Jusqu'à - 20 sur votre programme. Démarrez votre programme à partir de 4 € le 1er mois

Bon et mauvais cholestérol : où est la différence ?

Article
Voting

413 avis

0

Notre organisme a besoin de cholestérol pour vivre, et comme chacun sait, il y a le bon et le mauvais.  Quelle-est donc cette distinction, et est-elle justifiée ?
On ne pas vivre sans cholestérol. Il est indispensable au bon fonctionnement de nos cellules et de nos organes. Mais peut-on avoir le bon sans avoir le mauvais?

Photo
Bon et mauvais cholestérol : où est la différence ?
Body

Quelle est la différence entre « bon » et « mauvais » cholestérol ?

Le cholestérol est un lipide qui joue un rôle essentiel dans de nombreux processus biochimiques. Il est un des constituants des membranes qui entourent nos cellules et a un rôle prépondérant dans la fabrication des hormones produites par les glandes génitales et surrénales. Il provient à 30 % de l’alimentation, mais 70 % est synthétisé par le foie. Comme ce lipide n’est pas soluble dans l’eau, il est transporté dans le sang par des protéines appelées lipoprotéines dont le LDL (lipoprotéine de basse densité) et le HDL (lipoprotéine de haute densité). 

  • Le HDL-cholestérol transporte le cholestérol des tissus vers le foie pour l’éliminer, évitant ainsi son accumulation dans les tissus et donc permettant de prévenir les risques d’athérosclérose. C’est pour cette raison que l’on dit du HDL qu’il est un « bon » cholestérol. 

  • Le LDL-cholestérol transporte le cholestérol du foie vers les tissus où il est utilisé. Quand il y a un trop plein de LDL-cholestérol, celui-ci s’accumule sur les parois artérielles, réduit ainsi leur calibre et forme des plaques graisseuses s’épaississant au fil des ans. C’est la raison pour laquelle on le nomme le « mauvais cholestérol ». Ainsi, quand le sang ne passe plus, les cellules, privées d’oxygène, meurent. C’est l’accident ischémique qui selon l’artère obstruée, entraîne l’infarctus du myocarde, l’accident vasculaire cérébral, ou l’artérite des membres inférieurs. 

Mais d’autres facteurs de risques entrent en jeu dans le processus délétère des pathologies cardio-vasculaires : tabac, alcool, obésité et surpoids, hypertension, diabète, etc.

Selon la Fédération Française de Cardiologie, « la probabilité d’athérosclérose est d’autant plus forte que la valeur du LDL-cholestérol est élevée : on a du « mauvais » cholestérol lorsque le LDL égale ou dépasse 1,6g/l. A l’inverse, plus le taux sanguin de HDL-cholestérol est élevé, plus le risque d'athérosclérose est faible : un HDL égal ou supérieur à 0,6 g/L a un effet de protection vasculaire. En revanche un HDL bas, c’est à dire inférieur à 0,4 g/L chez l’homme et inférieur à 0,5 g/L chez la femme est un facteur de risque cardiovasculaire. De plus Il existe une association entre un taux bas d'HDL et le risque de survenue d'un cancer ». 

Comment favoriser le cholestérol naturellement?

Pour améliorer le rapport HDL/LDL, le premier réflexe est de modifier les habitudes alimentaires. Il n’est pas question cependant de faire un régime ou de diminuer la quantité de cholestérol absorbé, puisque la majorité est synthétisée par l’organisme. En revanche, pour augmenter le « bon » cholestérol, on conseille d’utiliser les huiles d’olive et de colza, de mettre l’accent sur les acides gras oméga-3 et manger régulièrement des poissons gras des mers froides, des fruits secs, des lentilles, ainsi que des fruits et des légumes. 

Lorsqu’on consomme des produits animaux, on veille à ce que les animaux dont ils sont issus ont été correctement nourris : soit ils ont brouté de l’herbe grasse riche en oméga-3, soit leur alimentation aura été complémentée avec des graines de lin elles aussi riches en oméga-3. Mieux vaut donc privilégier la qualité, qu'on dégustera d'autant plus, et conduira certainement à manger moins.

Vous aimez le bon vin ? Un verre par jour protège vos artères. Plusieurs études épidémiologiques menées dans les années 90, en France, aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et au Danemark ont démontrés que la consommation modérée de vin rouge est associée à une réduction du risque de maladies cardiovasculaires. C’est ce que l’on appelle le « french paradox » (paradoxe français) : Nous aurions une attitude positive face à la nourriture, prendrions le temps de manger et apprécierions davantage nos repas que dans d'autres pays. 

Pratiquer une activité physique est un excellent moyen de favoriser le « bon cholestérol » et faire chuter le « mauvais ». De nombreuses études scientifiques ont prouvé que le risque d’infarctus est deux fois plus élevé chez les personnes sédentaires que chez les personnes actives. Marcher, courir, nager, faire du vélo, jardiner, tout est bon pour faire grimper votre HDL-cholestérol ! Il suffit d’être régulier. Mieux vaut une marche rapide de 30 mn tous les jours plutôt que deux heures de cardio-trainning épuisantes dans les salles de gym, une fois par semaine. Ce n’est pas tant la quantité qui est en jeu mais bien la qualité des exercices que vous ferez. 

Préservez votre cœur et vos artères. Ils vous le rendront au centuple. Et par-dessus tout, faites-vous du bien car il n’est pas question de souffrir pour être en forme, mais plutôt de s’écouter et d’éprouver du plaisir. Et si vous fumez, il est temps d’arrêter. Car vous l’aurez compris, le tabac non seulement fait grimper votre taux de LDL-cholestérol mais de surcroît, il  vous mène droit vers l’infarctus. 

Souriez, chantez, dansez, bougez et votre HDL-cholestérol va grimper naturellement, sans forcer, juste parce que vous l’aurez un peu aidé… 

Article
Voting

413 avis

0

Démarrez votre bilan gratuit en 3 min

Répondre

Dans la même série

Envie de retrouver un bon équilibre alimentaire ?

Faites le bilan de votre comportement alimentaire en 3min
Vous n'avez pas trouvé votre bonheur ?

Découvrez les témoignages de nos abonnés !

  • "J’ai perdu 10 kg et j’ai réappris à manger ce que j’aime quand je veux !"

    c’est une méthode douce et qui permet de mieux se connaître et de prendre du temps pour soi. C'est un travail sur soi pour mieux se connaître et ses comportements alimentaires, sans frustration.
    Karine 45 ans

    Karine, 45 ans, DRH, Paris

  • "J'ai perdu 7kg tout en retrouvant le plaisir de cuisiner les plats que j'aime"

    La méthode correspond parfaitement à ce que je cherchais : ré-apprendre à manger selon nos envies, puisqu’en faisant ainsi, on comble nos besoins tant énergétiques que nutritionnels ou émotionnels.
    Marie-Rose

    Marie-Rose, 54 ans, Québec

  • "Je ne culpabilise plus de manger des aliments riches, je me sens libérée !"

    La méthode est la seule qui ne propose pas de régime ! J’en avais marre des régimes, il me fallait tester autre chose. Et mieux encore, cette méthode « interdit » les régimes, et propose des repas entiers.
    Claire 36 ans

    Claire, 36 ans, Office manager, Thionville

  • "Je mange mieux et je me sens en meilleure forme !"

    Avec Nutrition, j’ai appris à suivre mes intuitions alimentaires, à m’écouter manger. J’ai rééquilibré mon alimentation sans aucune frustration. Je sais à présent proportionner mes aliments dans un repas. 
    Nadia

    Nadia, 32 ans, Paris

  • "Manger sain est devenu un plaisir et plus une contrainte !"

    Ce que j’ai apprécié, c’est que le programme n’est pas du tout tourné vers un programme alimentaire stricte. Il y a une dédramatisation de la façon de s’alimenter et le parcours est pédagogique et ludique.
    martin

    Martin, 39 ans, Nevers

Transverse - Arguments programme

  • promotion

    Un parcours adapté à votre problématique

  • nutritionist

    Un coach du comportement alimentaire à votre écoute

  • Une communauté pour partager

    Une communauté pour partager

  • 09 81 41 35 22 - Du lundi au samedi de 10h à 19h

    09 81 41 35 22 - Du lundi au samedi de 10h à 19h