Chat général du 05/02/19 avec Gérard Apfeldorfer

05/02/2019 (18:04) anasta Bonjour, mon médecin traitant et mon psychiatre me disent qu'il ne faut pas se tromper d'objectif. Le plus important ce n'est pas la perte de poids mais la stabilisation (troubles bipolaires) Qu'en pensez-vous ? Anasta, je pense que vos médecins ont raison. Il est fondamental que votre humeur se stabilise. Ne serait-ce que afin de pouvoir vous occuper sérieusement de votre comportement alimentaire. Ce que vous ne pourrez pas faire avec des hauts et des bas dans votre humeur. Certains médicaments prescrits en tant que stabilisateurs de l'humeur ont tendance à dérégler les sensations alimentaires, au moins en partie. Et d'autres n'ont que peu d'effets de ce point de vue. Ceci est à voir avec vos médecins, qui vous prescriront ceux qui sont les mieux adaptés à votre cas et qui auront le moins d'effets secondaires, dans la mesure du possible. Néanmoins, parfois, il est nécessaire d'accepter que le poids se stabilise à un niveau supérieur à celui espéré, en raison du traitement. Dans ce cas, il est nécessaire d'accepter cette nuisance, d'apprendre à vivre avec, si tel est le prix à payer pour avoir une humeur stabilisée, une vie satisfaisante, riche et pleine de sens.
05/02/2019 (18:07) jean-jacques Bonsoir Docteur, une EME irrépressible en fin de journée....terrible. Plus rien n'existe tant que la satisfaction d'avoir mangé un pot de 200g de pâte à tartiner n'était pas assouvie. Juste regardé les calories sur le pot et dans un état de semi-conscience, appliqué les règles d'apprécier chaque bouchée. Mais c'était violent. Une EME tous les 10 jours, cela fait beaucoup. Tous mes efforts à recommencer, comment quand monte la vague EME arriver à l'esquiver? Merci Face à une EME, le mieux est de... manger. Les désirs irrépressibles, mieux vaut ne pas les réprimer. La lutte, les efforts de volonté ne font que différer et aggraver le problème. Manger, mais pas n'importe comment, si c'est possible. Nous proposons la technique de l'EME-zen, qui consiste à manger en dégustant, un aliment désiré et hautement réconfortant (gras et sucré, la plupart du temps). Manger des aliments réjouissants et à haute densité énergétique constitue en effet un régulateur émotionnel naturel qu'il ne s'agit pas de combattre, mais de faire fonctionner au mieux. Cela permet de minorer la souffrance émotionnelle et de se réconforter. Et puisqu'on s'est nourri par la même occasion, il convient ensuite d'attendre que la faim revienne pour manger à nouveau. Cela conduit souvent à sauter ou retarder le repas suivant. Et en fait, on a déjà mangé, et prendre son repas serait manger 2 fois pour une seule faim. Avec l'entraînement, et avec les exercices du programme qui vous débarrasseront de votre culpabilité alimentaire, qui vous apprendront à déguster attentivement, vous devriez pouvoir vous réconforter avec somme toute peu de quantité alimentaires. Moins qu'actuellement, où il s'agit de compulsions. Parallèlement, vous allez aussi travailler sur votre tolérance émotionnelle avec les exercices de pleine conscience. Cela devrait diminuer votre urgence à éviter vos émotions et pensées pénibles (en mangeant). Ceci dit, une EME tous les 10 jours, à mon avis, ce n'est pas beaucoup, et si vous y réagissez comme je viens de le dire, en particulier en attendant que la faim revienne pour remanger, alors cela devrait être sans conséquence pondérale. Même si vous n'abaissez pas les quantités consommées.
05/02/2019 (18:10) A039.jean yvesler comment rectifier les jours dans le planning? A voir avec votre coach... désolé de ne pas pouvoir vous répondre.
05/02/2019 (18:11) Zazabeille J'ai passé toute ma vie d'adulte en obésité morbide. Une multitude de tentatives pour perdre du poids se sont soldées par des échecs qui n'ont fait qu'agraver la situation. Je suis désolé d'apprendre ça, Zazabelle. C'est vrai, c'est dur. Tant sur le plan physique (un corps inconfortable) que sur le plan social (la honte, le rejet, la stigmatisation). Et aussi sur le plan alimentaire, souvent, puisque bien des personnes entrent alors en guerre avec leur corps, pour le faire maigrir de force. Bon, sur ce plan là, nous pouvons vous aider: le programme est conçu pour que vous puissiez vous réconcilier avec votre corps, vous mettre à son service, écouter ses besoins, ne plus les combattre. Est-ce que ça fait maigrir? Le plus souvent. Est-ce que ça fait maigrir autant qu'on voudrait? Souvent non. Parce qu'on a fréquemment dans la tête un poids idéal, hors de portée le plus souvent, quand on est en obésité morbide. Qu'est-ce qu'on peut faire si on s'aperçoit qu'on est parvenu à son poids d'équilibre et qu'on est toujours très grosse? Reste la chirurgie bariatrique, mais il est important que ce soit avec une bonne préparation psychologique, un travail sur les comportements alimentaires, un suivi psycho-comportemental sérieux. Nous sommes là pour vous aider, et on peut en discuter. Bon courage.
05/02/2019 (18:13) A039.perrinefer bonjour, j'ai commencé votre programme depuis 3 semaines et j'ai pris 2 kilos, je ne culpabilise as mais je panique car je n'ai jamais atteind ce poids et je commence à douter de la perte de mes kilos en trop... je crois que j'accepte plus facilement mes pulsions alimentaires même si je es décelle, je ne trouve pas encore de soution pour les diminuer, pouvez vous m'aider? merci beaucoup Bonsoir perrine, En fait, vous êtes en début de programme. Il vous reste un long chemin à parcourir. Rappelez-vous: combien vous a-t-il fallu de temps pour apprendre à faire du vélo? Pour apprendre à lire? Pour apprendre (ou réapprendre) à manger, là aussi, il faut du temps. Nous demandons instamment aux personnes qui commencent le programme de ne pas changer leur mode d'alimentation dans ce début de programme, mais de faire consciencieusement les exercices proposés. Ce sont ces exercices qui vont faire que peu à peu, votre relation à la nourriture va se modifier. Bien sûr, dans l'enthousiasme, en début de programme, on relâche le contrôle, on mange plus et on prend parfois un peu de poids. Mais c'est tout à fait temporaire. Patience!
05/02/2019 (18:16) A039.latifael Bonjour, Suite à une greffe et à la prise de plusieurs médicaments, je dois éviter au maximum le sel et le sucre, et ce, sur le long terme. Compliqué à appliquer, étant donné que je dois aussi faire attention à mon poids afin de le maintenir (mon IMC est normal). En pratique, je ne sucre pas mes boissons et cuisine sans sel. Je m'efforce tant bien que mal de ne pas résister à une pâtisserie/viennoiserie de temps en temps car je crains de ne plus pouvoir me contrôler si je cède à la tentation. Pour les biscuits, je me suis tournée vers les biscuits diététiques avec moins (ou sans) sel et/ou sucre type Gerblé/Bjorg. J'en consomme un ou deux quasi-quotidiennement mais je me demande si ces produits "sans/allégés en" ne cachent pas dans leur composition d'autres substances néfastes pour la santé ? Par ailleurs, il est difficile de trouver du pain sans sel dans les boulangeries et supermarchés. Avez-vous des conseils et recommandations pour m'aider à suivre au plus près ma consommation de sel et de sucre? Avez-vous d'autres pistes pour trouver des produits sans sel/sans sucre dans le commerce? Je tiens régulièrement un journal alimentaire dans lequel je consigne mes repas, ça m'aide un peu à garder le cap et avoir une vue d'ensemble. Par ailleurs, il m'arrive d'avoir une sensation/pulsion de faim (notamment estomac qui gargouille) peu après un repas, alors que je pense avoir mangé correctement lors dudit repas. Mes sentiments sont alors partagés: 1. Sois je résiste mais alors impossible de me concentrer sur autre chose car je ne pense presque qu'à ça. 2. Sois je cède et alors difficile de s'arrêter et je perds le contrôle de la situation. Comment expliquer cela et comment gérer ce genre de situations? Enfin, au niveau social/en groupe, c'est difficile car il faut savoir se contrôler et parfois, devoir s'expliquer pourquoi on ne mange pas de ceci ou de cela, et je n'ai pas toujours l'envie/le courage d'entamer des explications et devoir me justifier auprès de l'entourage. Merci d'avance pour votre éclairage! Cordiales salutations, Bonsoir latifael, Ce sont les médecins qui vous suivent qui peuvent déterminer s'il convient d'écarter certains aliments, totalement, comme on semble vous l'avoir dit, ou bien partiellement. Il est en effet courant de conseiller aux personnes greffées de manger peu salé. On ajoute aussi souvent: peu sucré et peu gras, ce qui peut peut-être se négocier. Il n'est pas la plupart du temps nécessaire de supprimer totalement ces produits. D'autant plus que dans votre cas, vous avez un IMC normal. A voir donc avec vos médecins! Je vous conseille de leur expliquer en particulier que ces interdits complets engendrent chez vous des tendances compulsives, durant lesquelles vous risquez de manger beaucoup des produits déconseillés. En l'occurence, le mieux est donc l'ennemi du bien. Vos médecins seraient-ils d'accord pour assouplir les interdits? Concernant le pain, certaines personnes ayant un régime sans sel négocient avec leur boulanger pour qu'il leur fasse un pain peu salé. Là encore, à voir. On a aussi dû vous conseiller de trouver des substituts qui vous permettraient de conserver le plaisir à manger: utilisation d'épices, par exemple. Concernant les biscuits de type Gerblé, vous avez tort de vous inquiéter de leur composition, il ne présentent pas de risque pour la santé. Il me semble aussi que, à force de vous priver, vous en êtes venue à confondre la faim et les envies de manger de type émotionnel (les gargouillis ne suffisent pas à dire qu'on a faim). Le programme devrait vous aider là dessus. En résumé: vous n'avez pas accès à certaines nourritures pour des raisons médicales. C'est un handicap, mais peut-être pouvez-vous vivre avec ce handicap. Vous devez trouver votre bonheur dans les aliments restants. N'hésitez pas à vous montrer créative pour pouvoir retrouver le plaisir qu'il y a à manger.
05/02/2019 (18:21) chatouille Bonsoir, les EME sont-elles la conséquence d'avoir fait plusieurs régimes restrictifs ou bien du fait que je gère mes émotions en mangeant ? Car si la 2è réponse est la bonne, pourquoi ces EME ne sont-elles pas apparues plus tôt dans ma vie ? Je souffre d'un Synd. Anxiodépressif Sévère depuis l'adolescence et les EME sont apparues quand j'avais 20 ans. J'ai 52 ans aujourd'hui. Les envies de manger émotionnelles viennent de ce qu'on cherche à éviter des émotions et pensées que l'on juge insupportables. Manger des aliments riches permet cet évitement. Mais à force d'éviter, on en vient à devenir de plus en plus sensible vous connaissez l'histoire de la Princesse au petit pois?) et éviter de plus en plus de choses; parfois on développe une addiction comportementale alimentaire. Au départ, nous avons deux types d'émotions déclenchantes: - des émotions de la vie de tous les jours, dues aux événements de vie. Comme vous dites, vous gérez alors vos émotions en mangeant. - des émotions alimentaires, dues à la restriction cognitive, c'est-à-dire aux privations qu'on s'impose pour maigrir ou ne pas grossir. Il en résulte la peur de manquer (de ce qu'on aime), la peur d'avoir faim (et de craquer), la culpabilité (d'avoir mangé ce qu'il ne fallait pas). Ce genre de choses. Donc, la réponse à votre question est: les deux mon capitaine. Et surtout, les deux s'auto-entretiennent mutuellement. Linecoaching est conçu pour vous aider dans ces deux domaines.
05/02/2019 (18:23) chatouille J'ai vraiment du mal à faire les séances de body scan ! Est-ce normal de ne rien ressentir de particulier dans les différentes parties du corps citées ? Je dois préciser que j'ai des problèmes de concentration et des troubles de la mémoire. Lorsqu'on fait une séance de pleine conscience, ce qu'on s'essaie à faire, c'est accueillir ce qui se présente. Ainsi, dans le body scan, lorsque dans une zone, vous ne ressentez rien, prenez en note mentalement. Ah tiens, là, je ne ressens rien. Ce n'est ni bien ni mal. Il n'y a pas à ressentir une chose plutôt qu'une autre, ou ressentir quelque chose plutôt que rien. En fait, la pleine conscience est un exercice de concentration. Il devrait donc vous être bénéfique. Chaque fois que vous constatez que votre esprit est partit en vagabondage, félicitez-vous de vous en être rendu compte, et recentrez-vous sur l'exercice. Encore, et encore, et encore.
05/02/2019 (18:01) G. Apfeldorfer Bienvenue à vous dans cette FAQ. Vous posez des questions, et j'y réponds dans leur ordre d'arrivée. En principe, je réponds à toutes les questions (qui concernent l'alimentation, le poids, cette sorte de choses, bien sûr). Des fois, vous êtes content de mes réponses, et des fois non. Mais c'est la vie, ça, et je m''efforce d'être le plus honnête possible.
05/02/2019 (18:25) A039.adeleser Bonjour, sur les échanges d'hier j'étais un peu hors sujet car pas vraiment de culpabilité mais vous m'avez parlé d'exercices autour de la pleine conscience autour des EME, je viens de commencer en quelques sortes alors j'ai bien repéré les exercices physiques, le blog, les échanges "pour se connaitre entre pratiquants" mais rien sur ce que vous disiez ; est-ce que cela viendra plus tard ? Donc, bienvenue dans le programme, adeleser. Ne vous inquiétez pas, chaque chose vient en son temps. je ne peux pas vous dire quand, car tout le monde n'a pas le programme dans le même ordre (cela dépend de ce que vous avez répondu aux questionnaires de départ). Vous allez bientôt avoir des exercices alimentaires, et des exercices visant l'alimentation émotionnelle. Patience. Faites les exercices consciencieusement, sans chercher à aller plus vite que la musique. L'anticipation anxieuse, quelle plaie, n'est-ce pas?
05/02/2019 (18:26) A039.perrinefer pardon je viens d'envoyer une question similaire à celle a laquelle vous venez de répondre! Merci pour votre réponse, je vais apprendre à être patiente. Pas d'inquiétude, perrinefer. Je mets donc votre interrogation entre parenthèses. C'est chouette pour moi: d'une pierre deux coups!
05/02/2019 (18:28) chatouille Je m'en rends compte à chaque fois, donc, c'est rassurant pour moi ! Merci Oui, chatouille, encore et encore. C'est comme ça qu'on avance, qu'on modifie ses circuits cérébraux. C'est par exemple comme ça qu'on a appris à lire ou à écrire.
05/02/2019 (18:36) A039.latifael Merci. J'en discuterail avec mon médecin lors de la prochaine consultation. Autre question svp; J'ai tendance à manger trop vite, pas assez en pleine conscience et l'impression de ne pas tirer assez profit du moment à table (dégustation, mastiquer plusieurs fois avant de se reservir, etc). Pourtant, je suis attablée et sans distraction (ni travail, télé, telephone etc). Comment faire en pratique pour manger plus lentement et en pleine conscience ? Que ce soit seule ou en groupe svp. latifael, l'important n'est pas de manger lentement, mais de manger attentivement. Il s'agit de se centrer sur ce qui se passe dans la bouche, sur les sensations provoquées par le fait de manger telle ou telle nourriture. Forcément, on mange plus lentement, quand on fait ça, remarquez. Mais c'est sans intérêt de porter son attention sur la vitesse. Vous n'êtes pas obligée de manger tout le temps sur un mode monacal. Sauf au tout début, dans une première période d'apprentissage, où on vous demande de ne faire que manger. En fait, on mange le plus souvent en "attention partagée", c'est-à-dire qu'on fait attention dans une succession rapide à ce qui se passe dans la bouche et à, par exemple, la conversation, si on a la chance de manger en convivialité. C'est ce qu'on fait dans un bon restaurant, non? On n'y va jamais tout seul, et on veut le plaisir de la table et le plaisir de la conversation. Cependant, les écrans (TV, tablettes, smartphone...) ont un pouvoir hypnotique et mieux vaut les bannir à table ou ailleurs quand on mange. En fait, comme vous avez dû le comprendre, manger ainsi, attentivement, EST un exercice de pleine conscience, d'ailleurs utilisé dans les stages de pleine conscience.
05/02/2019 (18:42) chatouille Pourtant, j'ai l'impression que c'est beaucoup plus difficile à faire !!! Etre attentif à l'instant présent EST très difficile. Nous sommes distraits par un rien. Une pensée qui passe, un bruit, une image, et hop, le cinéma mental se met en route, on oublie ce qu'on faisait. C'est normal, ça. Nous sommes tous aisément distractibles, nous n'avons qu'une faible capacité à fixer notre attention. Mais ça se travaille. Plus on s'entraîne, et plus on parvient à focaliser mieux son attention. C'est à ça que ça sert, l'entraînement à la pleine conscience. Parce que si on sait focaliser son attention, alors on redoute moins les errances de son esprit, et on cherche moins à éviter telle pensée, telle émotion, qui pourraient survenir, ou qui sont survenues.
05/02/2019 (18:45) chatouille J'ai très souvent le sentiment d'être arrivée au monde avec toutes ces tares psy, puisque j'ai déjà fait de la dépression quand j'étais enfant. Ma mère me manquait souvent, j'avais peur que l'un ou l'autre meurt etc..... Je me dis que je suis comme ça depuis que je suis née. Est-il possible de naître avec des défaillances psychologiques, une hypersensibilité etc.... Je ne peux pas vraiment répondre à votre question. Certes, on peut naître avec un état d'âme (on appelle ça comme ça) particulier (anxieux, enthousiaste...) et il semble que ce soit en partie héréditaire. Mais surtout, les événements de l'enfance modèlent le profil émotionnel. Je suppose qu'on vous a déjà conseillé d'entamer une psychothérapie et que vous avez peut-être déjà donné de ce côté là. mais je vosu rappelle que parfois, il faut retenter sa chance avec un nouveau thérapeute, qui peut partir sur de nouvelles bases.
05/02/2019 (18:50) Lara123 Bonsoir à tous. Je suis en tout début de programme, et je me demande que faire de la "diététique" pour l'instant. Je réapprends à apprécier mes aliments tabous, et je ne prends pas de poids, car j'en mange finalement assez peu quand c'est fait en pleine conscience. Mais mon dieu que je mange mal ! Je me demande si je devrai me forcer à ajouter quelques légumes et protéines à ce stade... Ou si c'est contre-productif en début de programme. Bonsoir lara, Vous allez rire, il n'y a rien à faire de la diététique, si ce n'est en mettre 90% au panier! Pourquoi? Parce que, lorsqu'on mange ce dont on a envie, on s'aperçoit, au bout d'un moment, lorsqu'on a épuisé les joies du Nutella et Cie, que nos appétences nous portent vers des aliments plus variés. J'avais une patiente qui après avoir vécu de chocolat pendant deux à trois mois, s'est réveillée un beau jour avec une envie de... haricots verts. Elle en a été la première surprise, vu que pour elle, ce légume représentait les régimes, les privations. Mais non, m'a-t-elle dit, avec une noix de beurre, un peu de persil, des haricots frais, ça c'est révélé délicieux. Donc, mangez votre Nutella jusqu'à ce que vous en soyez saturée et attendez que de nouvelles envies apparaissent!
05/02/2019 (18:51) Zazabeille Bonsoir, comme je vous le disais plus tot j'ai passe Oui?
05/02/2019 (18:51) Zazabeille Mince encore une fausse manipulation ? Eh oui, semble-t-il.
05/02/2019 (18:54) chatouille Merci. J'ai souvent entendu parler de cette hérédité et je dirais : c'est tombé sur moi ! Pas de chance ! J'ai 2 soeurs et un frère. Aucun ne sont comme moi !!!! Rien, absolument rien, n'est écrit! Plutôt que de vous désoler sur votre sort, prenez-vous comme vous êtes et demandez-vous quel chemin vous pourriez tracer, comment faire de votre vie une aventure enthousiasmante. Un handicap peut être une forme de défi. Il est toujours temps de travailler sur vous et de faire un chemin dont vous pourrez être fière. Votre chemin.
05/02/2019 (18:55) G. Apfeldorfer Plus de questions. Mais encore 5 mn avant la cloche. Une facile, pour finir?
05/02/2019 (18:58) chatouille Pourquoi les bb viennent au monde avec déjà le goût du sucré, qu'ils aiment d'ailleurs ? Oui, c'est comme ça. Et ils aiment le gras, aussi. On aime ce dont nous avons besoin. Un bébé a besoin de choses nourrissantes pour survivre et vivre.
05/02/2019 (18:58) A039.latifael J'ai entendu parlé de la micronutririon. En quoi ça consiste svp? Ah, plus le temps. Trop compliqué. Mais je n'y crois pas trop, à cette histoire, qui nous détourne en définitive de nos sensations alimentaires.
05/02/2019 (18:59) G. Apfeldorfer Et voilà, cette fois, c'est fini. Bon appétit pour le dîner et à bientôt!
X