Jusqu'à - 20 sur votre programme. Démarrez votre programme à partir de 19 € le 1er mois

Médicaments pour maigrir: une vigilance accrue en France

Voting
0
Les médicaments pour maigrir, et surtout pour maigrir vite, sont très en vogue mais qu'en est-il de leur autorisation de mise sur le marché ? Notre Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM) a décidé récemment d'interdire l'utilisation de certains médicaments pour maigrir. Aux Etats-Unis en revanche, de nouveaux médicaments "anti-obésité" sont sur le point d'être autorisés.
Photo
Médicaments pour maigrir: une vigilance accrue en France
Body

Un usage détourné de médicaments pour maigrir

Les « préparations magistrales » sont concoctées par les pharmaciens, sur ordonnance d’un médecin, et faites pour adapter la formule d'un médicament à un patient souffrant de problèmes spécifiques. En pratique, les préparations magistrales sont tombées en désuétude, et seuls des cas particuliers les requièrent. Il apparaît selon une étude de l'ANSM qu'un tiers de ce type de préparation est destiné à la perte de poids et que les molécules utilisées sont détournées de leur fonction initiale pour aider les personnes à maigrir.

L'interdiction intervenue en Mai 2012 vise à prévenir de telles dérives dans l'utilisation des médicaments. L'étude de l'ANSM (l’organisme qui succède depuis peu à l'AFSSAPS), a en effet montré que ce commerce de produits amaigrissants persistait, souvent dans la plus grande discrétion.

Les plantes dorénavant interdites dans les préparations sont : Garcinia cambodgia et le fruit vert de Citrus aurantium, ainsi que les préparations à base de la plante Hoodia gordonii. Parmi les substances interdites, figurent aussi un anabolisant à usage vétérinaire, des antidiabétiques, des anxiolytiques, des antidépresseurs, des anti-épileptiques. Cela ne remet pas en question l’usage de préparations magistrales dans certains cas (enfants de moins de 12 ans pour lesquels il n’existe pas toujours de dosage adéquat, adultes souffrant de dénutrition ou de troubles de la déglutition) mais l'utilisation de médicaments pour maigrir sera limitée.

Les Etats-Unis continuent à miser sur les médicaments pour maigrir

Notons que les États-Unis semblent plus permissifs. Si les produits coupe-faim à base de fenfluramine sont définitivement hors-jeu, de même que les combinaisons de type fen-phen, retirés en 1997 pour leur toxicité sur les valvules cardiaques (le Mediator des laboratoires Servier appartient à cette famille), de nouveaux produits sont dans les starting-blocks et attendent l’avis du comité consultatif de la Food and Drug Administration (FDA). La décision définitive sera sans doute rendue prochainement, et une demande a également été formulée auprès de l'Agence européenne du médicament.

Les produits concernés sont des coupe-faim dérivés d'amphétamine, tout comme les précédents. Il s’agit du lorcaserin (Lorgess®) et du Qnexa (laboratoire Vivus). Le second est une association de phentermine, dérivé de l’amphétamine, et de topiramate, un anti-épileptique souvent détourné de son usage à des fins amaigrissantes, et que l’ANSM vient justement d’interdire en tant que coupe-faim. Ces médicaments pour maigrir étant encore en attente, d'autres pilules ont pourtant été validés par la Food and Drug Administration. Ainsi, la pilule Belviq qui agit sur la perception de la satiété par le biais de la sérotonine naturelle sécrétée par l'organisme le premier médicament anti-obésité à être commercialisé depuis les années 90.

Rappelons à ce sujet que les médications anti-obésité ne sont qu’une longue suite de déceptions : ils se tous avérés efficaces à court terme, mais toxiques à des degrés divers, ou bien d’emblée inefficaces.

 

Sources :

Communiqué de presse de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé du 10 mai 2012

Rapport du comité consultatif de la Food and Drug Aministration de mai 2012

Voting
0

Démarrez votre bilan gratuit en 3 min

Répondre

Vous n'avez pas trouvé votre bonheur ?

Découvrez les témoignages de nos abonnés !

  • "J’ai perdu 10 kg et j’ai réappris à manger ce que j’aime quand je veux !"

    c’est une méthode douce et qui permet de mieux se connaître et de prendre du temps pour soi. C'est un travail sur soi pour mieux se connaître et ses comportements alimentaires, sans frustration.
    Karine 45 ans

    Karine, 45 ans, DRH, Paris

  • "J'ai perdu 7kg tout en retrouvant le plaisir de cuisiner les plats que j'aime"

    La méthode correspond parfaitement à ce que je cherchais : ré-apprendre à manger selon nos envies, puisqu’en faisant ainsi, on comble nos besoins tant énergétiques que nutritionnels ou émotionnels.
    Marie-Rose

    Marie-Rose, 54 ans, Québec

  • "Je ne culpabilise plus de manger des aliments riches, je me sens libérée !"

    La méthode est la seule qui ne propose pas de régime ! J’en avais marre des régimes, il me fallait tester autre chose. Et mieux encore, cette méthode « interdit » les régimes, et propose des repas entiers.
    Claire 36 ans

    Claire, 36 ans, Office manager, Thionville

  • "Je mange mieux et je me sens en meilleure forme !"

    Avec Nutrition, j’ai appris à suivre mes intuitions alimentaires, à m’écouter manger. J’ai rééquilibré mon alimentation sans aucune frustration. Je sais à présent proportionner mes aliments dans un repas. 
    Nadia

    Nadia, 32 ans, Paris

  • "Manger sain est devenu un plaisir et plus une contrainte !"

    Ce que j’ai apprécié, c’est que le programme n’est pas du tout tourné vers un programme alimentaire stricte. Il y a une dédramatisation de la façon de s’alimenter et le parcours est pédagogique et ludique.
    martin

    Martin, 39 ans, Nevers

Transverse - Arguments programme

  • promotion

    Un parcours adapté à votre problématique

  • nutritionist

    Un coach du comportement alimentaire à votre écoute

  • Une communauté pour partager

    Une communauté pour partager

  • 09 81 41 35 22 - Du lundi au samedi de 10h à 19h

    09 81 41 35 22 - Du lundi au samedi de 10h à 19h