La restriction cognitive : qu'est-ce que c’est ?

Voting

12 avis

L’expression est issue du jargon scientifique. Elle désigne quelque chose que nous connaissons tous : la volonté de contrôle de l’alimentation afin de maigrir. Voici quelques explications simples sur ce concept central.

Photo
La restriction cognitive : qu'est-ce que c’est ?
Body

« Restriction cognitive », quésaco ? Une expression employée par les spécialistes du surpoids et des troubles alimentaires pour définir les régimes amaigrissants au sens large. Le fait de vouloir restreindre de manière consciente son alimentation pour maigrir. Mais cette expression est surtout au cœur d’un débat qui divise tous ceux qui s’intéressent aux problèmes de surpoids : cette restriction est-elle bonne ou non? Tandis que certains la voient comme un rempart contre l’obésité, de plus en plus de chercheurs la considèrent comme un trouble du comportement alimentaire en soi, néfaste et dangereuse.

Pourquoi la restriction cognitive, le désir d’un contrôle volontariste sur son alimentation, divise-t-il ainsi ?

Parce que le bilan des régimes amaigrissants est largement négatif. Selon une étude citée par Jean-Philippe Zermati et Gérard Apfeldorfer dans leur ouvrage Traiter l’obésité et le surpoids, dans 90 % des cas, l’efficacité d’un régime amaigrissant ne dépasse pas trois ans. D’autres études ont montré qu’en suivant des enfants pendant trois ans, à âge et poids équivalents, ceux qui grossissent le plus sont ceux qui pratiquent le plus de régimes. Selon les deux praticiens, l’anxiété et la culpabilité alimentaire qui accompagnent les régimes amaigrissants perturbent les processus physiologiques de contrôle des apports alimentaires (le fait de manger pour combler son appétit et de s’arrêter de manger une fois à satiété) ; ils aboutissent fréquemment à des compulsions qui finalement aggravent la prise de poids.

Je sais que je n’ai plus faim mais je n’arrive pas à m’arrêter

En définitive, la restriction cognitive nous éloignerait d’une alimentation intuitive, d’un comportement alimentaire où l’attention porte avant tout sur les sensations. Le contrôle mental volontaire et conscient se substitue à des mécanismes neurophysiologiques inconscients. Voici à quoi aboutit cette tentative de restriction, des états graduels que nombreux d’entre nous connaissent :

- Une restriction cognitive légère : « Je sais que j’ai faim mais je ne dois pas manger ». C’est-à-dire que je ressens la faim, mais je décide de ne pas en tenir compte. Pendant un temps, cette manière de faire va me permettre de suivre mon régime et de mincir. Jusqu’à un éventuel craquage.

- Une restriction cognitive modérée : « Je sais que je n’ai plus faim mais je n’arrive pas à m’arrêter ». Les émotions négatives prennent le dessus, le sentiment de culpabilité est fort. On se sent incapable et cela aboutit à nous faire manger encore plus.

- Une restriction cognitive sévère : « Je ne sais plus si j’ai encore faim ou si j’ai assez mangé ». Les sensations alimentaires sont très faibles, j’essaye seulement de contrôler la situation mentalement, mais je n’y arrive pas. On se sent par conséquent très vulnérable.

- Une restriction décompensée : « Je mange sans faim et je ne contrôle plus rien ». Je n’ai plus aucun contrôle mental et mes sensations alimentaires sont à zéro. Des émotions extra-alimentaires m’envahissent : l’angoisse de ne plus rien contrôler, l’impression d’être incapable de suivre le schéma d’un régime et de mincir, la culpabilité.

Finalement, la restriction cognitive aboutit non pas à un poids satisfaisant, mais à une relation pervertie à la nourriture, faite d’anxiété de grossir et de culpabilité. Car ce contrôle absolu qu’on aimerait avoir sur son alimentation n’est pas tenable ! Par ailleurs, on en vient à oublier les aspects gustatifs et gastronomiques de l’alimentation, qui sont essentiels, que l’on veuille mincir ou non. Les thérapies cognitivo-comportementales privilégient donc le travail sur les émotions et les sensations alimentaires, seul moyen de retrouver un rapport serein à la nourriture et d’atteindre son poids d’équilibre.

Article
Voting

12 avis

3

Démarrez votre bilan gratuit en 3 min

Commentaire

ven 24/01/2014 - 14:16
moi aussi je me retrouve dans ce schema de "restriction cognitive" ;c'est vraiment un calvaire .Depuis plus de 40 ans je fais des regimes ;je suis obsédée par la peurde prendre du poids depuis l'age de 17 ans .Je n'ai jamais ete enorme mais je ne me suis jamais acceptée telle que j'etais (ou que je suis ,puisque c'est permanent ) .Cela ,ajouté aux difficultés de la vie ... ça fait une vie plutot gachée...
lun 06/01/2014 - 21:30
j ai connu ca pendant plus de 25 ans ,J ai meme reussi a me persuader que je n aimais pas certains aliments juste parcequ ils etaient trop caloriques ! mais j ai decide d en terminer avec toutes ces restrictions et tabous et je me suis inscrite chez linecoaching ,,,
jeu 21/11/2013 - 17:50
Je me retrouve tellement dans cet article ! Ces fichus "régimes" sont vraiment un calvaire ! j'ai l'impression d'avoir passé mes 5 dernières années (si ce n'est +, alors que j'ai 24 ans...) à être en permancence dans l'alternance de phases de régimes et de craquages puis rebelotte : régime etc... Je me retrouve dans la description de la restriction décompensée...je vais avoir du boulot pour opérer un réel changement (et durable!). Mais j'ai confiance en cette méthode qui me semble être la + raisonnée, saine et naturelle.

Autres sujets similaires

Vous n'avez pas trouvé votre bonheur ?

Découvrez les témoignages de nos abonnés !

  • "J’ai perdu 10 kg et j’ai réappris à manger ce que j’aime quand je veux !"

    c’est une méthode douce et qui permet de mieux se connaître et de prendre du temps pour soi. C'est un travail sur soi pour mieux se connaître et ses comportements alimentaires, sans frustration.
    Karine 45 ans

    Karine, 45 ans, DRH, Paris

  • "J'ai perdu 7kg tout en retrouvant le plaisir de cuisiner les plats que j'aime"

    La méthode correspond parfaitement à ce que je cherchais : ré-apprendre à manger selon nos envies, puisqu’en faisant ainsi, on comble nos besoins tant énergétiques que nutritionnels ou émotionnels.
    Marie-Rose

    Marie-Rose, 54 ans, Québec

  • "Je ne culpabilise plus de manger des aliments riches, je me sens libérée !"

    La méthode est la seule qui ne propose pas de régime ! J’en avais marre des régimes, il me fallait tester autre chose. Et mieux encore, cette méthode « interdit » les régimes, et propose des repas entiers.
    Claire 36 ans

    Claire, 36 ans, Office manager, Thionville

  • "Je mange mieux et je me sens en meilleure forme !"

    Avec Nutrition, j’ai appris à suivre mes intuitions alimentaires, à m’écouter manger. J’ai rééquilibré mon alimentation sans aucune frustration. Je sais à présent proportionner mes aliments dans un repas. 
    Nadia

    Nadia, 32 ans, Paris

  • "Manger sain est devenu un plaisir et plus une contrainte !"

    Ce que j’ai apprécié, c’est que le programme n’est pas du tout tourné vers un programme alimentaire stricte. Il y a une dédramatisation de la façon de s’alimenter et le parcours est pédagogique et ludique.
    martin

    Martin, 39 ans, Nevers

Transverse - Arguments programme

  • promotion

    Un parcours adapté à votre problématique

  • nutritionist

    Un coach du comportement alimentaire à votre écoute

  • Une communauté pour partager

    Une communauté pour partager

  • 09 81 41 35 22 - Du lundi au samedi de 10h à 19h

    09 81 41 35 22 - Du lundi au samedi de 10h à 19h