Jusqu'à - 20 sur votre programme. Démarrez votre programme à partir de 19 € le 1er mois

La journée européenne de l'obésité le 23 mai 2015: faites la paix avec les kilos!

Voting
2

La journée européenne de lutte contre l'obésité aura lieu le samedi 23 mai 2015. Cette journée existe depuis 2010 et est organisée en France par le Collectif National des Associations d’Obèses (CNAO) qui en est le coordinateur national. A l'occasion de cette journée : "stop aux diktats !"

Photo
La journée européenne de l'obésité le 23 mai 2015: faites la paix avec les kilos!
Body

Une journée spéciale pour pointer du doigt l'obésité

Premier diktat : je ne veux pas voir un ventre qui dépasse ! Voilà qui était un excellent thème, et pourquoi ne pas en profiter pour y revenir ? À commencer par le diktat de la minceur. Le message social entendu partout, qui s'impose à toutes et à tous, est clair : l'obésité est un fléau mondial, un grave problème de santé publique, extrêmement coûteux tant pour la collectivité que pour l'individu. Le surpoids est quant à lui le doigt dans l'engrenage et doit être combattu de la même façon. Tout un chacun doit donc avoir un indice de masse corporelle située entre 20 et 25, faute de quoi il est un mauvais citoyen, une personne sans volonté, sans valeur. Il convient de lui faire honte afin qu'il se reprenne et se décide à maigrir. Ce genre de diktat est davantage une position morale qu'une réalité scientifique. Tout cela part de l'idée que chacun peut faire ce qu'il désire de son poids, choisir de faire tel ou tel poids et s'y maintenir s’il le décide. La réalité est autrement plus complexe : le poids de chacun est déterminé par ses gènes, son histoire pondérale, son mode de vie et sa psychologie. Les réserves de graisse de l'individu sont l'objet d'une régulation qui échappe à toute volonté. Si bien que certains pourront aisément et sans effort particulier avoir un poids satisfaisant, alors que d'autres ne pourront avoir un poids stable que s'ils acceptent que ce poids se situe en dehors des normes. Stigmatiser une personne obèse sous prétexte qu'elle n’aurait pas la volonté de devenir mince, c'est comme stigmatiser une personne noire sous prétexte qu'elle n’aurait pas la volonté de devenir blanche !

Manger équilibré et faire la guerre aux kilos

Deuxième diktat : tous vos repas doivent être équilibrés. Pour faire le bon poids, nous dit-on, il est nécessaire et suffisant de faire des repas équilibrés, c'est-à-dire comportant tous les nutriments nécessaires, et limitant fortement les aliments à haute densité énergétique, c'est-à-dire à base de sucres et de graisses. Mais qui donc mange véritablement de cette façon ? Sûrement pas les petits mangeurs qui seraient bien en peine, à chaque repas, de manger leur contingent de légumes et de fruits, de poissons ou de viande, de laitages et de céréales. Cela les conduirait très probablement à manger trop en quantité. En réalité, il n'est pas nécessaire d'avoir des repas équilibrés, où on mangerait tous les nutriments sans en oublier aucun, car ce qui compte, c'est d'avoir une alimentation globalement équilibrée. Et le plus beau de la chose, c'est lorsque l'on mange sur un mode intuitif, des aliments traditionnels, en tenant compte de ses sensations alimentaires de faim et de satiété, ainsi que de ses appétences, notre alimentation a tendance à s'équilibrer d'elle-même. L'important n'est peut-être pas tant de respecter des règles diététiques que d'être attentif aux messages de son corps.
D'une façon générale, les diktats font plus de mal que de bien. Ils nous conduisent à avoir une attitude guerrière face au problème du poids, qu'il s'agit de combattre. Et si, plutôt que de faire la guerre, nous faisions la paix ? Et si nous considérions que nous devons nous mettre au service de notre corps, savoir l'écouter, savoir lui donner ce qu'il demande, ni plus ni moins ? Et si nous considérions aussi que faire de l'exercice est une forme de cadeau que l'on fait à son corps ? Parce que, entre notre corps et nous, c'est à la vie à la mort. Nous n'avons que celui-là et nous n'en aurons jamais d'autre. Un bienfait n'est jamais perdu : c'est en chérissant notre corps que nous le mettons dans de bonnes dispositions à notre égard et le préparons à perdre le poids superflu.

Voting
2

Démarrez votre bilan gratuit en 3 min

Commentaire

redgine's cocktail.
sam 23/05/2015 - 16:04
J'ai fait bon nombres de régimes, avec WW, dans une clinique d'amaigrissement, ou dans des hôpitaux. Tous prônaient qu'il fallait une volonté de fer et résister. En cas de faim : boire, ou manger à volonté des légumes natures. Et c'est comme ça que j'ai appris à manger contre mon gré, des aliments dont je ne voulais pas. Avec une très grande faim qui me tenaillais lorsqu'il y avait restriction, j'ai mangé pour me remplir et faire taire mon estomac et mon esprit qui voulaient d'autres aliments. Et quand finalement le corps refuse dans un dernier sursaut de manger de façon intellectuel tout le bol alimentaire calculé savamment, c'est la débâcle complète. Le pétage de plomb en règle. Car c'est sans le consulter, en faisant fi des sensations que les régimes sont prescrits, à grands renforts des magasines féminins qui titrent tous : voilà l'été, soyez belles pour la plage et pour les vacances, donc toutes minces. Et mince, cela veut surement dire toutes pareilles, tel poids avec telle taille. Mais nous ne sommes pas toutes et tous pareils. Acceptons nos différences. J'accepte mes différences, rester en bonne santé et m'éclater. Et vive la vie.
ven 24/04/2015 - 08:02
Article très déculpabilisant, merci ! Ce diktat de "5 fruits et légumes par jour" fut pour moi une grande cause de suralimentation... lorsque j'avais fait un repas avec une pizza et un gâteau, "en plus" je mangeais sans faim des crudités et un fruit.

Répondre

Vous n'avez pas trouvé votre bonheur ?

Découvrez les témoignages de nos abonnés !

  • "J’ai perdu 10 kg et j’ai réappris à manger ce que j’aime quand je veux !"

    c’est une méthode douce et qui permet de mieux se connaître et de prendre du temps pour soi. C'est un travail sur soi pour mieux se connaître et ses comportements alimentaires, sans frustration.
    Karine 45 ans

    Karine, 45 ans, DRH, Paris

  • "J'ai perdu 7kg tout en retrouvant le plaisir de cuisiner les plats que j'aime"

    La méthode correspond parfaitement à ce que je cherchais : ré-apprendre à manger selon nos envies, puisqu’en faisant ainsi, on comble nos besoins tant énergétiques que nutritionnels ou émotionnels.
    Marie-Rose

    Marie-Rose, 54 ans, Québec

  • "Je ne culpabilise plus de manger des aliments riches, je me sens libérée !"

    La méthode est la seule qui ne propose pas de régime ! J’en avais marre des régimes, il me fallait tester autre chose. Et mieux encore, cette méthode « interdit » les régimes, et propose des repas entiers.
    Claire 36 ans

    Claire, 36 ans, Office manager, Thionville

  • "Je mange mieux et je me sens en meilleure forme !"

    Avec Nutrition, j’ai appris à suivre mes intuitions alimentaires, à m’écouter manger. J’ai rééquilibré mon alimentation sans aucune frustration. Je sais à présent proportionner mes aliments dans un repas. 
    Nadia

    Nadia, 32 ans, Paris

  • "Manger sain est devenu un plaisir et plus une contrainte !"

    Ce que j’ai apprécié, c’est que le programme n’est pas du tout tourné vers un programme alimentaire stricte. Il y a une dédramatisation de la façon de s’alimenter et le parcours est pédagogique et ludique.
    martin

    Martin, 39 ans, Nevers

Transverse - Arguments programme

  • promotion

    Un parcours adapté à votre problématique

  • nutritionist

    Un coach du comportement alimentaire à votre écoute

  • Une communauté pour partager

    Une communauté pour partager

  • 09 81 41 35 22 - Du lundi au samedi de 10h à 19h

    09 81 41 35 22 - Du lundi au samedi de 10h à 19h