Chat général du 28/05/2019 avec Gérard Apfeldorfer

28/05/2019 (18:09) Ajna29 Bonjour, comme je travaille je pose mes questions à l?avance ! je vous remercie de vos réponses . Mon corps ! Pendant des années je me suis coupée des sensations de plaisir avec mon corps ! Comment accepter de pouvoir ressentir à nouveaux du plaisir à la place de toute cette souffrance qui m?accompagne depuis des années dans mon corps ? Mes sensations ! Les nouvelles sensations, les sensations agréables, sont parfois effrayantes, et Je trouve cela très déstabilisant ! Pourquoi est il si difficile d?accepter de ce sentir bien ! Comment intégrer toutes ses nouvelles sensations ! Quand je ne mange pas par exemple ! Je n?ai plus l?habitude de cette légèreté que je ressens, de ce bien être que je fuis j?ose dire ! J?ai l?habitude de ce poids bien lourd dans mon ventre que je connais depuis des années ! Si je mange moins en écoutant mes besoins ! Je ne suis donc plus dans la même énergie, je ne suis plus dans le même ressenti ! Vous voyez ce que j?essaye d?exprimer ! Oui ? Comment se reconnecter a mes sensations de bien être de mon corps sans en avoir peur ! Sans avoir peur de moi en faite de celle qui ce cache derrière tous ses kilos ! car la vrai question n?est t?elle pas ! qui suis je sans mes kilos ! Suis je prête a aller à la rencontre de moi même ! Pourquoi je sabote a chaque fois la route vers mon mieux être ? Bonjour Ajan, Vous avez raison, nous vous demandons des choses difficiles, voire, si elles sont formulées de travers, même totalement impossibles à réaliser. Par exemple, l'injonction "prenez du plaisir avec votre corps" est impossible actuellement pour vous, car ce corps a trop souffert, continue à souffrir, continue à vous faire souffrir. Aussi, je ne vous demande pas de prendre du plaisir, mais de vous créer des sensations physiques et d'observer ces sensations. D'observer aussi, éventuellement, si vous le pouvez, les pensées qui arrivent lorsque vous écoutez vos sensations corporelles, les émotions qui s'allument. Il se peut que ce soit agréable, ou bien déplaisant, ou bien ni l'un ni l'autre. Ce n'est pas là l'important. L'important, c'est de renouer avec votre corps, quel que soit le plaisir ou le déplaisir. Pour les sensations alimentaires, c'est la même chose. Lorsque vous dégustez, vous pouvez en avoir du plaisir, ou bien vous pouvez juger que ce n'est pas si bon que ça, voire même déplaisant. Vous pouvez aussi trouver que c'est un plaisir, mais que ce plaisir est noyé par de la culpabilité, de la colère, de la tristesse ou toute autre émotion. Observez cela. Votre dernière interrogation, "qui suis-je, en fait?" est une question que toute personne qui maigrit de façon importante est amenée à se poser, à un moment ou un autre. Mais il n'y a pas de réponse à cela. Personne ne sait qui il est, c'est une forme de mystère pour tout un chacun. Tout ce qu'on peut dire, c'est: je suis aujourd'hui le total de ce que j'ai fait, ressenti, pensé jusqu'à ce jour. Mais cela ne me dit pas qui je serai demain. Enfin, personnellement, c'est ainsi que je vois les choses. Alors, il me semble que la vraie question est: que vais-je bien pouvoir faire de cette minceur que je tente d'acquérir? Si vous perdez du poids lentement, comme c'est censé se produire lorsqu'on suit Linecoaching, et donc qu'on se met à manger sur un mode intuitif, vous aurez tout le temps de mûrir des réponses à cela.
28/05/2019 (18:17) Chunky Quelle est la part de l'hérédité dans son propre poids en terme d'habitudes alimentaires, d'image physique de ses On considère habituellement que la génétique détermine l'obésité dans une proportion de 30%. L'obésité a cru dans le monde de façon importante ces dernières décennies, alors que le potentiel génétique des individus ne s'est pas modifié. Mais ces 30% ne sont qu'une moyennisation: pour certaines personnes, la génétique est responsable à 100% et pour d'autres à 0%. Certains gènes agissent sur le pondérostat, ou plutôt le lipostat, c'est-à-dire la quantité de graisses que l'organisme considère qu'il doit stocker. Il y a donc des familles de style Sancho Pansa, et d'autre de style Don Quichotte. D'autres gènes semblent influencer le comportement alimentaire et en particulier, pour des raisons génétiques, certains perçoivent la faim et la satiété de façon plus nette, plus impérative que d'autres personnes. Mais il n'y a pas de fatalité: pour une personne peu sensible aux messages de faim et de rassasiement de son corps, il est possible de s'éduquer pour mieux détecter les sensations alimentaires et apprendre à les respecter. C'est le but du programme Linecoaching, entre autres choses.
28/05/2019 (18:18) Joiada Bonjour Docteur, je suis le programme depuis presqu'un mois et demi, pas perdu un gramme (je fais 6h de sport par semaine, suis en congé parental). Ce matin j'ai fait une eme pas zen du tout, depuis je n'ai rien avalé, j'essaie d'attendre d'avoir de nouveau faim, je commence à sentir quelques signes de faim mais j'ai l'impression de ne pas avoir droit de manger (culpabilité ++++)...depuis le début du programme j'ai mieux géré mes eme pourtant, moins culpabilisé...mais là...impression que je n'y arriverai jamais...un conseil? Bonsoir Joiada, Vous semblez être bien trop centrée sur votre poids et votre désir de maigrir rapidement entrave votre progression. Décontractez-vous! Ce n'est pas une course à celle qui perdra le plus de kilos dans le minimum de temps. Non, l'objectif est de se laisser commander par son corps, de lui redonner les commandes, de se mettre à son service pour qu'il puisse ramener le poids au niveau du poids d'équilibre, puis s'y stabiliser tout doucettement. Tout, finalement est une affaire d'écoute des messages du corps, de respect de ce que votre corps vous communique. Après un mois de LC, il est normal que vous ne soyez pas encore bien arrivée à faire tout ça, aussi pas d'inquiétude. Comment évaluer si vous faites de progrès ou bien non, si vous allez dans la bonne direction ou bien non? Observez votre comportemental alimentaire: parvenez-vous à repérer vos sensations de faim, à en tenir compte? Parvenez-vous à à repérer vos sensations de rassasiement, à en tenir compte? Pouvez-vous repérer les aliments qui vous semblent hautement désirables à un moment donné et pouvez-vous les manger en les dégustant sans culpabilité? Vous avez des EME, et vous n'êtes pas la seule. Pouvez-vous repérer ce qui les déclenche? Pouvez-vous manger ce qui vous fait du bien sans culpabilité? Il semble qu'il y ait du mieux de ce côté là, mais aussi que beaucoup de progrès restent à faire. C'est sur ce genre de choses que vous devez travailler. Et puis aussi, il est important que vous soyez d'une grande souplesse, d'une grande tolérance avec vous-même. Manger excessivement n'est pas grave en soi. Sur les jours qui suivent (pas juste dans les heures qui suivent...) cela se corrige tout seul, si on est suffisamment tolérant avec soi-même. Donc, voilà mon conseil: faites les exercices proposés aussi consciencieusement que possible, avancez le pied léger, en douceur, sans brutalité envers vous-même, et peu à peu, vous allez progresser, votre poids va refluer. Bonne route à vous!
28/05/2019 (17:59) G. Apfeldorfer Bonsoir tout le monde. Une heure de foire aux questions. Vous demandez, je réponds. Si je peux, bien sûr. Je réponds dans l'ordre d'arrivée des questions. Mais en principe, je réponds à toutes les questions, sauf si sur la fin, je suis pris par le temps. Alors, pas d'affolement.
28/05/2019 (18:22) Nadia77 Bonjour Gérard, heureuse de pourvoir échanger avec vous. Comment me remttre au programme? J'ai raccrochée et j'ai du mal à me remttre sur els rails, je suis à l'étape du rassasiement gustatif mais mon "appétit" n'est pas rassasiable..peut tre revenir à la faim? Bonsoir Nadia, Lorsqu'on a arrêté et qu'on a le sentiment que certaines étapes précédentes ne sont pas réellement acquises, ou bien qu'elles ont été acquises un moment, mais que ce n'est plus le cas, alors, oui, il vaut mieux revenir en arrière. Vous pouvez soit refaire les exercices, par exemple sur la faim, en les reprenant sans remplir les cases du programme (déjà remplies précédemment) ou bien si vous voulez être guidée, demander à votre coach de vous rebrancher sur l'étape de la faim.
28/05/2019 (18:25) Joiada Bonsoir Docteur Bonsoir Joiada.
28/05/2019 (18:26) PaulineUK Bonjour! J?ai eu un bébé il y a 9 mois et je n?arrive pas à perdre les kilos restants. Du coup ça m?enerve, ça m?obsede, je me sens mal et je me dis que quelque chose est comme bloqué. Est ce possible? Je ne comprends pas pourquoi certaines femmes fondent en quelques mois et pour moi rien ne change ... merci!! Bonsoir pauline, Ah, oui, tout le monde n'est pas pareil! Certaines femmes ont une génétique favorable et d'autres moins. Certaines femmes allaitent longtemps et d'autres pas. Certaines femmes sont aidées et d'autres doivent se débrouiller seules. Certaines femmes ont d'autres enfants et ça en fait un de plus. Certaines femmes travaillent, font la cuisine, élèvent leurs enfants et n'ont plus une minute à elles. Certaines femmes dorment bien la nuit et d'autres sont sur le pied de guerre toute la nuit. Certaines femmes sont super stressées et d'autres sont cool. Alors, patience! Observez vos émotions. Vouloir maigrir à tout prix (et vite) crée des émotions. On se met la pression. On a alors des EME. Etre obsédée par son poids fait grossir! On se calme, Pauline!
28/05/2019 (18:31) gene bonsoir. heureuse de pouvoir échanger avec vous ce soir. ma question: peut-on "contrôler" les EME Contrôler les EME? Mais ça veut dire quoi? S'empêcher d'avoir envie de manger? Comment peut-on empêcher une envie d'arriver? Les désirs, les émotions, et aussi les pensées nous arrivent, elles nous viennent, et rien ne peut l'empêcher. La question est: que fait-on d'une envie? Y répond-on ou bien non? Eh bien, je dirais que ça dépend. D'une façon générale, le mieux est de répondre à ses désirs. Cela permet de se réconforter. On veille alors à manger en dégustant, en profitant de ce que l'on mange, et c'est ainsi que cela nous réconforte le mieux. Puis, lorsqu'on se sent mieux, on attend que la faim revienne pour remanger. Donc, pas d'excès sur la durée. On peut aussi, parfois, décider pour des raisons circonstancielles, qu'on restera un moment avec ses désirs sans y répondre. On y répondra plus tard, s'il y a encore besoin, lorsque les circonstances permettront de le faire. Mais il ne faut pas trop attendre, tout de même, sinon les désirs ont tendance à croître et deviennent irrésistibles. On peut aussi, et nous le conseillons, bien sûr, apprendre à mieux tolérer ses émotions, et donc avoir ensuite moins souvent des envies de manger émotionnelles. La pleine conscience est une bonne école pour cela. Mais il faut bien se souvenir que lorsque l'envie, le désir se font déjà pressants, ce n'est plus le moment de faire de la pleine conscience, qui s'apparente alors à un évitement, une fuite du désir. Il n'en sort rien de bon.
28/05/2019 (18:22) Nadia77 Bonjour, j'espere que vous vous portez bien. Je vous ai envoyé une question avant le forum. Il y a vait cette possibilité. L'auriez vous recu? Bonsoir nadia. Oui, je vais bien, merci de prendre de mes nouvelles. Et j'espère qu'il en va de même pour vous. Voilà, j'ai répondu.
28/05/2019 (18:34) gene Est-ce que rechercher à reconnaitre et nommer l'émotion qui me pousse à manger compulsivement peut m'aider à trouver d'autre alternative que le craquage C'est toujours bien de savoir d'où nous vient telle ou telle envie de manger, de pouvoir nommer les émotions, de retrouver les événements, les pensées, les souvenirs, les discours intérieurs qui en sont à l'origine. Mais ce n'est pas absolument indispensable: on sait qu'on a une EME, et la réponse à une EME est: manger en dégustant attentivement, jusqu'à l'obtention du réconfort, puis attendre que la faim réapparaisse pour manger à nouveau. Ceci n'est pas un craquage. C'est une réponse adaptée, organisée. Qui vaut beaucoup mieux de l'appel à la volonté, ou bien la tentative de substituer un autre comportement (faire de la relaxation, de la pleine conscience, du tricot, du sport...) au désir alimentaire. Cette dernière stratégie est courante, a même été préconisée (et est toujours préconisée) par différents thérapeutes, mais est très peu efficace, car faisant bien trop appel au contrôle.
28/05/2019 (18:38) PaulineUK Rebonjour, encore moi! Je profite de votre présence sur ce chat pour vous poser une seconde question. J?ai remarqué il y a quelques? temps en prêtant attention à mes sensations que lorsque je mange trop vite ou en trop grandes quantités, je ressens une sorte de sensation d?angoisse, de stress, qui vient vraiment de la zone de l?estomac... avant je pensais simplement que c?était du stress mais maintenant que j?ai fait le lien avec la nourriture, je me demande ce que c?est? Est ce une sensation physique ou psychologique? Merci beaucoup! J'aurais tendance à penser que, puisque vous avez eu un comportement alimentaire que vous estimez inadapté, une émotion pénible apparaît. De la culpabilité, de la peur de grossir, de la déprime d'être grosse. Les émotions se ressentent dans le corps, et souvent dans le ventre. Alors ce ne serait pas surprenant.
28/05/2019 (18:39) FRAMBOISE Bonjour je suis dans la partie programme EME et je vois qu'il faut toujours avoir notre aliment doudou et celui pas un autre pour trouver le réconfort. Sauf que je ne parviens pas à trouver cet aliment je vais manger du gras, du salé, du sucré et en aucun cas pour l'instant je ne trouve du réconfort. Les aliments qui sont réconfortants le lundi peuvent ne pas l'être le mercredi. Par exemple parce quo'n en a beaucoup mangé et qu'ils n'apportent plus (pour le moment) le même plaisir. Aussi faut-il s'interroger à chaque fois: tel aliment va-t-il vraiment me réconforter? Est-ce cela que je désire? Si vous n'avez pas fait les exercices de réintroduction des aliments riches (gras-sucrés), si vous n'avez pas évacué la culpabilité qui y est attachée, alors ce aliments doivent générer de la culpabilité, qui gâche le réconfort. Je suppose que c'est ce qui vous arrive.
28/05/2019 (18:48) Chris Bonsoir j?ai commencé le programme il y a une dizaine de jours pouvez-vous me dire ce que sont les ÉMERGENTS? Les émergents? je ne vois pas de quoi vous parlez.
28/05/2019 (18:48) Pookyes Bonsoir, je débute à peine le programme et j'aimerais savoir si on arrive à se débarrasser des eme. Je vous remercie. Les EME sont une chose normale et tout le monde a parfois envie de manger pour calmer des émotions. Le problème est ce qui se passe quand on ne s'en donne pas le droit, quand on culpabilise de le faire. On génère alors de la culpabilité et de l'angoisse, qu'il faut aussi calmer. On met donc en place un cercle vicieux qui débouche sur la compulsion. Donc, on ne e débarrasse ni de ses émotions, ni de ses désirs, ni de ses EME, mais on apprend à vivre (bien) avec, sans que cela ait d'effet sur le poids. A condition que les EME ne deviennent pas permanentes, bien sûr. Si on éprouve le besoin de se réconforter pour un oui ou pour un non, alors c'est qu'on est devenu hypersensible à ses émotions. C'est là que la pleine conscience devient utile: il s'agit d'apprendre à tolérer ses émotions, à les vivre sans les fuir sur un mode ou sur un autre.
28/05/2019 (18:51) A036.evelynedur Bonsoir, après plus de trois mois de programme, j'identifie bien le rassasiement gustatif mais toujours pas la sasiété. Je me demandais si le fait d'être grosse peut rendre mon estomac plus dilaté et m'empêcher de savoir quand je n'ai plus faim ? Lors de mes nombreux régimes, j'avais bien identifié qu'en perdant des kilos mon appétit diminue... Merci d'avance de votre réponse. Bravo evelyne, je suis très heureux de savoir que vous identifiez le rassasiement gustatif. C'est une avancée importante. Et si je comprends bien, après vous être rendue compte que vous n'aviez plus de désir pour tel ou tel aliment, vous constatez que vous avez encore envie de manger, que vous êtes capable de prendre du plaisir avec un autre aliment. Normalement, vient un moment où on constate qu'on n'a plus envie de rien. Ce qui correspond à ce qu'on appelle le rassasiement global. Mais il se trouve que le rassasiement global est de nature apprise, conditionné par les habitudes alimentaires, les horaires, la répartition habituelle entre les différents repas. Le rôle du rassasiement global est de nous conduire à manger pour rester confortable jusqu'au moment du repas suivant. Si vous mangez sans horaire, des fois beaucoup à midi et des fois plutôt beaucoup le soir, alors le rassasiement global peut ne plus apparaître. Pour qu'il fonctionne, il vous faut donc remettre en place des habitudes alimentaires. Mais attention: sans rigidité! Il convient d'avoir des habitudes, en gros, avec cette idée qu'on peut y déroger à tout moment, pour s'adapter aux circonstances et à ses humeurs. Et non, le rassasiement global n'a pas grand chose à voir avec le remplissage de votre estomac. C'est plutôt une affaire d'apport calorique, pas d'apport volumique.
28/05/2019 (18:54) gene merci de votre réponse; je viens de comprendre ce que je ne voulais pas voir depuis longtemps: je suis dans le contrôle!! faites-vous dans le programme un travail sur le lâcher-prise? Prise en conscience décisive! Enfin, je l'espère. Tout le programme est fondé sur le lâcher-prise, sur l'écoute, sur le fait de se mettre au service de son corps, d'écouter ses messages!
28/05/2019 (18:56) FRAMBOISE Merci pour votre réponse j'avance tranquillement mais j'avance !!! Très bien. Lentement, c'est bien. C'est en allant lentement qu'on va aussi vite que possible. C'est quand on va vite qu'on décroche et qu'on perd du temps. Ça fait un peu zen, comme discours, non? Ou à l'italienne: chi va piano va sano.
28/05/2019 (18:56) Chris Oup?s j?avais écrit EME Ah, EME! Envie de manger émotionnelle. On cherche à calmer une émotion qu'on estime insupportable (= qu'on n'est pas, pense-t-on, en mesure de supporter) en mangeant des aliments à goût puissant, habituellement riches en gras et:ou en sucres. On est alors une mangeuse émotionnelle.
28/05/2019 (18:58) PaulineUK En ce qui concerne l?exercice du répertoire alimentaire, Il est à constituer sur papier ou dans l?application? Je ne vois pas ... merci Identifier son répertoire alimentaire consiste à noter les aliments qu'on consomme, et aussi son attitude vis-à-vis de ces aliments. Vous pouvez le faire avec l'application ou sur le papier. C'est pour vous que vous faites tout ça, non? Pas pour nous!
28/05/2019 (18:58) G. Apfeldorfer Nous arrivons au bout de ce tchat. Merci pour vos belles questions. A bientôt. Bonne route à vous.
X