Grignoter sans grossir : nos 5 conseils pour se faire plaisir sans prendre de poids

Voting

13 avis

Qui n’a jamais eu envie de se jeter sur un paquet de chips devant un bon film à la télé, ou d’entamer une plaquette de chocolat au bureau entre deux dossiers, alors que la faim n’a même pas pointé son nez ? Il y a des moments où l’envie de grignoter est plus forte que tout. Mais pourquoi avons-nous tant besoin de grignoter ? Et comment se sortir du cercle vicieux du grignotage ?

Photo
Grignoter sans grossir : nos cinq conseils pour se faire plaisir sans prendre de poids
Body

En quoi consiste le grignotage ?

Les nutritionnistes distinguent soigneusement les grignotages et les collations. Une collation est une prise alimentaire motivée par une petite faim, un petit creux entre deux repas. La collation est donc parfaitement légitime et trouve naturellement sa place dans l’alimentation globale. Un grignotage est une prise alimentaire sans faim, ou plutôt dans la plupart des cas une suite de prises alimentaires qu’on ne parvient que difficilement à stopper. En somme, le grignotage peut vite devenir compulsif.

Pourquoi grignotons-nous ?

Les raisons qui nous poussent à grignoter alors que notre estomac ne crie pas famine, sont multiples et souvent d’ordre émotionnel.

On commence par prendre une petite quantité d’un aliment réconfortant, le plus souvent afin de calmer une émotion gênante, ou écarter des pensées pénibles. On peut grignoter parce que l’on s’ennuie ou que l’on est en manque d’activité, parce que l’on est triste ou déprimé ou encore parce que l’on est stressé.

Jusque là, en somme, tout va bien et il n’y a rien là d’anormal ni de problématique. Ou plutôt, tout irait bien si on ne culpabilisait pas de manger ce qu’on mange. Car les aliments qu’on juge réconfortants sont très rarement des haricots verts. Il s’agit presque toujours d’aliments à haute densité énergétique, gras et sucrés.

Culpabilisé, on mange en détournant son attention de ce qu’on est en train de faire. Par exemple, on grignote des pop-corn ou une friandise au cinéma presque sans le savoir, en concentrant son attention sur le film, puis on est tout étonné que le paquet soit devenu vide. En définitive, cet aliment auquel on n’a pas prêté attention n’apporte pas de plaisir véritable et ne réconforte pas.

Pis encore : la culpabilité ressentie devient à son tour une émotion pénible qu’on cherche à faire taire… en continuant à manger ! Voilà comment on se retrouve à grignoter sans fin.

Nos cinq conseils pour se faire plaisir en grignotant… sans grossir !

Consommer des gourmandises entre les repas, soit parce qu’on a un petit creux (c’est donc alors de la faim, et ce qu’on fait, c’est une petite « collation »), soit parce qu’on veut se réconforter après avoir passé un moment déplaisant (et là, on parle de petit « grignotage »), tout cela n’entraîne normalement aucune conséquence sur le poids, à condition que par la suite, on se remette à l’écoute de sa faim et de son rassasiement...

Mais bien sûr, si les quantités consommées deviennent importantes, si le grignotage devient compulsif, il n’en va pas de même.

Certains diététiciens et nutritionnistes bien intentionnées pourraient vous donner la liste d’aliments peu caloriques que l’on peut grignoter à volonté sans grossir. Ils pourraient aussi vous proposer un grignotage « light » avec des produits à 0 % de matière grasse, ou de manger une pomme plutôt qu’un « Paris-Brest » quand l’envie de devient trop envahissante. Or, quand l’envie de grignoter nous prend, le seul désir que l’on a, c’est de manger des choses que l’on aime…

Selon le Dr Apfeldorfer, l’un des créateurs de Linecoaching, « ce n’est pas une bonne idée de conseiller des aliments qui seraient « grignotables ». Ils ne satisfont pas réellement et l’on conserve la tentation de calmer ses émotions par le grignotage. Tôt ou tard, on finit par « regrignoter » des aliments riches. Le problème du grignotage n’est pas de manger en dehors des repas, mais de manger sur un mode compulsif, sans écoute des sensations alimentaires ».

On l’a vu, le problème n’est pas de consommer ceci ou cela, mais de culpabiliser, ce qui conduit à instaurer un véritable cercle vicieux. Alors, voilà quelques conseils afin de cessez de vous sentir coupable quand vous craquez sur la nourriture.

Prenez le temps de déguster

Vous avez nettoyé votre maison de fond en comble et une petite pause s’impose. Pourtant, vous avez déjeuné il y a à peine deux heures et vous n’avez pas faim. Mais vous avez soudain une envie irrésistible de ces biscuits au chocolat que vous avez achetés hier. Pourquoi pas. Mais dans ce cas, ne les avalez pas en quelques secondes, en continuant vos activités en même temps.

Au contraire, prenez le temps de vous asseoir confortablement, comme pour faire quelque chose d’important. Et c’est bien le cas : vous avez une tâche, qui consiste à vous réconforter avec quelques bouchées d’une délicieuse nourriture que vous adorez. Dégustez attentivement, appréciez longuement la texture, les arômes et les saveurs de cette bouchée, puis de la suivante, et ainsi de suite, jusqu’à ce que vous vous sentiez mieux, calmé, apaisé.

Vous constaterez bien souvent que, de cette façon, déguster de petites quantités suffisent pour vous apporter le réconfort espéré.

Déguster, c’est manger en pleine conscience

On pourrait aussi dire que manger ainsi en dégustant, c’est manger en pleine conscience. C'est-à-dire manger en étant centré sur le moment présent, sur ses sensations en bouche et dans son corps, sur les pensées qui viennent à nous à ce moment-là.

Peut-être une pensée du genre « je ne devrais pas manger ça, ce n’est pas bien » se glisse-t-elle dans votre esprit ? Voilà qui ne serait pas étonnant, vu le bourrage de crâne auquel nous sommes tous soumis ! Alors, dans ce cas, dites-vous, tiens, voilà la pensée qui me traverse la tête, d’accord, je l’accueille, sans la juger, avec curiosité et bienveillance, puis je la laisse partir, et je reviens sur mes sensations en bouche ».

Attendez le retour de la faim pour manger à nouveau

A 18 h, vous avez consommé deux tartines de fromage qui vous faisaient tant envie. Est-ce un problème, docteur ? Assurément non, si vous considérez votre alimentation d’un point de vue global. Vous avez mangé, la belle affaire ! Eh bien, ce qui est mangé n’est plus à remanger. Les calories ingérées nourrissent bien évidemment votre organisme. Attendez que la faim se manifeste avant de manger à nouveau. Cela pourra vous conduire à reculer l’heure de votre dîner, voire peut-être à le sauter complètement.

Adaptez la taille du repas suivant à la faim du moment

Si vous mangez malgré tout à l’heure habituelle, avec une toute petite faim, il est probable que vous serez vite rassasié. Vous pouvez considérer que votre collation précédente, ou votre grignotage, et le repas que vous êtes en train de prendre forment un seul ensemble, et qu’il est donc bien normal que cela vous conduise à alléger ledit repas. Pas parce que vous vous privez, que vous vous punissez d’avoir mangé entre les repas, mais tout simplement parce que vous n’avez pas plus faim que ça, que votre corps ne demande pas plus.

Suivez le programme Linecoaching pour vous faire plaisir sans prendre de poids

Vous avez des envies irrépressibles de grignoter tout au long de la journée et vous prenez du poids ? Basé sur les thérapies comportementales et cognitives, le programme Linecoaching peut vous aider à vous nourrir de manière physiologique et retrouver un poids d'équilibre sans privations ni frustrations. Grâce à cette méthode minceur, vous allez réapprendre peu à peu à manger en vous fiant de manière intuitive à vos sensations alimentaires. Mais ce n’est pas tout, si vous êtes un mangeur émotionnel, le programme va vous aider à mieux gérer vos envies de manger émotionnelles, de telle sorte que vous n’ayez pas besoin trop souvent de faire appel à de la nourriture pour vous réconforter.

Article
Voting

13 avis

0

Démarrez votre bilan gratuit en 3 min

Dans la même série

Autres sujets similaires

Vous n'avez pas trouvé votre bonheur ?

Découvrez les témoignages de nos abonnés !

  • "J’ai perdu 10 kg et j’ai réappris à manger ce que j’aime quand je veux !"

    c’est une méthode douce et qui permet de mieux se connaître et de prendre du temps pour soi. C'est un travail sur soi pour mieux se connaître et ses comportements alimentaires, sans frustration.
    Karine 45 ans

    Karine, 45 ans, DRH, Paris

  • "J'ai perdu 7kg tout en retrouvant le plaisir de cuisiner les plats que j'aime"

    La méthode correspond parfaitement à ce que je cherchais : ré-apprendre à manger selon nos envies, puisqu’en faisant ainsi, on comble nos besoins tant énergétiques que nutritionnels ou émotionnels.
    Marie-Rose

    Marie-Rose, 54 ans, Québec

  • "Je ne culpabilise plus de manger des aliments riches, je me sens libérée !"

    La méthode est la seule qui ne propose pas de régime ! J’en avais marre des régimes, il me fallait tester autre chose. Et mieux encore, cette méthode « interdit » les régimes, et propose des repas entiers.
    Claire 36 ans

    Claire, 36 ans, Office manager, Thionville

  • "Je mange mieux et je me sens en meilleure forme !"

    Avec Nutrition, j’ai appris à suivre mes intuitions alimentaires, à m’écouter manger. J’ai rééquilibré mon alimentation sans aucune frustration. Je sais à présent proportionner mes aliments dans un repas. 
    Nadia

    Nadia, 32 ans, Paris

  • "Manger sain est devenu un plaisir et plus une contrainte !"

    Ce que j’ai apprécié, c’est que le programme n’est pas du tout tourné vers un programme alimentaire stricte. Il y a une dédramatisation de la façon de s’alimenter et le parcours est pédagogique et ludique.
    martin

    Martin, 39 ans, Nevers

Transverse - Arguments programme

  • promotion

    Un parcours adapté à votre problématique

  • nutritionist

    Un coach du comportement alimentaire à votre écoute

  • Une communauté pour partager

    Une communauté pour partager

  • 09 81 41 35 22 - Du lundi au samedi de 10h à 19h

    09 81 41 35 22 - Du lundi au samedi de 10h à 19h