Et voilà votre EME !
08/08/2012 (18:45) Sitâ Bonsoir Dr Zermati. Plus j'avance dans le programme, plus j'ai l'impression que mon cas est un peu "particulier". En effet, je n'ai pas un historique de régimes à répétition. Cela signifie donc que je n'ai pas d'aliment "tabou", aucune difficulté à consommer des aliments caloriques, peu ou pas de sensation de culpabilité quand je le fais (un peu quand c'est du grignotage). Je n'ai pas l'impression de souffrir de restriction cognitive, mon problème se situerait plutôt à l?autre bout du spectre : aimer manger, attribuer à la nourriture un pouvoir de récompense/réconfort/occupation en cas d?ennui? Bref, les EME. Auriez-vous des conseils à me donner sur la meilleure façon d?aborder le programme ? Sur les choses sur lesquelles je devrais me concentrer, celles que je pourrais peut-être laisser de côté ou accélérer ? Merci d?avance pour votre réponse, et bon chat à tous ! Bonjour Sitâ, Nous avons conçu notre programme autour de deux axes, la restriction et les EME. Certaines personnes peuvent être beaucoup dans le restriction ou pas du tout. De même pour les EME. Vous trouverez donc dans le programme de quoi vous aider à progresser. Certains expériences sur les sensations alimentaires vous seront très utiles, notamment celles sur la dégustation et le rassasiement gustatif. Il n'y a pas de réconfort alimentaire sans dégustation. Et le réconfort alimentaire provient généralement des aliments riches qui sont les seuls à déclencher un rassasiement gustatif. Pour travailler spécifiquement les EME, je vous suggère de concentrer vos efforts sur tous les exercices de PC en portant une attention particulière sur les sensations d'inconfort physique. Je vous conseille particulièrement de travailler l'outil EME-zen qui est conçu pour traiter l'impulsivité alimentaire qui est le n?ud des EME. Tenez-moi au courant. A très bientôt. JP
08/08/2012 (18:46) charlene.landry@free.fr Bonjour et merci pour tout ce que vous faites. Je me suis libérée de mes anciennes croyances liées aux régimes amaigrissants et je n'ai plus d'aliments interdits. Cependant je ne mange toujours pas de façon "normale" puisque je continue à grossir. C'est pourquoi je viens de m'inscrire à linecoaching. Je me pose encore quelques questions sur vos théories : je conçois très bien que manger à sa faim permettte de ne pas grossir. Mais pourquoi le corps se mettrait-il à maigrir si on lui apporte l'apport calorique dont il a besoin ? Le corps stocke, en prévision de prochaines disettes éventuelles, il est fait pour ça. Alors pourquoi se délesterait-il de ses réserves si on ne l'affame pas ? Bonjour Charlene, Bienvenu parmi nous. Attention, ne plus avoir d'aliments interdits n'empêche pas de manger sans faim et de continuer à grossir. Surtout après de longues années de restriction où les sensations alimentaires sont très déréglées. Notamment, le rassasiement gustatif qui permet de consommer les justes quantités d'aliments riches. Je vous recommande donc la prudence avec ce type d'aliments tant que vous n'aurez pas retrouvez vos sensations alimentaires. Laissez-vous guider par le programme et n'essayez pas d'avancer trop vite. Le corps ne stocke que ce dont il a besoin. Il est programmé pour revenir et maintenir son poids d'équilibre. Pour cela, il nous envoie en permanence des informations sous forme de sensation de faim et de satiété. Manger à sa faim permet de maigrir quand on se trouve au-dessus de son poids déséquilibre, comme beaucoup de personnes en surpoids. Mais aussi de grossir quand on est passé au-dessous de son poids d'équilibre, comme certaines personnes qui ont trop maigri en faisant des régimes. Elles ne peuvent maintenir leur poids qu'en luttant indéfiniment contre leur faim. ce qui est rarement possible très longtemps. Dans la plupart des cas, manger à sa faim permet de se délester de des kilos superflus par rapport au poids d'équilibre. J'espère avoir répondu à votre question. A très bientôt. JP
08/08/2012 (18:48) nunchaku Bonjour, encore merci pour votre méthode qui m'apporte énormément. Une question complémentaire : à quoi sert le jeûne ? J'ai vu qu'on en parle dans la revue çà m'intéresse..et du coup, ma question précise serait : le jeune présente-t-il un intérêt pour les participants de votre méthode ? (un peu comme un bonus ???). Merci et à bientôt car désormais je suis un fidèle des chats car on y prend plaisir ... jusqu'où ira le rassasiement non pas gust-atif mais chat-atif ? Bonjour nunchaku, Merci pour vos aimables commentaires. Le jeûne, on en parle beaucoup. Il a toujours été pratiqué, de tous temps et sous toutes les formes. Si on le considère comme une démarche spirituelle,même au sens laïque, comme une occasion de se ressourcer, de se reconnecter avec soi-même... pourquoi pas ? Et même, cela peut-être une expérience personnelle enrichissante. Pour nos participants, on peut même le voir comme un prolongement des expériences de faim. Une découverte plus poussée encore de soi-même. Mais s'il s'agit d'une façon de réguler son poids, alors non. Vraiment non. Là, on fait fausse route. Il n'y aura que de la déception au bout de cette démarche et sans doute une aggravation des troubles alimentaires et pondéraux. A très bientôt sur nos chats. Il n'y a jamais de rassasiement pour des échanges riches et aimables. JP
08/08/2012 (18:53) Marie-G. Euuuuuh.... Je comprends pas, ç'a du touché juste. Puis-je vous demander de me détailler le processus ? une Envie de manger émotionnelle est déclenchée par une émotion positive ou négative. On mange pour réduire une émotion négative ou pour amplifier une émotion positive. Mais cela n'implique pas que cela se transforme en compulsion. Le mécanisme de la compulsion s'explique par le fait que manger peut aussi déclencher par lui-même une émotion négative. Dans ce cas, le rassasiement devient impossible. L'aliment est à la fois source de réconfort et source de stress.
08/08/2012 (18:54) lully22 Bonjour monsieur Zermati. Je trouve votre méthode très bien et je suis réconciliée. Par contre je ne maigris pas alors que j'ai pris 15 kilos en habitant à l'étranger en étant très stressée et compulsive sur l'alimentation. Pourquoi est-ce quue je ne maigris pas? Bonjour Lully, Il n'est pas facile de répondre à votre question avec aussi peu d'éléments. Depuis combien de temps suivez-vous notre programme et avez-vous la certitude de bien savoir reconnaitre vos sensations alimentaires et de les respecter ? Tenez-moi au courant. JP
08/08/2012 (18:58) lula00 Merci beaucoup. Je n'ai pas l'impression d'outre-manger. Disons que je fais plusieurs repas ( en général 3 principaux) et des collations. J'ai l'impression justement en dégustant et en prenant le temps de le faire, je mange moins mais plus souvent car la faim revient plus régulièrement qu'auparavant où mon organisme avait faim trois par jour et moi, le soir, j'avais envie à 18h de manger de la baguette chaude, des bonbons parce que je voulais être comme tout le monde: pouvoir manger ce que je veux! Là, je n'ai plus autant l'impression d'être coupée en deux, simplement comme je n'ai pas fait de stabilisation suite à mon arrêt de WW, j'ai un peu peur de la reprise de poids même si je mange je pense en quantité raisonnable. Rebonjour Lula, Votre stabilisation dépend du niveau de votre poids d'équilibre. Le poids d'équilibre est celui auquel on se maintient quand on mange selon ses besoins et qu'on respecte ses sensations de faim et de satiété. Avec un régime, il est toujours de faire baisser artificiellement son poids et de passer momentanément au-dessous de son poids d'équilibre. Donc tout dépend à quel niveau vous vous situez aujourd'hui par rapport à votre poids d'équilibre. Il n'est malheureusement pas possible de le prédire.
08/08/2012 (18:59) Marie-G. Intéressant, je crois qu'il y a une clef pour moi là-dedans. Je vais méditer ça... Merci. Est-ce que ça peut parler de droit au bonheur ? Je ne sais pas. Mais au moins du droit de manger en paix.
08/08/2012 (18:59) jenny bonjour, je suis enceinte, a nouveau terrorisée par la pesée et les remarques des medecins qui me suivent, je suis profondément persuadée d'être capable de ne pas trop prendre de poids si je m'écoute mais ai très peur des restrictions que l'on m'impose et que je commençais à éloigner.... on me recommande de faire des repas de plusieurs plats etc etc de supprimer le sucre... alors que je n'ai parfois envie de manger qu'un yaourt ou une portion de fromage (bizarrement en quantité moindre comparé à d'habitude). J'aimerais savoir si le cas particulier de la grossesse nécessite certaines adaptations dans cette méthode? Merci, Jenny Bonjour jenny, Si votre grossesse se déroule normalement, il n'y a pas lieu d'adapter notre méthode. Les femmes enceintes doivent aussi savoir manger selon leurs besoins et respecter leurs sensations alimentaires. Si vous avez des troubles alimentaires, les conseils nutritionnels peuvent s'avérer très contreproductifs et aboutir à l'inverse de l'effet recherché. La meilleur façon d'éviter une prise de poids excessive et de réduire vos troubles alimentaires en évitant la restriction. Je vous suggère d'en discuter avec votre gynécologue et de l'informer de vos troubles. Il pourra ainsi vous apporter son soutien. Une grossesse normale n'impose en aucune façon de se forcer à manger sans faim, à faire des repas équilibrer qui peuvent se révéler trop copieux ou à se priver de sucre. Le plus important pour vous est d'éviter la restriction qui pourrait augmenter le risque de compulsions. Le bénéfice de conseils nutritionnels non justifiés serait très vite annulé par les compulsions. N'hésitez pas à revenir vers moi. JP
08/08/2012 (19:03) Ann Si on fait utilise l'EFT (emotional freedom technique) et que l'on fait donc régulièrement cette technique et que l'on fait les mouvements correspondants en disant une phrase pour aller mieux quand on a un problème ou pour se détendre par rapport à une difficulté, est ce que cela peut être complémentaire par rapport à cette méthode Linecoaching ou au contraire vaut il mieux éviter ? Rebonjour Ann, Notre philosophie est différente. Il ne s'agit pas pour nous de faire disparaitre des émotions difficiles ou pénibles, mais d'apprendre à les supporter. Le c?ur du trouble alimentaire n'est pas le fait de vivre des émotions difficiles. Tout le monde en a. Mais de vouloir les faire disparaitre en mangeant. C'est pourquoi nous concentrons notre travail sur l'acceptation des émotions et non pas sur des techniques ayant pour but de les atténuer. C'est la principale différence.
08/08/2012 (19:04) Marie-G. Eh ben voilà, bingo ! Merci docteur ! Effectivement, pacifier ma relation à la nourriture aujourd'hui c'est pacifier celle qui avait été construite depuis le début. Ca me donne envie de respirer ! Alors, vous pouvez boire une coup à ma santé en toute sérénité ?
08/08/2012 (19:05) nini bonjours je ne vois pas comment reduire mes portions alimentaire , si je veux manger mes 5 friuts et légumes par jour . nini Bonne remarque, nini, S'obstiner à vouloir manger 5 fruits et légumes par jour, un laitage et des féculents à chaque repas, etc. peut conduire à manger bien plus que de besoin pour perdre du poids. L'idée, erronée, que l?équilibre alimentaire s'obtient sur une journée est une idée qui peut empêcher de perdre du poids et qui même en faire prendre. L'équilibre se travaille sur des délais bien plus longs, parfois de plusieurs mois pour certaines vitamines ou minéraux. Notre programme attache une très grande importance à la santé nutritionnelle et à l'équilibre alimentaire. Cependant, cela doit se faire dans le respect de tous les besoins du corps, notamment énergétiques. Dans notre programme, nous travaillons aussi l'équilibre alimentaire mais à partir des sensations. Les appétits spécifiques sont précisément présents pour nous dire ce que nous devons manger pour respecter nos besoins nutritionnels. A très bientôt. JP
08/08/2012 (19:05) Marie-G. Avec plaisir !
08/08/2012 (19:10) charlene.landry@free.fr J'ai une autre question : vous êtes vous intéressé aux comportements alimentaires des femmes enceintes ? Je trouve que lors d'une grossesse, nous sommes "bombardées" d'EME, sans compter sur le fait que les nausées brouillent nos sensations (pour ma part, la seule façon de les éradiquer était de manger !). Est-il donc possible de manger "normalement" quand on est enceinte, et donc de se servir de la régulation pour ne pas prendre "trop" de poids ? Bonjour Charlene, C'est très juste. La grossesse est souvent une période à risque pour les personnes souffrant de problèmes de poids ou de troubles alimentaires. Comme tous les événements importants de la vie, elle s'accompagne de beaucoup d'émotions et donc d'EME. Sans compter le "bombardement" hormonal et les nausées de début de grossesse. Pour autant, la femme enceinte doit aussi savoir manger selon ses nouveaux besoins. La nature n'a pas prévu d'exception, la femme enceinte est logée à la même enseigne, ses besoins s'expriment grâce à ses sensations alimentaires. Il n'y a pas finalement pas de mauvais moment pour apprendre à respecter ses sensations. Au cours de la grossesse, cela peut surtout éviter de prendre des kilos indus. A très bientôt. JP
08/08/2012 (19:10) sylvaine Bonjour Docteur, Après 3 semaines de pratique, j' arrive à peu près à ne pas manger sans faim, par contre je suis encore bien capable de dépasser ma satiété, en en étant parfaitement consciente, mais sans arriver à arrêter de " me remplir" ; C' est soit le soir soit au cours de repas conviviaux; comment s' en sortir ? Merci pour votre réponse, et pour votre disponibilité ! Bonjour Sylvaine, Bravo pour vos premiers progrès. A ce stade, il est normal que vous éprouviez des difficultés à respecter votre satiété. Ceci est du aussi bien à vos anciens comportements de restriction qu'aux EME. Pour le moment, l'arrêt de votre repas ne résulte pas d'un rassasiement gustatif mais d'un rassasiement par le volume. Le programme va vous guider dans un travail sur la restriction, le réconfort alimentaire, l'impulsivité, l'intolérance émotionnelle... Vous progresserez pas à pas, avec sans doute des hauts et des bas, mais toujours vers le haut. Au bout du compte, gardez toujours à l'esprit que ces troubles sont guérissables et peuvent disparaitre. Tenez-moi au courant. JP
08/08/2012 (19:14) lula00 Depuis que j'ai arrêté le programme WW ( un mois environ) que j'ai lu vos livres et ceux du docteur Apfeldorfer, j'ai arrêté de me peser. Avant, il fallait que je résiste pour ne pas me peser plusieurs fois par jour, et l'oscillation de la balance de 500grs me faisait manger des bonbons. Là, j'avoue que je navigue à vue. J'ai peur de ma balance, des conséquences pondérales de mes vacances où pour la première fois, j'ai réussi à manger des gateaux apéritifs en quantité raisonnable car je savais que je pouvais en remanger quand j'aurai faim. Bref, je ne me pèse plus, je me dis que ca va me stresser. Pensez-vous que ce soit une bonne idée de ne pas le faire? D'ailleurs j'ai mis un poids sans dout plus élévé que celui que je pèse réellement sur le bilan, pour ne pas passer par la case balance. La balance, notre pire amie, est un activateur puissant du stresseur poids. Elle a le pouvoir de déterminer nos humeurs de la journée et de déclencher des EME aussi bien quand le résultat est satisfaisant ou non. Je vous suggère donc de ne pas vous pesez trop souvent. Mais ne pas se peser du tout peut aussi se révéler imprudent. Disons au moins une fois par mois, tant que vous n'avez pas progressé sur vos EME et le stresseur poids.
08/08/2012 (19:20) Angie Bonsoir, J'ai décidé de tenter l'expérience LC. 36 ans de régime et toujours un pb avec mon poids. En fait, avec la nourriture. Je lis avec plaisir qu'ici il est question de faire la paix avec la nourriture ; quel beau programme ! J'espère que ce programme sera pour moi le bon. Des années à compter, réfléchir, avoir peur de ce que je mange, à stresser avant chaque descente à la cantine, ou dans les rayons des supermarchés pour les courses. Tout calculer mentalement. Intellectualiser la bouffe au lieu de l'apprécier... quelle poisse ! que d'énergie à batailler en vain. Je note qu'il faudra de la patience et de la persévérance pour apprendre à manger selon sa faim. Je débute tout juste cette semaine avec motivation mais avec tellement d'échecs derrière moi, que je suis encore pleine de doutes quant au succès possible. En tout cas, cela me fait déjà réfléchir et prendre conscience réellement que je ne connais pas ma faim. Première étape, donc ! Bonjour Angie, Notre programme est fait pour que vous puissiez enfin vous reposer. Il s'agit maintenant de mettre vos sensations alimentaires au travail et leur laisser le soin de prendre le contrôle de votre comportement alimentaire. Ce n'est plus à vous de le faire. Elles sont là pour ça. Et vous avez mieux à faire que de vous épuiser à compter vos calories ou autres choses. Il faudra passer par des hauts et des bas, mais toujours en se dirigeant vers le haut. Il ne faut surtout pas prendre une chute pour un échec. Il n'y a rien qui s'apprenne sans chute, erreur, faux pas... En tout cas, pas un nouveau comportement alimentaire. Bienvenu parmi nous. JP
08/08/2012 (19:20) sa4elle J'en suis aux activités sur la faim retardée (avec PC). Mais voilà, moi qui excelle dans le déni de mes sensations (y compris les sensations alimentaires) ... je ne sais plus trop où j'en suis. Je ressens sans problèmes mes sensations de faim (tête lourde, n?ud dans la gorge et dans la poitrine, vide dans l?estomac et gargouillis dans le ventre), mais en pratiquant la faim retardée je me "déconnecte" de ces sensations déplaisantes et il me semble que la faim disparait. Le but n?est-il pas justement de me connecter avec mes sensations alimentaires ? Je comprends bien que l?activité est seulement sur 4 jours, mais après ça quand est-ce qu'il faut que je mange ? La connexion avec mes sensations alimentaires n?est-elle pas là pour me guider dans ma traversée du désert ? Après l?activité, le pattern c?est « j?ai faim, je mange » ou « j?ai faim, je diffère ma prise alimentaire et je mange aux heures normales de repas » ? Je ne veux surtout pas que mon organisme se mette en mode privation. Bonjour sa4elle, Je comprends votre désarroi. Mais n'ayez pas d'inquiétude. Le but des expériences sur la faim n'est surtout de vous mettre en mode privation. Bien au contraire. Il s'agit de vous familiariser avec toutes les sensations de faim. Il faut découvrir toute l'étendue des formes qu'elle peut prendre. S'apercevoir qu'elle peut aussi disparaitre. S'apercevoir qu'il n'est pas indispensable de manger dès qu'elle apparait. On peut attendre jusqu'à éprouver une Bonne Faim. Parfois la dépasser sans éprouver de stress ni risquer de basculer dans une compulsion. Bref, il s'agit de découvrir la Bonne Faim et vivre la faim sans stress. La faim est une amie qui vous protège de grossir et qui rend meilleur ce que l'on mange. N'ayez donc aucune inquiétude et laissez-vous guider dans cette découverte de vous-même. Bon courage. JP
08/08/2012 (19:22) floic j'ai 39 ans et j'ai fait des tas de régimes et j'ai toujours repris ce que j'avais perdu et plus. J'ai l'impression que c'est tout mon corps qui est déréglé, est ce que c'est possible de remédier à ce dérèglement après autant d'années à faire le yoyo avec mon poids (j'ai des variations de poids qui vont jusqu'à 25 kilos ? Bonjour Floic, Grâce à notre programme vous pourrez retrouver un comportement alimentaire normal et apaisé. Nous allons vous aider à découvrir votre poids d'équilibre qui est le seul poids que vous pourrez maintenir durablement. Malheureusement, après toutes ces variations de poids, il est impossible de prédire d'avance où il se trouve. Je souhaite de tout c?ur qu'il soit acceptable pour vous. Bon courage. JP
08/08/2012 (19:23) cerise49 Bonjour, lorsque je mange en convivialité (repas entre amis ou au restaurant) je ne suis absolument pas consciente de ce que je mange et je mange souvent trop (je ne m'en rends compte qu'après le repas). Le fait de discuter m'empêche de ressentir mes sensations alimentaires, est-ce normal? Bonjour Cerise, Cette difficulté est naturelle. Lorsque nous mangeons avec d'autres personnes une partie de notre attention est détournée par ce qui se déroule autour de nous. Pour rester connecter avec nos sensations alimentaires nous devons "partager" notre attention. Nous faisons appel à ce qu'on appelle l'attention partagée. Il s'agit de manger comme nous conduisons. Nous pouvons discuter avec notre passager mais nous ne pouvons jamais quitter la route des yeux. Cette faculté se développe avec de l'entrainement. Exactement comme chez un jeune conducteur. Elle exige plus de concentration au début. C'est pourquoi nous insistons tant, dans un premier temps, pour favoriser des circonstances de repas qui favorisent l'attention au lieu de la dissiper. C'est juste une habitude à prendre. Bon courage. JP
08/08/2012 (19:24) nunchaku bonjour, je suis arrivé ce jour à la fin de l'exercise sur le fractionnement, et à la fin, il est dit que vous conseillez de prendre des compléments alimentaires notamment pour nous accompagner dans la petitesse des UA. Pensez-vous donc qu'il y est une carence possible nécessitant d'en prendre quand on réduit ses UA ? Quel est vraiment l'intérêt des compléments alimentaires qui font d'ailleurs l'objet du succès du business des enseignes de diététique qui ont pignon sur rue comme NATURE et FORME , VITANATURE... etc ? En fait, je me tate aussi d'essayer ce genre de méthodes, qu'en pensez-vous ? Merci d'avance et à bientôt, Bonjour nunchaku, Les études les plus récentes ont montré qu'on ne pouvait obtenir l'équilibre en vitamines et minéraux qu'à partir d'un certain niveau énergétique de l'ordre de 1800 calories pour les femmes et 2200 calories pour les hommes. Et à condition d'avoir une alimentation strictement étudiée, incluant régulièrement des aliments rarement consommés. Dans la réalité, bien des personnes ont des besoins inférieurs à 1800 calories et une alimentation pas aussi strictement étudiées. Elle est donc automatiquement déficitaires en micronutriments. C'est pourquoi en cas de petits besoins, les compléments nutritionnels sont la seule solution qui n'apportent pas de calories supplémentaires. Il existe des complexes polyvitaminés peu onéreux qui ont fait leur preuve de longues dates et qui sont bien suffisants. A très bientôt. JP
08/08/2012 (19:24) maudou Bonjour! Je suis encore au stade "je découvre la faim" car j ai commencé mi Juin. Cette étape me permets de commencer à manger quasiment tout le temps que lorsque ma faim est modérée par contre pour ce qui est de la satiété j' essaye de la respecter mais je ne sais pas trop ou doit on la ressentir? Souvent j ai l impression qu' en bas du ventre j ai trop mangé mais mon estomac m'appelle encore!! En attendant l'étape consacrer à la satiété pouvez me donnez un petit conseil pour la respecter au mieux? Merci, à bientôt Bonjour maudou, La satiété n'est pas une sensation physique comme la faim. Elle ne se situe pas au niveau de l'estomac ou du ventre. C'est une non sensation, une sensation de non faim. Elle exprime la disparition de la sensation de faim. Elle peut donc survenir très tôt au cours du repas. Dans un premier temps, il faut s'efforcer de la respecter, quitte à ne pas manger suffisamment pour tenir jusqu'à l'heure du prochain repas et devoir faire une ou même plusieurs collations. Peu à peu, les choses rentreront dans l'ordre avec la mise en place de l'appétit prévisionnel qui vous permettra de mieux jongler avec les aliments et de faire venir la faim quand bon vous semblera. A très bientôt. JP
08/08/2012 (19:28) Callina Bonjour Dr Zermati, voilà plus de sept ans que je travaille sur mon comportement alimentaire. Mes efforts sont constamment gâchés par des prises alimentaires compulsives. Maintenant que je gère un peu mieux mes émotions, je ne crois plus en mes capcités à perdre du poids par moi-même. En effet, je demure en surpoids malgré tous mes efforts. Aussi, pensez-vous que la pose d'un ballon gastrique serait une bonne idée pour reprendre confiance en soi? Cela me forcerait à déguster mes aliments et à croire qu'une perte de poids est possible. Imaginez plus de sept ans d'efforts et zéro résultats, il y a de quoi désespérer. Cordialement; Bonjour Calina, Schématiquement, la "résistance" de votre poids peut s'expliquer de 2 façons. Soit vous avez encore des troubles alimentaires qui vous empêchent de respecter vos sensations alimentaires. Compte tenu de ce long travail sur vous-même, il est probable que cela soit dû à des difficultés psychologiques sous-jacentes. Soit vous êtes parvenue à votre poids d'équilibre. Malheureusement, le poids d'équilibre n'est pas toujours celui que l'on souhaiterait peser. Dans ce cas, si votre surpoids est important, il est possible d'envisager une chirurgie digestive. Aujourd'hui, on ne pose plus de ballon. Il faudra considérer votre situation personnelle avec l'aide de votre thérapeute et d'un chirurgien spécialisé qui sauront vous proposer la solution la plus adaptée à votre situation. Je vous conseille d'en discuter dès la rentrée avec vos médecins. Bon courage. JP
08/08/2012 (19:33) Angie Merci pour vos encouragements. Je retiens particulièrement une idée intéressante : on n'apprend pas sans chute. C'est vrai, la marche, le vélo... on se rate et on recommence... j'aime l'idée et l'image, je la garde en tête pour les moments bas ;-) Cela m'enlève déjà un petit poids ! il faut effectivement que j'allège d'abord mon cerveau avant mon corps... il a surement besoin d'un bon 'reset' :-) Bonsoir et... bon appétit ! (en attendant de le vivre réellement très prochainement) je suis sûr que vous progresserez vite si vous n'êtes pas intransigeante avec vous-même. Acceptez d'être imparfaite, vous progresserez très vite. Bon appétit.
08/08/2012 (19:33) Marie-Paule Bonjour ! on vient de me diagnostiquer une "thyroïde paresseuse" (pas de nodules, pas de maladie auto-immune. Est-ce possible que le fait que je n'aie pas encore maigri alors que je me sens bien dans la méthode soit dû à cela ? J'ai en effet l'impression que j'aurai déjà du perdre un peu de poids (d'après mes sensations). Bonjour Marie Paule, En principe, la thyroïde ne constitue pas un obstacle majeure à la perte de poids. Je ne sais pas à quel point du programme vous vous trouvez, mais peut-être est-il un peu tôt pour s'inquiéter. tenez-moi au courant.
08/08/2012 (19:34) JPZ Merci à tous pour votre participation. Sur ce, je retourne à la mer !
X